Aller au contenu

Didymopanax morototoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Didymopanax morototoni
Description de cette image, également commentée ci-après
échantillon type de Didymopanax morototoni collecté par Aublet en Guyane
Classification
Règne Plantae
Classe Equisetopsida
Sous-classe Magnoliidae
Super-ordre Asteranae
Ordre Apiales
Famille Araliaceae
Sous-famille Aralioideae
Espèce Didymopanax

Espèce

Didymopanax morototoni
(Aubl.) Decne. & Planch., 1854[1]

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Synonymes

Selon GBIF (31 janvier 2022)[2] :

  • Didymopanax calophyllum Decne. & Planch. ex Marchal
  • Oreopanax morototoni (Aubl.) Pittier
  • Panax morototoni Aubl. - Basionyme
  • Panax undalata Aubl.
  • Panax undulatum Aubl., 1775
  • Panax undulatus Kunth
  • Schefflera morototoni (Aubl.) Maguire, Steyerm. & Frodin

Selon Tropicos (31 janvier 2022)[3] :

  • Aralia micans Willd. ex Schult.
  • Didymopanax micans (Willd. ex Schult.) Krug & Urb.
  • Didymopanax morototoni var. sessiliflorus Marchal
  • Oreopanax morototoni (Aubl.) Pittier
  • Panax morototoni Aubl. - Basionyme
  • Panax speciosum Eggers
  • Schefflera morototoni (Aubl.) Maguire, Steyerm. & Frodin
  • Schefflera morototoni var. sessiliflora (Marchal) Frodin & Govaerts
  • Sciadophyllum paniculatum Britton

Didymopanax morototoni est une espèce de plantes à fleurs de la famille des Araliaceae (famille du lierre et du ginseng), et qui est l'espèce type du genre Didymopanax Decne. & Planch., 1854. C'est une arbre néotropical.

Anciennement inclus dans le genre Schefflera, Didymopanax morototoni a été ré-intégré dans le genre Didymopanax en 2020[4].

Il est connu en Guyane sous les noms de Bois la Saint Jean (Créole), Malototo (Wayãpi), Ahamban (Palikur), Morototó (Portugais)[5], Tobitoutou (Nenge tongo)[6],[7]; Bois canon bâtard[8].

Au Suriname, on le désigne sous les noms de Bigi boesie papajahoedoe (Sranan tongo), Khobbé (Saramaka), Karoro, Karohoro (Arawak), Mollototto oe, Moretoto oe (Karib)[9].

Au Venezuela, on l'appelle Morototó, Sunsún, Yarumo[10], Yaurumo de savanna[8] (Espagnol), et au Brésil c'est Sambaqüim (dans le Pernambouc)[11] ou Matatauba, Marupá[12].

Description

[modifier | modifier le code]

Didymopanax morototoni est un arbre moyen à grand, atteignant 5–25(35) m de haut.

Les feuilles composées palmées portent (7)9-10(13) folioles, sur un pétiole long de (40)80-110 cm. Les petiolules de longueur variable, mesurent 5,5 à 22 cm de long. Le limbes des folioles est membraneux, de forme oblongue, la base arrondie à tronquée, l'apex mucronulé légèrement acuminé et les marges entières. Discolore, il est glabre sur la face supérieure, et pubescent brunâtre avec les nervures saillantes sur la face abaxiale. De taille variable elles mesurent 20-30 sur 7-10(13) cm pour celles internes, et 15-20(35) sur 5-7 cm pour celles externes. On compte 10-15 paires de nervure secondaires, généralement, qui ni se terminent dans la marge, ni se rejoignent en une nervure marginale. Les stipules forment une grande ligule intra-pétiolaire, généralement bifide.

L'inflorescence recouverte d'une pilosité feutrée grisâtre, longue de 29-40 cm, est une panicule généralement 3 fois composée, avec 2–7 branches primaires rayonnantes allongées, les branches secondaires généralement racémiformes avec 2 ombelles ou plus dispersées sur chaque axe. Les pédoncules sont longs d'environ 1 cm, et les pédicelles d'environ 2 mm. L'ovaire à 2 loges porte 2 styles libres, persistants, se recourbant au stade du fruit.

Le fruit est généralement très comprimé, latéralement, côtelé : les 2(3) côtes sont glabres, arrondies aux deux extrémités, mesurant de 4-5 mm de long, pour 7-5 mm de large[9],[7],[10].

Didymopanax morototoni compterait 4 variétés[8] :

  • Didymopanax morototoni var. angustipetala Marchal in Mart. - petit arbre élancé, atteignant jusqu'à 5,5 m de haut, avec des inflorescences composées seulement deux fois, et parfois spécifiquement distinctes (ressemble à un intermédiaire entre Didymopanax morototoni et D. tamatamaensis (Maguire, Steyerm. & Frodin) Fiaschi & G.M. Plunkett)[10]
  • Didymopanax morototoni var. morototoni
  • Didymopanax morototoni var. poeppigii (Decne. & Planch.) Marchal, 1878
  • Didymopanax morototoni var. sessiliflorus Marchal, 1878

Répartition

[modifier | modifier le code]

Didymopanax morototoni est présent du sud du Mexique, au Brésil (Amapá, Roraima, Pará, Amazonas, Rondônia, Acre, Tocantins[13]) en passant par l'Amérique centrale, les Grandes Antilles (sauf la Jamaïque), Trinidad, La Colombie, le Venezuela, le Guyana, le Suriname et la Guyane[10],[9].

Didymopanax morototoni est un arbre pionnier poussant dans les milieux perturbés, les forêts sempervirentes secondaires[5], ou anciennes, les forêts de plaine, les forêts galerie, les forêts de montagne, et occasionnellement en bordure de savane. On l'observe autour de 100–900(–1 400) m d'altitude au Venezuela[10].

Didymopanax morototoni a été étudiée sous divers aspects :

Utilisation

[modifier | modifier le code]

Le bois clair, léger et peu durable[34] de Didymopanax morototoni est utilisé pour de nombreux usages : aggloméré, jouets, manches à balais, caisses, menuiserie, contreplaqué, construction (doublure, lambris, charpente), emballage léger, caisse, spatule à glace, instruments de musique (table de guitare, corps et manche de guitare), radeau, stratifié, crayon, menuiserie, noyau de porte, meuble, cadre, panneau, cure-dents, allumettes et urne funéraire. Ce bois peut également être utilisé pour la production de pâte à papier (rendement de 52,5 %)[13].

En Guyane, le rachis des feuilles était employé pour fabriquer des flèches. Ses feuilles serviraient à soigner les luxations sous forme de cataplasme. Les Haïtiens s'en servent comme tonifiant et pour soigner les rhumatismes et la lombosciatique. On lui prête des vertus proches de celles du ginseng chinois[34].

Les petites graines plates et discoïdes contenues dans les petits fruits anguleux sont employées en perlerie, tissées avec des plumes et de petites perles de couleurs, pour fabriquer des pagnes, des sacs et de ceintures, colliers, bracelets, etc. par les communautés amérindiennes d'Amazonie et des Guyanes[6].

Les Amérindiens du nord-ouest du Guyana emploient l'écorce et la sève de Didymopanax morototoni comme fébrifuge, et pour soigner les piqûres de scorpion et les plaies[35].

Les feuilles, les fruits et le bois de Didymopanax morototoni sont employés traditionnellement, pour divers usages (nourriture, bois de feu, construction, technologie, poison), par les communautés rurales de la ferme "Serra D’Água" (Rio Formoso, Pernambuco, Brésil)[11].

Didymopanax morototoni contient des saponines, mais apparemment en faible quantité[5].

Les fruits de Didymopanax morototoni sont consommés et ses feuilles employées pour fabriquer des (cages à oiseaux) dans le "Parque Municipal da Boa Esperança" (Ilhéus, Bahia, Brésil)[36].

Les extraits de Didymopanax morototoni ne montrent pas d'activité cytotoxique significative[12].

Histoire naturelle

[modifier | modifier le code]

« IACARANDA arbor, polyphylla, maximè procera. Iacaranda braſilienſibus Marcgr. Arbre de S. Jean. May. On n'a pas vû la fleur, ni le fruit de cet arbre , qu'on a cru devoir rapporter ici ſous le nom qu'il eſt déſigné dans Marcgrave. »

— Pierre Barrère, 1741[37].

« ARBRE de Saint-Jean , ou May , ou Bois blanc. Cet Arbre ne vient jamais gros , mais très-haut & droit , avec une ſimple touffe de feuilles au ſommet ; on le préfère à tous les autres , pour la cérémonie de planter le May [ Pentecôte, Saint-Jean ].
Le bois d'ailleurs ſert à faire des chèvres , des grues , des échelles , parce qu'il eſt léger. On en fait auſſi des chevilles , au défaut de Bois mouſſé. »

— BRÛLETOUT de PRÉFONTAINE, 1763[38]

« Saint-Jean. Panax Morototoni Auhlet; Didymopanax Morototoni Dec. et Pl. (Araliacées). Espèce aromatique à étudier. Certains créoles prétendent que cette plante aurait les propriétés du ginseng chinois, et que son nom de Saint-Jean ne serait que la corruption du nom chinois, par la transposition des consonnes de ce nom. »

— HECKEL, 1897[39]

Didymopanax morototoni par Aublet (1775)
Planche 360. - 1. Baie. Calice. Diſque. Styles. - 2. Baie à deux ailes. - 3. Baie à trois ailes[40].

En 1775, le botaniste Aublet propose le protologue suivant[40] :

« PANAX (Morototoni) foliis digitatis, foliolis lanceolatis, undulatis ; ſubtùs ferrugineis ; floribus paniculatis. (Tabula 360.)
Jacaranda arbor, polyphylla, maximè procera. Barr. Fran. Equin. 61[37].

Arbor trunco centum-pedali, ad ſummitatem ramoſo ; ramis eredis, hinc & indè ſparſis. Folia ampla, alterna, digitata; foliolis odo, eredis, inæqualibus, ovato-oblongis, acutis, undulatis, rigidis, integerrimis, ſupernè glabris, viridibus, infernè fulvis, ſubtomentofis, baſi plicatis, pedicellatis, pedicellis in orbem diſpoſitis, ad apicem petioli longiſſimi, cylindracei, inferne membranacci, coriacei, amplexi-caulis. Flores paniculati, terminates & axillares : panicula ex axilla vaginæ latæ, membranaccæ egreditur. Rami & ramusculi ad baſim ſquamulâ muniuntur. Involucrum minimum, umbella: ſeptem aut odo-floræ. Fructus ; bacca ſubrotunda, compreſſa, diſperma, aut triſperma, quatuor laciniis calicis, & duobus ſtylis coronata. Semina plana, ſemi-orbiculata.

Fructum ferebat Maio nondùm maturum. Lignum albicans, leve; aromaticum. Folia itidem & fructus.

Habitat Caiennæ & in ſylvis Guianæ. Reperitur etiam in ſylvis inſulæ Sandominicanæ.

Nomen Caribæum MOROTOTONI ; Gallicum ARBRE DE MAI, ou DE S. JEAN.


L'ARBRE DE MAI. (Plance 360.)

Le Morototoni eſt un arbre de très haute futaye. Son tronc eſt couvert d'une écorce blanchâtre, & s'élève à environ cent pieds, quoiqu'il n'ait que deux pieds de diamètre. Son bois eſt blanc, peu ferre, léger & moelleux au centre. Il n'a de branches qu'au ſommet ; elles s'étendent de toute part & ſe redreſſent ; elles repréſentent une tête arrondie. à l'extrémité des branches naiſſent pluſieurs feuilles palmées, alternes, dont le pédicule forme à ſa naiſſance une gaîne qui embraſſe preſque toute la circonférence de la branche. Cette gaîne ſe prolonge au deſſus de l'aiſſelle de la feuille d'environ demi-pouce. Elle eſt coriace, droite, terminée en pointe. Le pédicule a un pied & quelques pouces de longueur ; il eſt cylindrique, & porte huit lobes diſpoſés en main ouverte, autour d'un diſque charnu qui le termine. Les lobes ſont inégaux, les plus grands out huit pouces de longueur, ſur trois de largeur. Ils ſont oblongs, ovales, fermés, ondes ſur leurs bords, plies à leur naiſſance, & termines en pointe. Leur couleur eſt verte en deſſus, & comme dorée en deſſous, par un duvet doux au toucher, & roux. Leurs pédicules particuliers ſont fermés ; ils ont depuis un pouce juſqu'à deux pouces & demi de longueur. Ces lobes épanouis ſont toujours tournes vers le ciel par leur ſurface ſupérieure. à l'extrémité des rameaux ſont ſept à huit grandes panicules de fleurs, dont chaque branche, ainſi que les rameaux, naiſſent de l'aiſſelle d'une écaille courte & roide. Ces rameaux ſe diviſent en pluſieurs bouquets alternes. Chaque bouquet eſt compoſé de ſept à huit fleurs diſpoſés en manière de petite ombelle. La fleur étoit paſſée. Je n'en ai obſervé que le fruit. Il m'a paru que l'ovaire portoit les pétales & les étamines. Il étoit couronne par quatre petites dents. Il conſervoit encore deux styles grêles, courbes & oppoſés. Le fruit, qui n'étoit pas encore dans ſa parfaite maturité, étoit arrondi, couronne, comprimé ſur deux faces, marqué d'un ſillon dans ſa longueur, & ſe diviſoit en deux parties dures & un peu coriaces qui contenoient chacune une ſemence. Quelquefois ce fruit eſt triangulaire, & pour-lors il ſe diviſe en trois parties.

Le bois, les feuilles & les fruits & cet arbre ſont aromatiques. J'ignore les uſages auxquels il eſt employé, & je penſe qu'il ne ſaut pas le confondre avec le Jacaranda de Marcgrave.

Cet arbre eſt nommé par les Créoles & les Nègres ARBRE DE MAI, ou ARBRE DE S. JEAN.

On le trouve dans les taillis de l'île de Caïenne, où il s'élève au plus à vingt-cinq pieds de haut : il eſt rare qu'il porte des fleurs.

Les arbres, que j'ai examinés & décris, croiſſent en quantité à plus de quarante lieues du bord de la mer, dans les grandes forêts déſertes qui ſont vers la ſource de la crique des Galibis. J'ai auſſi obſervé cet arbre pendant mon ſéjour à Saint-Domingue. Il étoit très haut & on l'appercevoit de fort loin.

II étoit en fruit dans le mois de Mai.

II eſt nommé MOROTOTONI par les Galibis. »

— Fusée-Aublet, 1775.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 30/01/2022
  2. GBIF Secretariat. GBIF Backbone Taxonomy. Checklist dataset https://doi.org/10.15468/39omei accessed via GBIF.org, consulté le 31 janvier 2022
  3. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 31 janvier 2022
  4. (en) Pedro FIASCHI, Porter P. LOWRY et Gregory M. PLUNKETT, « Studies in Neotropical Araliaceae. III. Resurrection of the New World genus Didymopanax Decne. & Planch., previously included in Schefflera (Araliaceae) », BRITTONIA, vol. 72, no 1,‎ , p. 16Y22 (1-7) (ISSN 0007-196X, DOI 10.1007/s12228-019-09604-w, lire en ligne)
  5. a b et c Pierre Grenand, Christian Moretti, Henri Jacquemin et Marie-Françoise Prévost, Pharmacopées traditionnelles en Guyane : Créoles. Wayãpi, Palikur, Paris, IRD Editions, , 663 p. (ISBN 978-2-7099-1545-8, lire en ligne), p. 629-630
  6. a et b Nathalie Vidal, Le grand livre des ÉTONNANTES GRAINES : entre Nature et Cultures, Orphie, , 200 p. (ISBN 978-2-87763-639-1)
  7. a et b (en) Scott A. Mori, Georges Cremers et Carol Gracie, Guide to the Vascular Plants of Central French Guiana : Part 2. Dicotyledons, vol. 76, New York Botanical Garden Pr Dept, coll. « Memoirs of the New York Botanical Garden », , 776 p. (ISBN 978-0-89327-445-0), p. 87
  8. a b et c (la) Karl Friedrich Philipp von Martius, August Wilhelm Eichler, Ignaz Urban, Stephan Endlicher, Eduard Fenzl, Benjamin Mary et R. Oldenburg, Flora Brasiliensis, enumeratio plantarum in Brasilia hactenus detectarum :quas suis aliorumque botanicorum studiis descriptas et methodo naturali digestas partim icone illustratas, vol. 11,pt.1, (DOI 10.5962/bhl.title.454, lire en ligne), p. 241
  9. a b et c (en) A. A. Pulle, Flora of Suriname : ARALIACEAE (pars) - COMBRETACEAE - MELASTOMACEAE - FLACOURTIACEAE - CANELLACEAE (pars), vol. III, PART 1, Amsterdam, Kon. Ver Koloniaal Institut te Amsterdam - Mededeeling N° XXX. AFD Handelsmuseum N°11., , 161-304 p., p. 162
  10. a b c d et e (en) Julian A. Steyermark, Paul E. Berry, Kay Yatskievych et Bruce K. Holst, Flora of the Venezuelan Guayana, vol. 3 - Araliaceae–Cactaceae, St. Louis, MISSOURI BOTANICAL GARDEN PRESS, , 792 p. (ISBN 9780915279463), p. 5-14
  11. a et b (en) Luiz Vital F. Cruz Da Cunha et Ulysses P. De Albuquerque, « Quantitative Ethnobotany in an Atlantic Forest Fragment of Northeastern Brazil – Implications to Conservation », Environmental Monitoring and Assessment, vol. 114,‎ , p. 1–25 (DOI 10.1007/s10661-006-1074-9, lire en ligne)
  12. a et b (en) Thiago B. C. da Silva, Cinara O. D’Sousa Costa, Alexandre F. C. Galvão, Larissa M. Bomfim, Ana Carolina B. da C. Rodrigues, Mauricio C. S. Mota, Alex A. Dantas, Tiago R. dos Santos, Milena B. P. Soares et Daniel P. Bezerra, « Cytotoxic potential of selected medicinal plants in northeast Brazil », BMC Complementary and Alternative Medicine, vol. 16, no 199,‎ (DOI 10.1186/s12906-016-1166-1, lire en ligne)
  13. a et b (pt) Acielma Pereira Macieira, Catia Coelho da Costa, Leonilda Tavares de Carvalho, Pedro Fiaschi, Joaquim Ivanir Gomes, Regina Célia Viana Martins-da-Silva et Luciano Ferreira Margalho, « Conhecendo Espécies de Plantas da Amazônia: Morototó (Schefflera morototoni (Aubl.) Maguire, Steyerm. & Frodin - Araliaceae) », Comunicado Técnico (EMBRAPA), Belém, PA, vol. 245,‎ (ISSN 1983-0505, lire en ligne)
  14. (en) James F. Saracco, Jaime A. Collazo, Martha J. Groom et Tomás A. Carlo, « Crop Size and Fruit Neighborhood Effects on Bird Visitation to Fruiting Schefflera morototoni Trees in Puerto Rico† », Biotropica, vol. 37, no 1,‎ , p. 81-87 url=https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/j.1744-7429.2005.04040.x (DOI 10.1111/j.1744-7429.2005.04040.x)
  15. (en) Keila Nunes PURIFICAÇÃO, Márcia Cristina PASCOTTO, Adriana MOHR et Eddie LENZA, « Frugivory by birds on Schefflera morototoni (Araliaceae) in a Cerrado-Amazon orest transition area, eastern Mato Grosso, Brazil » [« Frugivoria por aves em Schefflera morototoni (Araliaceae) em área de transição Cerrado-Floresta Amazônica, leste de Mato Grosso, Brasil »], Acta Amaz., vol. 45, no 1,‎ (DOI 10.1590/1809-4392201402402, lire en ligne)
  16. (pt) Ricardo Parrini, Marcos André Raposo, Josep del Hoyo et Adelson Ribeiro da Silva, « Schefflera morototoni (Araliaceae) como importante recurso alimentar para as aves durante a estação seca na Amazônia central », Cotinga, vol. 35,‎ , p. 3–6 (lire en ligne)
  17. (es) Angie Lisseth Martínez-Meneses, Ruby Estella Lucumi-Banguero et Alba Marina Torres-González, « Germinación de semillas y establecimiento de plántulas de Schefflera morototoni ( Araliaceae) y Geonoma interrupta (Arecaceae) » [« Seed Germination and Seedling Establishment of Schefflera morototoni ( Araliaceae) and Geonoma interrupta (Arecaceae) »], Revista de Ciencias, vol. 23, no 2,‎ (ISSN 0121-1935, DOI 10.25100/rc.v23i2.8613, lire en ligne)
  18. (pt) Marcella Karoline Cardoso Vilarinho, Vitor Hugo Dantas Sales, Jeyson Conceição Nascimento, Daniela Soares Alves Caldeira et Wellington Ribeiro de Souza, « QUEBRA DE DORMÊNCIA EM SEMENTES DE Schefflera morototoni (Aubl.) Maguire et al. », ENCICLOPÉDIA BIOSFERA, Centro Científico Conhecer - Goiânia, vol. 16, no 29,‎ , p. 1300-1308 (DOI 10.18677/EnciBio_2019A115, lire en ligne)
  19. Maristela Rosália, Anastácio Denise Garcia de Santana, Roberta Camargos de Oliveira, Marcela Mayumi Babata et Carlos Alberto Alves de Oliveira, « MATURAÇÃO E QUALIDADE FÍSICA DE FRUTOS NA GERMINAÇÃO DOS PIRÊNIOS DE Schefflera morototoni (ARALIACEAE) » [« MATURATION AND PHYSICAL QUALITY OF FRUITS IN THE GERMINATION OF Schefflera morototoni (ARALIACEAE) PYRENES »], Ciênc. Florest., vol. 20, no 3,‎ (DOI 10.5902/198050982058, lire en ligne)
  20. (en) Maristela Rosália Anastácio, Denise Garcia de Santana, Roberta Camargos de Oliveira, Marcela Mayumi Babata et Carlos Alberto Alves de Oliveira, « Maturation and physical quality of fruits in the germination of Schefflera morototoni check for this species in other resources (Araliaceae) pyrenes », Ciência Florestal, vol. 20, no 3,‎ , p. 429-437 (ISSN 0103-9954, lire en ligne)
  21. (en) Melvin T. Tyree, David A. Snyderman, Timothy R. Wilmot et Jose-Luis Machado, « Water Relations and Hydraulic Architecture of a Tropical Tree (Schefflera morototoni) 1: Data, Models, and a Comparison with Two Temperate Species (Acer saccharum and Thuja occidentalis) », Plant Physiology, vol. 96, no 4,‎ , p. 1105–1113 (DOI 10.1104/pp.96.4.1105, lire en ligne)
  22. (en) Shelley A. James, Michael J. Clearwater, Frederick C. Meinzer et Guillermo Goldstein, « Heat dissipation sensors of variable length for the measurement of sap flow in trees with deep sapwood », Tree Physiology, vol. 22, no 4,‎ , p. 277–283 (DOI 10.1093/treephys/22.4.277, lire en ligne)
  23. (en) Shelley A. James, Frederick C. Meinzer, Guillermo Goldstein, David Woodruff, Timothy Jones, Teresa Restom, Monica Mejia, Michael Clearwater et Paula Campanello, « Axial and radial water transport and internal water storage in tropical forest canopy trees », Oecologia, vol. 134,‎ , p. 37–45 (DOI 10.1007/s00442-002-1080-8, lire en ligne)
  24. (en) Frederick C. Meinzer, Shelley A. James et Guillermo Goldstein, « Dynamics of transpiration, sap flow and use of stored water in tropical forest canopy trees », Tree Physiology, vol. 24, no 8,‎ , p. 901–909 (DOI 10.1093/treephys/24.8.901, lire en ligne)
  25. (ja) 土谷彰男 [Akio Tsuchiya] et 田中晃 [Akira Tanaka], « 中央アマゾンにおけるモロトト( Schefflera morototoni )のサップフローと導管パラメーター » [« Paramètres du flux de sève et des faisceaux conducteurs de Schefflera morototoni en Amazonie centrale »], 生態環境研究, vol. 21, no 1,‎ , p. 79-89 (DOI 10.24600/ecohabitat.21.22.1_79, lire en ligne)
  26. (pt) Lucas J. Mazzei, Jeanine Maria Felfili, Alba Valéria Rezende, Augusto César Franco et José Carlos Souza-Silva, « Crescimento de plântulas de Schefflera morottoni (Aubl.) Maguire, Steyermark & Frodin em diferentes níveis de sombreamento no viveiro », Boletim do Herbário Ezechias Paulo Heringer, vol. 3,‎ (lire en ligne)
  27. (en) Silvana NISGOSKI, Washington Luis Esteves MAGALHÃES, Francielli Rodrigues Ribeiro BATISTA, Ramiro Faria FRANÇA et Graciela Inés Bolzon de MUÑIZ, « Anatomical and energy characteristics of charcoal made from five species », Acta Amazonica, vol. 44, no 3,‎ , p. 367-372 (DOI 10.1590/1809-4392201304572, lire en ligne)
  28. (en) E. T. H. Franco, L. B. Gavioli et A. G. Ferreira, « In vitro regeneration of Didymopanax morototoni » [« Regeneração in vitro de Didymopanax morototoni »], Braz. J. Biol., vol. 66, no 2a,‎ (DOI 10.1590/S1519-69842006000300011, lire en ligne)
  29. (en) Antonio Carlos Marques-Souza, Maria Lúcia Absy et Warwick Estevam Kerr, « Pollen harvest features of the Central Amazonian bee Scaptotrigona fulvicutis Moure 1964 (Apidae: Meliponinae), in Brazil » [« Aspectos de coleta de pólen de Scaptotrigona fulvicutis 1964 (Apidae: Meliponinae), abelha da Amazônia Central, Brasil »], Acta Bot. Bras., vol. 21, no 1,‎ (DOI 10.1590/S0102-33062007000100002, lire en ligne)
  30. (en) Gregory M. Plunkett, Porter P. Lowry II, David G. Frodin et Jun Wen, « Phylogeny and Geography of Schefflera: Pervasive Polyphyly in the Largest Genus of Araliaceae », Annals of the Missouri Botanical Garden, vol. 92, no 2,‎ (lire en ligne)
  31. (en) Joost L. M. van Haren, R. Cosme de Oliveira Jr., Natalia Restrepo-Coupe, Lucy Hutyra, Plinio B. de Camargo, Michael Keller et Scott R. Saleska, « Do plant species influence soil CO2 and N2O fluxes in a diverse tropical forest? », JGR Biogeosciences, vol. 115, no G3,‎ (DOI 10.1029/2009JG001231, lire en ligne)
  32. (en) Humfredo Marcano-Vega, T. Mitchell Aide et David Báez, « Forest regeneration in abandoned coffee plantations and pastures in the Cordillera Central of Puerto Rico », Plant Ecology, vol. 161,‎ , p. 75–87 (DOI 10.1023/A:1020365507324, lire en ligne)
  33. (en) RW Myster, L Lebron, ABP Loayza et JK Zimmerman, « MYCOTROPHIC STRATEGY OF 13 COMMON NEOTROPICAL TREES AND SHRUBS », Journal of Tropical Forest Science, vol. 25, no 1,‎ , p. 34-41 (lire en ligne)
  34. a et b ONF, Guide de reconnaissance des arbres de Guyane : 2e édition, ONF, , 374 p. (ISBN 978-2842072957), p. 54
  35. T. VAN ANDEL, Non-timber forest products of the North-West District of Guyana - Part I & II, Universiteit Utrecht. Tropenbos Guyana Series 8A-8B, , Part I 320 p., Part II : 341 p (ISBN 90-393-2536-7, lire en ligne)
  36. (pt) LCB Costa, EA Rocha, LAM Silva, JG Jardim, DC Silva, LO Gaião et al., « Levantamento preliminar das espécies vegetais com potencial econômico no parque municipal da Boa Esperança, Ilhéus, Bahia, Brasil », Acta Farm Bonaerense, vol. 25, no 2,‎ , p. 184–91 (lire en ligne)
  37. a et b Pierre Barrère, ESSAI SUR L'HISTOIRE NATURELLE DE LA FRANCE EQUINOXIALE. OU DÉNOMBREMENT Des Plantes, des Animaux, & des Minéraux, qui ſe trouvent dans l'Iſle de Cayenne, les Iſles de Remire, sur les Côtes de la Mer, & dans le Continent de la Guyane. AVEC Leurs noms differens, Latins, François, & Indiens, & quelques Obſervations ſur leur uſage dans la médecine et dans les arts., PARIS, PIGET, , 215 p. (lire en ligne [PDF]), p. 61
  38. Jean Antoine BRÛLETOUT de PRÉFONTAINE, Maison rustique à l'usage des habitants de la France Equinoxiale, connue sous le nom de Cayenne, Paris, C.I.B, Bauche, , 211 p. (lire en ligne)
  39. Édouard Heckel, Les plantes médicinales et toxiques de la Guyane française : catalogue raisonné et alphabétique, Mâcon, Protat frères, , 160 p. (lire en ligne), p. 112
  40. a et b Jean Baptiste Christophe Fusée-Aublet, HISTOIRE DES PLANTES DE LA GUIANE FRANÇOISE, rangées suivant la méthode sexuelle, avec plusieurs mémoires sur les différents objets intéreſſants, relatifs à la culture & au commerce de la Guiane françoiſe, & une Notice des plantes de l'Iſle de France. volume II, Londres et Paris, P.-F. Didot jeune, Librairie de la Faculté de Médecine, quai des Augustins, (lire en ligne), p. 949-951

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :