Ferme d'alligators

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue aérienne d'une ferme de crocodiles au Cambodge.
Ferme d'eau salée de crocodiles en Australie
"Ferme et Zoo Samutprakarn en Thaïlande

Une ferme d'alligators ou ferme de crocodiles est un établissement destiné à la reproduction et l'élevage des crocodiliens en vue de produire de la viande, du cuir, voire d'autres produits issus de cet animal. De nombreuses espèces d'alligators ou de crocodiles sont élevés dans le monde. Le terme de ranch est parfois utilisé. Rien qu'en Louisiane, les fermes d'alligators représentent une industrie de 60 à 70 millions de dollars[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que pas vraiment domestiqués, les alligators et les crocodiles ont été élevés dans des fermes au moins depuis le début du XXe siècle. À l'époque, la plupart de ces entreprises, tel que St. Augustine Alligator Farm Zoological Park, créé en 1893, n'avaient de fermes que le nom, en utilisant surtout les alligators et les crocodiles comme des attractions touristiques[2]. C'est seulement dans les années 1960 que des opérations commerciales commencent, visant à récolter des œufs d'alligators sauvages ou élevés sur place[3]. Cela a été largement encouragé par la diminution du nombre d'alligators sauvages, qui avaient été traqués et presque tous exterminés à cette époque.

Comme l'alligator américain a été placé sous protection officielle en 1967 (en vertu d'une loi précédant le Endangered Species Act de 1973), la récolte de peau des alligators agricoles est devenue l'option la plus viable pour la production de cuir[3]. Surtout concentrée dans les États américains du Sud, Louisiane, Floride et Géorgie, la pratique s'est rapidement propagée à d'autres nations. L'alligator américain et l'alligator de Chine sont aujourd'hui élevés intensivement, la plupart dans la région natale respective de chaque espèce. Le crocodile du Nil se trouve dans des ranchs partout à travers l'Afrique, et le crocodile marin est élevé en Australie et dans d'autres endroits. Les plus petits caïmans n'ont généralement pas assez de valeur pour être rentables, bien que l'élevage en captivité de la caïman à lunettes soit pratiqué en Amérique du Sud.

La demande principale concernant l'élevage d'alligators et de crocodiles concerne les peaux[4], chaque animal peut rapporter des centaines de dollars. Mais les viandes d'alligators et de crocodiles tiennent une grande place dans la cuisine du Sud des États-Unis (en particulier la cuisine cajun)[5] et certaines cuisines africaine et asiatique, ont commencé à être vendus et expédiés à des marchés inconnus avec de la viande de crocodile. La cuisine chinoise basée sur la médecine traditionnelle chinoise considère la viande comme un aliment curatif pour les rhumes et les cancers et comme un élément de prévention, même s'il n'y a pas de preuves scientifiques à l'appui[6].

Effets[modifier | modifier le code]

Une idée fausse commune est que les crocodiliens sont une source facile de revenus et sont faciles à entretenir en captivité. Cependant, peu d'entreprises de crocodiliens sont couronnées de succès dans le monde. Pour compenser les frais généraux et pour disposer d'une source régulière de revenus, les installations de crocodiliens peuvent générer du tourisme, de cette manière les fermes d'alligators peuvent aider les autochtones en leur fournissant du travail[7].

Les fermes d'alligators ont eu des effets négatifs minimes sur l'environnement[8], mais elles ont eu au moins deux effets positifs directs sur la préservation des alligators. La source des produits de luxe créée par l'industrie est fiable, le braconnage a été réduit. Les crocodiliens mineurs peuvent également être relâchés dans la nature pour permettre de garder un taux de population stable. La préservation des crocodiles sauvages a également bénéficié indirectement à l'élevage. Les entreprises d'élevage doivent protéger les habitats des crocodiles et prendre soin des sites de nidification. L'incitation fiscale à maintenir un environnement sain pour la reproduction des alligators signifie que l'environnement et sa faune sont considérés comme une ressource économique. Cela peut accroître la volonté du gouvernement de prendre en charge les populations de crocodiliens.

Les animaux autres que les crocodiliens peuvent bénéficier d'avantages similaires grâce à l'élevage durable et éthique[9].

Méthodes[modifier | modifier le code]

L'élevage, la récolte sauvage et l'élevage en captivité sont les trois façons d'avoir des crocodiliens qui soient reconnus par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) et par le Groupe de spécialistes des crocodiles (CSG). Il y a un certain nombre d'options pour le logement des crocodiles en captivité. Comme par exemple de vastes zones de lac ou des marais qui peuvent être clôturés pour abriter de nombreux animaux; des petites surfaces peuvent être utilisés pour un ou deux individus. Les crocodiles adultes nécessitent une grande quantité d'espace en raison de leur durée de vie qui peut durer jusqu'à 50 ans. Quel que soit le type d'enceinte que les humains décident, le point important est de pouvoir nettoyer régulièrement sans déranger les crocodiles et les alligators.

L'élevage implique la collecte d'œufs ou de jeunes dans la nature pour ensuite les élever jusqu'à la taille du marché pour qu'il puissent être conduits hors des installations lorsqu'ils ont atteint une taille qui leur permettra d'avoir un bon taux de survie dans la nature. Ces méthodes sont considérées comme un "cycle ouvert" car ils s'intéressent à la santé et l'habitat afin de maintenir la viabilité des populations sauvages[10].

Aucune hormone de croissance n'est donné aux crocodiles dans de nombreuses fermes, mais des promoteurs de croissance tels que la bacitracine de zinc sont utilisés.

Préoccupations[modifier | modifier le code]

Les préoccupations concernant l'élevage d'alligators comprennent le bien-être et les impacts sur l'environnement animal. Les questions de bien-être incluent la menace de maladies crocodiliennes telles que la variole du caïman, l'hépatite adénovirale, le mycoplasmose et la chlamydiose. Les crocodiles souffrent de stress dans des espaces confinés tels que les fermes, conduisant à un accroissement du nombre de maladies. La plupart des crocodiliens gardent une température corporelle dans les 28 à 33 degrés Celsius. Dans les fermes, la température du corps peut atteindre 36 degrés Celsius, ce qui affecte le système immunitaire des animaux et augmente les risques d'attraper diverses maladies. Une autre préoccupation est la propreté de l'eau dans les enclos[11].

En Louisiane et en Floride, les moustiques porteurs de la forme de l'ouest du Nil du paludisme se sont répandus dans les fermes de crocodiles.

Maladies[modifier | modifier le code]

Entre 2001 et 2003, le virus du Nil occidental (VNO) a infecté et a causé la mort et la perte économique de l'alligator d'Amérique en Géorgie, en Floride, en Louisiane et dans l'Idaho. La maladie est transmise par les moustiques[12]. VNO a été découvert au Mexique dans une ferme de crocodiles à Ciudad del Carmen[13].

La peau, notamment la face inférieure, des alligators et des crocodiles a une valeur commerciale, les maladies de la peau doivent donc être traitées correctement et efficacement[14].

Les maladies varient entre les espèces de crocodiliens. La salmonellose est commune à certaines fermes, et est attrapée par la nourriture infectée; elle peut se propager par des mauvaises pratiques d'hygiène. La chlamydia, (en particulier Chlamydophila psittaci ) peut persister pendant des années si elle n'est pas traitée, par exemple avec de la tétracycline. Les crocodiliens peuvent attraper des mycobactéries à partir de la viande infectée[15].

Les maladies affectant les crocodiliens comprennent la vérole du crocodile, qui est causée par le Parapoxvirus, affectant les nouveau-nés et les jeunes. Il provoque la formation d'un résidu brun autour des yeux, de la cavité orale, et de la queue. Pox Caiman provoque des lésions blanches similaires autour des yeux, de la cavité buccale, et de la queue. L'hépatite Adénovirus provoque la défaillance des organes et la mort. Mycoplasmoses provoque la polyarthrite et la pneumonie chez les crocodiliens dès l'âge de trois ans. Les animaux atteints ont des mâchoires enflées et sont incapables de se déplacer. La chlamydiose a deux formes qui affectent les jeunes de moins d'un an. La première forme est l'hépatite aiguë, conduisant habituellement à la mort. L'autre forme provoque une conjonctivite bilatérale chronique, résultant généralement en la cécité[16]. D'autres maladies affectant les crocodiliens comprennent les infections avec des bactéries comme Salmonella, Chlamydia, et les mycobactéries. Les infections parasitaires incluent les kystes de ténia, Trichinella spiralis nelsoni dans la viande de crocodiles du Nil au Zimbabwe, et Coccidia.

Pestes[modifier | modifier le code]

De nombreuses fermes de crocodiles aux États-Unis ont connu des dégâts matériels à cause de Sus scrofa [17].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Une ferme de crocodiliens en Jamaïque est en vedette dans le film de James Bond de 1973 Vivre et laisser mourir . Tee Hee Johnson, l'un des hommes de main du méchant, tente de donner James Bond à nourrir aux alligators et aux crocodiles.

Dans la deuxième saison de The Amazing Race Australie , les équipes devaient visiter une ferme d'alligators cubaine et nourrir avec une brouette pleine de CHUM une poignée d'alligators ainsi que capturer un alligator avec un bâton et de la corde afin de recevoir leur prochain indice.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Adam Krause, « Inside the Dangerous (and Lucrative) Business of Alligator Farming », Inc. (magazine), Mansueto Ventures,‎ (lire en ligne)
  2. « Crocodiles and Alligator Farms », Americana-alligator.com
  3. a et b Cynthia Medley, « One Way to Halt Poaching-Gator Farming », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. Rick Lyman, « Anahuac Journal; Alligator Farmer Feeds Demand for All the Parts », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. Frances Frank Marcus, « Louisiana Alligator, From Pies to Picante », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  6. Chang, L. T., and Olson, R.. Gilded Age, Gilded Cage. National Geographic Magazine, May 2008.
  7. Brien, Matthew L., Cherkiss, Michael S., Parry, Mark W., Mazzotti, Frank J., February 2007. « Housing Crocodilians in Captivity:Considerations for Central America and Caribbean », Institute of Food and Agricultural Sciences (consulté le 23 octobre 2013)
  8. Lane, Thomas J. and Ruppert, Kathleen C., 1987.« Alternative Opportunities for Small Farms: Alligator Production Review », Institute of Food and Agricultural Sciences (consulté le 23 octobre 2013)
  9. Moyle, Brendan (July 2013). « Conservation that’s more than skin-deep: alligator farming » (consulté le 25 octobre 2013), p. 1663–1677.
  10. Brien, Matthew L., Cherkiss, Michael S., Parry, Mark W., Mazzotti, Frank J., Institute of Food and Agricultural Sciences, 2007. « Housing Crocodilians in Captivity:Considerations for Central America and Caribbean » (consulté le 26 octobre 2013)
  11. Dzoma, B. M., Sejoe, S., Segwagwe, B. V., E. June 2008. « Commercial crocodile farming in Botswana », Springer Science & Business Media (consulté le 22 octobre 2013), p. 377–381
  12. Unlu, Isik, Kramer, Wayne L., Roy, Alma F., Foil, Lane D., July 2010. « Detection of West Nile Virus RNA in Mosquitoes and Identification of Mosquito Blood Meals Collected at Alligator Farms in Louisiana », Entomological Society of America (consulté le 25 octobre 2013), p. 625–633,
  13. Farfan, Jose A. et al 2006.« Antibodies to West Nile Virus in Asymptomatic Mammals, Birds, and Reptiles in the Yucatan Peninsula of Mexico », American Society of Tropical Medicine and Hygiene (consulté le 26 octobre 2013), p. 908–914
  14. Dzoma, B. M., Sejoe, S., Segwagwe, B. V., E. June 2008. « Commercial crocodile farming in Botswana », Springer Science & Business Media (consulté le 20 octobre 2013), p. 377–381
  15. Huchzermeyer, F.W. 1997« Public health risks of ostrich and crocodile meat », Onderstepoort Veterinary Institute (consulté le 22 octobre 2013), p. 599–604
  16. Huchzermeyer, F.W. 2002« Diseases of farmed crocodiles and ostriches », Onderstepoort Veterinary Institute (consulté le 22 octobre 2013), p. 265–276
  17. Elsey, Ruth M., Mouton, Edward C. Jr, and Kinler, Noel., 2012. « Effects of Feral Swine (Sus scrofa) on Alligator (Alligator mississippiensis) Nests in Louisiana », Eagle Hill Institute (consulté le 21 octobre 2013), p. 205–218

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]