Ermanno Olmi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olmi.
Ermanno Olmi
Description de cette image, également commentée ci-après
Ermanno Olmi à la Mostra de Venise en 1965.
Naissance
Bergame (Italie)
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès (à 86 ans)
Asiago (Italie)
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables L'Arbre aux sabots

Ermanno Olmi, né le à Bergame en Lombardie et mort le à Asiago en Vénétie[1],[2],[3], est un réalisateur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille d'Ermanno Olmi déménage à Treviglio où le réalisateur en devenir grandit. Sa famille est profondément catholique, ce qui marque sûrement l'œuvre de l'artiste. Le jeune Olmi perd son père pendant la Seconde Guerre mondiale. Il entre au lycée scientifique, puis au lycée artistique, mais il ne termine pas ses études[4].

Il se déplace à Milan : il trouve un travail à Edisonvolta (où travaille sa mère) et suit les cours d’art dramatique. Dans son nouveau travail, il s’occupe des activités récréatives du personnel et en particulier, il travaille au département cinématographique : il doit décrire les productions industrielles à travers des films. Entre 1953 et 1961, il réalise une quarantaine de documentaires parmi lesquels La diga sul ghiaccio, Tre fili fino a Milano et Un metro lungo cinque. Il affectionne tout particulièrement le sujet de la condition des hommes au travail, anticipation des caractéristiques humanistes de ses films futurs[1].

Sa carrière s'envole en 1978 avec L'Arbre aux sabots (L'Albero degli zoccoli), qui obtient la Palme d'or au Festival de Cannes, puis le César du meilleur film étranger en 1979[1].

Après une longue maladie qui l'éloigne des plateaux, en 1982 Ermanno Olmi crée l'école-atelier Ipotesi Cinema à Bassano del Grappa, où il offre aux jeunes réalisateurs la possibilité d'expérimenter l'art du cinéma[4].

En 1987, il reprend l'activité cinématographique avec Lunga vita alla signora. Suivent La Légende du saint buveur (La Leggenda del santo bevitore) (1988), En chantant derrière les paravents (Cantando dietro i paraventi) (2003), et l'une des trois parties de Tickets (2005), film coréalisé avec Ken Loach et Abbas Kiarostami[1].

En 2007 sort Centochiodi, qu'Ermanno Olmi annonce comme étant son dernier film de fiction et se consacre désormais aux films documentaires. En 2008 il est récompensé par un « Lion d'or pour la carrière » à la Mostra de Venise[5]. En 2013 l'université de Padoue lui décerne la laurea « honoris causa  » en sciences humaines et pédagogiques pour « son action de valorisation des racines culturelles, de la mémoire, des traditions , de la grande histoire, de l’expérience quotidienne et toutes les petites choses »[6].

Ermanno Olmi meurt le à l'âge de 86 ans à l'hôpital d'Asiago[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ermanno Olmi était marié à Loredana Detto qui a tourné dans son second film L'Emploi (Il posto)[4].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 1953 : El frayle
  • 1953 : La diga sul ghiaccio
  • 1954 : La pattuglia di Passo San Giacomo
  • 1954 : Dialogo tra un venditore di almanacchi e un passagero
  • 1955 : Società Ovesticino - Dinamo
  • 1955 : Il racconto della stura
  • 1955 : Il pensionato
  • 1955 : L'onda
  • 1955 : La mia valle
  • 1955 : L'energia elettrica nell'agricoltura
  • 1955 : Cantiere d'inverno
  • 1955 : Buongiorno natura
  • 1956 : Michelino 1A B
  • 1956 : Manon: Finestra 2
  • 1956 : Costruzioni mecchaniche riva
  • 1957 : Fibre en civiltà
  • 1957 : Campi sperimentali
  • 1958 : Venezia città minore
  • 1958 : Tre fili fino a Milano
  • 1958 : Grigio
  • 1958 : Giochi di colonia
  • 1958 : Il frumento
  • 1958 : Colonie Sicedison
  • 1959 : Natura e chimica
  • 1959 : Fertilizzanti prodotti dalla società del Gruppo Edison
  • 1959 : Cavo ad olio fluido a 220.000 volt
  • 1960 : Po: forza 50.000
  • 1960 : Il grande paese d'acciaio
  • 1961 : Sacco in plypac
  • 1961 : Pomodoro
  • 1961 : Un metro lungo cinque
  • 1961 : Le Grand barrage
  • 1961 : Fertilizzanti complessi
  • 1967 : Beata gioventù
  • 1983 : Milano
  • 1987 : Imago urbis
  • 1989 : 12 registi per 12 città
  • 1992 : Lungo il fiume
  • 1999 : Il denaro non esiste
  • 2004 : Postazioni della memoria
  • 2007 : Atto unico di Jannis Kounellis
  • 2009 : Il premio

Autres[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Monteur[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes

Festival de Venise

Ruban d'argent

  • 1979 : Réalisateur du meilleur film pour L'Arbre aux sabots (L'albero degli zoccoli)
  • 1989 : Réalisateur du meilleur film pour La Légende du saint buveur (La leggenda del santo bevitore)

César du cinéma

  • 1979 : Meilleur film étranger pour L'Arbre aux sabots.

European Film Awards

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (it) Roberto Nepoti, « È morto Ermanno Olmi, addio al visionario, imprevedibile regista del nostro cinema », La Repubblica,‎ (lire en ligne)
  2. (it) « Il saluto di Asiago a Ermanno Olmi Duemila persone per il regista - Il video », sur L'Eco di Bergamo, (consulté le 13 mai 2018)
  3. (it) « Cinema, è morto il regista Ermanno Olmi », sur Il Secolo XIX, (consulté le 13 mai 2018)
  4. a, b et c (it) Maurizio Porro, « Cinema: è morto il regista Ermanno Olmi, aveva 86 anni », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne).
  5. (it) « Ermanno Olmi, Leone d’oro alla carriera », sur ecodibergamo.it (consulté le 7 mai 2018).
  6. (it) « Padova, laurea ad honorem a Ermanno Olmi », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne).
  7. Jean-François Rauger, « Le cinéaste italien Ermanno Olmi est mort », Le Monde, 7 mai 2018.
  8. Lire la critique dans Les Cahiers d'histoire

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :