Discussion:Roland Moreno

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]

Sur la syntaxe de l'article[modifier le code]

Bonjour, je voudrais attirer votre attention sur la syntaxe de plusieurs phrases de l'article qui n'ont pour moi aucun sens linguistique. Exemple : "On voit aussi Roland Moreno faire une apparition dans le film Les Choses de la vie, où, comme fils de Michel Piccoli, et interprété par Gérard Lartigau, il joue son propre rôle." Qui joue au final dans le film, Gérard Lartigau ou Roland Moreno. Pourquoi avoir ajouté comme fils de Michel Piccoli et interprété par Gérard Lartigau.

De sa rencontre avec Boby Lapointe (sur le tournage du film en 1969) date on le sait depuis vingt-et-un ans la collection systématique de ses œuvres au côté celles de J-S Bach. Alors celle là c'est certainement la meilleure, elle n'a strictement aucun sens "au côté celles de JS Bach"

Enfin pour terminer, je trouve cet article complètement sans queue ni tête. Il y a beaucoup trop d'informations personnelles qui ne peuvent être vérifiées (cf ce qu'il aime, ce qu'il collectionne, etc ..) et qui à mon humble avis n'ont rien à faire sur un article Wikipédia. Quand j'ai lu l'article (venant de cartes à puce), j'ai d'abord cru à une blague.

"Fin 2008, il est victime d'une infection pulmonaire, dont il se remettra au début de 2009." Lol

Commentaires de mes modifications de Roland Moreno[modifier le code]

1. Je ne comprends pas la référence (cf lLes douze travaux d'Asterix : la maison qui rend fou).

2. Je ne comprends pas « c'est tout l'article qui est douteux ». Pouvez-vous expliquer « douteux »  ?

3. Vous avez raison, l'appellation ""musique augmentée" est toute récente (juin 2010), ma phrase est donc mal foutue.

4. La matapof est en logique câblée (dont vous savez peut-être que je suis friand) et non pas programmée. Votre intéressant reverse engineering en Cobol ne s'applique donc pas, et encore faudrait-il le valider :

  • est-il bug-free ?
  • est-il stable ?
  • résiste-t'il aux dernières générations de virus ?
  • l'hypothèse r = 0.5 ne peut être exclue. Léger avantage à Face, donc (au moins dans cette version évidemment provisoire).

--Roland Moreno (d) 6 juillet 2010 à 19:04 (CEST)

Ma réponse[modifier le code]

1. La référence à la maison qui rend fou d'astérix est dans la phrase "lire note 18 alinéa 17" on ne sait même pas de quel article vous parlez. Cette référence est donc inutile.

2. Le "douteux" est expliqué dans mon message antérieur "Sur la syntaxe de l'article"

3. pas de commentaire

4. Aucun avantage à Face dans le code (en probabilité l'exclusion d'un nombre fini de point ne modifie pas la probabilité d'un intervalle). Cet ajout est tout simplement pour souligner que cette invention n'en est pas une, au mieux une invention d'enfant.

Roland Moreno (depuis le bistro)[modifier le code]

Je prends connaissance à l'instant de la notice qui m'est consacrée sur Wikipedia.

Je voudrais vous féliciter pour la qualité de ce texte.

Je n'ai jamais trouvé (sur moi et sur la carte à puce en général) une information aussi bien documentée, aussi pertinente, aussi intelligente pour tout dire, le tout sans jamais avoir fait l'objet d'une enquête de la part du rédacteur.

Je dis bien : JAMAIS.

(Or, cela fait près de trente ans que les articles de toute nature s'accumulent sur mon compte, y compris les sources les plus autorisées : Le Monde, par exemple.)

Certes, la fin du texte est un peu désagréable, mais parfaitement narrée, sans aucune erreur ou sujet de complainte de ma part.

Encore Bravo !

Roland Moreno - roland@moreno.net - 01 40 46 36 57

PS : pourrais-je être mis en contact avec l'auteur, pas seulement pour lui faire mon compliment, mais aussi pour lui signaler deux minuscules erreurs factuelles, suceptibles d'être corrigées dans un prochaine édition, pour une notice encore plus parfaite.

Eh bien merci pour les différents auteurs de l'article. La liste des différentes modifications se trouve sous l'onglet historique (http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Roland_Moreno&action=history), les principaux contributeurs sont malheureusement restés anonymes. Vous pouvez modifier le texte vous-même, ou si vous craignez un conflit de conscience, faire vos propositions ici ou en page de discussion. De toute façon, elles seront les bienvenues. archeos 5 mar 2005 à 19:02 (CET)
Il faudrait lui faire suivre cette réponse par mail en expliquant bien wikipédia au passage et lui demander gentilment une photo de lui (dont il dispose les droits) en gfdl ou cc-by-sa. Qui s'en charge ? :p ƒœΝύξ 5 mar 2005 à 19:39 (CET)

Cher M. Roland Moreno, nous sommes très honorés de savoir que vous nous lisez, mais pourriez-vous nous fournir une photographie de vous afin que nous puissions illustrer l'article vous concernant. Si vous ne désirez pas qu'elle soit en licence GFDL vous pourriez nous la laisser en "Fair Use" en exclusivité pour Wikipédia. Merci d'avance pour tout. -Semnoz 5 mar 2005 à 19:41 (CET)

Nous sommes aussi très honorés que Janik Gilbert-Rabeuf écrive elle-même sa biographie. Je n'y connais rien en art, peut-être mérite-t-elle un article encylopédique, mais de là à l'écrire elle-même... sebjd 5 mar 2005 à 22:35 (CET)

Important : j'ai commis l'erreur de mettre un très court mail à Mr Moreno hier pour le remercier, et aujourd'hui ma boite email vient de recevoir 30 mail de courrier d'une de ses listes de diffusion, ces mais faisant jusqu'à 10 megas kilos. Des jolis mails, des blagues, etc... mais des mails énormes pour ma pauvre boite de mail.

Devant l'ampleur de la situation, j'ai gentillement demandé à Mr Moreno de m'oter de cette liste, par mail, puis devant l'urgence, par telephone. Mr Moreno est un homme charmant et il est emballé par notre projet. Je ne suis plus sur sa liste. Anthere

Tu as de la chance que 30. J'ai cru que mon logiciel antispam allait rendre l'ame. Romary 6 mar 2005 à 13:27 (CET)

Cette réaction d'un sujet de l'encyclopédie mériterait peut-être d'être inscrite dans WP:anthologie (ou un truc comme ça, je ne me souviens plus du nom), qu'en pensez-vous ? --Pontauxchats | 11 mar 2005 à 09:26 (CET)
Wikipédia:Anthologie est plutôt destiné à des questions particulièrement gratinées ; on peut en attendant le déplacer sur la page de discussion. archeos 12 mar 2005 à 20:17 (CET)
Le plus approprié me semble être le livre d'or (en plus de Discuter:Roland Moreno) R 15 mar 2005 à 15:04 (CET)
Je suis fascine par le contraste avec le wikipedia anglophone. Pas d'article sur Roland Moreno, et quand on va voir l'article sur la carte a puce, juste une mention en passant. 82.127.188.9 15 novembre 2005 à 20:39 (CET)

Contestation article de qualité[modifier le code]

J'ai proposé cet article sur la page de constestation des articles de qualités. Venez le défendre ici ! Gadjou 9 août 2005 à 19:13 (CEST)

Sur le remplacement des principales assertions non sourcées de l’article (contre-vérités) par des assertions sourcées.[modifier le code]

L'utilisateur 82.127.188.9 qui s'étonne du contraste entre wikipedia anglophone et wikipedia francophone, à propos de l'invention de la carte à puce, semble ignorer la compétition pas toujours loyale que se livrent les pays et les hommes au sujet des inventions. L'encyclopédie wikipedia n'est pas un tribunal mais l'encyclopédie n'a pas lieu non plus d'être une encyclopédie chimérique ou simplette ou dissimulatrice qui cacherait à ses lecteurs l'existence d'une plainte pour usurpation de la qualité d'inventeur de la carte à puce. Il est en conséquence nécessaire de tenir informés les lecteurs de ce que, depuis mai 1995, deux plaintes contre X avec constitution de partie civile, pour usurpation de la qualité d’inventeur de la carte à puce, mettant en cause Roland MORENO et certains dirigeants de France Telecom, ont été déposées au TGI de Nanterre par moi-même, Daniel VESQUE, ingénieur électronicien au Centre National d'Etudes des Télécommunications(CNET) à l’époque des faits, devenu centre de recherche de France Telecom. Dans ma plainte initiale j’ai décrit que c’est à l’occasion d’une enquête en novembre 1973 de l’association Innovatron créée le 4 juillet 1972 par cinq personnes - laquelle association, aux termes mêmes de ses statuts, procédait par enquêtes d’information -, que Roland Moreno, secrétaire général de l’association, a pris connaissance de mon invention. D'autre part, l'encyclopédie se doit également de donner quelques éléments à ses lecteurs afin qu'ils comprennent pourquoi une telle procédure n'est pas encore termninée à l'heure actuelle, après quinze ans. Ainsi, je précise que la procédure pénale se poursuit à vitesse d’escargot et avec de nombreux dysfontionnements et de nombreuses manifestations de partialité de plusieurs magistrats et procureurs; La Cour de cassation a déjà cassé par deux fois les jugements de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles (arrêts de cassation du 17 septembre 2002, affaire n° 02-80881, et du 28 avril 2009, affaire n° 08-87781). Pour me limiter ici à exposer un exemple des manifestations de partialité que je rencontre, je signale le double discours de l’Etat qui, d’une part, par la voie du ministère public, a discrédité l’invention de la carte à puce par le réquisitoire du 26 février 2008 notamment, alléguant qu’elle était antériorisée par un américain, pour faire rejeter mon action pénale, et qui, d’autre part, a encensé la même invention le 14 juillet 2009 en promouvant « l’inventeur de la carte à puce Roland Moreno » au grade d’officier de la Légion d’honneur. Il y a ainsi double discours, actions contradictoires entre elles, et enfin inégalité devant la justice car il y a visiblement deux poids deux mesures dans le traitement de Roland MORENO et de Daniel VESQUE, la partie civile que je suis.Daniel VESQUE (d) 20 mars 2010 à 11:46 (CET)


Daniel Vesque répond à Wikinade, qui a supprimé son ajout dans l’article Roland Moreno, qu’il semble oublier que le site ‘legifrance.gouv.fr’ est une source fiable où tout internaute peut lire gratuitement les décisions judiciaires - lire ce n’est pas se substituer à la justice !-, que j’ai citées et dont j’ai donné les numéros d’affaires à dessein ; Il semble oublier aussi que l’interdiction de publication de toute information relative à des constitutions de partie civile cesse, ce qui est le cas pour mes deux plaintes, lorsqu’intervient une décision judicaire clôturant l’instruction, même non définitive, et la publication de cette décision ne tombe pas sous le coup de l’interdiction, la loi de 1931 ne dérogeant pas au principe de droit commun selon lequel toute décision judiciaire, même non définitive, peut être rendue publique (cf. le JurisClasseur, fascicule ‘Constitution de partie civile’, c1999, au n° 211 du fascicule); Les anciens, de l’époque de la loi de 1931, estimaient en effet à juste titre que ne pas faire connaître les décisions judiciaires favorisait l’étouffement des affaires gênantes. Wikinade semble oublier également le principe de neutralité de l’encyclopédie Wikipedia laquelle ne peut donc se borner à faire connaître seulement les louanges à l’égard de Roland Moreno. Cordialement.Daniel VESQUE (d) 1 avril 2010 à 10:51 (CEST)

Je viens de « tenter » de vous répondre sur votre page de discussion. Si j'ai encore une fois manqué de clarté, je demanderai alors l'aide d'autres Wikipédiens. Cordialement, --Wikinade (d) 2 avril 2010 à 15:36 (CEST)
Je vous réponds que mon désaccord ne porte pas sur la clarté de vos messages accompagnant vos suppressions de paragraphes dans l’article sur Roland Moreno, mais que mon désaccord porte sur l’altération de la neutralité de l’article qui en résulte, article qui devient exclusivement orienté louanges, et qui occulte des évènements importants concernant Roland Moreno et l’invention de la carte à puce tandis que, à côté de cela, il relate les miettes des poches de Roland Moreno lesquelles sont dépourvues d’intérêt et invérifiables. Cette absence totale de neutralité trompe l’internaute. La présomption d’innocence de Roland Moreno, et de moi-même ne l’oubliez pas, ne dispense pas l’article et vous-même d’être neutres.
La plupart des vies d’inventeurs, réels ou présumés, se sont déroulées en même temps que des procès, et les biographies sérieuses en font état. Ne pas en faire état dans le cas de la biographie de Roland Moreno, qui est le déposant certain de la demande de brevet de base de l’invention de la carte à puce n° 74 10191 le 25 mars 1974 (dans laquelle demande de brevet il ne s’est pas déclaré l’inventeur mais seulement le déposant, c’est à souligner), c’est faire croire aux internautes qu’il n’y a pas eu de procès, et c’est donc manquer de neutralité.
Si vous continuez à empêcher que l’article devienne neutre, je ferai un ‘appel à commentaires’ comme le prévoient les règles de l’encyclopédie Wikipedia, encyclopédie qui est certainement très attachée à ne pas discréditer elle-même sa répution. Cordialement. Daniel VESQUE (d) 7 avril 2010 à 00:58 (CEST)
Bonjour Daniel,
Je m'éparpille un peu, vous ayant déjà partiellement répondu sur votre page de discussion.
En tous cas, je viens de mettre en forme le passage que vous avez ajouté, bien que sans certitude aucune de sa pertinence encyclopédique. J'espère vivement les avis d'autres Wikipédiens. Par avance, merci à tous.
Cordialement, --Wikinade (d) 7 avril 2010 à 11:50 (CEST)
Bonjour Wikinade,
Je constate des troncatures dans votre 'mise en forme' que je vais corriger. D'autre part, le journal L’Investigateur ne fait jamais succéder les quatre mots ‘malheurs de Daniel Vesque’, c’est donc à tort que vous mettez des guillemets. J’ai seulement indiqué l’emploi du mot malheur par le journal. En effet, dans l’article de plusieurs pages, le mot malheur est employé ainsi « Son malheur : avoir inventé rien de moins que la première carte à puce. Le circuit intégré a été commandé et financé discrètement par la Direction Générale des Télécommunications françaises, il comportait en particulier une mémoire non volatile EPROM (17x8bits), une clef de sécurité représentée par un mot de 8 bits, et un code de 8 bits d’identification de l’utilisateur. Cette carte de crédit, dénommée Xcard, était capable de gérer 100 unités de paiement ... ».
Je ferai prochainement une correction au niveau de ce que vous dites à propos des jugements, et qui n’est pas vraiment exact également. Cordialement. Daniel VESQUE (d) 7 avril 2010 à 19:47 (CEST)

On le constatera j'ai fait des coupes plus sérieuses que celles qui étaient en litige jusqu'à présent. Je me dois de les expliquer, s'agissant d'informations sourcées. Elles ont trait à la qualité des sources :

  • concernant le paragraphe sourcé par une intervention du public lors d'une conférence de Roland Moreno (vidéo liée), la source ne me semble pas de qualité suffisante. Une intervention publique d'une personne admise à une conférence en accès libre n'est pas une source faisant autorité ;
  • je n'ai pas d'avis sur le sérieux de l'hebdomadaire luxembourgeois "L'investigateur". Dans le doute, j'ai donc maintenu l'information appuyée par un article (que je n'ai pas consulté) de cet hebdomadaire, tout en supprimant sa mise en valeur excessive dans la table des matières (réintégration dans le paragraphe chronologique consacré à M. Moreno) ;
  • les jugements publiés sur Légifrance me semblent des "sources primaires" que nous ne devons utiliser que pour éclairer le cas échéant les commentaires de sources secondaires s'y référant, implicitement ou explicitement. Dès lors qu'ils n'ont pas été signalés par une telle source secondaire, nous n'avons pas à les publier. M. Vesque peut utiliser un site web dont il serait l'éditeur pour leur donner la publicité qu'il juge utile, mais nous n'avons pas à lui offrir la possibilité de le faire sur Wikipédia qui n'est pas un support publicitaire mais une collection d'articles supposés synthétiser davantage le savoir déjà synthétisé dans des sources dispersées. Touriste (d) 8 avril 2010 à 13:19 (CEST)


Touriste, je dois vous dire que je supprime vos coupes « drastiques » et « violentes » car elles sont non fondées et non neutres, tout comme les propos assez préjudiciables tenus par vous aussitôt après dans ‘Le bistro’ de Wikipedia ; En voici les raisons :

a) En premier lieu je supprime le titre « Les revendications de Daniel Vesque » que vous avez installé dans la page de discussion, car je n’ai pas de ‘revendications’ particulières, puisque mon unique souhait, la neutralité de l’article, doit être le souhait de tout wikinaute. Je remplace donc le titre par ‘ Les réponses données par Daniel Vesque’

b) Vous avez modifié le texte de l’article qui existait le 7 avril 2010 à 20:38 qui donnait notamment l’indication que « deux plaintes, en 1995 puis en 2000 » avaient été déposées. Vous avez transformé cette indication en l’indication, fausse, « Il a déposé en 1995 deux plaintes ». Transformer ainsi le texte c’est altérer son exactitude.

c) C’est altérer la neutralité de l’article, neutralité qui commençait à venir, que de torcher en deux lignes l’information sur les procès, alors que Wikipedia s’étend sur presque trois pages pour instruire les wikinautes sur des broutilles invérifiables sur Roland Moreno, nous disant si Roland Moreno aime les gadgets, le cinéma, Woody Allen, la musique, la littérature, etc.....et dira peut-être bientôt aux wikinautes s’il aime la choucroute et la tête de veau farcie ; et alors que Wikipedia dispose pourtant maintenant de pas mal d’éléments pour que ses contributeurs soient en mesure de bâtir un texte équilibré, suffisamment développé, qui assure ainsi une information neutre et intelligible aux wikinautes dont le plus grand nombre, heureusement, ne sont ni microcéphales ni béni-oui-oui.

d) Concernant maintenant la partie du texte du 7 avril 2010 à 20:38 que vous critiquez et supprimez, vous écrivez : « concernant le paragraphe sourcé par une intervention du public lors d'une conférence de Roland Moreno (vidéo liée), la source ne me semble pas de qualité suffisante. Une intervention publique d'une personne admise à une conférence en accès libre n'est pas une source faisant autorité ; » ;

Or, le paragraphe que vous critiquez et que vous faites disparaître, au lieu de le reformuler vous-même au besoin, ne prétend nullement présenter comme « sources faisant autorité » les deux personnes qui ont posé des questions anonymement à Roland Moreno sur le point important de la genèse de l’invention de la carte à puce.

Le site canal-u et sa vidéo constituent ensemble une source fiable des réponses données aux questions posées car c’est Moreno lui-même qui donne ces réponses, et absence de réponse, personne ne répond pour lui, c’est lui la source et non pas les personnes qui posent les questions, comme votre critique l’allègue.

En d’autres termes, pour me faire bien comprendre, ce qui importe ce ne sont pas les deux personnes anonymes qui ont sollicité des réponses sur la genèse de l’invention de la carte à puce, ce qui importe c’est ce qu’a répondu Roland Moreno. La vidéo est une source fiable qui montre parfaitement que ce n’est pas sous la contrainte mais tout à fait librement que Roland Moreno a répondu, à la question posée par la première personne, qu’il avait inventé la carte à puce en fumant un joint, insistant « c’est la réalité, je ne peux pas mentir» ; Et a répondu par un silence aux questions posées par la seconde personne sur ce sujet de la genèse, notamment celle de savoir pourquoi le nom de Roland Moreno n’est pas porté comme inventeur mais uniquement comme déposant sur la demande de brevet initiale du 25 mars 1974.

Il est incontestable que Roland Moreno est lui-même une source fiable, je veux dire exempte de déformation par des intermédiaires, des paroles qu’il prononce ou non concernant cette genèse. Il ne serait ni sérieux ni neutre d’occulter les questions posées et réponses données sur la genèse de l’invention alors que l’article de l’encyclopédie s’étend sur des broutilles, comme je l’ai dit plus haut. Est-il besoin de vous apprendre que la genèse est un point important pour toute invention. Une encyclopédie sérieuse ne peut pas faire de la rétention sur les informations qu’elle possède concernant cette genèse.

Cette conférence est déjà connue par une partie non négligeable du public qui s’intéresse à la carte à puce et à Roland Moreno, à commencer par le demi-millier de personnes qui ont assisté à cette conférence, sans compter toutes les personnes qui ont ensuite visionné la vidéo tout au long des dix dernières années.

e) Il y a lieu de s'étonner que le peu de précision sur la genèse de l’invention que comporte jusque là l’encyclopédie Wikipedia, genèse qui fait intervenir un joint, soit relégué au bas d’une page en étant ajouté au texte de la référence n° 3, qui n’est d’ailleurs pas un lien hypertexte, et au sein d’une phrase dont un mot comporte une erreur de frappe, ce qui rend la phrase inintelligible pour beaucoup d’internautes :

« Invention imaginée après avoir fumé un joint (Emission Studio Gabriel sur France 2, diffusée dans le Zapping 1994-1998 de Canal+) initialement comme une blague, baptisée TMR du nom du film de Woody Allen Take the Money and Run (Prends l'oseille et tire-toi). »

Je corrige donc cette erreur de frappe, car ce n’est pas une ‘blague’ que les internautes doivent lire mais une ‘bague’.


f) Fort heureusement vous ne doutez pas du sérieux de la source constituée par le site Légifrance.gouv.fr . Etant une source fiable elle n’a pas besoin d’être corrroborée par une ou plusieurs sources secondaires. Ensuite, il est regrettable qu’avant même d’avoir lu l’article cité du journal L’Investigateur vous alléguiez que les jugements intervenus n’ont pas de sources secondaires, ce qui est faux encore une fois. Non seulement le site d’Hervé Bizeul, que j’ai cité en référence, a accepté de mettre en ligne, dès le 14 juillet 2006, le commentaire que je lui ai fourni, mais de surcroît le journal L’Investigateur a fait dans son numéro 307 de décembre 2005 tout un développement sur les procédures que j’ai dû engager. Et depuis le 20 mars 2010 le site de Monsieur-Biographie.com publie le commentaire que je lui ai transmis faisant connaître l’existence de l’ensemble des deux procès et des dysfonctionnements rencontrés.

Le journal d’investigation luxembourgeois L’Investigateur est le journal qui a rompu le silence de la presse et de la télévision sur cette affaire. Je cite ci-dessous quelques extraits qui démontrent que l’article du journal constitue bien une ‘source secondaire’ de la procédure de 1995 à 2004 compris:

« En 1995, après avoir réussi à rassembler un certain nombre d’éléments de preuves, et après avoir vu déserter plusieurs avocats (....) Daniel Vesque rédige et dépose lui-même une plainte dénonçantles faits ... »

«  Cette plainte a été rejetée au motif discutable de prescription. Suit une nouvelle plainte en 2000. Rejetée à nouveau au motif..... »

« Daniel Vesque ne lâche pas et se pourvoit en cassation en soulignant à nouveau la partialité de ce jugement et celle du ministère public. En 2002, le 17 septembre, la Cour de cassation a cassé l’arrêt de la Cour d’appel de Versailles......»

«  Mais, étrangement, le dossier a été retourné au même juge d’instruction en septembre 2003, lequel juge d’instruction a déclaré, dès janvier 2004, avoir terminé son ...... »


g) Faire connaître dans une biographie qui se doit d’être neutre, l’existence et plusieurs éléments des deux plaintes contre X, au point où elles sont arrivées après quinze ans, c’est tout simplement exercer ses droits légaux ; ce n’est pas traiter Roland Moreno « d’escroc », ce que vos propos dans ‘Le bistro’ font croire, et ce n’est pas non plus « utiliser Wikipedia comme support publicitaire ». Traiter Roland Moreno d’escroc, c’est juger soi-même, ce que je ne fais pas. Je vous invite à relire ma réponse du 1er avril 2010 à 10h 51, dans laquelle je me suis donné la peine d’indiquer les points de droit. En agissant ainsi, vous incitez à l’animosité à mon encontre et vous altérez la réputation de l’encyclopédie Wikipedia.

Comprenez que vous ne pouvez à la fois être un « administrateur » de Wikipedia et ne pas mesurer vos propos. J’apprécie la partie du ‘ménage’ faite par Lgd, dans l’article de Roland Moreno, qui a supprimé plusieurs liens externes qui étaient des ‘supports publicitaires’, réels ceux là, renvoyant à ses sites de radio, de ‘deliro’, etc...

EN CONSEQUENCE de tout ce qui précède, vos justifications de vos coupes « drastiques » et « violentes » sont non fondées, tout comme vos propos assez préjudiciables que vous avez tenus dans ‘Le bistro’ de Wikipedia aussitôt après, propos que je vous invite à mesurer comme je mesure moi-même les miens ; Je supprime donc vos coupes et je reviens à la disposition antérieure du 7 avril 2010 à 20 :38, et , comme je l’avais annoncé dans ma réponse du 7 avril 2010 à 19 :47, j’apporte plusieurs modifications dans la formulation.Daniel VESQUE (d) 13 avril 2010 à 23:57 (CEST)


RM — J'interviens brièvement pour rappeler ceci :

— mes brevets ont tous été challengés depuis trente anss par Philips, IBM, Siemens, principalement en Allemagne et au Japon. Ces procédures on duré des années (parfois 10), les géants contestaient tous ma qualité d'inventeur, et ils ont tous perdu ;

—pour mon plus grand bénéfice puisque j'ai pu faire état de cette légitimité et convaincre tous les autres (Sony, Fujitsu, Mtsubishi, Toshiba, etc.) de s'inscrire sous ma licence.


Qui est Vesque ? Dépourvu du moindre argument technique, cet homme ne cherche à obtenir, comme réparation — ce détail le situe parfaitement — qu'une surface médiatique équivalente à celle dont j'ai fait l'objet depuis vingt ans. (Je cite ce dont je me souviens de son attaque civile, il y a des années.) Depuis l'invention de Wikipedia, cet homme a enfin trouvé où défouler son désoeuvrement. Son affaire ne mérite pas une ligne où que ce soit, et surtout pas dans notre encyclopédie chérie, pas un mot, rien.


Je conclus avec mon souvenir de cette obscure "conférence" où il est intervenu, et à laquelle il se réfère tout le temps :

—devant une centaine de personnes (non pas "des milliers") il se lève au moment des questions, et commence la diatribe que l'on devine ;

—il est immédiatement hué par le public présent, et finit par se rassoir ;

—c'est tout ;

—et dix années plus tard, il insiste pour faire valoir cette péripétie où il a été ridiculisé et renvoyé vers le néant d'où il n'aurait jamais dû s'échapper.

RM

Sur "la genèse" de l'invention : j'ai toujours eu dix ou douze antériorités contre moi, dont deux ou trois particulièrement pertinentes. (C'est dire si je ne nourris aucune illusion sur mon statut ontologique d'"inventeur"). Et c'est pourtant CONTRE ces antériorités que les juges de Propriété Industrielle m'ont donné gagnant.--Roland Moreno (d) 14 avril 2010 à 02:45 (CEST)

Monsieur Vesque, je vous réponds point par point :
a) Aucun problème.
b) Désolé pour ma maladresse, je vais affiner ma modification.
c) Je vous renvoie à Wikipédia:Neutralité de point de vue, je cite : « la neutralité de point de vue ne signifie pas qu'il faille présenter nécessairement tous les points de vue existants sur un sujet. Ne doivent l'être que ceux qui sont pertinents, en leur accordant une place proportionnelle à leur importance dans les études sur le sujet. ». Dans la version que vous proposez, vos démélés judiciaires me semblent traités avec un luxe de détails disproportionné à leur couverture médiatique. Je suis donc en total désaccord avec votre analyse détaillée dans cette section c).
d) Dès lors que les réponses de monsieur Moreno n'ont pas été retranscrites par des journalistes professionnels, qui ont une fonction de filtrage de l'information, elle ne me semblent pas constituer une source acceptable. La circonstance qu'elles aient pu être sollicitées par des personnes partageant votre point de vue et qu'elles aient pu être improvisées, insuffisamment réfléchies et précises, ajoute à ma conviction. Je continue, au vu des précisions que vous avez apportées, à considérer qu'elles n'ont pas leur place ici.
e) Je n'ai pas étudié ce point, et n'ai donc pas d'avis.
f) Un commentaire publié par vos soins sur « le site de Monsieur-Biographie.com » ne constitue pas davantage une source acceptable. Pour les informations diffusées par « L’Investigateur », notez bien que je n'approuve ni ne réprouve l'utilisation de cette source, ne connaissant pas la réputation et le sérieux de ce magazine. En tout état de cause et sous la réserve que cette source soit pertinente, ce que j'ignore, je n'ai pas d'objection à ce que la procédure judiciaire que vous avez intentée soit très brièvement signalée, mais estime qu'il ne serait pas conforme à la neutralité de point de vue qu'elle soit détaillée sur cet article. J'ajouterai quand même quant à la qualité de la source que les extraits que vous en fournissez montrent qu'elle prend parti en votre faveur (« motif discutable de prescription »,« étrangement ») ce qui bien entendu ne la disqualifie pas mais nécessite de l'utiliser avec la prudence avec laquelle on doit utiliser une source qui ne fait pas mystère de son engagement. J'ai bien noté que monsieur Moreno estime que la place accordée aux révélations de L'Investigateur est déjà disproportionnée (pour lui rien serait plus raisonnable) et ne lui donne ni raison ni tort, j'attends d'autres avis mais ne serais pas du tout choqué que la seule phrase que j'ai maintenue au bénéfice du doute soit supprimée par un autre contributeur suivant cette discussion ;
g) Si j'ai dénaturé votre pensée au Bistro, j'en suis désolé, mais ce n'est pas essentiel voire pas important, le Bistro étant un espace de détente. Vous pouvez y apporter les précisions que vous jugez nécessaires. Quant à ma fonction d'administrateur, il est sans pertinence dans ce conflit où je ne compte pas faire usage des quelques outils qu'elle met à ma disposition. Touriste (d) 14 avril 2010 à 10:35 (CEST)
Le problème c'est que cette phrase tombe comme un cheveux sur la soupe. Si comme le dit Roland Moreno, de nombreux procès lui ont été intentés à ce sujet, pourquoi mentionner celui-là et pas les autres ? DocteurCosmos (d) 14 avril 2010 à 11:20 (CEST)
Ce sont les hasards de l'écriture : un contributeur particulièrement motivé par cette affaire est allé dépouiller la presse luxembourgeoise alors que pour les autres procès les contributeurs très motivés ne se sont pas encore manifestés... La question d' l'importance relative de cet article de « l'Investigateur » par rapport à toute la littérature disponible sur Roland Moreno reste posée, et je ne sais pas bien y répondre n'étant venu là que par le hasard d'un conflit et non parce que compétent sur le sujet. Touriste (d) 14 avril 2010 à 11:24 (CEST)
Ce que je veux dire c'est que l'information principale (et effectivement pertinente) tiendrait en une phrase : « la paternité de cette invention lui a été contestée en justice, en vain ». DocteurCosmos (d) 14 avril 2010 à 11:55 (CEST)


Réponse à Roland Moreno :

a) Roland Moreno insiste pour dire que les brevets de l’invention de la carte à puce qu’il a déposés ont de la valeur, mais le problème n’est pas là. La question que j’ai donnée à trancher par la justice pénale est de savoir qui est l’inventeur de cette invention qui a une valeur certaine, même si ce n’est pas une grande invention.

Les procédures menées par Philips, IBM, et Siemens sont des procédures différentes par lesquelles ces sociétés ont contesté la valeur des brevets déposés, les disant antériorisés. Ces procédures, qui ont confirmé la valeur des brevets déposés, n’ont nullement établi que la personne qui a déposé la demande de brevet initiale le 25 mars 1974 n’avait pas usurpé la qualité d’inventeur, laquelle qualité est nécessaire pour avoir le droit de déposer une demande de brevet d’invention, sans que ce dépôt constitue une usurpation et une escroquerie.

C’est donc en trompant les wikinautes que Roland Moreno, pour faire rejeter de l’encyclopédie toute information sur le procès, et pour me discréditer, fait un amalgame avec d’autres procès.


b) Roland Moreno continue sa désinformation en faisant croire que j’aurais perdu dans un procès au civil contre lui, alors que le juge civil auquel j’avais demandé d’attendre les résultats du juge pénal, n’a pas attendu et a prononcé simplement une péremption d’instance, ne jugeant pas au fond.


c) Roland Moreno continue sa désinformation encore en alléguant de manière malveillante que je serais désoeuvré, ce qui est totalement faux, et je n’ai pas à dire à quoi je passe mon temps. Puis il caresse ridiculement dans le sens du poil les administrateurs wikipédiens en écrivant « notre encyclopédie chérie » afin que les administrateurs rejettent l’information que je leur demande d’insérer, qui est indispensable pour assurer la neutralité et donc la réputation de Wikipedia.


d) Mon droit de réponse m’autorise à me défendre. Je dirai donc que les termes de la réponse de Roland Moreno montrent encore une fois quel système de valeurs l’anime. Il ne change pas. Dans une émission du 11 juin 1992 sur la chaîne de télévision publique FR3, il déclarait : « Pour être inventeur il faut oser transgresser, être un peu fraudeur, un peu tricheur. »

Continuant sa désinformation RM fait croire que j’aurais écrit que sa conférence au CNAM aurait été donnée devant « des milliers de personnes » alors que j’ai écrit « un demi-millier de personnes ». Le public présent, qui a senti qu’il y avait quelque chose d’important qui s’était passé, que les médias avaient toujours caché, a murmuré. A la fin de la conférence plusieurs personnes sont venus me trouver très chaleureusement et m’ont demandé si c’était moi l’inventeur dont j’avais parlé ou si j’étais son défenseur. Je n’aurais pas été obligé de poser les questions moi-même à Roland Moreno sur la genèse, et de faire savoir en quels termes existait un procès, si les journalistes auxquels je me suis adressé auparavant avaient rompu l’omerta entretenue sur cette affaire dans laquelle l’Etat PTT et sa quasi-filiale Bull, pas seulement Roland Moreno, se trouvent mis en cause dans mes deux plaintes.Daniel VESQUE (d) 14 avril 2010 à 20:20 (CEST)


Réponse à Touriste :

Elle sera plus brève que celle d’hier. Aucun des points de votre réponse ne ruine ce que je vous ai écrit; D’autre part, je vous fais remarquer que le journal L’investigateur est déjà cité plusieurs fois par Wikipedia à l’étranger, et que Wikipedia est une encyclopédie mondiale. L’encyclopédie n’a pas à avoir un comportement partisan dans cette affaire ‘sensible’ où l’Etat français est mis en cause et où l’on peut comprendre que les journaux et les télévisions françaises, qui vivent pour une bonne part des pages et spots de la publicité qui leur est payée par France Telecom, et qui jouissent des avantages et des soutiens financiers que l’Etat leur accorde, n’aient pas voulu parler de cette affaire.

Puisque vous trouvez que le journal L’investigateur prend trop de place dans l’article, je sollicite que vous le reformuliez vous-même en lui donnant moins de place.

Je n’ai pas introduit un « luxe de détails » dans l’article, même si je suis conduit dans mes réponses en page de discussion à en dire un peu plus pour convaincre. J’ai seulement introduit dans l’article quelques éléments : le point de départ de la course engagée et les décisions de justice importantes publiées en quinze ans. Une vue des starting blocks et des points de passages principaux n’est pas une narration en détail de la course. Vous ne savez rien ou presque des pièces du dossier.

En vue de nous accorder, je vais présenter une nouvelle formulation, plus rapide sur les décisions de justice, ne parlant que de la dernière qui a cassé le non-lieu, et moins développée également sur la plainte, mais signalant tout de même que certains dirigeants de France Télécom sont mis en cause également ; il serait inéquitable de ne parler que de Roland Moreno dans les personnes qui se trouvent mises en cause dans ma plainte contre X.

Je note que le changement de ‘bague’ en ‘blague’ (cf. le point e d’hier) n’est pas une erreur de frappe mais une transformation volontaire, faite par un certain ‘Mandeville’ le 20 novembre 2006 à 14:42 qui n’a introduit, en tout et pour tout dans l’article, que cette lettre l  ! Son altération a déjà persisté pendant quatre années et persiste encore ! Daniel VESQUE (d) 14 avril 2010 à 20:32 (CEST)


Réponse à Docteur Cosmos :

Je vous demande de lire ma réponse à Roland Moreno faite plus haut : en bref, les procès au civil intentés par les sociétés Philips etc.. n’ont traité que de la valeur du brevet qui a été déposé par RM, et non pas du point de savoir si c’est à juste titre ou non que, peu après s’être déclaré uniquement le déposant, et non pas l’inventeur, comme l’atteste la demande de brevet du 25 mars 1974 visible à l’INPI, il s’est dit l’inventeur et s’est comporté ainsi.

Le procès que j’ai engagé au civil, je ne l’ai pas perdu, ce que porterait à croire votre expression ‘en vain’ ; Il y a eu simplement une demande de ma part, restée vaine, que le juge civil attende la décision du juge pénal, puis une décision de péremption d’instance a été prise, laquelle n’est pas une décision sur le fond.

Je n’ai pas davantage perdu mon action au pénal puisque le non-lieu a été cassé par l’arrêt publié par la Cour de cassation le 28 avril 2009 (affaire n° 08-87781). Vous dites que les indications sur le procès viennent comme des cheveux sur la soupe, je partage votre point de vue, et c’est pourquoi je les installe dans la section ‘Inventions’, car c’est ici que l’adjonction s’impose, me semble-t-il, avis d’ailleurs partagé semble-t-il également par Wikinade.

Enfin, comme je l’ai dit plus haut dans d’autres réponses il ne serait ni équitable ni neutre que l’encyclopédie rapporte les miettes des poches invérifiables de Roland Moreno durant plusieurs pages puis se contente d’une seule ligne pour informer des procès.Daniel VESQUE (d) 14 avril 2010 à 20:44 (CEST)


• POINT D'INFORMATION

L'attention est attirée sur les statistiques suivantes :

— cette page de discussion comporte 5800 mots (depuis cinq ans)

— dont 5300 depuis l'apparition de M. Vesque (depuis quinze jours).


Le règlement de Wikipedia devrait prévoir et empêcher de tels errements. --Roland Moreno (d) 15 avril 2010 à 02:30 (CEST)


En réponse aux modifications de Roland Moreno, non motivées et non justifiables :

1) Roland Moreno supprime l’information concernant le fait que, le 25 mars 1974, il s’est défini par écrit comme le déposant et non comme l’inventeur.

Il s’est bien défini lui-même par écrit le 25 mars 1974 comme ‘le déposant’ de la demande de brevet d’invention décrivant une bague à mémoire, et non pas comme ‘l’inventeur’ de cette invention, laissant vide la case inventeur. Cela est vérifiable par tout le monde à l’INPI.

Ne pas le mentionner ce serait désinformer, et ce ne serait pas neutre : Dire simplement que Roland Moreno a déposé une demande de brevet d’une bague, c’est faire croire qu’il a fait comme tous les particuliers qui déposent une demande de brevet pour l’invention qu’ils ont faite, et qui se définissent comme inventeur ET comme déposant, alors que ce n’est nullement le cas ici ; Il était UNIQUEMENT le déposant, il faut le dire.

Je prends une comparaison pour me faire bien comprendre : Lors d’un mariage ou d’un pacs, une seule question fondamentale est posée : Acceptez-vous... ; Lors du dépôt d’une demande de brevet d’invention, DEUX questions FONDAMENTALES sont posées : Qui est l’inventeur ?, Qui est le déposant ? et les réponses, fondamentales, à ces deux questions essentielles sont publiées avec la demande de brevet d’invention, et en première page de celle-ci.

2) Indiquer la date précise du 7 octobre 1974 de la création de la société, et de l’apport en nature du brevet à celle-ci, permet aux wikinautes qui le veulent de vérifier mes dires en consultant les actes de création sans faire de recherches. Les dates et actes d’une société ne sont pas des informations de vie privée mais des informations auxquelles tout citoyen peut accéder, ce qui évite toute tricherie, toute désinformation.

Il est d’autant plus important d’être précis que Roland Moreno a fait de la désinformation en faisant croire que la société existait en 1973, c’est à dire avant dépôt du brevet, et qu’il fait encore de la désinformation présentement en faisant croire que la société ‘ Société Internationale pour l’Innovation ’ n’a pris officiellement le nom d’Innovatron qu’en 2001. Une désinformation n’est jamais gratuite, est toujours tendancieuse, et le résultat est que le ‘parcours professionnel’ qui l’insère n’est pas neutre.

3) Le nom ‘Innovatron’ a été officiellement substitué à celui de ' Société Internationale pour l’Innovation ' très exactement lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 14 juin 1989, c’est donc bien la même année que celle de l’entrée de France Télécom dans le capital d’Innovatron via la société Innovacom ; et non pas l’année 2001 comme M. Moreno l’allègue.

4) L’entrée de France Telecom dans le capital d’Innovatron a été un évènement important dans le parcours professionnel de Roland Moreno, cela a permis notamment d’injecter des finances et de faire une augmentation de capital de sa société, ainsi que de tenter de développer des applications industrielles nouvelles.

5) Roland Moreno réinstalle Louis Guillou parlant de Jean Moulin.

Je n’avais pas oublié Jean Moulin, je l’ai cité ; Mais reprendre les propos de Louis Guillou serait intéressant si la teneur qui s’en dégage n’était pas une sottise : Un rédacteur de brevet, si bon et zélé soit-il, ne transformera pas une invention sans valeur, sans potentiel, en une invention de valeur. C’est donc une sottise de faire croire que le rédacteur est le chaînon « essentiel », c’est à dire plus important que l’inventeur, et que c’est lui, au fond, qui fait l’invention.

6) Les procès avec Bull, Siemens et Philips font indéniablement partie du ‘parcours professionnel’ de Roland Moreno, et savoir en quelques paragraphes sur quoi ils portaient, et s’il les a gagnés ou perdus, n’est pas sans intérêt dans ce parcours. En revanche savoir s’il préfère le Macintosh au PC est tout à fait secondaire, c’est du remplissage peut être divertissant mais qui n’a pas sa place dans un ‘parcours professionnel’ (peut être dans son site déliro).Daniel VESQUE (d) 18 avril 2010 à 14:44 (CEST)


Tout d’abord, afin que les wikinautes puissent accéder à la discussion dans son intégralité sans avoir à faire de recherches, j’indique qu’elle a eu lieu en partie ici, mais aussi dans ‘Wikipédia le Bistro’ les 8 et 19 avril 2010 et le 7 mai 2010, ainsi que dans la page de discussion ‘utilisateur Touriste’ le 22 avril 2010, et enfin également dans ma page utilisateur.

Je m’étonne que Moez ait supprimé les contributions que j’avais apportées le 18 avril à 14h19, accessibles par l’onglet historique. Je m’étonne également qu’il ait osé réitérer une pareille suppression de la version de l’article du 7 mai 2010 à 15h15. Je développerai davantage ultérieurement ma réponse à ses allégations infondées et péremptoires, et la réaction que j’adopterai en fonction de ce que préconisent les règles de Wikipédia en pareil cas.Daniel Vesque (d) 8 mai 2010 à 21:26 (CEST)


Réponse à Koko90:

  • Koko90 est intervenu aujourd’hui 10 mai 2010 à 11h 01 sur ma page de discussion pour dire (si j’ai bien compris sa remarque) que le dépôt d’un brevet d’invention n'exclut pas d’avoir été l'inventeur de l’invention que l’on dépose. Je lui réponds que Roland Moreno, en déposant la demande de brevet de la carte à puce le 25 mars 1974, en tant que personne physique (particulier), s’est défini lui-même par écrit comme le déposant et non pas comme l’inventeur. Dans ce cas précis, seule une personne qui n’attacherait aucun prix à être considérée comme inventeur pourrrait l’être sans pour autant s’être définie comme inventeur. Ce genre de personne qui se déplacerait à l’INPI tout en n’attachant aucun prix à être considérée comme inventeur est certainement extrêmement rare ; et il suffit de lire les livres de Roland Moreno pour voir qu’il ne fait nullement partie des personnes qui n’attachent aucun prix à être considérées comme inventeurs.
  • Il faut aussi observer que se définir comme le déposant ne donne pas le titre d’inventeur, même lorsque le brevet est ensuite obtenu (celui-ci donne seulement un monopole d’exploitation). En somme, un brevet ne donne pas le titre d’inventeur, c’est au contraire la qualité d’inventeur, ou d’ayant cause de l’inventeur, qui donne le droit à déposer (cf. article L611-8 du Code de la propriété intellectuelle).
  • C’est à juste titre que vous avez fait remarquer (Wikipédia le bistro du 7 mai 2010) qu’il n’y avait aucune cohérence (depuis cinq ans) dans cette biographie. Il doit y avoir une TRIPLE cohérence entre: les SOURCES, le TITRE de la biographie, et le CORPS du texte.Daniel Vesque (d) 10 mai 2010 à 16:35 (CEST)
Vous dites que c'est la qualité d’inventeur, ou d'ayant cause de l’inventeur, qui donne le droit à déposer. Donc cela prouve que Moreno était inventeur ou ayant cause de l'inventeur... A moins que vous ne remettiez en question la légitimité de son brevet. Si vous remettez en cause ce brevet, alors il faut de solides sources pour le faire. Koko90 (d) 11 mai 2010 à 14:23 (CEST)
  • J’ai dit, ce qu’exprime la loi que j’ai citée, que le fait d’avoir déposé et obtenu un brevet ne donne pas le titre d’inventeur, c’est au contraire la qualité d’inventeur ou la qualité d’ayant cause de l’inventeur qui donne le droit à déposer, autrement dit rend le dépôt légitime. Il en résulte que pour tout dépôt de brevet, trois cas principaux peuvent se présenter : on est en présence soit d’un inventeur (dépôt légitime), soit d’un non-inventeur mais ayant cause de l’inventeur (dépôt légitime), soit d’un non-inventeur et non-ayant cause de l’inventeur (dépôt illégitime). L’INPI n’est pas chargé de contrôler ce droit, et d’empêcher des dépôts ; Tout se fait après coup par la justice quand c’est nécessaire.
  • Toujours selon la loi, et le principe de droit ‘provision est due au titre de brevet’, le brevet, quel que soit le cas parmi les trois précités, produit effet et ainsi donne le monopole d’exploitation au déposant. C’est pourquoi on peut écrire que Roland Moreno est le déposant, mais en revanche on ne peut aller au-delà et affirmer, en allant à l’encontre de ce qu’il a écrit lui-même et qui est rapporté et publié par la source légale et fiable que j’ai citée (Base de données de l'INPI avec BOPI ) qu’il est l’inventeur.
  • Par ailleurs, ni Roland Moreno ni moi-même n’avons fait connaître tous les éléments du dossier car c’est au juge et à lui seul qu’il revient de peser tous ces éléments et d’en déduire quel est le cas parmi les trois précités qui est à retenir. Les administrateurs qui ont cru que je prenais Wikipédia pour un tribunal se sont trompés. Je ne fais que tenter d’améliorer l’article en proposant le remplacement des principales assertions non sourcées qui s’y trouvent (que l’on peut appeler également contre-vérités, ou affabulations) par des assertions sourcées. Le respect des wikinautes passe par la nécessité de ne pas leur raconter des bobards.Daniel Vesque (d) 11 mai 2010 à 19:44 (CEST)
Il faut donc attendre la fin de la procédure judiciaire en cours pour pouvoir écrire quoi que ce soit à ce propos dans l'article : fin donc de la discussion sur ce point précis. Moez m'écrire 11 mai 2010 à 20:34 (CEST)

Dans l'attente de Lgd.

Lgd qui a été si rapide (3mn !!!) à décider de retirer ma contribution d’hier 9 mai 2010 de l'article Roland Moreno, est moins rapide pour me dire quelles règles précisément de Wikipédia je n’aurais pas respectées. J’attends sa réponse...Daniel Vesque (d) 10 mai 2010 à 19:08 (CEST)

11 mai 2010[modifier le code]

J'ai retiré les refs de Vesque : l'article de l'hebdomadaire L’Investigateur est inaccessible électroniquement et on ne peut pas se procurer de copie en dur. De plus, c'est un magazine qui n'est pas notable, et donc pas fiable. Sur un autre point, on ne peut pas construire un raisonnement dans un article à partir d'élément de sources primaires, ici les jugements de cassation. Lorsque un avis final sera rendu et qu'il ne sera pas cassé, alors on pourra en rendre compte. En attendant, il suffit d'indiquer, comme c est fait pour le moment, qu'un procédure est en cours. Mais je ne suis même pas sûr que ce soit dans cet article qu'il faut l'écrire ; je pense qu'il sera mieux placé dans l'article sur la carte à puce elle même, pas sur l'article de son inventeur. Moez m'écrire 11 mai 2010 à 23:36 (CEST)


13 mai 2010[modifier le code]

Le paragraphe désormais sans référence, donc non sourcé, est éligible aux modalités de l'Aide:Références nécessaires, alinéa 14 (Aide, Réf. Néc.) : Des informations qui ne sont pas étayées par des sources sont très controversées et très dommageables à l’article, ou, elles concernent une personne vivante et sont insuffisamment sourcées… …les supprimer sans les déplacer dans la page de discussion.. --Roland Moreno (d) 13 mai 2010 à 16:48 (CEST)


Boby Lapointe[modifier le code]

À Lgd : L'immortel auteur de Ta Katie t'a quitté[1] figure sur cette page depuis plus de six ans (installé par un érudit wikinaute dit "François-Dominique") en raison sans doute des nombreuses connexions : Claude Sautet, Michel Piccoli, François Truffaut,Jean Yanne, sans compter le Radoteur (cf Onomastique annoté par l'excellent Felix potuit[2]), et aussi vingt et une années d'inscripion au Who's Who.

Finalement je m'aperçois que ce point mérite la page de discussion (ou plus utilement l'article, qu'en pensez-vous ?)--Roland Moreno (d) 24 mai 2010 à 04:02 (CEST)

Bonjour,
Réponse un peu tardive à votre question et à celles posées par mail (il est plus simple de poser vos questions sur la page de discussion d'un utilisateur, ou ici) :
  • Voyons d'autres avis éventuels, mais les « connexions » que vous indiquez à propos de Boby Lapointe ne justifient pas, je pense, la mention d'un parallèle trop lointain (que ne fait aucune source externe).
  • J'ai placé entre commentaires HTML (signes <!-- et -->) la mention du lien Analyse de consommation (cryptographie), ce qui permet de le laisser à disposition des éditeurs du paragraphe, sans l'afficher dans le contenu de l'article. La raison, indiquée dans le commentaire, est que ce lien, mentionné sans autre explication, n'a pas de rapport clair pour le lecteur avec le reste du paragraphe. Il s'agirait juste de formuler la chose.
Cordialement, --Lgd (d) 25 mai 2010 à 05:43 (CEST)


Je comprends. J'espère que le nouveau wording vous paraîtra assez clair pour le lecteur :
compteur d’erreurs, qui provoque l’auto-destruction de la puce en cas de soumission répétée d’un code faux : selon ce brevet très spécifique (dont les enseignements sont encore mis à profit sur 99% des cartes à puce en circulation), un code inexact provoque la destruction d'un fusible en mémoire, d'où une surconsommation électrique importante. Voir à ce propos la simulation de cette fusion, exposée dans Analyse de consommation (cryptographie).
Boby Lapointe : j'y reviendrai, car je trouve inexplicable qu'on efface une indication pertinente en place depuis six ans. (Pertinente ? Le Radoteur, onomastique, Les choses de la vie, numération Bibi, Léon Brillouin, etc.)
Cordialement, --Roland Moreno (d) 26 mai 2010 à 04:45 (CEST)


Moyens inhibiteurs[modifier le code]

Suis allé faire une synthèse sur les Moyens inhibiteurs. L'image est bien trop petite. Merci à celui qui corrigera ça. --Roland Moreno (d) 8 juin 2010 à 05:36 (CEST)

Les Parapluies de Cherbourg[modifier le code]

Pour quelles raisons, Roland Moreno est-il crédité au générique de Les Parapluies de Cherbourg ? Impossible de trouver quelque part une source et surtout la raison Jmax (d) 16 juin 2010 à 12:02 (CEST)


C'est dit : remastérisation 32 bits en 1999 (production Tamaris).
Deux sources sont indiquées.
Mais comme toujours s'agissant de cinéma, il faut
* soit voir le film (et son générique final)
* soit croire celui qui fournit l'indication, plutôt que le suspecter.
CROIRE. --Roland Moreno (d) 17 juin 2010 à 02:54 (CEST)
et bien non pas CROIRE mais Wikipédia:Citez vos sources , surtout que les homonymies existent. Manifestement, certains ont du mal à collaborer dans une encyclopédie :-( Jmax (d) 17 juin 2010 à 08:20 (CEST)


Article personnel[modifier le code]

Les lecteurs-utilisateurs du Wo's Who (WP p ex) / Liens de nature à enrichir l'encyclopédie , vers des produits ou des prestations gratuites (un peu comme Wikipédia) via des interfaces gratuits) : cette réponse n'a rien d'une pirouette.

C'est le Who's Who qui source les 3/4 des infos présentes dans cette page, et WP ne s'en cache pas. La collection des oeuvres de B. Lapointe y est citée chaque année depuis 21 ans.

« Qui ça on ? » Wikipédia, donc.

Article personnel : obsédé par la carte et par les dollars, vous ne vous êtes pas aperçu qu'on n'est pas ici sur Innovatron ou sur Carte à puce. On est sur Roland Moreno, il y est question du prénom de mes enfants, de mon divorce, de mes manies d'écriture, de mes amis Marcel et Jean-Pierre, ainsi que de mon « pronostic vital engagé » pour cause d'infection pulmonaire (note 1). Mais soyons raisonnable et ne considérons que l'inventeur : il est complètement encyclopédique de mentionner les autres inventions, y compris celles qui n'ont pas encore rapporté un sou, au nombre de 23. Par souci de légèrté, je les ramène toutes à un lien. Plus un autre lien pour les Célimène que [l'inventeur] « considère comme son invention la plus importante post carte à puce. »

Gratuit, gratuit, bénévole, désintéressé, ça ne vous sonne aucune cloche ?

Enfin, vous ne trouvez pas de références pour Les Parapluies de Cherbourg. Eh bien tant pis pour vous, moderne soustracteur, elles sont en toutes lettres (note 4 et note 5). Rien à ajouter.

Ou plutôt si : pour vérifier si je suis au générique, il faut voir le film. Aucun article (connu de moi) ne le dit.

Pour vérifier si Bernard Blier évoque le souvenir de "Lulu la Nantaise", il faut VOIR Les Tontons flingueurs. Aucun article ne le dit, je crois.

C'est pourquoi je vous invite à croire, un verbe que j'ai choisi exprès pour choquer les chochottes. Gagné !--Roland Moreno (d) 19 juin 2010 à 14:48 (CEST)

Retour à la case Vesque[modifier le code]

L'attention des administrateurs est attirée sur le retour de Vesque, porteur d'AUCUNE matière nouvelle.

Se reporter à la conclusion précédente par Moez, Historique, 11 mai 2010, 21:23, ainsi qu'à la Page de discussion, 23:36. Proposition de virer une nouvelle fois le paragraphe.--Roland Moreno (d) 17 juin 2010 à 03:13 (CEST)

L’article sur R.Moreno dans sa version des 16 et 17 juin 2010 permettait, par sa référence 13, d’atteindre l’article de L’Investigateur publié en décembre 2005 et ainsi de lire la partie de cet article qui évoque l’affaire judiciaire relative à l’usurpation de la qualité et du titre d’inventeur de la carte à puce.
Le 18 juin 2010 à 22 :18, R.Moreno a enlevé la référence à cet article de L’Investigateur en alléguant que le document était inaccessible, ni en dur ni électroniquement ; C’est une motivation fallacieuse et par conséquent non valable ; et c’est une nouvelle atteinte insidieuse de R.Moreno à la neutralité de l’article. J’ai donc réinstallé la référence en question.
Par ailleurs, l’affaire n’est nullement de l’histoire ancienne puisqu’elle n’est pas terminée.Daniel Vesque (d) 23 juin 2010 à 19:20 (CEST)


La référence introduite par Roland Moreno le 24 juin 2010 à 02h 43 est censée aboutir au texte intégral des pages 105 à 109 du livre ‘Le dossier noir des cartes bancaires’ de Pascal Colombani et ainsi est censée reproduire le texte de ma lettre adressée à chacun des présidents des chaînes de télévision. Je constate que la date de cette lettre (1994) n’est pas fournie, ni celle d’édition du livre (DL 2001). Je constate également l’insertion d’une majuscule inopportune, l’insertion de plusieurs fautes d’orthographe, l’insertion de couleurs soulignant certaines phrases qui ne l’étaient pas, et enfin une troncature édifiante en fin de lettre, au beau milieu d’une phrase rapportée entre guillemets. J’ai donc introduit une référence, remplaçant celle de R.Moreno, aboutissant cette fois au texte exact et intégral en produisant les photocopies numériques des pages concernées. Je note que le livre précité a oublié un mot dans l’avant-dernière phrase reproduisant les paroles de R.Moreno. Il faut lire : « Pour être inventeur, il faut, je crois, oser transgresser, être un petit peu fraudeur, un petit peu tricheur, hein, je crois. ».

Pour répondre aux coloriages de R.Moreno :

- sur le coloriage de ‘concours de circonstances malencontreux ’, ce concours malencontreux ne justifie en rien ce qui s’est passé, même si cela n’a pu se faire qu’en profitant d’un concours de circonstances malencontreux.

- sur le coloriage de ‘je demande que seules soient diffusées pour l’instant ’, il faut tenir compte que le ‘pour l’instant ’ a été écrit en 1994, et non pas en 2010. En seize ans les circonstances ont changé.Daniel Vesque (d) 24 juin 2010 à 19:00 (CEST)

Les Célimènes[modifier le code]

Bonjour,
A propos de ce contenu que je viens de retirer : quoi que ce soit (et le peu d'informations intelligibles données dans le contenu en question n'en donnait aucune idée, ce qui indique déjà que c'est à revoir entièrement sur le fond), ce n'est pas sur la seule foi de son existence qu'une mention dans cet article se discute, mais sur la présence d'écho sur le sujet, de critiques, d'analyses, de compte-rendu, dans des sources de qualité, bref... avec des références comme on les attend couramment dans WP. Donc, ne pas se reposer sur un lien itunes, mais sur des sources externes, comme toujours.

Par ailleurs, il serait bienvenu de revoir la forme de la section « Sources diverses ». On peut être pressé et peu attentif aux exigences formelles, mais dans le cas du contributeur principal de cet article, un peu d'attention à cet égard ne pourra que l'amener à être plus attentif aux exigences wikipédiennes sur le fond. Disons qu'il y a là une question de rigueur assez intéressante. Cordialement, --Lgd (d) 27 juin 2010 à 18:40 (CEST)


Recyclage[modifier le code]

« Cet article ou cette section doit être recyclé. »
« Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion. »

On s'en occupe.--Roland Moreno (d) 28 juin 2010 à 12:52 (CEST)


Célimène : est-il utile de documenter la page avec ces références ?

 [3]
 [4]
 [5]
 [6]
 [7]
 [8]
 [9]--Roland Moreno (d) 29 juin 2010 à 14:55 (CEST)


Réponse de Daniel Vesque aux critiques de Juli3nC du 12 octobre 2010.[modifier le code]

Il me semble qu’ait été perdu de vue qu’une biographie n’est ni une autobiographie ni un panégyrique;

  • Vous dites que le paragraphe sur la controverse de paternité est mal placé et mal introduit ; Je vous ferai remarquer tout d’abord que c’est vous-même qui l’avez placé à cet endroit le 28 juillet 2010 à 16h 15 ; en outre certains éléments le précédaient dont il a été dépoullié par d’autres wikipédiens.

Je viens de faire une nouvelle formulation à un nouvel emplacement, au sein d’une section nouvelle intitulée ‘Controverse’.

  • Vous dites aussi, bien tardivement, que ce paragraphe ne serait pas basé sur des sources secondaires, ce qui est inexact également. En effet, le journal L’Investigateur publié en décembre 2005, et le livre ‘Le dossier noir des cartes bancaires’ publié en 2001, sont indiscutablement des sources secondaires dès lors qu’elles ont témoigné de l’existence de l’affaire de plainte pour usurpation de la qualité d’inventeur de la carte à puce et dès lors que ces sources ont donné leur point de vue et appréciation de journalistes après travail effectué notamment sur la base d’éléments que je leur ai fournis, comme j’étais en droit de le faire. Vous devez savoir que les parties civiles ne font pas partie des personnes tenues au secret de l’instruction et peuvent donc informer très légalement les journalistes. Ces deux sources sont donc indiscutablement des sources secondaires, et non pas des sources primaires.

D’autre part, je suis fondé à citer les deux arrêts de cassation intervenus, qui ont été publiés ; ils sont nécessaires pour montrer que l’affaire engagée est sérieuse, n’est pas terminée, et ils démontrent en outre que les deux journalistes, qui ont exprimé le point de vue que l’instruction de l’affaire était jusque là défaillante, ne racontaient pas n’importe quoi, que leur appréciation était juste, puisque la Cour de cassation l’a elle-même, en substance, estimé peu après.

  • Vos critiques sur la qualité des sources n’ont pas davantage de fondement. Pascal Colombani est un journaliste courageux dont les écrits au sujet de la carte bancaire ont été agréés par le journal Le Figaro qui les a insérés dans ses pages, ce qui constitue une référence sérieuse pour Wikipedia. Le journal L’Investigateur est lui aussi un journal courageux, même s’il ne plaît évidemment pas aux omertistes et panégyristes. N’oublions pas que critiquer les journalistes courageux c’est faire indirectement l’apologie de la couardise.., maintenir une telle position ce serait altérer l’image de Wikipedia de langue française.

Mireille Dumas, dans son émission sur la chaîne de télévision publique France 3 du 1er octobre 2003, intitulée ‘Vie privée vie publique’, a consacré au directeur du journal luxembourgeois L’Investigateur un reportage complet qui l’introduit ainsi : « Jean Nicolas journaliste du Luxembourg qui dévoile les affaires que la France cherche à étouffer ». Voilà qui est clairement dit, et en effet ce journal est à classer dans la même catégorie que le journal Le Canard enchainé (contacté en 1995, il ne désirait pas rédiger un article au motif d’incompétence en brevets) et les sites Web d’information Médiapart et Rue 89, à la différence que L’Investigateur n’est pas français, mais à l’heure de l’Europe cela ne devrait chagriner personne, et surtout pas Wikipedia de langue française dès lors que cette encyclopédie cite ces trois derniers médias. Observons d’ailleurs que Wikipedia, de langue anglaise notamment, a déjà cité L’Investigateur par exemple dans l’article ‘Alternative Democratic Reform Party’, et il est cité abondamment par Wiki-Adminet de langue française dans l’article sur Clearstream.

  • Sur votre critique selon laquelle il s’agirait d’un ‘travail inédit’. Il s’agit d’une contre-vérité, en effet, à partir du moment où un travail est édité il n’est pas sérieux de prétendre qu’il s’agit d’un ‘travail inédit’; On ne saurait en outre objecter que l’hebdomadaire L’Investigateur n’est lu que par peu de français, tout comme le livre de Pascal Colombani. A cet égard, il est nécessaire de rappeler que les règles de Wikipédia énoncent que :

« la neutralité de point de vue n’est pas le point de vue de la majorité » (cf. Wikipédia :Neutralité de point de vue) .

Remarquons enfin que l’encyclopédie Wikipédia met en avant qu’elle n’est pas favorable à la pensée unique, à la thèse unique : « ... c'est précisément la présentation d'informations diverses et parfois divergentes qui fait sa valeur.  » (cf. wiki/Aide:Tout_l'indispensable).

  • A propos de sources, j’attire votre attention sur le fait qu’en première ligne de la biographie Moreno il y a absence totale de source primaire, et de source secondaire de qualité, déclarant Moreno ‘inventeur’ de la carte à puce. En effet, aucune source secondaire ne peut être de qualité lorsqu’elle prétend qu’il est l’inventeur alors que la source primaire montre qu’il ne le prétendait pas lui-même le jour essentiel du dépôt de la demande de brevet le 25 mars 1974, comme l’atteste la page signalétique de la demande de brevet publiée dont la photo est maintenant fournie dans les références de l'article. La première phrase de la biographie enfreint donc pleinement les règles de Wikipédia et elle a donc lieu de reprendre une forme comparable à celle qu’elle a eue durant six ans, jusqu’au 7 mai 2010, si l’on veut respecter ces règles et non pas écrire sans règles.Daniel Vesque (d) 4 novembre 2010 à 15:15 (CET)

Suite à une contribution du 9 mars 2011.[modifier le code]

Le paragraphe de deux lignes qui, avant la contribution du 9 mars 2011, informait de l’existence de décisions judiciaires rendues et publiées concernant l’invention de la carte à puce et de ce que l’affaire n’est pas terminée, était justifié précisément par ces décisions qui doivent donc être accessibles et non pas occultées (Les règles de Wikipedia imposent en effet que les sources soient vérifiables et accessibles à tous. Aide:Présentez vos sources )

En effet, même non définitives, les décisions rendues peuvent légalement être diffusées et ont intérêt à l’être car, d’une part, elles enrichissent l’information apportée par l’encyclopédie Wikipédia, et, d’autre part, elles sont un élément de la publicité de la justice. Informer des décisions rendues, ce n’est pas imputer tel ou tel fait à quiconque ; le principe de présomption d’innocence coexiste entièrement avec le principe de publicité et le droit à l’information ( Voir également l’article Wikipedia : ‘Article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme’).Daniel Vesque (d) 28 mars 2011 à 13:15 (CEST)


Contestation de paternité[modifier le code]

M. Daniel VESQUE a introduit depuis 1994 une procédure pénale en contestation de la paternité de l'invention de la carte à puce. Sa demande a été plusieurs fois rejetée, par différentes juridictions, et en dernier lieu par un arrêt de la Cour de Cassation du 9 mars 2011.

En effet la Cour suprême s'est très clairement prononcée : "les énonciations de l'arrêt attaqué mettent la Cour de cassation en mesure de s'assurer que, pour dire n' y avoir lieu à suivre contre quiconque, la chambre de l'instruction, après avoir analysé l' ensemble des faits dénoncés dans la plainte et répondu aux articulations essentielles des mémoires produits par la partie civile appelante, a exposé les motifs pour lesquels elle a estimé qu'il n'existait pas de charges suffisantes contre quiconque d'avoir commis les délits reprochés, ni toute autre infraction".

Il s'agit là d'une décision de renvoi après cassation à laquelle M. Daniel VESQUE était partie civile. La décision est accessible sur LEGIFRANCE : [[10]]

Compte tenu de cette décision, le débat par lequel M. Daniel VESQUE contestait ma qualité d'inventeur est définitivement clos ; je supprime donc le paragraphe correspondant dans WIKIPEDIA, qui n'y a jamais eu sa place.

--Roland Moreno (d) 20 juillet 2011 à 11:50 (CEST)


Droit de réponse de Daniel VESQUE

■ M. Roland MORENO a supprimé toutes les informations de l’article relatives à la contestation de paternité de l’invention de la carte à puce, or les wikinautes ont le droit de s’intéresser, de vouloir comprendre et d’être informés, même si M. MORENO pense le contraire. J’ai moi-même le droit de répondre à celui-ci et de renseigner l’encyclopédie en relatant les thèses soutenues par les uns et les autres dans le procès ainsi que son déroulement, de manière suffisamment détaillée pour que cela soit compréhensible, et toujours selon une formulation qui respecte le principe de présomption d’innocence.

Tout d’abord, pour les wikinautes qui ne liraient que cette partie de la discussion, je rappelle que M. Roland MORENO n’est pas la seule personne soupçonnée dans mes deux plaintes contre X de mai 1995 et de novembre 2000, relatives à l’invention de la carte de paiement s’autocontrôlant et s’inhibant après quelques tentatives d’utilisation avec un code confidentiel erroné, dénommée populairement ‘carte à mémoire’ puis ‘carte à puce’, plaintes dont les chefs d’incrimination sont notamment « d’usurpation de la qualité et du titre d’inventeur de la carte à puce, de complicité, ainsi que de recel en commun ». Sont soupçonnées également certains dirigeants de mon ancien employeur public, maintenant dénommé FRANCE TELECOM, et certaines personnes de sa filiale CII-Honeywell Bull devenue BULL par la suite ; Il s’agit donc d’une affaire ‘sensible’ et non pas d’une simple affaire entre deux particuliers, comme le porte à croire notamment M. Roland MORENO.

■ Dans ma plainte, j’ai exposé que M. Roland MORENO et mon employeur FRANCE TELECOM ont pris connaissance en même temps de mon invention, en novembre 1973 lors d’une communication téléphonique de l’association INNOVATRON se disant en quête de travaux de sous-traitance. Je soutiens dans ma plainte que, à partir de là, M. MORENO a « usurpé » la qualité d’inventeur et que parallèlement mon employeur l’a usurpée lui aussi, discrètement par l’intermédiaire de sa filiale CII-Honeywell Bull interposée; Que la filiale ayant été battue de vitesse dans la course au brevet par M. Roland MORENO (25 mars 1974 contre 31 décembre 1975), mon employeur a alors « dicté » à celle-ci en septembre 1976 de s’entendre avec M. MORENO et de signer avec lui une licence d’exploitation; Qu’en agissant ainsi, par filiale interposée et par « prête-nom », mon employeur public, qui s’était mis immédiatement et ouvertement à exploiter mon invention et à qui incombait donc de faire le nécessaire pour sa protection industrielle et de respecter mes droits, opérait en fait en usurpation pure et simple de ceux-ci car il s’agissait d’une invention indépendante et non pas d’une invention de service. La plainte, que j’ai déposée lorsque j’ai pu enfin voir clair dans ce jeu de dupes, comporte un faisceau d’indices et plusieurs éléments de preuve matériels. J’ai sollicité en outre auprès du juge d’instruction puis de la chambre de l’instruction de la Cour d’appel, des auditions ou confrontations ainsi qu’un certain nombre d’autres actes d’investigations s’il en était besoin, mais toujours en vain à une exception près dont je vais parler ci-dessous.

La plainte de mai 1995, qui portait sur des faits réitérés du 25 mars 1974 au 11 janvier 1995, a été rejetée par un arrêt d’octobre 2000 au motif critiquable de prescription, non cassé. J’ai alors introduit une nouvelle plainte en novembre 2000 dont les chefs d’incrimination étaient les mêmes, qui a décrit que M. MORENO s’était présenté de nouveau plusieurs fois au public comme étant l’inventeur ; qu’il avait conforté son allégation en faisant intervenir notamment divers bricolages, entre autres une ‘machine à tirer à pile ou face’ mécanique subrepticement devenu électronique ensuite, et en alléguant nouvellement qu’il avait eu l’idée de la carte à puce après avoir fumé un joint, ajoutant « c’est la réalité, je ne peux pas mentir ». La chambre de l’instruction a jugé cette nouvelle plainte irrecevable par arrêt du 5 décembre 2001, déclarant en substance que M. MORENO pouvait maintenant se déclarer inventeur sans commettre de délit dès lors que les faits initiaux, ayant existé ou non, étaient prescrits ; mais la Cour de cassation a approuvé mon pourvoi et a cassé cet arrêt le 17 septembre 2002 en qualifiant les motifs de « motifs inopérants » (cet arrêt de cassation); Un nouvel arrêt de non-lieu a été rendu le 12 septembre 2008 qui a également été cassé en ma faveur par l’arrêt du 28 avril 2009 de la Cour de cassation, en raison cette fois de la participation prohibée d’un magistrat ayant participé précédemment à l’arrêt cassé (cet arrêt de cassation).

En quinze ans, un seul acte d’investigation a été effectué en tout et pour tout : l’audition le 12 mai 2006 de M. Michel UGON, ingénieur de BULL qui a travaillé dans le domaine des cartes de paiement depuis 1976, que je suis allé voir à BULL-CP8 en juin 1990, dont je déplorais qu’il sous-estime le brevet de la carte à puce mais dont j’ai demandé l’audition en raison notamment de ce qu’il avait remarqué que BULL avait reçu l’ordre de signer « en 15 jours » la licence d’exploitation précitée de septembre 1976 du brevet déposé par M. Roland MORENO, cela avant même que le service de brevets interne ait eu le temps de se faire une opinion. Pourquoi la chambre de l’instruction a-t-elle enjoint au juge d’instruction de n’entendre que cet ingénieur M. UGON, à l’exclusion de toutes les autres auditions ou confrontations sollicitées, notamment l’audition du fonctionnaire et ancien collègue de bureau, ayant grade d’inspecteur principal au CNET, dont j’ai demandé l’audition pour la raison que c’est par lui que mon employeur a pris connaissance de mon invention, en novembre 1973, et qu’il fut chargé ensuite, m’excluant ouvertement, de démarrer l’exploitation de celle-ci ? et l’audition également du chef du service des brevets du CNET de l’époque, devenu conseiller technique ministériel et également président de la société INNOVACOM  ? et l’audition du directeur de banque qui s’est montré disposé à témoigner pour exprimer que, après avoir reçu M. Roland MORENO en 1974 avant le dépôt du brevet, il ne croyait aucunement qu’il était l’inventeur de la carte à puce ? Et, qu’a bien pu déclarer M. Michel UGON lors de son audition ? Je ne sais répondre factuellement qu’à la dernière question. D’abord, il n’a nullement été interrogé sur l’injonction sous quinzaine qui avait motivé ma demande d’audition, ensuite, il a simplement exprimé son opinion selon laquelle les brevets de 1974-75 déposés par M. Roland MORENO auraient été antériorisés par l’américain M. ELLINGBOE, et, pour étayer son allégation, il a joint un article publié en janvier 1997 par M. Jean MOULIN dans le magazine ‘CENTRALIENS’, n°482 (consultable en bibliothèque et à l’Ecole Centrale).

M. Jean MOULIN, ingénieur-conseil en propriété industrielle, a été le prestataire choisi par M. MORENO pour réaliser la protection industrielle de l’invention de la carte à puce. Mes plaintes les ont soupçonné d’avoir breveté mon invention, « maquillée » dans un premier temps le 25 mars 1974 sous la forme d’une variante bague, avant de la breveter dans un deuxième temps sous sa forme de carte au 1er semestre 1975.

■ Ma lettre de réfutation détaillée du 15 septembre 2006 adressée au juge d’instruction a notamment répliqué que, d’une part, l’article de M. MOULIN avait été écrit après le dépôt de ma plainte de mai 1995, et après qu’il ait recueilli les royalties d’un grand nombre de licenciés dans le monde entier ; Que d’autre part cet article est contradictoire car il porte à croire à l’antériorisation de l’invention de la carte de paiement s’autocontrôlant et s’inhibant, en citant les brevets « Castrucci, Halpern, Ellingboe, Gretag, Dethloff, Arimura,.... » alors que ces brevets ne sont que des antériorités partielles, et alors que l’auteur se loue dans le même article d’avoir su extraire et rédiger « les concepts inventifs de la carte à mémoire, sous une forme telle que, vingt ans après, ceux-ci sont toujours reconnus » et d’avoir ainsi été victorieux dans ses « combats décisifs contre Philips et Siemens » qui alléguaient précisément l’antériorisation de l’invention pour échapper au versement de royalties ; Que d’autre part encore l’article présente une figure du brevet CASTRUCCI faisant croire, par sa légende comparant une phrase de ce brevet avec une phrase du brevet du 25 mars 1974, que les deux brevets s’équivaudraient, alors qu’ainsi M. MOULIN semble oublier qu’il a opposé lui-même par écrit, en mars 1978 auprès de l’INPI, que le brevet CASTRUCCI ne précise pas les moyens et modalités de transfert des informations contenues dans la mémoire et n’enseigne pas les moyens inhibiteurs qui coopèrent avec les précédents, et il semble oublier également qu’il ne peut revenir sur ce relevé dès lors qu’il est matériel, factuel (brevet Castrucci) ; Que les mêmes moyens manquants ont été relevés par lui à l’encontre des autres brevets antérieurs, et s’il n’a rien écrit sur le brevet ELLINGBOE (brevet Ellingboe) c’est tout simplement qu’il n’avait pas lieu d’en parler dès lors qu’il n’était pas cité dans les Avis documentaires établis; Qu’enfin, si les droits des prédécesseurs précités dans ce domaine avaient été piétinés, il y a lieu de penser que ceux-ci n’auraient pas manqué de les faire valoir ; qu’en particulier IBM qui était le déposant du brevet CASTRUCCI n’aurait pas signé une licence d’exploitation, ce qu’elle a fait. (extraits de l’article de M. Jean MOULIN)

Concernant l’allégation d’antériorisation de M. Michel UGON, ma lettre de réfutation précitée a exprimé que d’une part son opinion m’était connue mais que je n’y avais pas attaché une importance extrême sachant qu’il était un inventeur en position de concurrence, de rivalité même, du fait de ses brevets qui ont microprocessorisé la carte à puce quand son exploitation sous cette forme est devenue technologiquement possible, ceux du 26 août 1977 et du 25 avril 1978 en particulier, qu’ainsi son opinion n’était nullement avis d’expert indépendant ; Que d’autre part son opinion n’était nullement corroborée par les décisions judiciaires rendues, évoquées par M. Jean MOULIN pour s’en féliciter, décisions dont le Livre mondial des inventions de l’année 1992 de Valérie-Anne Giscard d’Estaing s’est également fait l’écho en ces termes :

« Face aux plus grands Moreno gagne son procès. Fin 1990, la Cour fédérale allemande des brevets a rejeté les appels formés par Philips et Siemens et confirmé la portée des inventions de Roland Moreno : pratiquement toutes les applications des cartes à puce. Sa société Innovatron compte aujourd’hui 120 sociétés licenciées dans le monde, dont IBM, Canon, Bull, ou encore Mitsubishi. »

■ Le procureur de la République a émis un réquisitoire de non-lieu le 26 février 2008 qui accorde crédit à l’allégation de M. Michel UGON de mai 2006 et qui masque ma réfutation de septembre 2006. On peut y lire que «... cette carte n’avait pas été brevetée par M. MORENO, ni par Daniel VESQUE mais par un américain, M. ELLINGBOE qui avait déposé le brevet le 19/10/1970 aux Etats -Unis (D48). » (ce réquisitoire)

Ce réquisitoire a été suivi d’une ordonnance de non-lieu qui, pour toute motivation, s’est bornée à joindre ce réquisitoire. Puis, par un arrêt du 12 mai 2010, la chambre de l’instruction a accordé crédit elle-même à l’allégation d’antériorisation de l’invention de la carte à puce, sans même répondre à mon mémoire d’appel, s’accrochant ainsi à ce motif d’antériorisation, déterminant, et qui dispense d’instruire puisqu’alors il ne saurait y avoir usurpation ; puis elle a rejeté encore une fois l’ensemble de mes demandes d’investigations et notamment d’expertise formulées pour le cas où l’opinion d’antériorisation persisterait, puis elle a conclu au non-lieu. (extraits de cet arrêt)

■ Relater les points-clefs que j’ai soulevés pour combattre l’évolution de cette procédure équivaut à rapporter les moyens de cassation que j’ai invoqués. Ils ne sont pas exposés de manière concrète par l’arrêt de cassation du 9 mars 2011 (cet arrêt), mais ils sont un peu plus explicités par le rapport du conseiller-rapporteur (extraits de ce rapport). Ils sont essentiellement : Incompétence de la cour d’appel de Versailles en matière de brevets d’invention et, à plus forte raison, sur la question d’antériorisation qui est au cœur même de cette matière dont la compétence exclusive appartient au TGI et à la cour d’appel de Paris depuis le 1er novembre 2009; Violation du principe de prohibition des injonctions au juge d’instruction ; Instruction presque inexistante équivalente à un refus d’instruire ; Défaut de réponse aux articulations essentielles des mémoires déposés ; Examen d’une affaire simplette étrangère à l’affaire ; Violation de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme ; Contradiction des motifs de l’arrêt qui, d’une part, a entériné que l’invention de la carte à puce n’a été brevetée ni par M. MORENO ni par M. VESQUE mais par M. ELLINGBOE en 1970, et qui, d’autre part, a considéré que M. MORENO est l’inventeur de la carte à puce ; l’arrêt ne pouvant sans contradiction notoire, à la fois entériner que c’est M. ELLINGBOE qui est l’inventeur de la carte à puce et à la fois considérer M. MORENO comme l’inventeur de cette invention.

■ A la lecture de l’arrêt de cassation du 9 mars 2011, qui rejette mon pourvoi à l’encontre de l’arrêt de non-lieu du 12 mai 2010 de la chambre de l’instruction et qui énonce que celle-ci « a estimé qu’il n’existait pas de charges suffisantes contre quiconque d’avoir commis les délits reprochés, ni toute autre infraction », chacun pense, comme c’est le cas ordinairement, que des charges suffisantes n’ont pas été trouvées bien que recherchées, alors que dans cette affaire elles n’ont pas été recherchées, il y a eu un refus d’instruire au-delà de la première audition. L’estimation des charges a ainsi été faite sur la base d’une instruction quasi-inexistante puisque limitée à l’audition d’une seule personne, celle précitée, et cet embryon d’instruction a été mené uniquement à décharge.

J’estime que ce procès est inéquitable et partial, partial en premier lieu en faveur des quelques dirigeants soupçonnés de mon employeur FRANCE TELECOM, dirigeants et employeur totalement invisibles dans les décisions rendues ; Il me semble aussi qu’un tel arrêt, qui se prononce sans instruire et qui me rejette en déclarant gratuitement une chose et son contraire, ne donne pas à M. Roland MORENO de quoi pavoiser. Et les salariés inventeurs potentiels, ainsi que les 200 sociétés industrielles licenciées du monde entier qui ont été contraintes de verser des royalties pendant des années, ne penseront-ils pas que la notion d’antériorisation d’une invention n’est pas fiable, est à géométrie variable selon les besoins de la cause ? ce qui est fâcheux tant pour l’inventivité que pour l’industrie.

Contrairement aux allégations de M. Roland MORENO, le débat n’est pas définitivement clos ; Cet arrêt de non-lieu du 12 mai 2010 de la juridiction d’instruction n’a autorité de chose jugée à l’égard de personne car personne n’a été ‘mis en examen’, ni même mis sous statut de ‘témoin assisté’ (cf. JurisClasseur fasc. 20, n°26). Cet arrêt, qui a annulé l’ordonnance de non-lieu mais a continué à accorder crédit à l’allégation d’antériorisation et à exclure notamment l’expertise demandée, a prévu comme d’ordinaire « reprise en cas de survenance de charges nouvelles » ; Le procureur général peut donc, quand il estime cela nécessaire ou lorsque son supérieur hiérarchique l’estime ainsi, reprendre l’instruction effleurée: avant, pendant, ou même après la procédure devant la Cour européenne des droits de l’homme que j’entends saisir, et j’ose espérer qu’elle fera son travail.

En somme, il n’était nullement justifié de supprimer de l’article de Wikipédia le paragraphe de quelques lignes concernant la contestation de paternité ; Celle-ci est inséparable de l’histoire de l’invention de la carte à puce et de l’histoire de toute personne qui se présente comme étant son inventeur. Je fais une nouvelle formulation.Daniel Vesque (d) 12 septembre 2011 à 14:30 (CEST)


Comme j’en ai indiqué mon intention en septembre dernier, quelques lignes plus haut, je précise que la Cour européenne des droits de l’homme a été effectivement saisie par ma requête du 26 octobre 2011.Daniel Vesque (d) 5 mai 2012 à 20:38 (CEST)

Beaucoup de personnes ont de sérieux doutes, et même des documents[modifier le code]

Nous sommes beaucoup à avoir de sérieux doutes sur la paternité de la carté à puce attribuée à Roland Moreno. L'attitude de Moreno qui "faisait le ménage" dans l'article peut renforcer encore plus ce genre de soupçons. Censurer en douce au lieu de discuter et présenter des preuves est bizarre.

Pourquoi il y a un doute? Parce que la carte à puce, on en parlait bien avant le dépôt officiel du brevet par Moreno. Je ne sais pas comment font les gens qui ne trouvent pas ça au moins étrange. Il suffit de faire un tour sur les wikipédias des différentes langues, pour voir qu'il y a de sérieuses contestations sourcées. Par exemple: https://en.wikipedia.org/wiki/Talk:Roland_Moreno

"In 1968 and 1969 German electrical engineers Helmut Gröttrup and Jürgen Dethloff jointly filed patents for the automated chip card (for details see page of Helmut Gröttrup. "

"I think that the biography over Moreno isn't correct because Helmut Gröttrup and Jürgen Dethloff jointly filed patents for the automated chip card earlier than Roland Moreno."

Jürgen Dethloff, inventor galery by Deutsches Patent- und Markenamt: https://www.dpma.de/ponline/erfindergalerie/bio_dethloff.html

Alles auf eine Karte, NDR, http://www.ndr.de/kultur/geschichte/koepfe/Juergen-Dethloff-Alles-auf-eine-Karte,juergendethloff101.html

ça ne suffit peut-être pas comme preuves, car il faudrait faire une recherche approfondie (et croyez-moi, il y a pas mal de documents disponibles sur internet) mais quelqu'un devrait rajouter une section sur la polémique de contestation de paternité

Contradiction sur Innovatron[modifier le code]

Bonjour

L'article se contredit sur l'année de création d'Innovatron : une fois il est dit 1972, et un peu plus loin 1974.

Cordialement Tubamirum (d) 1 mai 2012 à 00:55 (CEST)

Souhaitant faire la même remarque, j'ai lu attentivement toute cette discussion.
1. Il semble que la confusion soit qu'une association Innovatron ait été créée en 1972 qui a cherché à collecter et promouvoir des innovations tierces, et qu'une société Innovatron ait été créée en 1974 par l'apport ou qui a reçu l'apport du brevet déposé par RM
2. Je ne suis pas sur que la protestation de M. Vesques ait beaucoup à voir avec RM, puisqu'il s'agit de sa biographie, mais elle me parait valoir la constitution d'une page spécialisée Wikipedia, car il s'agit manifestement d'une "affaire" d'attribution technico-industrielle, comparable à celle du "nègre" d'Alexande Dumas, ou de la contestation du Dr. Montagné ?
89.227.225.181 (d) 1 mai 2012 à 02:00 (CEST)

Modification photo article Roland Moreno (suite à transfert)[modifier le code]

Bonjour. Je m'adresse à vous, j'ignore si la démarche est courante sur Wikipédia, car vous êtes à l'origine de la demande de photographie sur l'article consacré à Roland Moreno (http://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Moreno) et j'ai besoin d'un conseil. Les filles de Roland Moreno souhaitent changer la photo de la page de Roland car elle ne reflète pas vraiment sa personnalité, étant malade avec notamment des problèmes cutanés et de poids au moment de la prise de vue. Je ne sais pas si cet argument est suffisant et ne veux surtout pas rentrer dans une guerre d'édition et un jeu de "je mets, j'enlève", mais je veux savoir si le changement de photo à ces motifs est acceptable pour Wikipédia. J'ai déposé la photo souhaitée par les filles de Roland (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Roland_Moreno_1996_1.jpg) et me propose de la changer sur sa page. Pensez-vous que cette démarche est faisable ?

Bien à vous, --InnovatronWiki (d) 12 juillet 2012 à 15:41 (CEST)

Pour moi pas de problèmes et toutes mes condoléances à ses filles. Amicalement. Semnoz (d) 15 juillet 2012 à 22:01 (CEST)
Oui bien sûr, il n'y a pas d'ailleurs je crois de critères pour préférer une photo par rapport à une autre. Enfin si, la récence, mais si une photo plus ancienne est beaucoup plus réussie qu'une photo récente alors elle devient àmha plus recommandée. Mais d'expérience il me semble que les conflits sont plutôt rares sur les illustrations (mais je peux me tromper?) Allez-y donc, et condoléances à ses filles également. Amicalement, --Floflo (d) 15 juillet 2012 à 22:07 (CEST) Salut Semnoz (d · c), au passage je suis en train de me demander si ce message n’était pas destiné à ta PDD plutôt? Amicalement, --Floflo (d) 15 juillet 2012 à 22:14 (CEST)

Merci pour votre accueil et vos réponses claires et rapides. --InnovatronWiki

Modification de l'article concernant la paternité de l'invention de la carte mémoire[modifier le code]

Une refonte de l'article est souhaitable pour les raisons suivantes : - La paternité de Daniel MORENO en tant que père de la carte à puce mémoire est contestée à l'étranger. - le rôle du rédacteur du brevet est escamoté - Les verdicts des tribunaux ont suivi l'expert Michel UGON, qui s'appuie sur les déclarations de l'ingénieur en brevet Jean MOULIN cité ci-avant, sont absents.

En toute neutralité, et pour relativiser la portée de l'invention, il convient d'exposer en étant factuel, la genèse de l'invention de la carte à puce mémoire, les moyens de recherche dont il disposait, sa situation professionnelle en 1974, sa méconnaissance de l'état de l'art.


Espérant aboutir à un article consensuel, j'attends vos contributions