Famille de Saintignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille de Saintignon
Image illustrative de l’article Famille de Saintignon
Armes

Blasonnement De gueules à trois tours d'or, ajourées et maçonnées de sable, 2 et 1
Branches Villiers-le-Prud'homme
le Grand Failly
Période XVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Lorraine
Allégeance Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Drapeau de la France France
Demeures Puxe
Saintignon (Sarrebourg)
Fonctions militaires Colonel dans l'armée autrichienne
Maréchal de camp dans l'armée espagnole
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour Honneurs de la Cour en 1788[1]

La famille de Saintignon est une famille subsistante de la noblesse française, d'ancienne extraction, originaire de Verdun, où, selon Bernard Chérin, elle est citée au XVe siècle dans l'échevinage de cette ville. Elle occupa la charge de bailli de l’évêché et comté de Verdun de 1591 à 1633.
Un rameau éteint fut titré baron du Saint-Empire en 1746[2]. Il fut propriétaire d’un régiment à son nom dans l'armée autrichienne, le Saintignon-dragons[3], de 1759 à 1779.
Lors de la Révolution industrielle, la famille de Saintignon investit dans des usines sidérurgiques en Lorraine (sous la raison sociale F. de Saintignon et Cie), qu'elle détint de 1878 à 1921.

Origine[modifier | modifier le code]

Bernard Chérin a considéré la filiation comme prouvée depuis Ancherin Sainctignon (décédé avant 1439), échevin de Verdun, marié à Jeanne Pierxel (qui teste en 1439), dont le fils aussi prénommé Ancherin, écuyer, échevin de Verdun, marié à Jeanne de Chauldeney, testa en 1498[2].
C'est cette date de 1498 que retient Régis Valette, dans son ouvrage Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, comme date de la noblesse de la famille de Saintignon.

Histoire[modifier | modifier le code]

À Verdun, des gisants de la famille, dont les tombeaux étaient anciennement dans la chapelle Saint-Bernard de la cathédrale[4], sont exposés au musée de la Princerie.

Branche du Grand Failly[modifier | modifier le code]

  • Adrien de Saintignon (1656- ) épouse en 1675 Anne Claire de Quintana (ca 1660)
    • Jean de Saintignon (1680-1743) épouse en 1715 Françoise Joséphine de Rolly (ca 1695-1736)
      • Henri Antoine Joseph de Saintignon (ca 1717) épouse en 1740 Marie Josèphe Louise du Faing (ca 1720)
      • Marie Appoline de Saintignon (1720- ) épouse en 1749 Jean Antoine Joseph de Saintignon (1720-1779), Feldmarschalleutnant dans l'armée autrichienne à la tête du Régiment Saintignon-dragons.
    • Anselme de Saintignon (ca 1685- ) épouse en 1714 Gabrielle de Gourdon ca 1695
      • Jean Antoine Joseph de Saintignon (1720-1779) épouse en 1749 Marie Appoline de Saintignon (1720- )
        • Alexandre de Saintignon (1766-1842) épouse en 1799 Suzanne Antoinette de Reumont (1770-1842)
          • François de Saintignon (1808-1857) épouse en 1841 Caroline de Gourcy (1819-1851), d'où :
            • Fernand de Saintignon (1846-1921), maître de forges, industriel et scientifique. Il épouse Louise Legendre (1854-1932) ;
            • Edmond de Saintignon (1843-1911) épouse Marie-Louise de Malézieu (1852-1936). De cette union descendent tous les Saintignon, dont :
              • Jeanne de Saintignon (1880-1959) épouse Louis Le Jolis de Villiers (1874-1914), d'où une nombreuse descendance au sein de la famille Le Jolis de Villiers
              • Marie de Saintignon (1882-1932) épouse en 1902 Jean Le Barrois d'Orgeval (1870-1959)
              • Paul de Saintignon (1883-1919) épouse en 1910 Françoise de Fabry-Fabrègues (1885-1953)
                • François de Saintignon (1912-1972) épouse Monique Larmoyer, d'où cinq enfants dont :


On peut également citer, parmi les personnalités de la famille, Antonia Luzia de Saintignon, abbesse de Differdange, et Joseph de Saintignon (1743?-1795), chanoine régulier puis procureur général de la congrégation de Notre-Sauveur, abbé des abbayes Saint-Sauveur et Domèvre de 1772 à 1791 et membre cotitulaire de l'Académie nationale de Metz[5].

Photographie de deux chaises
Chaises aux armes de la famille de Saintignon.

Fiefs[modifier | modifier le code]

Les membres de la famille ont été seigneurs de différents fiefs en Lorraine au cours de l'Ancien Régime, parmi lesquels :

- Avrainville[6] - Hartzviller[7]
- Barville - Hermelange
- Belleville - Jeandelize
- Boinville-en-Woëvre[8] - Mureau[9]
- Brainville - Nitting
- Cône[10] - Puxe
- Eich[11] - Réding
- Esnes-en-Argonne - Rogéville
- Germonville - Vandelainville[12]
- Fromeréville - Villers-les-Prud'homme[13]
- Grand-Failly - Wolsfeld


Armoiries[modifier | modifier le code]

Armes Saintignon visibles au château de Wolsfeld

Famille de Saintignon[modifier | modifier le code]

Les armes ne se sont stabilisées qu’au XVe siècle[réf. nécessaire]. Avant cette date, on trouve une variante :

  • D’azur, à trois tours d'or ou trois portes ouvertes à deux ventilions d'or, posées 2 et 1
  • puis « De gueules à trois tours d'or, ajourées et maçonnées de sable, 2 et 1 »

L’origine de ces trois tours provient du lignage de La Porte, famille de Verdun ayant les clés des trois tours de la cité, et dont les Saintignon purent se prévaloir par alliance.

On trouve également comme variante :

  • De gueules à trois tours d’or, accompagnées de trois croisettes mal ordonnées du même, une palme d’or issant de chaque tour
(Cimier : une des tours)[15].

Communes de Lorraine[modifier | modifier le code]

On retrouve également les armes de la famille comme composantes de celles de plusieurs communes où des seigneuries ont été possédées par la famille au cours de l'Ancien Régime :

Odonymie[modifier | modifier le code]

Portail de l'hôtel de Saintignon, devenu bibliothèque municipale, rue Foch à Sarrebourg (Moselle, France)
  • À Longwy, on trouve le château de Saintignon, demeure de Fernand de Saintignon, propriétaire des usines De Saintignon et Cie, ainsi qu’une avenue de Saintignon.
  • À Thionville ainsi qu'à Réding se trouvent une rue de Saintignon.
  • À Sarrebourg se trouve l'Hôtel de Saintignon.
  • À Lasauvage (commune de Differdange) se trouve une place Saintignon.
  • À Nitting se trouve une rue Comtes de Saintignon.
  • À Bouligny se trouve une rue Saintignon.
  • À Lille a été inaugurée une place Pierre de Saintignon le 25 septembre 2019[16]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Bluche, Les Honneurs de la Cour, Patrice du Puy Éditeur, Paris, 2007
  2. a et b Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 6, page 149
  3. article en anglais sur Saint-Ignon-dragoons
  4. Description des tombeaux dans L'Austrasie. Revue du Nord-Est de la France.
  5. Biographie de l'abbé Joseph de Saintignon sur le site blamont.info et dans le tome 8 de La France littéraire ou dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que les littérateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement, pendant les XVIIIe et XIXe siècles, par Joseph-Marie Quérard.
  6. Grosse, E., Dictionnaire statistique du departement de la meurthe : contenant une introduction historique ..., Nabu Press, (ISBN 1278248951 et 9781278248950, OCLC 936241814, lire en ligne)
  7. Hartzviller sur le site genealogie-bisval.net
  8. Cité dans l'article en allemand Saintignon (Adelsgeschlecht)
  9. commune de Pargny-sous-Mureau
  10. commune d'Uriménil
  11. Rhénanie-Palatinat - Sont cités dans le Cahier de doléances des Prévôtés bailliagères de Sarrebourg et de Phalsbourg pour les États Généraux de 1789: CLAUDE-CHRISTOPHE (DE) SAINCTIGNON (Saint Ignon, Saintignon), chevalier, co-seigneur de Réding, Eich, et autres lieux, à Sarrebourg. MARIE-JOSEPH-MAURICE, COMTE DE SAINCTIGNON, chevalier, seigneur de Réding, Eich et autres lieux, grand bailli d'épée des ville et bailliage de Fénétrange, résidant à Réding. REMY-FELIX, COMTE DE SAINCTIGNON, chevalier, seigneur de Nitting, Hermelange, Barville, et autres lieux, résidant à Nitting.
  12. Vandelainville sur le site genealogie-lorraine.fr
  13. commune de Ville-au-Val, cité dans Mémoires de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain
  14. Page Wikipedia relative au château, en allemand.
  15. Visible sur le site d'héraldique luxembourgeois wiesel.lu.
  16. "La place Pierre de Saintignon est inaugurée le mercredi 25 septembre 2019 devant l'entrée d'EuraTechnologies, en hommage à son fondateur" [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]