Rénovation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rénovation (homonymie).

La rénovation désigne les opérations par lesquelles un bâtiment ou l'un de ses éléments voit sa condition améliorée, par l'utilisation de matériaux neufs, modernes en remplacement des parties endommagées. Elle se diffère ainsi de la restauration, qui utilise les mêmes matériaux et les mêmes techniques utilisées à l'époque de la construction (notion patrimoniale), et de la réhabilitation.

Il peut s'agir d'un quartier ou d'une ville ; on parle alors de rénovation urbaine (avec en France une Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) ou de renouvellement urbain, éventuellement dans le cadre de la ville reconstruite sur elle-même pour limiter la périurbanisation et ses effets environnementaux et fonciers néfastes.

Enjeux[modifier | modifier le code]

Outre des enjeux de mise en sécurité et de mise aux normes, d'importantes économies d'énergie peuvent être faites suite à une rénovation.

La rénovation est souvent l'occasion de retirer l'amiante, les peintures au plomb (céruse, minium de plomb), les tuyaux de plomb au profit de matériaux moins nuisibles pour l'environnement et la santé.

Elle peut aussi être l'occasion d'installation de systèmes de récupération des eaux de pluies, de toilettes sans eau, compostage, tri sélectif, de murs, terrasses ou toitures végétalisées, d'extension, etc.

Technique[modifier | modifier le code]

Les progrès techniques permettent des rénovations et transformations qui étaient quasi-impossibles il y a quelques années.

  • Les techniques de décapage, de désamiantage et de diagnostic initial permettent de mieux garantir la santé des ouvriers et futurs habitants.
  • Les écomatériaux permettent de mobiliser moins de matériaux toxiques ou posant problème de gêne à la pose.
  • Les logiciels spécialisés permettent de visualiser des plans en trois dimensions, d'estimer la solidité d'une poutre, d'un mur ou d'une colonne, pour établir l'ordre de travaux à effectuer.
  • Le diagnostic infrarouge détecte les fuites réelles et potentielles de chaleur.
  • le diagnostic énergétique estime les économies d'énergies possibles.

Législation[modifier | modifier le code]

Les « travaux de rénovation importants »  font dans le cadre de la loi Grenelle II (de 2010) l'objet d'une attention particulière. Un décret en Conseil d'État, après avis de l'Autorité de la concurrence, doit encore préciser la notion de « travaux de rénovation importants »

Rénovation énergétique[modifier | modifier le code]

C'est la partie de la rénovation qui concerne les économies d'énergie et le respect de la "Réglementation Thermique Existant" (RT Existant), qui définit les niveaux de performance énergétique à atteindre.
En fonction de la SHON, du coût des travaux et de l'année de construction du bâtiment, on applique :

  • la RT "élément par élément" (d'une part, pour tous les bâtiments d'avant 1948 ; d'autre part, pour les bâtiments postérieurs à 1948 et d'une SHON < 1 000 m2 ; et enfin, pour les bâtiments postérieurs à 1948 d'une SHON > 1 000 m2 et dont le coût des travaux de rénovation énergétique représente moins de 25 % du coût de la construction)
  • la RT globale (bâtiments construits après 1948 dont la SHON > 1 000 m2 et le coût des travaux de rénovation énergétique > 25 % du coût de la construction)

Les huit postes de la RT "élément par élément" sont les suivants :

La « RT élément par élément » impose des niveaux de performance spécifiques pour chacun des éléments faisant l'objet de la rénovation, alors que la « RT globale » impose une performance globale du bâtiment en matière de consommation énergétique.

L'approche globale, avec recours à des experts en rénovation énergétique semble donner les meilleurs résultats, sur le plan des performances et du respect de la loi. Mais les modèles actuels excluent ou tiennent peu compte de paramètres déterminant dont dans le bâti ancien (comportement hygrométrique du bâtiment et des matériaux, inertie thermique des matériaux, usages du bâtiment) ; Aussi l'état de l'art du milieu du BTP et les doctrines des experts (bureau d'étude thermique) évoluent rapidement.
Un programme «Habiter mieux» de l'ANAH soutient en France la lutte contre la précarité énergétique : 13 000 logements ont été rénovés de 2011 à septembre 2012, soit 30 000 foyer aidés, mais pour seulement 1/10e de l'objectif (300 000 logements rénovés avant 2017), avec selon l'ANAH un gain énergétique moyen de 39 % (14 points de plus que le seuil des 25 % exigé par le programme). Les ménages ciblent d'abord l’isolation des combles, les performances de chauffage, avant le changement des portes et fenêtres (moins impactants). De de 2011 à septembre 2012, 23,74 millions € de primes « Investissement d'Avenir » ont généré 234,6 millions € de travaux selon l'ANAH[1].

Pour mémoire, les coûts de la construction actualisés sont présentés sur le site RT bâtiment.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]