Frédéric-Jean de Saxe-Meiningen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric-Jean de Saxe-Meiningen
Frederic Saxe-Meiningen.jpg

Photographie du prince Frédéric (1898)

Naissance
Décès
Nationalité
Père
Mère
Théodora de Hohenlohe-Langenbourg (en) +
Conjoint
Enfants

Frédéric-Jean de Saxe-Meiningen, né le 12 octobre 1861 à Meiningen, tué à Tarcienne (Belgique) le 23 août 1914, est un prince allemand.

Frédéric de Saxe-Meiningen appartient à la Maison ducale de Saxe-Meiningen. Cette Maison appartient à la troisième branche de la Maison de Wettin. La lignée des Saxe-Meiningen appartient à la branche ernestine fondée par Ernest de Saxe. Cette Maison est toujours existante, elle représentée par le duc Frédéric Conrad de Saxe-Meiningen. Il a participé à la diffusion des idées lutheriennes en Allemagne qui fut le foyer du protestantisme au XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le prince Frédéric est le fils du duc Georges II de Saxe-Hildburghausen et de sa seconde épouse Théodora de Hohenlohe-Langenbourg. Il épousa le 24 avril 1889 à Neudorf (de) la comtesse Adélaïde de Lippe-Biesterfeld, fils du comte Ernest II de Lippe-Biesterfeld et sœur du dernier prince de Lippe.

Six enfants sont nés de cette union :

Dessin avec au centre un officier à cheval touché par une balle, entouré de fantassins allemands se défendant contre une attaque française.
Lithographie française de 1915, titrée « épisode de la bataille de Charleroi ; mort du prince Aldebert, oncle de l'empereur Guillaume II » et montrant un combat entre les tirailleurs sénégalais et la Garde allemande. La date est incorrecte, ce furent les tirailleurs algériens et les zouaves qui attaquèrent, et ce n'est pas le prince Adalbert, mais le prince Frédéric-Jean de Saxe-Meiningen qui trouva la mort.

Le prince Frédéric de Saxe-Meiningen est général-lieutenant de l'armée impériale et commandant de la 39e brigade d'infanterie basée à Hanovre. Il fut tué à la bataille de Tarcienne près de Charleroi, le 23 août 1914, quelques jours après le mariage de sa fille Adélaïde avec le prince Adalbert de Prusse.

Son corps est amené au Collège du Sacré-Cœur de Charleroi où il fut embaumé[1]. Il est enterré au cimetière du parc (Meiningen). Il y a une épitaphe à son nom sur un monument du cimetière militaire de Tarcienne. On a nommé la Friedrichstrasse à Meiningen en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lemaire 1929, p. 72-75

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Lemaire, L'invasion allemande au pays de Charleroi, Bruxelles, Janssens, Leunis et Havet,‎ , 325 p.