Daniel Ligou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Ligou
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
DijonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Autres informations
Domaine

Daniel Ligou, né le 22 avril 1921 - mort le 6 juillet 2013, est un historien français, frère jumeau du poète montalbanais Robert Ligou et frère aîné du Dr Jean-Claude Ligou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Daniel Ligou nait dans le Morbihan le 22 avril 1921 à Ploemeur, banlieue de Lorient où travaille son père, ingénieur des travaux maritimes, alors que sa mère est infirmière militaire. Cette naissance en Bretagne est due au hasard de la carrière militaire de ses parents, tous deux étant d’origine languedocienne. À la retraite de son père, toute la famille part pour Montauban. Son père, républicain laïc, y fut adjoint au maire de 1929 à 1934, élu sur une liste d’union des gauches.

Des études secondaires au lycée Ingres de Montauban lui permettent d’obtenir le baccalauréat option philosophie et de s’inscrire à la faculté de Montpellier puis de Toulouse pour y préparer une licence d’Histoire. En même temps, il suit les cours de la faculté de Théologie protestante, où il développe ses connaissances du grec, s’initie à l’hébreu. Il obtient l’agrégation d’Histoire en 1947.

Carrière enseignante et éditoriale[modifier | modifier le code]

Il commence une carrière d’enseignant : en 1947 à Cahors puis Montauban en 1948. Il est nommé ensuite au CNRS où pendant trois ans il achève sa thèse. Après l’obtention du doctorat d’état en 1953, il enseigne pendant deux ans à la faculté de Toulouse. Il est nommé ensuite Maître de conférences à la Faculté des lettres d’Alger de 1959 à 1962. Mais les menaces de l’OAS le contraignirent à rejoindre prématurément la métropole.

Il est nommé en 1962 à la Faculté des Lettres de Dijon où il enseigne jusqu’à sa retraite, en 1989 avec le grade de professeur émérite. Outre son enseignement, il consacre une grande part de son temps à la recherche, avec ses étudiants, d’une part, en dirigeant leurs travaux, mais aussi, d’autre part, en explorant et approfondissant de nombreux domaines comme les institutions de l’Ancien Régime, la Révolution française, l’histoire des idées et des mouvements philosophiques, des mentalités et des religions. Sa grande connaissance de l'Ancien Régime lui valent d’être retenu pour participer au Comité national pour le bicentenaire de la Révolution. Il fait partager ses connaissances lors des missions à l’étranger qui lui sont confiées en Yougoslavie, en Italie, en Roumanie, et aux États-Unis notamment. Cette activité académique se traduit par près de 200 publications dont la plus importante apparait être le Dictionnaire de la Franc-maçonnerie, publié aux PUF.

Polémique du Dictionnaire Universel de la Franc-Maçonnerie[modifier | modifier le code]

Le Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie est une réédition de l'ouvrage original Dictionnaire universel de la Franc-Maçonnerie publié en 1974 aux Éditions du Prisme - Éditions de Navarre, conçu et réalisé par Daniel Béresniak et Marian Berlewi, et dont Daniel Ligou a été mandaté pour diriger les contributions de la quarantaine de collaborateurs[1]. Une polémique éditoriale est née de l'absence curieuse de référence à cette édition originale dans toutes les futures éditions du dictionnaire aux Éditions de Navarre uniquement, puis aux PUF. L'édition actuelle occulte en effet complètement l'édition originale présentée comme publiée aux "Éditions de Navarre", alors qu'elle a été en fait publiée en co-édition avec les Éditions du Prisme. Les noms de Daniel Béresniak, de Marian Berlewi comme concepteurs-réalisateurs ont aussi mystérieusement disparu des éditions successives. Le nom de Myriam Psachin est apparu comme co-concepteur sur une deuxième édition en deux volumes publiée sous le label unique "Éditions de Navarre" (sans mentionner les Éditions du Prisme co-titulaires pourtant du copyright original), puis a disparu aussi des éditions successives. La préface originale existe bien dans l'édition des PUF mais le dernier paragraphe a été curieusement tronqué pour ne plus faire référence aux deux concepteurs originaux. La couverture de l'édition actuelle est désormais signée par Daniel Ligou uniquement alors qu'il n'apparaissait dans l'édition originale qu'en page de titre à l'intérieur de l'ouvrage avec les concepteurs Daniel Béresniak et Marian Berlewi. Cette polémique explique pourquoi cet ouvrage de référence est mentionné à sa sortie comme "le Béresniak" et aujourd'hui comme "le Ligou".

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Daniel Ligou participe à la création d’un comité étudiant anti-fasciste, tout en se rapprochant du Front populaire. À la défaite de 1940, selon son expression, « il rentre dans l’illégalité »[réf. nécessaire]. Daniel Ligou, tout comme son frère Robert, est condamné en septembre 1941 à six mois de prison avec sursis pour « outrage au Chef de l’État », condamnation qui n'est amnistiée qu’à la Libération. Membre du Comité national des jeunes socialistes en 1948, élu secrétaire national en 1949, en 1951, atteint par la limité d’âge (30 ans), il remet sa charge à Pierre Mauroy. Militant au PSA puis au PSU, il adhère au parti Radical, devient membre du Comité directeur des Radicaux de gauche en 1978, président départemental de 1978 à 1981.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Daniel Ligou a pratiqué le rugby en 3e ligne à l’Union sportive montalbanaise, fut entraineur au Sporting club montalbanais, arbitre fédéral en 1953. Il pratique aussi l’athlétisme, en 1941 il est champion du Languedoc du 1 500 m et de cross-country, est élu vice-président de la Ligue d’athlétisme de Midi-Pyrénées de 1954 à 1958, fonction qui lui est confiée en Algérie de 1959 à 1962. Il a aussi pratiqué la natation (champion des Pyrénées au 100 m brasse cadet), le basket, football, et fut chroniqueur sportif à la Dépêche du Midi et d’autres journaux régionaux. Roger Bambuck, alors ministre de François Mitterrand, lui remit la médaille de la jeunesse et des sports.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Montauban à la fin de l'Ancien Régime et aux débuts de la Révolution (1787-1794), Paris, M. Rivière, 1958.
  • Histoire du socialisme en France (1871-1961), Paris, Presses universitaires de France, 1962.
  • La Loge maçonnique de Sorèze de 1786 à 1815, Albi, Archives départementales, 1963.
  • Chansons maçonniques (18e et 19e siècles), choisies et commentées par Daniel Ligou, Paris, Cercle des amis de la bibliothèque initiatique, 1972.
  • Sur l'histoire de la Franc-Maçonnerie. Une « Maçonologie » scientifique est-elle possible ?, Paris, Garnier frères, 1972.
  • Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige Dicos Poche », 2004, rééd. 2006.
  • La Franc-maçonnerie, textes choisis et présentés par Daniel Ligou, Paris, Presses universitaires de France, 1977.
  • Anderson's constitutions, (1723), texte anglais de l'édition de 1723, introduction, traduction et notes par Daniel Ligou, Paris, Lauzeray, « Scripta ac fontes Ordinis latomorum. Textes et sources de l'Ordre maçonnique », 1978.
  • avec l'abbé J.-C. Desbrosse, La Franc-maçonnerie à Chalon-sur-Saône et à Mâcon au XVIIIe siècle, Paris, Lauzeray, 1979.
  • (dir.), Histoire des francs-maçons en France, Toulouse, Privat, 1981
  • Commentaires sur les écrits maçonniques de Joseph de Maistre. Romantisme. Année 1985. Vol.15. no 48 ;p. 112-113.
  • Franc-maçonnerie et Révolution française (1789-1799). Franc-maçonnerie et révolutions, Paris, Chiron-Detrad, 1989.
  • Introduction de: Rituels du Rite Français Moderne, 1786, Apprenti-Compagnon-Maître, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1991.
  • Introduction de: Rituels du Rite Français Moderne, 1786, Les quatre "Ordres supérieurs" Élu - Écossais - Chevalier d'Orient - Rose Croix, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1992.
  • Frederic Desmons et la Franc-maçonnerie sous la IIIe République Éditions Théolib Paris 2012 (ISBN 978-2-36500-055-0)

Soutien à des rééditions[modifier | modifier le code]

Daniel Ligou a contribué à la réédition de nombreux écrits maçonniques dont les principaux auteurs sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Beresniak, Marian Berlewi, Daniel Ligou Dictionnaire universel de la Franc-Maçonnerie, Éditions du Prisme-Éditions de Navarre, 1974 (ISBN 9782852670037)