Embassytown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Embassytown est un roman de science-fiction du romancier britannique China Miéville.

Publications[modifier | modifier le code]

Il a été initialement publié au Royaume-Uni par Pan Macmillan le 6 mai 2011, puis aux États-Unis par Del Rey Books (filiale de Ballantine Books) le 17 mai 2011. Le roman devrait être traduit en français et paraître aux éditions Fleuve noir en 2014[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action d'Embassytown se déroule dans un futur lointain, dans une petite ville de la planète Arieka. Cette planète est éloignée de tous les centres de commerces ; elle vit plutôt en vase clos.

Sur cette planète coexistent des humains et des extraterrestres autochtones et énigmatiques (les Ariekiens, que l'on appelle aussi « les Hôtes »), qui parlent littéralement par deux bouches, et ne connaissent ni le mensonge, ni la métaphore. Les problèmes de communication, la nature de la langue et la vérité du dit ou du non-dit constituent le cœur du roman.

En effet, seuls quelques humains génétiquement modifiés et appariés, peuvent parler la langue de ces extraterrestres ; ces humains, qui forment une sorte de caste à part, sont appelés « les Ambassadeurs ».

Tout va bien depuis des décennies entre Humains et Hôtes, jusqu'au jour où un Ambassadeur humain inattendu arrive sur la planète et où la situation se dégrade et semble aller vers un conflit majeur… En effet, la Métropole a pour la planète certains plans, qu'elle va tenter d'imposer par la force.

La guerre civile semble inévitable entre Humains et Ariekiens.

Avice Benner Cho, une aventurière humaine, vient de retourner sur Embassytown, la ville de son enfance, après des années passées dans l'espace. Avice, qui ne connaît pas la langue Ariekei, est partagée entre son mari qu'elle aime de moins en moins, un système politique en lequel elle n'a plus confiance, et une langue extraterrestre qui semble parler à travers d'elle.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Embassytown en 2014 » (consulté le 25 février 2013)

Liens externes et critiques[modifier | modifier le code]

Langue française[modifier | modifier le code]

Langue anglaise[modifier | modifier le code]