Dominique de La Martinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Machet.
Dominique de La Martinière
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
Commandeur de la Légion d'honneur‎
Officier de l'ordre du Mérite agricole (d)
Grand officier de l'ordre national du Mérite (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Dominique Machet de La Martinière, né le à La Roche-sur-Yon et mort le , est une personnalité française du monde des affaires et de la politique.

Il a été Inspecteur général des finances, homme politique en Poitou-Charentes, et président de sociétés notamment liées à la banque Lazard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Appartenant à une ancienne famille du Poitou, dont les ancêtres étaient conseillers du roi et fermiers généraux de l'Abbaye de Charroux[1], il naît à La Roche-sur-Yon où son père est directeur des haras. Ses parents auront huit enfants dont quatre auront la vocation religieuse : deux pères blancs et deux sœurs.

Il était le cousin de Joseph de la Martinière, prêtre-déporté NN, et historien de la déportation, et l'oncle de Gérard de la Martinière, ancien directeur général d'AXA, et président de la Fédération française des sociétés d'assurances et de Hervé de La Martinière, éditeur, président-fondateur de La Martinière Groupe.

Il était marié et père de six enfants dont une fille a épousé Stanislas Lefebvre de Laboulaye, diplomate, ancien ambassadeur à Moscou (2006-2008)et ambassadeur près le Saint-Siège, à Rome (2008-2012).

Carrière[modifier | modifier le code]

Après une éducation chez les jésuites, il étudie à l’Institut d’études politiques de Paris et entre à l’École nationale d’administration (promotion 1952), dont il sort major, et obtient un diplôme d’études supérieures de sciences économiques.

Membre de plusieurs cabinets ministériels (Roger Duchet, Pierre Pflimlin), il succède le 1er août 1967 à Max Laxan au poste de directeur général des Impôts, auquel il est remplacé le par Robert Bertaux. Dans l’année, il devient président de la Compagnie générale transatlantique, poste qu’il n’occupe qu’un an.

Trésorier de campagne de Jacques Chaban-Delmas en 1974, Président de l’Institut de développement industriel (IDI) où il traitera notamment de l'affaire Boussac et de la Société financière Gaz et Eaux (groupe Lazard) de 1977 à 1990, il est aussi Président du parc naturel régional du Marais poitevin entre 1992 et 1994 ainsi que de la société Lucia de 1993 à 1999.

Il est Premier vice-président du conseil régional de Poitou-Charentes de 1998 à 2002 et occupe le poste de Président du 6 au 28 juin 2002.

Il a été en outre administrateur de nombreuses sociétés : Christian Dior, Delmas-Vieljeux, Roussel-Uclafetc.

Décorations[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Lettre ouverte à tous les parents qui refusent le massacre de l’enseignement, Albin Michel, 1984.
  • Rapport La Martinière sur la réforme des prélevements obligatoires, 1996[2].
  • L’Impôt du diable, Le naufrage de la fiscalité française, Calmann-Lévy, 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Enquête sur l'Affaire Boussac, Patrick Lamm, p.185-186, Robert Laffont, 1985, (ISBN 2-221-04617-X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]