Franca Sozzani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec sa sœur Carla Sozzani
Franca Sozzani
Franca Sozzani 2010.jpg

Franca Sozzani en 2010.

Fonction
Ambassadrice
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Francesco Carrozzini (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Franca Sozzani (née le à Mantoue et morte le à Milan) est une journaliste de mode italienne et rédactrice en chef de l'édition italienne du magazine Vogue de 1988 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Franca Sozzani naît à Mantoue en 1950, d'un père travaillant comme ingénieur chez Fiat[1]. Elle grandit à Milan et voyage : trois ans en France à Chambéry, un an à Turin, Londres… Finalement, elle revient à Milan, capitale de la mode italienne, finir ses études et apprendre le russe, langue à la mode à l'époque précise-t-elle. Sa sœur Carla Sozzani lui donne goût à la mode ; elles deviendront à elles deux des personnalités italiennes très influentes dans le domaine de la mode[2]. Elle se marie à vingt ans pour divorcer trois mois plus tard.

Franca Sozzani trouve un premier travail de secrétaire à L'Uomo Vogue, ce qui lui permet de rencontrer la direction de Condé Nast Italia ; on lui propose alors le poste de rédactrice-assistante à Vogue Bambini. Ce travail ne lui convient pas, elle décide, sur un coup de tête, de partir en Inde ; elle y restera deux mois et sera licenciée à son retour[3]. Elle a 25 ans, passionnée par YSL avec sa ligne de prêt-à-porter rive gauche[1] et, malgré son escapade en Inde, est embauchée dans un nouveau magazine des Éditions Condé Nast, Lei, pour s'occuper de la rubrique mode. Après trois ans, elle en devient rédactrice en chef mais se retrouve un peu perdue dans les responsabilités. Elle décide de partir se former aux États-Unis et rencontre de futurs grands photographes comme Herb Ritts ou Bruce Weber. Deux ans plus tard, elle fera connaissance de Mario Testino. Mais c'est surtout le photographe Steven Meisel qui va façonner années après années l'image de Vogue Italia dans les années suivantes.

Elle se marie avec le directeur italien du Club Med, accouche de son fils (en), puis divorce quelque temps après. On lui propose la responsabilité d'un second magazine, Per Lui mais ne veux pas de ce travail qui va lui prendre trop de temps. Franco Sartori, le rédacteur en chef de Vogue Italia meurt, et en décembre 1987, elle est recrutée à l'âge de 37 ans pour entrer chez Vogue Italia. Les deux premières années au sein du magazine sont « les pires moments de ma vie[3] » dira-t-elle : le magazine ressemble alors à un simple catalogue, et les ventes sont mauvaises, la publicité, principal revenu, est au plus bas, les grandes marques françaises de mode n'achetant même pas de pages. Mais les choses changent : de grandes signatures écrivent dans le magazine, la maquette, la typographie sont revus[1], les plus grands top-models apparaissent dans les pages[4] : les ventes décollent nettement. Franca Sozzani, omniprésente dans toutes les rubriques et qui impose ses points de vue, contrôle tout : elle a rénové le magazine avec Fabien Baron au début, en donnant le pouvoir à l'image et à la photographie. Vogue Italia devient une référence mondiale dans ces années suivantes[3],[4].

Franca Sozzani, n'hésitant pas à aborder des sujets sociaux dans les colonnes de son magazine[4], décide de publier le Black Issue en 2008, un numéro avec uniquement des mannequins noirs[5],[6]. C'est un tel succès que celui-ci doit être réimprimé en Allemagne, aux États-Unis, et au Royaume-Uni. Pourtant, elle reçoit de nombreuses critiques pour ce numéro[3]. D'autres numéros, comme celui dédié à la chirurgie esthétique MakeOver, ou le numéro Curvy[7],[8] de juin 2011 feront également sensation. En février 2010, le site internet bilingue du magazine est lancé.

En mars 2012, elle est faite chevalier de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy[9], et est ambassadrice de bonne volonté auprès des Nations unies où elle représente le programme Fashion 4 Development[10],[6].

Soutien dans Vogue de Lacroix, Versace[1], ou Dolce & Gabbana, proche de Miuccia Prada et de Karl Lagerfeld, elle porte malgré tout, après plusieurs décennies d'activité, un regard détaché de la mode[3], n'hésitant pas a lancer dans les médias des phrases provocatrices à l'encontre des tendances[4],[6]. Elle meurt le 22 décembre 2016[11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Eric Dahan, Franca Sozzani, l'ange des photographes. La directrice du magazine se confie pour la première fois. Libération, 3 novembre 1998
  2. Fabrice Paineau, « L'autre Carla », L'Express Style, Groupe Express, no 3268,‎ , p. 50 à 53

    « Sa [Carla] notoriété répond en écho à celle de sa sœur. Autant dire qu'être adoubé par le clan Sozzani est un précieux sésame dans la mode. »

  3. a, b, c, d et e (en) Elizabeth von Guttman (photogr. Terry Richardson), « Fantastic Franca », Industrie Magazine, no Issue 4,‎ , p. 64 à 71
  4. a, b, c et d (en) Livia Firth, « Franca Sozzani », Fashion, sur interviewmagazine.com, Interview (magazine) (consulté le 8 février 2013)
  5. (en) Jeff israely, « Vogue Italia Is a Hit in Black », Arts, sur time.com, Time (magazine), (consulté le 8 février 2013)
  6. a, b et c (en) Eric Wilson, « Franca Sozzani Hates Fashionistas », Fashion & Style, sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 7 février 2013)
  7. (en) William Lee Adams, « Vogue Italia Cover Features Three Plus-Size Models », Lifestyle, sur time.com, Time (magazine), (consulté le 8 février 2013)
  8. (en) Belinda White, « Vogue Italia stay ahead of the curve », Fashion, sur telegraph.co.uk, The Daily Telegraph, (consulté le 8 février 2013)
  9. AFP, « Légion d'honneur : Sarkozy décore 11 artistes », Politique, sur europe1.fr, Europe 1, (consulté le 19 juillet 2012)
  10. « La mode à l'ONU », Le Nouvel Observateur, no 2486,‎ , p. 32 (ISSN 0029-4713)
  11. (en) Hamish Bowles, « Franca Sozzani, Editor in Chief of Italian Vogue, Dies at 66 », sur vogue.com, Condé Nast, (consulté le 22 décembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]