Boussac (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boussac.

Boussac, devenue vers la fin de son existence Boussac Saint-Frères, était une entreprise française, spécialisée dans le textile, dont l'origine remonte à 1911, date de la création du Comptoir de l'industrie cotonnière (ou CIC) par Marcel Boussac.

Historique[modifier | modifier le code]

Son patron anticipant fortement les événements (sentant venir la guerre et pressentant de grandes difficultés ferroviaires et pétrolières, il équipa préventivement sa société de péniches), Boussac se développa au cours du XXe siècle jusqu'à devenir un groupe détenteur de participations dans de nombreuses sociétés parmi lesquelles des entreprises de textiles (Sté Saint Frères), mais aussi la maison de couture Dior ainsi que ses parfums, et le journal L'Aurore. La famille sembla relâcher un peu sa garde à la suite de ces succès, et dès 1962, Marcel Boussac est informé des difficultés financières de l'entreprise qui seront croissantes dans les années suivantes.

Ne sachant réagir aux évolutions du marché du textile, en 1978, le groupe est acquis par Agache-Willot, avant que l'ensemble soit mis en redressement judiciaire en 1981. Composé de marques très diversifiées telles les couches Peaudouce ou Conforama, Bernard Arnault revenu des États-Unis où il s'occupait de Férinel Inc. décide de racheter le holding et ses participations trois ans plus tard. Il n'est pas seul sur l'affaire : Tapie, Bidermann, Prouvost ou Alain Chevalier, patron de Moët Hennessy qui a déjà dans son portefeuille les Parfums Dior, sont en lice[1].

Mais avec le concours de l'État et du gouvernement Fabius, Bernard Arnault est finalement favori sous deux conditions : avoir 400 millions de francs, qu'il ne possède pas et qu'il va réunir grâce à un tour de table monté par Antoine Bernheim avec la Banque Lazard principalement, la Banque Worms ou encore Total et Elf Aquitaine qui à eux tous amènent plus des trois-quarts de la somme[1]. Quelque temps plus tard il s’endette de 400 millions auprès du Crédit lyonnais, alors banque publique, et rachète en toute discrétion les parts des Frères Willot devenant ainsi nettement majoritaire au sein de Boussac au détriment de ses partenaires financiers[1]. Entre temps, l'État s'engage à effacer les dettes de Boussac dans certaines banques et apporter maintes subventions[2].

L'autre condition est de garder l'intégralité du groupe Boussac, biens et personnels compris[1]. Bernard Arnault affirme que « toute cession d’activité au sein du groupe Boussac aura un caractère exceptionnel. » Il ne va conserver essentiellement que Christian Dior Couture, et le magasin Le Bon Marché, revendant Conforama à son rival PPR[2]. Suite à de diverses péripéties, les quelques marques restantes, à l'exception notable de Dior Couture, seront finalement regroupées avec d'autres afin d'être liées au groupe LVMH fondé en 1987. Prouvost SA reprend les activités textiles du groupe en 1988.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Stéphane Marchand, Les guerres du luxe, Fayard,‎ , 382 p. (ISBN 978-2213609539), « Le patron qui venait du Nord », p. 78 à 80
  2. a et b « Bernard Arnault, prédateur de grand luxe », sur liberation.fr,‎ (consulté le 1 décembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Boussac au fil de l'histoire, Sabine Lesur, Christophe Voegelé, Epinal, 2008
  • Bonjour Monsieur Boussac, M.F Pochna, ed. Robert Laffont, 1980
  • Les fondateurs de l'industrie textile Vosgienne, G.Poull, ed. Serpenoise, 1997.
  • Saint Frères : Un siècle de textile en Picardie, François Lefebvre, ed. Encrage, 2002.
  • À propos de Boussac (documents et bibliographie) : G. Belorgey sur [http///fr.calaméo.com/books/0018592857868acd73737b7 http://fr.calameo.com/books/0018592857868acd737b7], et, http://fr.calameo.com/books/00185928537cfc91d16f6

Lien externe[modifier | modifier le code]