Franck Jurietti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franck Jurietti
Franck Jurietti 6.jpg
Franck Jurietti en 2009
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (41 ans)
Lieu Valence (Drôme)
Taille 1,81 m (5 11)[1],[Note 1]
Période pro. 1994-2010
Poste Défenseur latéral gauche
Pied fort Droit[2]
Parcours junior
Saisons Club
1990-1994 Drapeau : France Olympique lyonnais
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1994-1997 Drapeau : France FC Gueugnon 116 0(6)
1997-2000 Drapeau : France SC Bastia 104 (13)
2000-2002 Drapeau : France AS Monaco 037 0(0)
2002 Drapeau : France O. Marseille 020 0(0)
2002-2003 Drapeau : France AS Monaco 007 0(0)
2003-2010 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 224 0(0)
1994-2010 Total 508 (19)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2005 Drapeau : France France 001 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Franck Jurietti est un footballeur français né le à Valence (France).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts professionnels à Gueugnon (1990-1997)[modifier | modifier le code]

Franck Jurietti naît le à Valence dans la Drôme[3],[4]. Il commence à jouer au football dans sa ville natale et suscite l’intérêt de « deux ou trois clubs »[5],[6]. Repéré par les recruteurs de l'Olympique lyonnais, il rejoint Lyon à l'âge de quinze ans, en 1990[6].

Il joue dans l'équipe réserve de l'OL et remporte, lors de la saison 1992-1993, le titre de champion de Division 3[6]. La saison suivante, les jeunes lyonnais s'imposent en finale de la Coupe Gambardella 1993-1994, face au Stade Malherbe de Caen (5-0), avec comme joueurs Jurietti, Cédric Bardon, Jean-Christophe Devaux, Fabrice Fiorèse ou encore Ludovic Giuly[7]. Lors de cette dernière, il est remarqué par George Bernard, recruteur du Football Club de Gueugnon, qui le supervise à trois reprises[8]. Ce dernier rencontre Bernard Lacombe, proche du président lyonnais Jean-Michel Aulas, et lui avoue que Jurietti l'intéresse particulièrement[8]. À la fin de la saison, le joueur ne reçoit pas de contrat de stagiaire et quitte le centre de formation de l'Olympique lyonnais[6].

Le joueur arrive au Football Club de Gueugnon en 1994 et devient professionnel[9]. Quand il rejoint son nouveau club, Bernard le définie comme un joueur ayant « beaucoup de caractère et une bonne formation de base »[8]. Le FCG ne recrute que deux nouveaux éléments avant le début de la saison 1994-1995, Jurietti et Pierre Chavrondier, inconnus du grand public[10]. Il fait partie des joueurs les plus jeunes de cet effectif évoluant en Division 2[11]. Il joue au poste de milieu défensif et se révèle avec les couleurs de Gueugnon[12]. Pour sa première année, Il dispute trente-neuf matchs de championnat et devient un cadre de l'équipe aux côtés d'Ali Boumnijel, David Fanzel et Amara Traoré[4],[13]. Les Forgerons, à l'issue d'une victoire 2-0 face au Red Star, terminent troisième du championnat et sont promus en Division 1[13].

Pour cette année parmi l'élite, Gueugnon a beaucoup de difficultés à s'imposer dans ce championnat[13]. Cependant, Jurietti reste dans l'équipe-type et participe à trente-six rencontres de première division[3]. De plus, il inscrit deux buts lors de cette saison[14], un face au Havre, marquant le premier but d'une victoire 2-0 et enfin un autre lors du dernier match de la saison, contre le Football Club de Metz pour un succès 2-1[3]. Néanmoins, le FCG est relégué en D2, terminant dix-huitième, à un point du premier non-relégable[10]. Jurietti reste à Gueugnon malgré la relégation et perdure dans son rôle de cadre, en jouant trente-cinq matchs et marquant trois buts lors de la saison 1996-1997[4] qui voit le FCG prendre la quatrième place et manquer son retour en Division 1. En 2003, il qualifie son passage à Gueugnon comme le moment le plus fort humainement de sa carrière[12].

Titulaire avec Bastia (1997-2000)[modifier | modifier le code]

Jurietti fait son arrivée en équipe de France espoirs peu de temps après le début de la saison 1997-1998. Il est sélectionné par Raymond Domenech pour un match de qualification pour le championnat d'Europe espoirs 1998 face à la Hongrie[15].

Le , il marque l'unique but contre le Montpellier HSC, en huitième de finale de la Coupe de la Ligue, qualifiant son équipe au tour suivant[16].

Échec à Monaco et prêt à Marseille (2000-2003)[modifier | modifier le code]

À la fin de la saison 1999-2000, Jurietti est suivi par le Paris Saint-Germain et l'AS Monaco pour un recrutement[17]. Finalement, au début du mois de juin 2000, il choisit Monaco car c'est l'équipe « celui qui a fait le plus d'efforts » pour le faire venir[17]. Le montant du transfert est estimé entre cinquante et soixante millions francs[17] ou encore entre sept et demi et huit millions euros[18],[12]. Le défenseur signe un contrat de cinq ans avec les monégasques[19].

Il commence la saison 2000-2001 comme titulaire[3]. Participant à la Ligue des champions, Jurietti est expulsé contre le Galatasaray dans un match remporté 4-2 par Monaco mais marqué par un climat électrique entre les deux équipes[20]. À ce moment là de sa carrière, il est présenté comme étant dans la lignée de Willy Sagnol[12].

Dix années après ses débuts, en octobre 2005, grâce à un début de saison jugé excellent avec les Girondins de Bordeaux, Raymond Domenech lui offre sa première sélection en équipe de France.

Lors de la finale de la Coupe de la Ligue en 2009, il profite de la suspension d'Alou Diarra et endosse le brassard de capitaine pour la finale, remportée 4-0 face à Vannes.

En fin de contrat en mai 2010 à Bordeaux, il n'est pas conservé après sept saisons au club[21].

Insolite[modifier | modifier le code]

Il détient à ce jour le record de la plus courte carrière internationale avec cinq secondes de jeu lors du France-Chypre (4-0) du [22]. Jurietti a ainsi détrôné Bernard Boissier qui, lui, avait joué deux minutes lors de son unique sélection contre le Portugal le . Il a aussi écopé d'un carton rouge alors qu'il était remplaçant, lors de la saison 2001-2002, alors qu'il jouait avec l'Olympique de Marseille.

Carrière[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon l'article référencé, Franck Jurietti affirme qu'il mesure entre 1,81 m (5 11) et 1,82 m (6 0), contestant la taille de 1,77 m (5 10) présent dans plusieurs fiches de présentation.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La bonne taille de Jurietti », Sud Ouest,‎
  2. « Franck Jurietti - Transfermarkt », sur transfermarkt.co.uk (consulté le 1er mars 2016)
  3. a, b, c et d « Franck Jurietti - LFP », sur LFP.fr (consulté le 2 mars 2016)
  4. a, b et c « Franck Jurietti - Footballdatabase », sur footballdatabase.eu (consulté le 4 mars 2016)
  5. Christian Grené, « Repartir du bon pied », Sud Ouest,‎
  6. a, b, c et d AT/AV, « Franck Jurietti : Lyon, un des dix meilleurs clubs d'Europe », sur olweb.fr,‎ (consulté le 4 mars 2016)
  7. SC, « L'OL et la Gambardella », sur olweb.fr,‎ (consulté le 4 mars 2016)
  8. a, b et c Christian Grené, « Une première pour un joueur passé au F.C.G. », Le Journal de Saône et Loire (Charolais),‎
  9. Claude Pèze, « Franck Jurietti répond au questionnaire proustballe », sur horsjeu.net,‎ 1erfévrier 2013 (consulté le 1er mars 2016)
  10. a et b « Gueugnon change de monde », Le Journal de Saône et Loire,‎ (lire en ligne)
  11. Michaël Rigollet, « Ennemis l'espace d'une soirée », Le Journal de Saône et Loire (Charolais),‎
  12. a, b, c et d Nicolas Le Gardien, « Un prince en reconquête », Sud Ouest,‎ , p. 9
  13. a, b et c Frank Simon, « 26/08/1995 : Gueugnon enfin victorieux en D1 », sur francefootball.fr,‎ (consulté le 1er mars 2016)
  14. « Jurietti veut marquer », Sud Ouest,‎ , p. 14
  15. « Giuly chez les Espoirs », Le Progrès,‎
  16. « Jurietti qualifie Bastia », Le Progrès,‎
  17. a, b et c « Franck Jurietti choisit Monaco », Le Parisien,‎ , p. 21
  18. « Saison 2000-2001 - Corse Football », sur corsefootball.fr (consulté le 2 mars 2016)
  19. « Monaco: Franck Jurietti, Stéphane Porato et Xavier Gravelaine joueront la saison prochaine à l'AS Monaco, a annoncé hier soir le président Campora. », Le Progrès,‎
  20. Elie Barth, « Dans l'adversité, l'AS Monaco a renoué avec les vertus de la solidarité », Le Monde,‎ , p. 30
  21. « Bordeaux : Placente et Jurietti vont partir », sur OuestFrance.fr,‎ (consulté le 28 janvier 2011)
  22. Christophe Gleizes, « Top 10 : Histoires de remplacements », sur sofoot.com,‎ (consulté le 4 février 2014)
  23. Fiche de Franck Jurietti sur footballdatabase.eu