Vogue (magazine britannique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vogue
Image illustrative de l'article Vogue (magazine britannique)

Pays Drapeau du Royaume-Uni Londres
Langue Anglais
Périodicité Mensuelle
Genre Magazine de mode
Diffusion 200 000/no [1] ex. (2015)
Date de fondation 1916

Propriétaire Condé Nast Publications
Rédacteur en chef Alexandra Shulman
ISSN 0262-2130
Site web www.vogue.co.uk

Vogue, souvent appelé British Vogue ou Vogue UK est la déclinaison britannique du magazine de mode américain Vogue. Le siège du magazine est à Londres.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Vogue américain est déjà distribué depuis 1912 dans les quartiers riches de Londres ; à l'aube de la Première Guerre Mondiale, il s'en vend seulement 4 000 exemplaires, les lectrices de ce pays préférant les magazines européens[1]. Mais les restrictions d'exportations durant le conflit font que l'édition américaine voit ses ventes multipliées par quatre[1]. Pourtant, les réductions de papier aux États-Unis et les difficultés à acheminer le magazine ne favorisent pas la diffusion en Angleterre[1]. Condé Nast souhaite donc développer une édition spécifique de l'autre coté de l'Atlantique.

Le British Vogue, alors bi-mensuel[2], est lancé en septembre 1916 pour un shilling. C'est la première édition du magazine créée à l'étranger, peu après la reprise du titre aux États-Unis par Condé Nast. Au départ, le British Vogue est essentiellement le même que l'édition américaine : même si chaque éditions se consacrait aux sujets nationaux, le contenu (illustrations ou articles), ainsi que la maquette, étaient adaptés mais très similaires[2], les couvertures ou reportages restant le plus souvent internationaux et communs à toutes les éditions de Condé Nast[1]. Le magazine voit à sa tête Dorothy Todd peu accès sur la mode. À l'opposé, focalisée sur le style et la haute couture, Elspeth Champcommunal la remplace un an plus tard[1] ; elle y restera jusqu'en 1924. La première couverture est illustrée par Helen Thurlow[3].

Au milieu des années 1920, Dorothy Todd redevient rédactrice en chef. Lesbienne, intellectuelle, elle n'a aucun intérêt pour la mode[1] et remplace partiellement les articles vestimentaires par ceux traitant de littérature. Elle modifie sensiblement le contenu éditorial du magazine ; celui perd alors de nombreux lecteurs, ainsi que de l'argent, à cause de ces changements. Edna Woolman Chase, l’éditrice en chef de toutes les éditions de Vogue, arrive des États-Unis pour remettre tout cela en place[1]. Dorothy Todd ne restera pas et Alison Settle prend le poste. Durant les neuf ans qu'elle passe à ce poste, le commence à s'émanciper de l'édition américaine[1]. Le magazine prend alors la réputation d'être un « journal intelligent s'adressant à des lecteurs intelligents[2] ». À partir de juillet 1932, la photographie remplace l'illustration en couverture du magazine[3]. La photographie occupera de tous temps un rôle prépondérant au sein de ce magazine[1].

Elizabeth Penrose arrive comme rédactrice en chef, puis est remplacée en 1940 par Audrey Withers (en). Cette dernière y reste vingt ans.

Le Vogue anglais était jusque là une publication luxueuse avec 36 parutions par an. Mais début 1939, celle-ci est réduite à 24 numéros[4] puis suspendue en octobre 1939. Le mois suivant, afin de respecter le rationnement de papier alors en vigueur, le magazine passe à un rythme mensuel, ce qui va durer pendant une vingtaine d'années[5]. Bien que recevant une partie de son contenu photographique de l'édition des États-Unis[6], la gravité de la Guerre en Europe fait que l'édition britannique s'éloigne encore plus, durant cette période, de la ligne directrice de sa consœur américaine, tendance qui perdurera au cours des décennies suivantes[7]. Après la Guerre, l'édition anglaise a souffert et ne retrouve pas l'importance qu'elle avait dans les années 1930[4]. Plus rapidement que les autres éditions internationales de Vogue, la photographie prend dans la version anglaise une place prédominante dans les années qui suivent[4].

Dans les années 1960, période du Swinging London, Londres est la capitale de la mode. Cette édition retrouve de son importance, entre autres grâce au travail du photographe David Bailey[8] avec Jean Shrimpton, ou Penelope Tree (en) plus tard.

Au milieu des années 1960, Beatrix Miller (en) en devient rédactrice en chef. Helmut Newton, Guy Bourdin, Norman Parkinson entré en 1941[6], ou David Bailey sont les photographes principaux[8]. Puis Anna Wintour en est la rédactrice en chef pendant deux ans, avant de prendre la tête du Vogue américain plus tard. Durant les années 1970, selon le renommé photographe Patrick Demarchelier dont la carrière a décollé après sa rencontre avec Grace Coddington vers cette période, « c'était le meilleur magazine au monde, celui pour qui tu voulais vraiment travailler »[9].

Liz Tilberis la « protégée » de Beatrix Miller[1], qui avait déjà passé vingt ans au sein du magazine, devient rédactrice en chef en 1988. Ces années là, les Supermodels sont au sommet de leur gloire : Christy Turlington est cinq fois en couverture du magazine en 1990 et Linda Evangelista cinq fois en 1991. Tilberis met aussi en couverture Lady Di[1]. Les ventes progressent, dépassant les 200 000 exemplaires[10]. Mais Elizabeth Tilberis quitte le magazine anglais quatre ans après sa prise de poste pour rejoindre Harper's Bazaar aux États-Unis[11]. Depuis les années 1990, Alexandra Shulman est la rédactrice en chef[12], secondée longtemps par Robin Derrick (en). Jamais les ventes n'ont été aussi hautes[1].

Rédactrices-en-chef
Nom Date d'entrée en fonction Date de cessation de fonctions
Dorothy Todd 1916 1917
Elspeth Champcommunal 1917 1924
Dorothy Todd 1924 1926
Alison Settle 1926 1934
Elizabeth Penrose 1934 1940
Audrey Withers (en) 1940 1960
Ailsa Garland 1960 1964
Beatrix Miller 1964 1985
Anna Wintour 1986 1987
Liz Tilberis 1988 1992
Alexandra Shulman 1992 -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) Colin McDowell, « 100 Years of British Vogue », Intelligence, sur businessoffashion.com, Business of Fashion,‎ (consulté le 5 février 2016)
  2. a, b et c William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson, , 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), « 1923 - 1934 », p. 39
  3. a et b (en) Hilary Alexander, « Bailey rolls back the years for Vogue at 90 », sur telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 2 janvier 2014) : « Although Cecil Beaton's first photograph appeared in British Vogue in April 1924, it was not until July 1932 that the magazine switched to photography on the cover. »
  4. a, b et c William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson, , 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), p. 165
  5. William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson, , 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), p. 106
  6. a et b (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashon looks that changed the 1950s, Londres, Conran Octopus, coll. « Fifty Fashion Looks », , 112 p. (ISBN 978 1 84091 603 4, présentation en ligne), « Norman Parkison : Gentleman photographer », p. 92
  7. William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson, , 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), p. 108
  8. a et b Nathalie Herschdorfer (préf. Todd Brandow), Papier glacé : un siècle de photographie de mode chez Condé Nast [« Coming into fashion »], Paris, Thames & Hudson, , 296 p. (ISBN 978-2-87811-393-8, présentation en ligne), p. 18
  9. (en) Luke Leitch, « Patrick Demarchelier: 'My job is to make clothes look beautiful - but with couture, it's easy' », Fashion, sur telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 3 janvier 2014)
  10. (en) Avril Mollison, « Obituary: Liz Tilberis », The Independent,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashon looks that changed the 1990s, Londres, Conran Octopus, coll. « Fifty Fashion Looks », , 112 p. (ISBN 978-1840916270, présentation en ligne), « Liz Tilberis - The lady who rebooted American style », p. 32
  12. Marta Represa, « Le who's who des rédactrices de mode », L'Express Styles, vol. Styles, no 3192,‎ , p. 60 (ISSN 0014-5270)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robbin Derrick et Robin Muir, People in Vogue : A century of Portrait Photography, Londres, Little Brown, , 2e éd. (1re éd. 2003), 352 p. (ISBN 978-0316731140, présentation en ligne)
Livre réalisé à partir des archives du Vogue Britannique

Liens externes[modifier | modifier le code]