Gorille enlevant une femme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gorille enlevant une femme
"Gorille enlevant une femme" (Palais de Tokyo) (7670344022).jpg
Artiste
Date
Matériau
Dimensions (H × L × l)
187 × 167 × 100 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Numéro d’inventaire
DO 2014 7Voir et modifier les données sur Wikidata

Gorille enlevant une femme est un groupe sculpté en plâtre par Emmanuel Frémiet en 1887. Une première version intitulée Gorille enlevant une négresse (détruite en 1861) fit scandale au Salon de 1859 liée à la polémique autour de la théorie de l'évolution de Charles Darwin. La version de 1887 différente de la première fut récompensée d'une médaille d'honneur lors du Salon de la Société des artistes français de 1887. L'œuvre fut une des sources d'inspiration de King Kong[1],[2]. La sculpture est conservée au Musée des beaux-arts de Nantes.

Gorille enlevant une négresse sculpture qui fit scandale au Salon de 1859. Une des rares photographies existantes de l'œuvre détruite en 1861 (extrait de l'ouvrage Fremiet collection Les Maîtres de l’art (1934).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Ducros et Jacqueline Ducros, « Gare au gorille : l'audace de Frémiet. », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, Paris, vol. 4, nos 3-4,‎ , p. 269-272 (DOI 10.3406/bmsap.1992.2324, lire en ligne)
  • (en) Marek Zgórniak, Marta Kapera et Mark Singer, « Fremiet's Gorillas : Why Do They Carry off Women ? », Artibus et Historiae, IRSA s.c., vol. 27, no 54,‎ , p. 219-237 (JSTOR 20067130, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]