Ernest Kahane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ernest Kahane est un biochimiste français, né le à Piatra Neamț (Roumanie), mort le à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Kahane est le fils d'Albert Kahane (1872-1962) et Pepi Struhl (1880-1949), qui ont émigré de Roumanie en France en 1900 [2].

Professeur à l’Université de Montpellier, directeur du laboratoire de microanalyse organique du CNRS entre 1945 et 1954[3], il est aussi connu comme membre du parti communiste et secrétaire général de l'union rationaliste de 1968 à 1970.

Militant antifasciste, résistant, communiste à la fin de 1943, il est avec Louis Barrabé, après la Seconde Guerre mondiale, le principal responsable du Syndicat national de l'enseignement supérieur et de la recherche[4].

Collaborateur de la Pensée, il fut également secrétaire puis président de l'Union rationaliste, président du Cercle parisien de la Ligue française de l'enseignement et président du cercle Ernest Renan. Il a publié plusieurs livres et de nombreux articles.

Il a épousé en 1924 la chimiste Marcelle Wurtz, avec laquelle il a eu trois fils: le mathématicien Jean-Pierre Kahane, le physicien André Kahane et le cinéaste Roger Kahane[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'action de l'acide perchlorique sur les matières organiques et ses applications analytiques, Hermann, Paris, 1934.
  • Biochimie de la choline et de ses dérivés, avec Jeanne Lévy, Hermann, Paris, 1938.
  • Pasteur, Éditions sociales, 1957
  • Pierre Teilhard de Chardin, Éditions rationalistes, 1960
  • Claude Bernard, Éditions sociales, 1961
  • La vie n'existe pas!, Éditions rationalistes, 1962
  • Dictionnaire rationaliste, Éditions rationalistes, 1964
  • Les Détectives de la science, avec Jean Salvinien, Éditions rationalistes, 1968
  • Lavoisier, Éditions sociales, 1974
  • Parmentier, éditions S. Blanchard, 1978
  • Boussingault entre Lavoisier et Pasteur, Jonas éditeur, 1988

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Kahane est mort, L'Humanité, 22 novembre 1996.
  2. Ernest Kahane (1903-1996), monographie écrite par son fils Jean-Pierre Kahane, Grenoble, décembre 2002, Vigny-Musset Repro.
  3. Fonds Ernest Kahane, dans le Répertoire de fonds pour l'histoire et la philosophie des sciences et des techniques (RHPST).
  4. Il en est le secrétaire adjoint (Laurent Frajerman, Françoise Bosman, Jean-François Chanet et Jacques Girault, La fédération de l'éducation nationale 1928-1992 : Histoire et archives en débat, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 61)
  5. Page sur Ernest Kahane, dans Le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier.

Liens externes[modifier | modifier le code]