Paul-Henri Datessen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul-Henri Datessen
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Conflit
Distinction

Paul-Henri Datessen est un architecte français né le à Paris, et mort en . On lui doit de nombreuses réalisations à La Baule-Escoublac à partir de 1911 dont l'hôtel des Postes et un nombre important de villas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul-Henri Marie Simon Datessen, naît le à Paris[1]. Il est le fils de Marie Édouard Simon Datessen (1856-1940[2] — connu sous le nom d’Édouard Datessen) architecte à la ville de Paris[3] et de Paule Julie Clotilde Chotard[1]. Il suit des études de droit ainsi que de médecine, pensent s’orienter vers une carrière de médecin de la marine[3]. Durant la Première Guerre mondiale, il est médecin auxiliaire puis médecin aide-major. Il est cité à l’ordre du 2e C.A. le pour avoir fait preuve « d’un dévouement inlassable et d'un mépris absolu du danger » et reçoit la croix de Guerre[1]. Il se marie avec Marie Grossin le [1]. Il est reçu chevalier de la Légion d’honneur le au titre de lieutenant d’administration[1].

Ses confrères architectes et les entrepreneurs avec lesquels il travaille disent de lui qu’il est un « seigneur d'une extrême discrétion », « un ours, un solitaire qui [a] énormément de talent et dont le travail, très rigoureux, ne s’est pas démodé »[3].

Bien qu’ayant dessiné les plans de plusieurs villas de La Baule depuis 1911, ce n’est qu’à partir de 1924 qu’il s’y installe et y ouvre ses premiers bureaux en , 1er étage de la villa Ker Rosa, place de la Chapelle[4]. S’associant avec l’architecte parisien André Marganne, puis avec son chef d'agence Adelio Ballerini[5], il déménage en dans la villa La Brise, boulevard Darlu[4]. Il se voit confier en 1928 la réhabilitation de l’ancienne gare. En il est nommé architecte-conseil de la commune[4].

En parallèle de ses activités d’architecte, il est vice-président du Cercle Nautique de La Baule jusqu'en [4]. Il meurt en . Il est enterré au cimetière de La Baule. Sa tombe comporte les motifs dessinés sur la façade de l'hôtel des Postes[4].

Œuvre architecturale[modifier | modifier le code]

Il est l’auteur des projets baulois suivants[N 1] :

  • l'hôtel Adelphi ;
  • la villa Les Ailes Brisées (1933) ;
  • la villa Aktina à La Baule (1937[6],[7]) ;
  • la villa Athys ;
  • l’hôtel Blanc Manoir (vers 1930[8]) ;
  • la villa Les Bousous (1929[9]) ;
  • la villa Les Brimbelles (vers 1927[10]) ;
  • la villa Brimborio ;
  • la villa Butterfly à La Baule (1930[11]) ;
  • la villa Carpe Diem à La Baule (1937[12],[13]) ;
  • la villa Casa Sylva[14] ;
  • la maison Castel François-Marie (1930[15]) ;
  • l'hôtel Celtic à La Baule (1931[16]) ;
  • la villa Le Chalusset ;
  • la villa Chapelle Pavie (reprise en 1935 d'une maison construite vers 1900[17]) ;
  • le cimetière (1929, monument funéraire de la famille et calvaire du cimetière[18]) ;
  • le cinéma, théâtre dit Salle des Fêtes (en 1935[19]) ;
  • la villa Clairbois (1935[20]) ;
  • la villa La Clairière (1930[21]) ;
  • la villa La Clarté (vers 1925[22]) ;
  • la villa Le Clos Joli (1920[23]) ;
  • le Club-House du Garden Tennis ;
  • la villa La Croix Saint-Clair à La Baule (1933[24]) ;
  • l'agrandissement des écoles publiques ;
  • la villa Le Discobole (vers 1926[25]) ;
  • la villa L'Escale à La Baule[26] ;
  • le garage automobile Ford (1929[27]) ;
  • le dispensaire dit Fondation la Pérousse (en 1928[28]) ;
  • la villa La Fresnaye (vers 1926[29]) ;
  • la gendarmerie de La Baule;
  • les transformations d’hôtel Mauspha (rénovation en 1928 de l’œuvre de 1886 de François Aubry[30]) ;
  • la villa Les Heures Claires à La Baule (1930[31]) ;
  • la villa Janimore ;
  • la villa Ker Argoëd ;
  • la villa Ker Vir (1929[32]) ;
  • le kiosque à musique (1929[33]) ;
  • Les Lilas Blancs (1930[34]) ;
  • la villa Les Lobédias ;
  • la villa Locmaria (1930[35]) ;
  • la villa Le Mas à La Baule (1926[36]) ;
  • les extensions du marché (1927 et 1928) ;
  • la villa Marie-Claude à La Baule (1932[37]) ;
  • la villa Maouki (1930[38]) ;
  • la villa Mélusine ;
  • la villa Melpomène (construite vers 1910 et remaniée par Paul-Henri Datessen en 1933 pour en faire son atelier de travail[39]) ;
  • le manège la Mercanderie ou Dassonville à La Baule (1927[40]) ;
  • la villa Migouélou (vers 1930[41]) ;
  • la façade du garage automobile Minot (vers 1927[42]) ;
  • la villa Mitsouko (1930[43])
  • le monument aux morts de La Baule (1936) ;
  • la villa Okeanos (1930[44]) ;
  • l'immeuble L'Oustaou (1929[45]) ;
  • le dispensaire Pavillon d'hygiène sociale (1928) ;
  • la villa Pavillon Rose à La Baule (rénovation en 1926 de l’œuvre de 1900 de Georges Lafont[46]) ;
  • l'hôtel des Postes (1936, avec l’architecte nantais Gabriel Guchet[47],[48]) ;
  • la villa Red-Roof à La Baule (1926 pour Latécoère[49],[50]) ;
  • la villa Rosario (vers 1930[51]) ;
  • la villa Les Roches Rouges à La Baule (1926[52]) ;
  • l'église du Sacré-Cœur à La Baule (1934[53]) ;
  • la villa La Saga[18] ;
  • la villa Saint-Charles (avec André Marganne[54]) ;
  • la villa Saint-Corentin (1928[55]) ;
  • la villa Saint-Guénolé (1927[56]) ;
  • la villa Saint-Syvestre (reprise vers 1930 d'une maison de 1910[57]) ;
  • la villa Soladar (en 1930[58]) ;
  • la villa Solenea à La Baule (vers 1926[59],[60]) ;
  • la villa Sunny Cottage (1924[61]) ;
  • la villa Les Tottes (reprise vers 1928 d'une maison dessinée vers 1900[62]) ;
  • le temple protestant (1930[63],[64]) ;
  • la villa Ty Breiz (1930[65]) ;
  • la villa Ty Ouït (vers 1926[66]) ;
  • la villa Ty Ra et son annexe Ty Ra Bihan (reprise vers 1925 d’une maison construite vers 1900[67]) ;
  • la villa Vega (vers 1920[68]) ;
  • la villa Vert Cottage (1930[69]) ;
  • la villa La Villanelle, ou Villa Nelle (1922[18],[70]) ;
  • l’hôtel dit Hôtel Weller (rénovation avec André Marganne d'un bâtiment conçu par Georges Lafont[71])

Son dernier projet à La Baule est la villa Aktina pour Charles Grégoire, consul de Grèce à Bruxelles, une construction de style basque aux larges débords de toiture, loggias et grandes ouvertures[4],[72]. Il est également l'auteur de l'agrandissement de la maison Ker Goustan vers 1910, initialement construite en 1893 au Croisic[73] et de la construction d’une maison de villégiature balnéaire à Batz-sur-Mer vers 1934[74]. On lui doit également la villa La Grande Chartreuse à Pornichet[75] et la poursuite de la construction de la villa Saint-Kiriec au Pouliguen (rénovation en 1938 de l’œuvre de 1873 de François Bougoüin[76],[77]).

Par ailleurs, il est intervenu sur un château du XVIe siècle dans la commune d'Auverse, lieu-dit la Calvinière (orangerie) [78].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Charles, La Baule et ses villas : le concept balnéaire, Paris, Massin, , 213 p. (ISBN 2-7072-0444-7, notice BnF no FRBNF38890407)
    Alain Charles est architecte DPLG et DEA en histoire de l'architecture, spécialiste du balnéaire[79],[80].
  • Colette David (photogr. Stéphan Ménoret), Les villas de La Baule : des bourgeoises modèles aux excentriques rigolotes, La presse de l’Estuaire, , 95 p. (ASIN B009P12Q4I)
    Colette David est journaliste au quotidien Ouest-France[81].
  • Laurent Delpire, « Urbanisme et architecture balnéaire : histoire d'un phénomène de société, l’exemple du Pays de Guérande », Les cahiers du Pays de Guérande, no 52,‎ (ISSN 0765-3565)
    Laurent Delpire est historien de l’art, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique.
  • Jean-Louis Kerouanton, « Éléments de cartographie pour la connaissance de l’architecture balnéaire bauloise » [PDF], sur un site du ministère de la Culture, (consulté le 7 janvier 2018)
    Jean-Louis Kerouanton est chercheur au service régional de l’Inventaire, direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Liste non exhaustive parue dans le journal La Mouette en 1938[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Paul-Henri Datessen », base Léonore, ministère français de la Culture.
  2. Charles 2002, p. 201.
  3. a b et c David 1979, p. 21.
  4. a b c d e f et g « Personnalités de La Baule », sur labaule-sepia.fr (consulté le 22 octobre 2017)
  5. « Institut français d'architecture » [PDF], (consulté le 11 février 2018), p. 9.
  6. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Aktina », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  7. Charles 2002, p. 105.
  8. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs Blanc Manoir puis Salmach et Adelphe puis Miquette et Marcelile », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 24 février 2018).
  9. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Bousous », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 4 février 2018).
  10. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Brimbelles », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 13 février 2018).
  11. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Butterfly », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  12. Charles 2002, p. 100.
  13. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Carpe Diem », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  14. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Casa Sylva », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 10 février 2018).
  15. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Castel François-Marie », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 11 décembre 2017).
  16. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs Celtic Hôtel actuellement immeuble à logements », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  17. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Chapelle Pavie », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 9 février 2018).
  18. a b et c David 1979, p. 22.
  19. Alain Charles, « Cinéma, théâtre dit Salle des Fêtes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 17 février 2018).
  20. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Clairbois », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 3 février 2018).
  21. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Clairière », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 29 janvier 2018).
  22. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Clarté », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 11 février 2018).
  23. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Clos Joli », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  24. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Croix Saint-Clair », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  25. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Discobole », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 février 2018).
  26. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire L'Escale », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  27. Alain Charles, « Garage de réparation automobile Ford puis Jean Larmat », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  28. Alain Charles, « Dispensaire dit Fondation la Pérousse puis Dispensaire d'hygiène social », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  29. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Fresnaye », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  30. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs dit Hôtel Mauspha puis Hôtel de la Plage et du Golf actuellement immeuble à logements Résidence du Golfe », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  31. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Heures Claires », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  32. Alain Charles, « Maison dite villa Ker Vir », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  33. Alain Charles, « Kiosque à musique », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  34. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Lilas Blancs », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  35. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Locmaria », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  36. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Le Mas puis Yurala », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  37. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Marie-Claude », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  38. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Maouki puis Lernos », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 25 janvier 2018).
  39. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Melpomène », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 21 janvier 2018).
  40. Alain Charles, « Centre de loisirs équestres dit Manège Dassonville actuellement restaurant la Marcanderie », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  41. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Migouélou », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  42. Alain Charles, « Garage de réparation automobile Minot », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 14 février 2018).
  43. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Mitsouko », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 25 janvier 2018).
  44. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Okeanos », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 30 janvier 2018).
  45. Alain Charles, « Immeuble à logements L'Oustaou et magasin de commerce », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 février 2018).
  46. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Pavillon Rose », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  47. David 1979, p. 24.
  48. Alain Charles, « Poste de la Baule-Escoublac », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 21 janvier 2018).
  49. Charles 2002, p. 66-67.
  50. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Red-Roof puis Les Ailes », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  51. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Rosario », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 16 février 2018).
  52. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Roches Rouges », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  53. Alain Charles, « Église dite chapelle du Sacré-Coeur », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  54. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Charles puis Las Maravillas », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 18 février 2018).
  55. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Corentin », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 11 décembre 2017).
  56. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Guénolé », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 11 décembre 2017).
  57. Alain Charles, « Ancienne maison dite villa balnéaire Saint-Syvestre, puis hôtel de voyageurs Les Pléaides », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 25 février 2018).
  58. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Soladar », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 19 février 2018).
  59. Charles 2002, p. 115.
  60. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Solenea », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 17 février 2018).
  61. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Sunny Cottage », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 15 janvier 2018).
  62. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Les Tottes », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 21 février 2018).
  63. David 1979, p. 23.
  64. Alain Charles, « Temple protestant », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 21 janvier 2018).
  65. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ty Breiz », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 28 janvier 2018).
  66. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Ty Ouït », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 3 février 2018).
  67. Alain Charles, « Maisons dites villas balnéaires Ty Ra et Ty Ra Bihan », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 11 décembre 2017).
  68. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Vega », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 9 février 2018).
  69. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Vert Cottage », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  70. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Villa Nelle », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 7 février 2018).
  71. Alain Charles, « Hôtel de voyageurs dit Hôtel Weller puis Hôtel Continental », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 27 janvier 2018).
  72. « La Baule-les-Pins et sa mosaïque architecturale », sur un site du journal Ouest-France, (consulté le 22 octobre 2017).
  73. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire dite Ker Goustan puis Ker Groaz », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 1er mars 2018).
  74. Laurent Delpire, « Maison de villégiature balnéaire », sur Patrimoine des Pays de la Loire, (consulté le 3 mars 2018).
  75. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire La Grande Chartreuse », sur Patrimoine des Pays de la Loire, (consulté le 4 mars 2018).
  76. Charles 2002, p. 101.
  77. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Saint-Kiriec », sur Patrimoine des pays de la Loire (consulté le 14 janvier 2018).
  78. « Château à la Calvinière », notice no IA00032288.
  79. Anne Vidalie, « La Baule: le bonheur est dans les pins », sur un site du magazine L'Express, (consulté le 7 janvier 2018).
  80. Alain Charles, « Panorama Le Pouliguen - La Baule - Pornichet », sur panorama-labaule.com (consulté le 7 janvier 2018).
  81. Daniel Le Couédic, « L’architecture et les paysages, bastions de l’identité bretonne », sur bretonsdujapon (consulté le 20 janvier 2018), p. 11.