Driss el-Yazami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Driss El Yazami
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Autres informations
Membre de

Driss El Yazami, né en 1952 à Fès, est un militant marocain des droits de l'homme. Il est président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) au Maroc, depuis .

Carrière et militantisme[modifier | modifier le code]

Au mitan des années soixante-dix, le jeune Driss El Yazami a connu trois mois les prisons d'Hassan II après avoir été expulsé de France où proche de l'extrême gauche il mena une grève. Son frère cadet fut emprisonné à kenitra[1].

Il a occupé des fonctions dirigeantes dans plusieurs institutions et instances au Maroc, ainsi que des associations et organisations internationales.

Driss El Yazami est ancien membre de l’Instance Equité et Réconciliation, du Conseil consultatif des droits de l’Homme et membre du Conseil d’administration de la Fondation des Trois Cultures (Espagne).

Il est membre du comité de pilotage, chef du pôle de la société civile, de la 22e session de la Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations unies sur les Changements Climatiques (COP22[2]), qui sera organisée du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech.

Driss El Yazami a été également membre de la Commission consultative de révision de la Constitution en 2011. Il est depuis , président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger[3] organismes crées par Mohammed VI.

Il est délégué général de Génériques, une association spécialisée dans l'histoire des étrangers et de l'immigration en France et rédacteur en chef de la revue «Migrance». M. El Yazami est ancien vice-président de la Ligue française des droits de l'Homme[4] (LDH), ancien secrétaire général de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme[5] (FLDH) et ancien membre du Comité exécutif du Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme.

Depuis 2004, il est président de la Fondation euro-méditerranéenne de soutien aux défenseurs des droits de l’Homme et membre du Conseil d'orientation et du Conseil d’administration de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration en France. M. El Yazami fut co-réalisateur du film «France, terre d'Islam?» en 1984.

Un conseiller du Roi contesté[modifier | modifier le code]

En 2007, il devient président du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), un organe officiel dépendant du roi du Maroc. Cette nouvelle fonction lui vaut des critiques de la part de ses anciens compagnons de route, opposants marocains comme il l'avait été, mais aussi plus récemment d'activistes du Mouvement du 20 février[6]. Driss el-Yazami fera également partie de la Commission consultative de révision de la Constitution en 2011, apparaissant de plus en plus comme l'homme du "Makhzen".

L'attaque publique la plus violente à laquelle il doit faire face est celle d'une journaliste militante du MALI et du Mouvement du 20-février, Zineb El Rhazoui, lors d'un colloque du parti français Europe écologie les Verts, le 18 août 2011[7]. Le conseiller royal est contraint de s'expliquer notamment sur le centre de torture de Témara (en) dont il continue à nier l'existence : « Aujourd'hui, je peux attester qu'il n'y a pas de centre de détention à Témara[8] » répondra-t-il. L'existence de ce camp de torture au Maroc est encore confirmée en 2014 par un rapport de 6600 pages de la CIA sur les centres de tortures du Maroc[9].

Organisation d'expositions[modifier | modifier le code]

Driss El Yazami est commissaire général de plusieurs expositions:

  • France des étrangers, France des libertés, à Marseille en 1989
  • Au miroir de l'Autre, Immigration en France et en Allemagne, à Francfort en mai 1993
  • Générations, Un Siècle d'Histoire culturelle des Maghrébins en France, à Lyon en juin 2009

Publications et ouvrages[modifier | modifier le code]

Driss El Yazami est co-auteur de plusieurs publications:

  • «Pour les droits de l'Homme» (bilingue : français-anglais - Ed. Syros-Artis, Paris 1989);
  • «Les étrangers en France, guide des sources d'archives publiques et privées (XIXe-XXe siècles);
  • «Le Paris arabe» (Ed. La Découverte - 2003);
  • « Générations » (Gallimard, 2009);

Il est aussi auteur (avec Rémy Schwartz) du «Rapport pour la création d'un Centre national de l'histoire et des cultures de l'immigration, remis en novembre 2001 au Premier ministre français, et de plusieurs articles publiés dans la presse française.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Driss el-Yazami a coréalisé le film France, Terre d'Islam ? [10]

Interviews et articles de presse[modifier | modifier le code]

  • Maroc : Driss El Yazami, toujours prêt[11] !
  • Column: Not all Muslim nations restrict women's rights[12]
  • Driss El Yazami : « Le Maroc est prêt pour un débat sur l’égalité homme-femme en matière d’héritage »[13]
  • Forum mondial des droits de l'Homme: Interview de Driss El Yazami, président du CNDH[14]
  • Maroc – Driss El Yazami : « Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l’homme »[15]
  • Morocco’s Driss El Yazami: Charlie Rose[16]
  • De Paris à Marrakech Retrouver l’universalisme[17]
  • Driss El Yazami, intellectuel voué aux droits de l’homme, à  la tête du CCME[18]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paris-Marrakech: Luxe, pouvoir et réseaux. Jean-Pierre Tuquoi, Ali Amar Calmann-Lévy, 25 janv. 2012
  2. « Welcome to COP22 MARRAKECH 2016 | United nations conference on climate change | COP22 MARRAKECH 2016 | United nations conference on climate change », sur www.cop22.ma (consulté le 19 mai 2016)
  3. « CCME - Accueil », sur www.ccme.org.ma (consulté le 19 mai 2016)
  4. « Ligue des droits de l’Homme - — Fondée en 1898 », sur Ligue des droits de l’Homme (consulté le 19 mai 2016)
  5. « [français] », sur Mouvement mondial des droits humains (consulté le 19 mai 2016)
  6. Jaouad Mdidech, « Driss El Yazami, intellectuel voué aux droits de l'homme, à la tête du CCME », La Vie économique, 28 décembre 2007
  7. mise en cause publique de Driss el-Yazami par une militante du mouvement du 20 février lors d'un colloque du parti Europe écologie les Verts français, le 18 août 2011
  8. Driss El Yazami : "Il n'y a pas de centre de détention à Témara, colloque du parti Europe écologie les Verts français, le 18 août 2011
  9. Un rapport de la CIA confirme l'existence de centres de torture au Maroc, TelQuel, 9 avril 2014
  10. http://www.espaceculture.net/averroes/averroes2006/02intervenants/Intervenants_tab03.html
  11. Nadia Lamlili, « Maroc : Driss El Yazami, toujours prêt ! », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Rekha Basu, « Column: Not all Muslim nations restrict women's rights », The Des Moines Register,‎ (lire en ligne)
  13. Nadia Lamlili, « Driss El Yazami : « Le Maroc est prêt pour un débat sur l’égalité homme-femme en matière d’héritage » », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  14. Anna Ravix, « Forum mondial des droits de l'Homme: Interview de Driss El Yazami, président du CNDH », AL Huffington Post (Huffpostmaghreb),‎ (lire en ligne)
  15. Nadia Lamlili, « Maroc – Driss El Yazami : « Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l’homme » », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Charlie Rose, « Morocco’s Driss El Yazami: Charlie Rose », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  17. Driss EL YAZAMI, « De Paris à Marrakech, Retrouver l’universalisme », L'economiste,‎ (lire en ligne)
  18. JAOUAD MIDECH, « Driss El Yazami, intellectuel voué aux droits de l’homme, à la tête du CCME En savoir plus sur http://lavieeco.com/news/portraits/driss-el-yazami-intellectuel-voue-aux-droits-de-lhomme-a-la-tete-du-ccme-6570.html#ColhDCRRZvD8XLc8.99 », Lavie Eco,‎ (lire en ligne)