Georges Lafont (architecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Lafont
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Œuvres principales
Station balnéaire de La Baule
Hôpital de Pen-Bron
Théâtre de Quimper

Georges Lafont (né le à Nantes et mort dans la même ville) est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Nantes[1], Georges Joseph Charles Jules Théophile Lafont est élève au lycée Georges-Clemenceau. Il entre ensuite, en 1867, à l'école des beaux-arts de Paris, où il fréquente l'atelier de Charles-Auguste Questel[2].

Les qualités professionnelles de Georges Lafont lui valent d'être nommé à la commission départementale des bâtiments civils de Loire-Inférieure, au conseil d'hygiène, au conseil de l'école des beaux-arts de Nantes, puis à la commission du musée d'archéologie. Membre de la Société des architectes de Nantes de 1882 (ou 1881[1]) à 1910, il occupe, à partir de 1891, le poste d'inspecteur des édifices religieux, puis celui d'architecte diocésain en 1894. Il est admis à la société centrale des architectes en 1904, et devient architecte-adjoint des monuments historiques le 27 avril 1908[2].

L'architecte est un des fondateurs et animateurs de la société nantaise « Le Clou », cercle en activité de 1884 à 1910, dont des réunions se sont tenues chez l'architecte, à son domicile du no 17 de la rue de la Rosière-d'Artois[3].

Il a également été conseiller municipal de Nantes[2]. Paralysé les dix dernières années de sa vie[4], Georges Lafont meurt à Nantes le 16[4] ou le [5], à l'âge de 77 ans. Il est inhumé deux jours plus tard dans le cimetière Miséricorde, dans l'allée est du carré Y[5].

Œuvre architecturale[modifier | modifier le code]

En 1878, Jules-Joseph Hennecart, associé à son agent de change Édouard Darlu, fonde la société Hennecart et Cie, qui, ayant achevé la construction de la ligne de Saint-Nazaire au Croisic pour le compte de l'État, se lance dans une opération immobilière d'envergure. Il confie à Georges Lafont l'aménagement des dunes d'Escoublac et la création de la station balnéaire de La Baule, dont l'architecte affirme être l'auteur des plans de plus de 200 chalets qui y furent bâtis[2],[6]. Il est notamment l'auteur des plans des bâtiments suivants[4] :

  • la villa Les Ajoncs (vers 1890[7]) ;
  • la villa Alba (vers 1895[8]) ;
  • la villa L'Alcyon (vers 1905[9]) ;
  • la villa Les Algues (1890[10]) ;
  • la villa Amédé (vers 1880[11]) ;
  • la villa Atlantis (vers 1880[12]) ;
  • la villa Bergeronette (1895[13])
  • la villa Bon Abri (1890[14]) ;
  • la villa La Bombonnière (1900[15]) ;
  • la villa Le Breton (vers 1905[16]) ;
  • la villa La Bretonnière actuellement immeuble à logements (vers 1897[17]) ;
  • la villa Les Bruyères (vers 1890[18]) ;
  • la villa Café de l'Océan et Pierrette (vers 1890[19])
  • la villa Carmen (en 1894[20]) ;
  • l’ancien casino de la Baule (vers 1902[21]) ;
  • la villa Castel Yvon (1895[22]) ;
  • la villa La Cayla (vers 1890[23]) ;
  • la villa Chalet des Adrets à La Baule (vers 1890[24]) ;
  • l'hôtel Chalet Saint-Clair (1885[25]) ;
  • la villa Le Chalet Suisse (1900[26]) ;
  • la chapelle Sainte-Anne dédiée à Notre-Dame des flots (de 1880 à 1886[27]) ;
  • la villa Les Charmettes (vers 1905[28]) ;
  • la villa Les Choisas (vers 1900[29]) ;
  • l'hôtel Central (vers 1890, repris en 1934 par Georges Meunier[30]) ;
  • la villa El Cid actuellement immeuble à logements (en 1895[31]) ;
  • la villa Ciel de Bretagne (1895[32]) ;
  • la villa Colinette (en 1899[33]) ;
  • la villa La Concorde (vers 1895[34]) ;
  • la villa Les Courlis (1899[35]) ;
  • la villa Dina Bella (vers 1880[36]) ;
  • la villa Le Dolmen (1900[37]) ;
  • l'école publique (devenue groupe scolaire Georges-Tanchoux), en collaboration avec l'architecte André Chauvet (1911[4]) ;
  • les écuries puis école Sainte-Marie et Saint-Joseph (vers 1880-1890[38]) ;
  • la villa Les Églantiers (vers 1890[39]) ;
  • la villa Les Escholiers (vers 1880[40]) ;
  • la villa L'Étoile (vers 1885[41]) ;
  • la villa Les Fauvettes (vers 1895[42]) ;
  • la villa Figaro (1900[43]) ;
  • la villa Fleur de Mai (1910[44]) ;
  • la villa Fleur des Alpes (vers 1900[45]) ;
  • la villa Fleur des Dunes (1910[46]) ;
  • la villa Fleurs de Bretagne (1885[47]) ;
  • l’hôtel Fleurs de France (fin XIXe siècle[48]) ;
  • la villa La Forêt (vers 1890[49]) ;
  • la villa Le Guérandais (vers 1890[50]) ;
  • la villa Les Iris (vers 1910[51]) ;
  • les villas Ker Alix et Tevel (vers 1895[52]) ;
  • la villa Ker Annick (vers 1880[53]) ;
  • la villa Ker Arvor (vers 1890[54]) ;
  • la villa Ker Bhuzira (vers 1910[55]) ;
  • la villa Ker Céline (vers 1900[56]) ;
  • la villa Ker Duaellior (vers 1880[57]) ;
  • la villa Ker Gamo (vers 1885[58]) ;
  • la villa Ker Guen (vers 1900[59]) ;
  • la villa Ker Houlen (vers 1905[60]) ;
  • la villa Ker Linette (vers 1905[61]) ;
  • la villa Ker Loer et Ker Hoet puis Ker Loer et Regina Pacis (1896[62]) ;
  • la villa Ker Loti (avant 1908[63]) ;
  • la villa Ker Lou (1880[64]) ;
  • la villa Ker Louisic (1906, co-signée avec André Chauvet[65], classée patrimoine exceptionnel de La Baule[66]) ;
  • la villa Ker Lucia (1880[67]) ;
  • la villa Ker Marie (vers 1900[68]) ;
  • la villa Ker Maurice (vers 1880[69]) ;
  • la villa Ker Sainte-Anne (en 1885[70]) ;
  • la villa Ker Teresa (vers 1885[71]) ;
  • la villa Ker Vary (1896[72], classée patrimoine exceptionnel de La Baule[66]) ;
  • la villa Ker Yseult (1905[73]) ;
  • la villa Le Khedive (vers 1880, remaniée en 1946 par Léon Foy[74]) ;
  • la villa Korn Avel (1895[75]) ;
  • la villa Les Lianes (vers 1890[76]) ;
  • la villa Majolica (1890[77], classée patrimoine exceptionnel de La Baule[66]) ;
  • la villa Mamie (vers 1895[78]) ;
  • la villa Les Marguerites (vers 1895[79]) ;
  • la villa Maria (vers 1880[80]) ;
  • la villa Marie Germaine (vers 1880[81]) ;
  • les villas jumelles Marie Madeleine et Sainte-Cécile (1890[82]) ;
  • la villa Mariza (vers 1885[83]) ;
  • la villa Mer Bleu (vers 1880[84]) ;
  • la villa Mirasol (1880[85]) ;
  • la villa La Mouette (en 1899[86]) ;
  • la villa My Nest (vers 1880[87]) ;
  • la villa Nam Ky (en 1913 avec Joseph Nau[88]) ;
  • la villa Les Orchidées (1895[89]) ;
  • la villa La Paella (1900[90]) ;
  • l’immeuble Les Pâquerettes (vers 1900[91]) ;
  • la villa Passiflor (1900[92]) ;
  • la villa Paul Raymond (vers 1880, restaurée en 1934 par René Braun[93]) ;
  • la villa Pavillon Rose (1900, rénovée en 1926 par Paul-Henri Datessen[94]) ;
  • la villa Pax (1908, co-signée avec André Chauvet[95] et classée patrimoine exceptionnel de La Baule[66]) ;
  • la villa Q-uer-t-a-jeb (vers 1895[96]) ;
  • la maison dite Villa des Pins (vers 1880[97]) ;
  • l'immeuble à logements, magasin de commerce Les Raisins (avant 1908[98]) ;
  • la villa Les Raisins d'Or (1885[99]) ;
  • la villa Renée Simone (vers 1900[100]) ;
  • la villa Rose de Mer (1900[101]) ;
  • la villa Roz Venn (1890[102]) ;
  • l’hôtel Royal Thalasso (1902, avec Georges-Félix Richter[103])
  • la villa Sainte-Marie (vers 1890[104]) ;
  • la villa Saint-Expedit (vers 1895[105]) ;
  • la villa Saint-Joseph (vers 1900[106]) ;
  • la villa Saint-Quiriac (disparue[107]) ;
  • la villa Saint-Yves (en 1898[108]) ;
  • la villa Salazie (1880[109]) ;
  • la villa Les Surprises (1880[110]) ;
  • la villa Suzi Janine (1900[111]) ;
  • sa propre villa Symbole ou « Saint Bôle » (1911[112], classée patrimoine exceptionnel de La Baule[66]) ;
  • la villa Tanit (vers 1905[113]) ;
  • la villa Tevenn (vers 1900[114]) ;
  • l’hôtel de la Terrasse (vers 1900[115]) ;
  • la villa La Tour Rouge (vers 1895[116]) ;
  • la villa Trez Hir (vers 1895[117]) ;
  • l’immeuble Les Vagues (vers 1900[118]) ;
  • la villa La Vedette (1908[119]) ;
  • la villa Les Verveines (vers 1890[120]) ;
  • la villa Velleda (en 1899[121])
  • l’hôtel dit Hôtel Weller, remanié par la suite par Paul-Henri Datessen et André Marganne[122]).

Architecte hygiéniste, il conçoit de nombreux de hôpitaux comme le centre marin de Pen-Bron et sa chapelle (1887), Saint-Nazaire, Saint-Étienne-de-Corcoué (construit entre 1883 et 1892) ou Le Loroux-Bottereau[2]. Dans son agence, il associe de nombreux jeunes architectes, tel Georges Dommée[123].

En 1899, Louis Lefevre-Utile lance le projet de construction de l'usine LU, dont l'ornement principal doit être deux tours jumelles. Le plan proposé par Georges Lafont, qui proposait des tours sur trois niveaux présentant de grandes verrières, n'est pas retenu, au profit de la troisième proposition de l'architecte parisien Auguste Bluysen. C'est cependant Lafont qui mène à bien les travaux des tours à partir de 1905, sur les plans de son confrère[124].

À partir de 1901, il dresse les plans du théâtre de Quimper, inauguré en 1904. Parmi ses nombreuses réalisations domestiques, on trouve notamment des immeubles de rapport, des maisons, des châteaux[2], comme la villa dite « Le Prieuré Saint-Georges » à Batz-sur-Mer (1905)[125], la maison de villégiature balnéaire Saint-Hubert, construite en 1904 au Croisic[126] ou la villa balnéaire Sigurd construite vers 1886 pour Henri Sellier à Pornichet[127].

Hommage[modifier | modifier le code]

La rue Georges-Lafont a été dénommée à Nantes en hommage à l'architecte[128] après délibération du conseil municipal, le 26 juin 1961[129].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Charles, La Baule et ses villas : le concept balnéaire, Paris, Massin, , 213 p. (ISBN 2-7072-0444-7, notice BnF no FRBNF38890407)
    Alain Charles est architecte DPLG et DEA en histoire de l'architecture, spécialiste du balnéaire[130],[131].
  • Colette David (photogr. Stéphan Ménoret), Les villas de La Baule : des bourgeoises modèles aux excentriques rigolotes, La presse de l’Estuaire, , 95 p. (ASIN B009P12Q4I)
    Colette David est journaliste au quotidien Ouest-France[132].
  • Laurent Delpire, « Urbanisme et architecture balnéaire : histoire d'un phénomène de société, l’exemple du Pays de Guérande », Les cahiers du Pays de Guérande, no 52,‎ (ISSN 0765-3565)
    Laurent Delpire est historien de l’art, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique.
  • Jean-Louis Kerouanton, « Éléments de cartographie pour la connaissance de l’architecture balnéaire bauloise » [PDF], sur un site du ministère de la Culture, (consulté le 7 janvier 2018)
    Jean-Louis Kerouanton est chercheur au service régional de l’Inventaire, direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire.
  • Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps éditeur, , 414 p. (ISBN 978-2-363-12000-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Nail 2010, p. 228.
  2. a b c d e et f Gilles Bienvenu, « Georges Lafont, architecte, 1847-1924 », sur livet-histoire.fr, lycée Eugène-Livet, (consulté le 16 janvier 2018).
  3. Christiane Desamis et Yvette Le Goff, « Rue de la Rosière-d'Artois », Annales de Nantes et du Pays nantais, Nantes, Société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, no 242,‎ , p. 16-18 (ISSN 0991-7179, lire en ligne [PDF]).
  4. a b c et d « Personnalités de La Baule », sur labaule-sepia.fr (consulté le 16 janvier 2018).
  5. a et b Registre d'inhumation du cimetière Miséricorde, archives municipales de Nantes (consultable en ligne).
  6. Frédéric Chavenon et Loïc Abed, La Baule à la Belle Époque, C.M.D., coll. « Mémoire d'une ville », 100 p. (ISBN 2-84477-073-8), p. 23.
  7. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Ajoncs », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 10 février 2018).
  8. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Alba », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  9. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire L'Alcyon », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 17 février 2018).
  10. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Algues », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 26 janvier 2018).
  11. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Amédé », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  12. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Atlantis puis Saint-Luc puis Les Impairs », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  13. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Bergeronette », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 29 janvier 2018).
  14. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Bon Abri », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  15. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Bombonnière », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  16. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Breton », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  17. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Bretonnière actuellement immeuble à logements », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 19 février 2018).
  18. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Bruyères », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  19. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Café de l'Océan et Pierrette », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 3 février 2018).
  20. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Carmen », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  21. Alain Charles, « Casino de la Baule », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 11 février 2018).
  22. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Castel Yvon puis Saint-Edmond », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 29 janvier 2018).
  23. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Cayla », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  24. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Chalet des Adrets », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 13 février 2018).
  25. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs dit Chalet Saint-Clair », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 janvier 2018).
  26. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Chalet Suisse », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  27. Alain Charles, « Chapelle Sainte-Anne », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  28. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Charmettes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  29. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Choisas », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  30. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs dit Hôtel Central », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 février 2018).
  31. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire El Cid actuellement immeuble à logements », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 26 février 2018).
  32. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ciel de Bretagne puis le Sphinx actuellement immeuble à logements », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  33. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Colinette », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 23 février 2018).
  34. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Concorde actuellement hôtel de voyageurs », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 3 février 2018).
  35. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Courlis », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  36. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Dina Bella puis France puis Ker Mazy », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  37. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Dolmen », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  38. Alain Charles, « Écuries puis école Sainte-Marie et Saint-Joseph », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  39. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Églantiers », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  40. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Escholiers », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  41. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire L'Étoile puis Ker André », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  42. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Fauvettes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  43. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Figaro », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 26 janvier 2018).
  44. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Fleur de Mai », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  45. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Fleur des Alpes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 19 février 2018).
  46. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Fleur des Dunes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  47. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Fleurs de Bretagne puis La Roche aux Mouettes puis Ker Andreas », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 29 janvier 2018).
  48. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs Hôtel Fleurs de France, puis Splendid Hôtel, puis le Splendid », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 7 février 2018).
  49. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Forêt », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 février 2018).
  50. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Guérandais », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  51. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Iris », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 13 février 2018).
  52. Alain Charles, « MMaisons balnéaires dites villas balnéaires Ker Alix et Tevel », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  53. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Annick », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 février 2018).
  54. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Arvor », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 17 février 2018).
  55. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Bhuzira », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 23 février 2018).
  56. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Céline », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  57. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Duaellior », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  58. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Gamo », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 février 2018).
  59. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Guen », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 février 2018).
  60. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Houlen », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 février 2018).
  61. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Linette », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 3 février 2018).
  62. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Loer et Ker Hoet puis Ker Loer et Regina Pacis », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  63. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Loti », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  64. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Lou puis Rod Fergene », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 janvier 2018).
  65. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Louisic », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  66. a b c d et e Alain Gallicé et Josick Lancien, La Baule, La Crèche, Geste éditions, coll. « Je découvre », , 55 p. (ISBN 978-2-36746-462-6, notice BnF no FRBNF45024834), p. 13.
  67. Alain Charles, « Villa Ker Lucia puis immeuble à logements », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  68. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Marie », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  69. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Maurice puis le Château », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 février 2018).
  70. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Sainte-Anne », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 10 février 2018).
  71. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Teresa puis Valerange », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  72. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Vary », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  73. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ker Yseult », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  74. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Khedive », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  75. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Korn Avel puis Le Bouquet », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  76. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Lianes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  77. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Majolica », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  78. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Mamie puis Clarice », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  79. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Marguerites », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 20 janvier 2018).
  80. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Maria », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  81. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Marie Germaine », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 10 février 2018).
  82. Alain Charles, « Maisons jumelles dites villas balnéaires Marie Madeleine et Sainte-Cécile », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  83. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Mariza puis Marie Céline puis Marie Eugène puis Ker Alice, actuellement hôtel de voyageurs », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 3 février 2018).
  84. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Mer Bleu », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 3 février 2018).
  85. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Mirasol puis Ker Emmanuel puis les Impaires », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  86. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Mouette », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 21 février 2018).
  87. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire My Nest », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 10 février 2018).
  88. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Nam Ky », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 13 février 2018).
  89. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Orchidées puis Simone », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  90. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Paella », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  91. Alain Charles, « Immeuble à logements Les Pâquerettes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  92. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Passiflor », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  93. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Paul Raymond », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  94. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Pavillon Rose », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  95. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Pax », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  96. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Q-uer-t-a-jeb puis Ker Vehiel », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  97. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Villa des Pins », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  98. Alain Charles, « Immeuble à logements, magasin de commerce Les Raisins », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  99. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Raisins d'Or », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 janvier 2018).
  100. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Renée Simone », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 17 février 2018).
  101. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Rose de Mer », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  102. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Roz Venn », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  103. Alain Charles, « Sanatorium et hôtel de voyageurs dit Hôtel Royal Thalasso », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 janvier 2018).
  104. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Sainte-Marie », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  105. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Expedit », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  106. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Joseph », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  107. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Quiriac actuellement immeuble à logements les Flots Bleus », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  108. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Yves », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  109. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Salazie puis Saint-Luc puis Ker Maria », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 janvier 2018).
  110. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Surprises puis Ker Liberin », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  111. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Suzi Janine puis Cottage Estellen », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  112. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Symbole », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  113. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Tanit », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  114. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Tevenn », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  115. Alain Charles, « Immeuble puis hôtel de voyageurs de la Terrasse », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 17 février 2018).
  116. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Tour Rouge puis Saint-Michel », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  117. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Trez Hir », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 5 février 2018).
  118. Alain Charles, « Immeuble puis hôtel de voyageurs Les Vagues », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  119. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Vedette », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  120. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Verveines », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  121. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Velleda », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 7 février 2018).
  122. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs dit Hôtel Weller puis Hôtel Continental », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  123. Charles 2002, p. 35.
  124. Jean-Louis Kerouanton (photogr. Denis Pillet, Bernard Renoux), LU : une usine à Nantes, Nantes, Association pour le développement de l'Inventaire général en Pays de la Loire, coll. « Images du patrimoine » (no 188), , 2e éd. (1re éd. 1989), 80 p. (ISBN 2906344703 (édité erroné), ISSN 0299-1020, notice BnF no FRBNF37073448).
  125. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Le Prieuré Saint-Georges », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 16 janvier 2018).
  126. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Saint-Hubert puis Ker Luc », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 mars 2018).
  127. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Sigurd », sur Patrimoine des Pays de la Loire, (consulté le 4 mars 2018).
  128. Stéphane Pajot, Nantes histoire de rues, Les Sables-d'Olonne, d'Orbestier, , 215 p. (ISBN 978-2-84238-126-4), p. 123.
  129. « George-Lafont (rue) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 1er février 2015).
  130. Anne Vidalie, « La Baule: le bonheur est dans les pins », sur un site du magazine L'Express, (consulté le 7 janvier 2018).
  131. Alain Charles, « Panorama Le Pouliguen - La Baule - Pornichet », sur panorama-labaule.com (consulté le 7 janvier 2018).
  132. Daniel Le Couédic, « L’architecture et les paysages, bastions de l’identité bretonne », sur bretonsdujapon (consulté le 20 janvier 2018), p. 11.