François-Armand de Saige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François-Armand de Saige
Illustration.
Paul-Romain Chaperon (attribué à), Portrait de François-Armand de Saige (vers 1760), pastel, Bordeaux, musée des arts décoratifs et du design.
Fonctions
Maire de Bordeaux
Prédécesseur Joseph de Fumel
Successeur Joseph-François Bertrand
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bordeaux, France
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès place Nationale à Bordeaux
Nature du décès Guillotiné
Nationalité Flag of France.svg Française
Parti politique Girondins
Père Guillaume-Joseph Saige (1696-1764)
Mère Marie Anne Chaperon de Terrefort (1704-1794)(fille d'un grand argentier du royaume)[1]
Conjoint Marie Jacqueline de Verthamon (1750-?)
Diplômé de Collège de Juilly
Profession Avocat général
Religion Catholique

François-Armand de Saige, baron de Beautiran, seigneur de Bonoas, Ducasse, etc., né le à Bordeaux où il est exécuté le 2 brumaire an II (), est un homme politique français, maire de Bordeaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Saige s’implante à Bordeaux au XVIIe siècle. D'abord marchands et constructeur navals, ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que Guillaume-Joseph, le père de François-Armand, accède à la noblesse en tant que secrétaire du roi[2].

François Saige (?-1695), dont le père Gaston est Procureur du Présidial de Bazas dans la première moitié du XVIIe siècle, vient le premier à Bordeaux où il est un marchand très actif et surtout un grand constructeur de bateaux aux Chartrons sous Colbert[3]. Le fils aîné de François, Jean Saige (1660-1730) maintient l’activité paternelle et l’amplifie[4]. Il a été aussi négociant, faisant d'importants commerces avec les Indes, et, en 1705, il crée la Chambre de commerce de Bordeaux, dont il est l’un des cinq directeurs. Son fils, Guillaume-Joseph Saige (1696-1764), également directeur de la Chambre de commerce de Guyenne à Bordeaux, marié le 11 juillet 1730 avec Marie Chaperon-de-Terrefort (1704-1794) dans l'église Saint-Projet de Bordeaux, est anobli en acquérant l'office de secrétaire du roi.

Jean Saige, et son père, Guillaume-Joseph Saige, ont pratiqué, par trois expéditions, la traite négrière en tant qu'esclavagistes [5].

Au Parlement de Bordeaux[modifier | modifier le code]

François-Armand de Saige est élève du collège de Juilly[6] destiné à l'éducation des fils de la noblesse française. Il achète, à 26 ans, avec dispense d'âge [7], le 24 mai 1760, une charge d’avocat général au parlement de Bordeaux.

En 1764 il épouse Marie-Jacqueline de Verthamon, membre d'une des grandes familles de la noblesse bordelaise [8]. Cette dernière est alors âgée de 14 ans. Si par ce contrat de mariage, la dot de l’épouse est de 80 000 livres, le pactole revient surtout aux de Verthamon avec 400 000 livres apportées par l’époux : la vieille noblesse et le négociant richissime récemment anobli échangent leurs intérêts [9].

En 1768, François-Armand de Saige acquiert pour 170 000 livres le château de Bourran à Mérignac alors espace rural proche de Bordeaux. François-Armand Saige pratique la double résidence, comme beaucoup de nobles aisés, l’hiver à Bordeaux, l’été et l’automne à la campagne dans son château de Bourran[7].

En 1776, il fait bâtir par Victor Louis un hôtel particulier somptueux[10] juste derrière le Grand-Théâtre au meilleur emplacement de « l’îlot Louis »[11].

À la fin du XVIIIe siècle François-Armand de Saige fait construire le château de Saige à Cadaujac.

Possédant dix millions de livres, il est réputé pour être la plus grosse fortune bordelaise à la fin de l'Ancien Régime. Cependant, noble depuis seulement deux générations, les Saige sont considérés comme des parvenus par les membres de l’ancienne noblesse de robe[12].

En 1783, il fonde avec Gensonné, Vergniaud, sa mère et sa riche maîtresse, le Musée de Bordeaux[réf. nécessaire], une société de pensée qui annonce les clubs révolutionnaires.

La Révolution[modifier | modifier le code]

Noble éclairé, porté par les idées de la Révolution, François-Armand de Saige devient, en 1789, commandant de la Garde nationale de Bordeaux. Il est élu maire de Bordeaux à trois reprises, le 9 mai 1790 par 1 024 voix sur 1408 votants, le 6 décembre 1791 et enfin le 12 janvier 1793 [13].

En 1793, durant la Terreur, les partisans de la Convention nationale désignent une Commission militaire pour remplacer la municipalité en place[14]. Le 23 septembre quatre représentants en mission, dont Tallien et Ysabeau entrent dans Bordeaux avec une armée révolutionnaire pour « faire tomber les têtes des meneurs et saigner la bourse des riches égoïstes ». Jean-Baptiste-Marie Lacombe est alors désigné Président de la Commission militaire révolutionnaire à Bordeaux ; près de cinq mille personnes sont arrêtées et la Commission prononce environ trois cents condamnations à mort dont celle de François-Armand de Saige, arrêté dans son château de Bourran à Mérignac [15] puis emprisonné dans le château du Hâ. Le 2 brumaire an II [16] (23 octobre 1793), Saige est jugé, condamné à mort et guillotiné le jour même, place Nationale à Bordeaux, à cause de ses sympathies pour les Girondins[17]. Ses biens sont confisqués, son hôtel pillé malgré les scellés et avant l'inventaire. Sa femme est emprisonnée, puis libérée, elle récupère son hôtel et ses biens en février 1795 ; elle se remarie mais aucun enfant n'est issu de ses deux mariages[8].

Portraits[modifier | modifier le code]

Vers 1760, un portrait au pastel est réalisé par Paul-Romain Chaperon [note 1], [18]., [19]., En 1789, Louis Pierre Deseine réalise un buste de François-Armand de Saige[20]. Ces deux œuvres sont conservées au Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux.

Hommage[modifier | modifier le code]

La ville de Bordeaux donne, en 1864, le nom de « rue Saige » à une petite rue (ancienne nommée « rue de La-Petite-Intendance ») située à proximité du Grand-Théâtre[13],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Paul-Romain Chaperon (Libourne 1732-1793) est un avocat, élu jurat de Libourne, puis membre du présidial de Libourne, par ailleurs cousin germain de Raymond de Sèze. Il prend le parti de la révolution en 1789, il est guillotiné en 1793 à Libourne. Pastelliste célèbre, il est l'auteur du Traité de la peinture au pastel, édité en 1788.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auschitzky, « Note individuelle de Jean Chaperon, auteur de la branche noble des Chaperon de Terrefort », sur gw.geneanet.org (consulté le 3 juin 2016)
  2. Pierfit, « Fiche généalogique de Guillaume-Joseph Saige », sur gw.geneanet.org (consulté le 2 juin 2016)
  3. voir Saugera, 2002 Bordeaux, port négrier p. 64
  4. voir Butel, 2008 Dynasties bordelaises p. 17
  5. Jean Saige, son grand-père, arma une expédition de traite en 1688 pour l’Angole et son père, Guillaume-Joseph Saige, deux expéditions, l’une en 1741 pour le Loango et l’autre en 1742 pour la Guinée (voir Saugera, 2002 Bordeaux, port négrier p. 64, 351 et 352)
  6. François Cadilhon, « De Voltaire à Jules Ferry: l'enseignement secondaire en Aquitaine aux XVIIIe ... », sur books.google.fr, (consulté le 2 juin 2016)
  7. a et b « Le château viticole de Bourran> », sur patrimoine-aquitain-education.fr (consulté le 2 juin 2016)
  8. a et b « Dictionnaire des familles notables du Sud-Ouest ; généalogie de la maison noble de Verthamon pp. 231-238 ; mariage avec Saige en p. 247 », sur dfnso.free.fr (consulté le 2 juin 2016)
  9. Stéphane Minvielle, « Le mariage précoce des femmes à Bordeaux au XVIIIe siècle ; Annales de démographie historique », sur cairn.info, (consulté le 2 juin 2016)
  10. siège de la préfecture de la Gironde de 1810 jusqu’en 1993
  11. Lotissement de prestige destiné à financer le Grand-Théâtre ; le terrain seul lui a coûté 186 000 livres (voir Butel, 2008 Dynasties bordelaises p. 93)
  12. voir Butel, 2008 Dynasties bordelaises p. 93 ; font partie des cette vieille noblesse les de Verthamon du côté de son épouse.
  13. a et b « Note individuelle et généalogie de François-Armand Saige », sur bertrand.auschitzky.free.fr (consulté le 2 juin 2016)
  14. « Article « Bordeaux à l'heure de la Terreur !!! » », sur bordeaux-gazette.com, (consulté le 2 juin 2016)
  15. Les Dossiers d'Aquitaine, « Histoire des maires de Bordeaux ; », sur books.google.fr, (consulté le 2 juin 2016)
  16. a et b Voir Desgraves, 1989 Évocation du vieux Bordeaux ; p. 119
  17. La construction de la grande propriété viticole ; le château de Bourran
  18. (en) Neil Jeffares, « Dictionnary of pastellists before 1800 ; Paul-Romain Chaperon », sur pastellists.com (consulté le 2 juin 2016)
  19. Henri Chaperon, « Notice individuelle de Paul-Romain Chaperon », sur bertrand.auschitzky.free.fr (consulté le 2 juin 2016)
  20. « Buste de François-Armand de Saige », sur catalogue.gazette-drouot.com (consulté le 2 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]