MMA (assurance)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mutuelles du Mans Assurances)

MMA
logo de MMA (assurance)
Logo de MMA

Création 1828
Forme juridique Mutuelle d'assurance &
société anonyme
Slogan Entrepreneurs d’assurances
Siège social Le Mans
Drapeau de France France
Direction Thierry Derez, Didier Bazzocchi
Actionnaires Les Clients qui sont des Sociétaires
Activité Assurances
Produits contrats d'assurance auto, habitation,assurance santé, protection juridique,assurance-vie, prévoyance
Société mère Covéa
Sociétés sœurs MAAF, GMF, APGIS & SMI
Site web www.mma.fr

https://entreprise.mma.fr


Fonds propres 2,869 milliards d'€
Chiffre d'affaires 4,212 milliards d'€
Résultat net 144 millions d'€

MMA, anciennement Les Mutuelles du Mans Assurances, est un groupe d'assurance mutuelle française, dont le siège est au Mans, dans la Sarthe.

Avec la MAAF et GMF, MMA est une des trois marques constituantes de Covéa, une SGAM (Société de groupe d’assurance mutuelle).

Chiffres clés [1][modifier | modifier le code]

  • 7 500 salariés en France (hors agents généraux et collaborateurs d'agents) ;
  • 1 500 agents généraux ;
  • 1 864 points de vente ;
  • 3,1 millions de clients ;
  • 1,6 millions d'habitations assurées ;
  • 2,9 millions de véhicules assurés ;
  • plus de 630 000 contrats professionnels et entreprises ;
  • 370 contrats affinitaires ;
  • 1,3 milliard d'euros de collecte brute en épargne ;

Historique[modifier | modifier le code]

En 1828, l'avocat Louis Basse, futur Maire du Mans et député de la Sarthe, crée la Mutuelle immobilière du Mans. Son idée est d'assurer contre le feu tous les biens immobiliers sur une base mutualiste. En 1842, Louis Basse poursuit son idée et crée une 2e : la Mutuelle mobilière du Mans, qui se développe sous l'impulsion de son premier directeur, Jérémie Singher. En 1883 : Jean-Marie Lelièvre, avoué plaidant à Mamers, possède une masse importante de dossiers précieux et archives notariées qu'il souhaite assurer contre l'incendie. Il cherche alors une société qui veut bien l'assurer sans succès. Il décide alors de créer sa propre société : la Mutuelle générale française accidents (MGFA). En 1884, les trois mutuelles du Mans se rapprochent en faisant administrateurs communs.

En 1898, la loi qui instaure la responsabilité patronale en cas d'accident du travail est votée. C'est la MGF qui, grâce à sa bonne santé financière, peut et va accueillir cette nombreuse et nouvelle clientèle.

En 1917, Georges Durand, cofondateur de l'Automobile Club de l'Ouest et des 24 Heures du Mans, crée la Défense automobile et sportive, la DAS. Il veut apporter une réponse au souci naissant de l'époque : les dangers de la circulation routière. Un groupe naît. En 1918, Gustave Singher invente la Nouvelle Mutuelle du Mans qui en 1923 regroupe les trois autres Mutuelles sous le nom de Mutuelle du Mans incendie.

En 1920, Auguste Salmon, directeur général de la MGFA, fonde la Mutuelle générale française Vie : MGF Vie, prévue dans les statuts de la MGF lors de sa création mais qui, pour des raisons financières, avait été retardée. Cette nouvelle entreprise à l'ambition de « grouper les forces de la mutualité » et, dès 1925, elle se classe 4e des sociétés Vie françaises. En 1922, le Groupe des Mutuelles du Mans voit le jour : toutes les sociétés signent un accord de non concurrence, d'entraide et d'organisation commune de leurs agences.

En 1946, les MGFA et MGF Vie sont nationalisées selon la loi du votée en moins d'une semaine. Selon le rapporteur général de l'époque, l'objectif est de « soustraire l'industrie de l'assurance aux influences financières et de restituer à l'assurance son véritable caractère de service public ». La DAS reste associée aux deux autres Mutuelles grâce à leurs administrateurs communs.

En 1969, l'assurance maladie devient alors obligatoire. Dans cet environnement, la MGF engage une politique de réimplantation et d'urbanisation de son réseau. Une convention est signée entre la MGFA, la MGF Vie et la Mutuelle du Mans Incendie. Cette convention est l'acte de naissance officiel du Groupe des Mutuelles du Mans. En 1971, une convention permet à la DAS de rejoindre officiellement le Groupe des Mutuelles du Mans et son GIE.

En 1987, les MGF sont privatisées et la Mutuelle du Mans Incendie est absorbée par la MGFA, ce qui permet la naissance du Groupe des Mutuelles du Mans Assurances avec ses trois entités actuelles : Mutuelle du Mans IARD, Mutuelle du Mans Vie, DAS.

En 2001, trois sociétés d'assurance spécialisées sont lancées : Quatrem Assurances Collectives avec Médéric dans le secteur des Assurances Collectives, Covéa Fleetc avec MAAF et la DAS pour les flottes automobiles, Covéa Risks pour le courtage.

En 2002, MMA rachète les activités françaises de Winterthur dont les 250 agences prennent les couleurs MMA le .

En 2003, MAAF et MMA se regroupent pour créer Covéa. En 2005, le groupe Azur-GMF entre dans Covéa. Par la suite, le groupe Azur et MMA fusionnent étant donné que toutes les deux sont des mutuelles avec intermédiaires (contrairement à la GMF et à MAAF Assurances) et cela en vue d'augmenter la force des deux entreprises sur le secteur notamment en termes de couverture du territoire.

En 2007, MMA confie la gestion des prestations d'assistance à Fidelia. Le , l'entreprise signe un accord de naming en France pour un stade qui prendra le nom de MMArena. Après le lancement de MMA Pro pour les professionnels, la nouvelle offre MMAgri destinée au marché agricole est lancée. MMA Entreprise voit aussi le jour avec une identité spécifique valorisant l’expertise de MMA sur ce marché.

En 2008, MMA Cap est créé à la suite de la fusion des activités vie MMA & Azur : ce réseau commercial est spécialisé en épargne et prévoyance (assurance-vie, capitaux en cas de décès, couverture invalidité, etc.)

En juin 2010, MMA cède ses parts de QUATREM Assurances Collectives au groupe Malakoff Médéric.

En juillet 2011 , l'institution de prévoyance Apgis rejoint le groupe Covéa, qui annonce en septembre la création d'une nouvelle direction, nommée Covéa Santé & Prévoyance[2], pour réunir sous une même autorité les directions santé-prévoyance des mutuelles Maaf, MMA, et Gmf.

En , MMA a été touchée par une cyberattaque de grande ampleur[3].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1987 : « Le capital confiance[4] »
  • 1992 : « l'autre logique de l'assurance [4] »
  • 2000 : « Zéro tracas, zéro blabla ; MMA ! ». et MMA C'est le bonheur assuré
  • 2008 : « Premier réseau social d’assurances »
  • 2015 : « Entrepreneurs d’assurances »[5]

Organisation[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, elle se fonde sur un mode de fonctionnement mutualiste : une assemblée générale de représentants élus par des clients sociétaires a pour charge de nommer le conseil d'administration, d'approuver les comptes et de valider les grandes orientations de la mutuelle.

Le siège social est situé au Mans, dans le quartier Novaxis. MMA avait un siège historique dans la Tour Émeraude au centre-ville du Mans de 1976 à 2006. Elle a ensuite délocalisé ses bureaux au quartier Novaxis, le centre d'affaires du Mans. Une autre très importante implantation se situe dans le Quartier Californie toujours au Mans. Aujourd'hui les 4 sites principaux sont Le Mans, Chartres, Paris et Strasbourg.

Syndicat professionnel[modifier | modifier le code]

Le groupe MMA est adhérent aux organisations sectorielles suivantes :

Controverses[modifier | modifier le code]

Abus de biens sociaux[modifier | modifier le code]

L'ancienne direction des MMA est poursuivie en 2000 pour abus de biens sociaux en raison d'investissements jugés douteux à Paris comme en Italie[6],[7].

Emprunt non remboursé[modifier | modifier le code]

Le Canard enchaîné indique en que les clients et sociétaires des Mutuelles du Mans ont souscrit, entre 1972 et 1988, un emprunt forcé auprès de la mutuelle à hauteur de 260 millions d'euros. Cet emprunt qui atteint avec intérêts en 2017 les 350 millions d'euros n'aurait pas été remboursé, car « MMA n'était débiteur d'aucune obligation d'information à l'égard des sociétaires ayant souscrit au fonds social », selon une note interne aux MMA. Cette même note conclurait que, le délai de prescription de la dette ayant été ramené de 30 à 5 ans en 2008, « MMA n'a fait qu'appliquer les règles de la prescription pour s'approprier « légitimement » ces sommes »[8].

Retards de paiement[modifier | modifier le code]

En MMA se voit infliger une amende d'un demi-million d'euros pour retards de paiement[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. au 31/12/2019
  2. STÉPHANE TUFFÉRY, « La groupe Covéa crée Covéa Santé & Prévoyance », sur argusdelassurance.com, L'Argus de l'Assurance, (consulté le 9 octobre 2020).
  3. « Attaques informatiques sur plusieurs entreprises françaises dont MMA », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 juillet 2020)
  4. a et b MMA : Assurance pour le bonheur, Stratégies Magazine n°1202
  5. [1], Les Echos
  6. Alain Lemaitre, « Les douteux investissements des Mutuelles du Mans », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2017)
  7. Fabrice Tassel, « Les «belles opérations» des Mutuelles du Mans. L'ancienne direction est poursuivie pour abus de biens sociaux. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2017)
  8. Hervé Martin, « Comment l'assureur MMA a piqué 350 millions à ses clients », Le Canard enchaîné,‎ , p. 3
  9. « MMA, Eurotunnel et une entreprise de ciment écopent d'amendes énormes pour retards de paiement », sur Le Huffington Post, (consulté le 8 mai 2019)