François Depresle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Depresle
Image dans Infobox.
François Depresle en octobre 1991
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

François Depresle (1957-2015) est un architecte et urbaniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Depresle, né le à Petit-Quevilly (Seine-Maritime), passe l'essentiel de son enfance et de son adolescence à Saint-Honoré-les-Bains (Nièvre). Après des études secondaires au lycée Jules Renard de Nevers et une année en classe préparatoire à Limoges, il est admis à l'Institut d'études politiques de Paris (« Sciences Po ») en 1976. En 1980, il intègre l’Ecole d'architecture de Paris-La-Défense où il obtient le diplôme d’architecte DPLG en 1986.

Après quelques années de collaboration dans plusieurs agences parisiennes (Viguier-Jodry, Faloci, Maurios), au cours desquelles il suit également l'enseignement du Centre d'études supérieures d'histoire et de conservation des monuments anciens (« École de Chaillot »), il crée en 1990 "l’Atelier François Depresle, architecture et urbanisme", dont l'équipe permanente comptera jusqu'à une dizaine d'architectes en titre. Il obtient des commandes en Limousin mais aussi à Paris. Parallèlement à son travail d'agence, il devient en 1992 enseignant à l'École d'architecture de Paris-La-Défense, où il exercera une dizaine d'années,

Les années 2000 seront celles de projets importants, notamment à Tulle où il  procède à une extension de l’école de Gendarmerie, et à Limoges où il crée deux nouveaux quartiers d’habitation. En Ile-de-France comme dans d’autres régions françaises, ses réalisations dans les domaines de la santé, de l'enseignement et du logement lui valent des articles dans les revues d'architecture.

C'est au cours de cette même décennie qu'il est nommé architecte-conseil de l'État[1] dans le département du Lot, apportant deux jours par mois ses conseils aux services de l'État et aux élus locaux sur les projets d'aménagement, d'urbanisme et d'architecture.

La crise économique de 2007-2008 affecte le processus de développement de "l'Atelier François Depresle", mais c'est la maladie qui va entraver puis mettre fin à la carrière d'un architecte qui avait acquis une réelle notoriété au cours des années précédentes[réf. nécessaire].

François Depresle est mort à Paris le 23 octobre 2015.

Citations[modifier | modifier le code]

« L’architecte est avant tout un sculpteur d’espaces en creux, il modèle les vides grâce aux volumes qu’il conçoit»

« A trop vouloir faire remarquer son œuvre, on risque de priver la ville de ce qui fait son tissu courant, c'est-à-dire de l'immeuble banal qui constitue, par sa discrétion, le quotidien grâce auquel quelques bâtiments exceptionnels sont mis en scène.»

« C'est à dessein que nous ne revendiquons pas le statut d'artiste dont l'effort est essentiellement tourné vers son œuvre mais celui, plus humble, d'artisan au service de ceux qui vont habiter, travailler, se cultiver dans les lieux que nous aurons créés.»

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bon connaisseur[non neutre] de l'architecture contemporaine aussi bien que du patrimoine, François Depresle a entendu inscrire son œuvre dans une modernité intemporelle et respectueuse des lieux comme des habitants, réinterprétant les formes de la tradition et utilisant les matériaux locaux. Sa démarche l’a incité à choisir des formes différenciées pour chaque projet, adaptées à leur environnement et à la culture locale.

Conscient de sa responsabilité[non neutre] de bâtisseur envers les territoires et les populations qui l'accueillent, François Depresle avait la volonté d'échapper au culte du bel objet pour mettre son architecture au service de la ville. Eloignée de toute provocation formelle, de tout narcissisme stylistique, son œuvre apparaît donc en marge de tous les courants de l’architecture contemporaine,[réf. nécessaire] comme a pu l’être, en son temps, celle de Fernand Pouillon, architecte qu’il appréciait tout particulièrement.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

François Depresle a réalisé de nombreux bâtiments publics, des logements[2] et des quartiers de ville, sur le territoire national, notamment en Nouvelle Aquitaine (particulièrement en Limousin) et en Ile-de-France ainsi qu’un centre hospitalier en Afrique (Mali)[3].

Liste des réalisations par ordre chronologique[modifier | modifier le code]

  • Construction d'une école de 12 classes à La Souterraine (Creuse), livrée en 1992
  • Construction d'une maison individuelle (maison Mourioux)[4], livrée en 1992
  • Construction de la Perception de Bourganeuf (Creuse), livrée en 1994
  • Construction du Service départemental d'incendie et de secours de Ste-Feyre (Creuse), livré en 1995
  • Construction de 75 logements sociaux à La Souterraine, livrés en 1998
  • Réhabilitation et extension d'une maison de retraite à Bordeaux, livrée en 1999
  • Construction de 65 maisons individuelles dans le quartier du Mas Gigoux à Limoges, livrées en 2000
  • Foyer de vie pour personnes handicapées à Montreuil (Seine St-Denis), livrée en 2000
  • Construction d'une maison individuelle (maison Dubois)[5] sur l'Ile Ste-Catherine à Créteil (Val-de-Marne), livrée en 2001
  • Construction d'une gendarmerie à Feytiat (Haute-Vienne), livrée en 2001
  • Construction d'un immeuble de 20 logements sociaux, rue Falguière à Paris, livrée en 2002
  • Réhabilitation et extension d'une maison de retraite de 86 lits à Chelles (Seine-et-Marne), livrée en 2003
  • Construction de 47 logements et 18 maisons à Limoges, livrés en 2004
  • Extension de l'Ecole de gendarmerie de Tulle (Corrèze), livrée en 2004
  • Construction d'un collège à Boussac (Creuse), livré en 2004
  • Construction d'un établisement de 30 lits pour personnes handicapées à Rouillac (Charente), livrée en 2005
  • Restructuration d'un établissement pour personnes âgées de 40 lits à Cognac (Charente), livré en 2006
  • Restructuration d'une maison de retraite de 80 lits à St-Damien (Corrèze), livrée en 2007
  • Construction de 60 maisons à La Chapelle St-Mesmin (Loiret), livrées en 2007
  • Construction d'une cité-jardin de 115 logements dans le quartier de Landouge à Limoges, livrés en 2007
  • Construction d'un foyer de 70 lits pour personnes âgées à Poitiers, livré en 2007
  • Construction d'un foyer de 40 lits pour handicapés mentaux à Plaisir, livré en 2007
  • Restructuration et extension d'une maison de retraite de 94 lits à Ceton (Orne), livrée en 2008
  • Construction de deux unités de soins de 50 lits à Chalon-en-Champagne (Marne), livrées en 2008
  • Construction de 59 logements à Avignon, livrés en 2009
  • Construction d'un établissement pour personnes âgées de 114 lits à Avignon, livré en 2009
  • Construction du Centre malien de prise en charge de la drépanocytose, livré en 2009
  • Extension et restructuration d'un établissement pour personnes âgées de 70 lits à St-Front (Charente), livré en 2010
  • Construction de 70 logements à Achères, livrés en 2010
  • Construction de 31 logements à Athis-Mons (Essonne), livrés en 2011
  • Construction d'un foyer d'hébergement pour handicapés de 34 lits à Champhol (Eure-et-Loir), livré en 2011
  • Construction d'un foyer pour handicapés mentaux vieillissants de 60 lits à Plaisir (Yvelines), livré en 2012
  • Réalisation d'un immeuble de 21 logements sociaux, rue Théodore Bac à Limoges, livré en 2012
  • Construction d'un Institut médico-éducatif à Poisvilliers (Eure-et-Loir), livré en 2013
  • Construction d'un Centre d'incendie et de secours à Méré (Yvelines), livré en 2014
  • Construction d'une subdivision et d'un centre d'exploitation routier à Méré, livré en 2014
  • Construction des halles et aménagement de la Place d'Armes à La Souterraine (Creuse), livrée en 2014

Reconnaissance et hommages[modifier | modifier le code]

  • 1992 : lauréat des Albums de la jeune architecture
  • 2001 : lauréat du Palmarès de l'architecture en Limousin pour les 65 maisons individuelles du Mas Gigou à Limoges
  • 2003 : lauréat du Palmarès de l'architecture en Limousin pour la gendarmerie de Feytiat (Haute-Vienne)
  • 2005 : lauréat du Palmarès de l'architecture en Limousin pour la gendarmerie de Tulle (Corrèze)
  • 2006 : lauréat du Palmarès de la construction bois en Poitou-Charentes pour le foyer de vie de Rouillac (Charente)
  • 2014 : lauréat du Palmarès de l'architecture en Limousin pour la réalisation de l'immeuble de 21 logements, rue Théodore Bac à Limoges
  • 2015 : lauréat (premier prix ex aequo) du Prix national de la construction en bois (bâtiment et aménagements divers) pour la construction des halles et l'aménagement de la Place d'Armes à La Souterraine (Creuse)
  • 2015 : création de l’Association des amis de François Depresle[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Depresle, racines et structure, D'Architectures, oct.1992
  • La perception de Bourganeuf ,Techniques et architecture, déc.1994
  • Le service départemental d'incendie et de secours de la Creuse, Techniques et architecture, décembre 1995
  • Résidence secondaire dans le Limousin, Séquence bois, juin 1997
  • Une régularité très sociale, Archiscopie no 15, juin 2001[7]
  • François Depresle, constructeur intègre L'empreinte no 52, avril-mai-juin 2001
  • Maison de l'Ile Ste-Catherine et maison Mourioux Maisons d'architectes en bois, Joël Cariou, Editions alternatives, 2002[8]
  • Immeuble en coin, L'empreinte, no 58, janv.fev.mars 2003
  • École de gendarmerie de Tulle, AMC annuel, 2004
  • Immeuble Falguière, Archi Créé, 2005
  • Rue de Braque Appartements d'architecture à Paris, Joël Cariou, 2009[9]
  • Logements à Limoges et Centre de secours principal à Guéret, Architecture et aménagement Limousin, 2014
  • Construction de halles et aménagement de la place d'Armes à La Souterraine[10], Guide du Prix national de la construction en bois, 2015[11]
  • François Depresle architecte, 2017


Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition à la Galerie Six, 6, rue Elzévir, Paris (3e)
  • Exposition à la Maison de l'architecture du Limousin, Limoges, avril-mai 2017[12]
  • Exposition à la bibliothèque-médiathèque de La Souterraine, juillet 2017

Iconographie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire : Qui sont les architectes-conseils de l'État ?, www.architectes-conseils.fr
  2. Joël Cariou, Appartements d'architectes à Paris, Editions Parigramme, Octobre 2009, pages 24-29 (lire en ligne)
  3. Le guide d'architecture contemporaine, La page de l'architecte François Depresle, ARCHIGUIDE
  4. Joël Cariou, Maisons d'architectes en bois, Editions Alternatives, Février 2003, pages 72-77 (lire en ligne)
  5. Joël Cariou, Maisons d'architectes en bois, Editions Alternatives, Février 2003, pages 78-85 (lire en ligne)
  6. « François Depresle Architecte », sur calameo.com (consulté le 22 juillet 2019)
  7. « ARCHISCOPIE 15 RURALITE », sur www.librairiedumoniteur.com (consulté le 18 juillet 2019)
  8. « Maisons d'architectes en bois - Volume 5 - J. Cariou - Librairie Eyrolles », sur www.eyrolles.com (consulté le 18 juillet 2019)
  9. « APPARTEMENTS D'ARCHITECTES A PARIS - (CARIOU JOEL) », sur www.librairiedumoniteur.com (consulté le 18 juillet 2019)
  10. architectureboisadministrator, « L’aménagement de la Place d’Armes décorée », sur Architecture Bois Magazine - Maisons Bois - Construction - Architecture - Reportages - Suivi de chantier, (consulté le 18 juillet 2019)
  11. Centre France, « L’aménagement de la place d’Armes inauguré en 2014 a été distingué par un jury national », sur www.lepopulaire.fr, (consulté le 18 juillet 2019)
  12. « Hommage à François Depresle - Exposition à la Maison de l'architecture du Limousin », sur AMC Archi (consulté le 18 juillet 2019)