Gare d'Argenteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Argenteuil
Image illustrative de l'article Gare d'Argenteuil
Entrée de la gare au niveau de la voie de circulation des bus menant à la gare routière visible au second plan.
Localisation
Pays France
Commune Argenteuil
Adresse Place Pierre-Semard
95100 Argenteuil
Coordonnées géographiques 48° 56′ 49″ Nord 2° 15′ 26″ Est / 48.946944, 2.257222
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TransilienLigne J du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Saint-Lazare à Mantes-Station par Conflans-Ste-H.
Paris-Saint-Lazare à Ermont-Eaubonne
Voies 6
Quais 2 quais latéraux et 3 quais centraux
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 36 m
Historique
Ouverture 1863
Correspondances
R'Bus (BUS) R'Bus 1 2 4 6 7 8 9 18
RATP (BUS) RATP 140 272 340 361
Lacroix (BUS) Lacroix 95.19A 95.19C
Valmy (BUS) Valmy 16
Noctilien (N) N52

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Argenteuil

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Argenteuil

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

(Voir situation sur carte : Val-d'Oise)
Argenteuil

La gare d'Argenteuil est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Mantes-Station par Conflans-Sainte-Honorine et de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Ermont - Eaubonne, située sur le territoire de la commune d'Argenteuil dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

C'est une gare SNCF desservie par les trains du réseau Transilien Saint-Lazare (ligne J).

Desservant la troisième ville de la région en population, elle est une des plus fréquentées du réseau. Elle fut immortalisée par Claude Monet, qui habita un temps à proximité immédiate, dans une toile datée de 1872.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Plan des voies en 2006.

Cette gare est située au point kilométrique 9,971 des lignes de Paris-Saint-Lazare à Mantes-Station par Conflans-Sainte-Honorine et de Paris-Saint-Lazare à Ermont - Eaubonne. Son altitude est de 36 mètres.

La ligne de Grande Ceinture passe à proximité immédiate de la gare et dessert un établissement spécifique, construit en 1878 dans le style Troisième République mais fermé au trafic voyageurs depuis 1930, la gare d'Argenteuil-Grande-Ceinture[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare « ouest » au début du XXe siècle
Vue de la gare d'Argenteuil - Grande-Ceinture, place Aristide-Briand.
En 1914, des trains relient Paris-Saint-Lazare à Paris-Nord via Argenteuil et Ermont-Eaubonne.

La première gare d'Argenteuil (1851-1863)[modifier | modifier le code]

En 1851, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain ouvre une nouvelle ligne entre Asnières-sur-Seine et la rive gauche de la Seine en face d'Argenteuil. Pour se rendre à Paris, via la gare Saint-Lazare, il faut emprunter le pont d'Argenteuil, à péage, pour gagner l'embarcadère du chemin de fer situé à Gennevilliers à la frontière avec Colombes[2]. En 1855, la compagnie fusionne avec d'autres pour former la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest.

La seconde gare d'Argenteuil[modifier | modifier le code]

Une courte ligne de cinq kilomètres entre Argenteuil et Ermont-Eaubonne est concédée à la Compagnie des chemins de fer du Nord par une convention signée le entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie, approuvée par un décret impérial le [3]. Afin de créer une jonction entre les deux réseaux du Nord et de de l'Ouest, cette section est établie à frais communs par les deux compagnies[4]. La ligne est mise en service en 1863 et la gare de l'Ouest est alors déplacée de l'autre côté de la Seine à son emplacement actuel.

Les trains desservent alors Pontoise en empruntant cette nouvelle ligne, puis le raccordement de Cernay (entre les gares de Sannois et de Cernay) et enfin la ligne Saint-Denis - Pontoise, qui appartient également à la Compagnie du Nord. D'autres trains, dits circulaires, relient Paris-Saint-Lazare à Paris-Nord via Ermont-Eaubonne.

Pendant le siège de Paris en 1870-1871, les Allemands incendient la gare[5].

En 1892, la ligne entre Argenteuil et Mantes par Conflans est ouverte au trafic. Les trains desservant Pontoise empruntent ce nouvel itinéraire, appartenant intégralement à la Compagnie de l'Ouest.

Durant les années 1920, les cisaillements de voies à Ermont, rendus de plus en plus délicats par la croissance constante du trafic, font suspendre la desserte circulaire : le tronçon Argenteuil - Ermont-Eaubonne devient une simple navette isolée. Cette section est une des dernières de banlieue à être électrifiée, en mai 1983[6]. Du 25 septembre 1988 au , ce tronçon est desservi par des trains de la ligne C du RER, en terminus à Argenteuil. Cette branche du RER est supprimée et remplacée depuis le par une nouvelle desserte directe Saint-Lazare - Argenteuil - Ermont.

Depuis le boulevard Karl-Marx (côté ouest), un passage souterrain permet d’accéder aux quais. À l’autre extrémité (côté est), il débouche sur une voie publique sans nom qui se termine place Aristide-Briand devant la gare d'Argenteuil - Grande-Ceinture où une station du Tram Express Nord pourrait être implantée si ce dernier est prolongée jusqu'à Sartrouville[7].

En 2012, 22 170 voyageurs ont pris le train dans cette gare chaque jour ouvré de la semaine[8].

Correspondances[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les lignes 140, 272, 340 et 361 du réseau de bus RATP, par les lignes 1, 2, 4, 6, 7, 8, 9 et 18 du réseau de bus R'Bus, par les lignes 95.19A et 95.19C du réseau de bus Busval d'Oise, par la ligne 16 du réseau de bus Valmy et, la nuit, par la ligne N52 du réseau Noctilien.

À l'horizon 2027, la gare devrait être en correspondance avec la ligne de Tram Express Nord lors de la mise en service de la phase 2 de ladite ligne[9].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

La gare est ouverte au service fret[10]. Elle dispose de deux installations terminales embranchées et de deux cours de marchandises, l'une en gare, l'autre au triage d'Argenteuil.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Panneau d'information devant la gare d'Argenteuil - Grande-Ceinture.
  2. Plans du cadastre de Gennevilliers, 1855-1856, section A dite des Communaux, 2e feuille [lire en ligne].
  3. « N° 4818 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 21 juin 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer du Nord : 26 juin 1857 », Bulletin des lois de l'Empire français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 524,‎ , p. 411 - 441.
  4. François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome 2, 1858 - 1863, p. 197.
  5. Bernard Lecoy, « Chemins de fer et déplacements autour de Paris pendant la crise de 1870-1871 », Revue d’histoire des chemins de fer, no 31, 2004, p. 181-200 [lire en ligne].
  6. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, p. 217.
  7. Schéma directeur de la région Île-de-France, Fascicule 5 – Propositions pour la mise en œuvre [PDF], p. 22.
  8. [PDF]« Délibération n° 2012/301, séance du 10 octobre 2012 », sur le site du STIF (consulté le 25 août 2013) : « Déploiement de nouveaux afficheurs Infogare TFT/TLED lignes L&J, Volet information voyageurs : Identifiant PQI 181 », p. 15. Le STIF définit le nombre de montants pour une gare comme le nombre de voyageurs y prenant le train les jours ouvrés et hors période de vacances scolaires.
  9. « Sartrouville à Noisy-le-Sec : 28 km de trajet », sur tangentiellenord.fr (consulté le 26 avril 2016) : « …et le prolongement « Ouest » à l’horizon 2027. ».
  10. Site Fret SNCF : la gare d'Argenteuil..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Bruno Carrière, Les trains de banlieue, tome I, Éd. La Vie du Rail, 1997, 303 p. (ISBN 2902808666)
  • (fr) Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, Éd. La Vie du Rail, 1999, 335 p. (ISBN 2902808763)


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Pontoise
ou Gisors
ou Mantes-la-Jolie
Val d'Argenteuil
ou La Frette - Montigny
ou Conflans-Sainte-Honorine
Transilien Ligne J du Transilien Paris-Saint-Lazare Paris-Saint-Lazare
Ermont - Eaubonne Sannois Transilien Ligne J du Transilien Le Stade Paris-Saint-Lazare