Groupement des entreprises mutuelles d'assurance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GEMA.
La forme de cet article ou de cette section n'est pas encyclopédique et ressemble trop à un catalogue de vente, un dépliant publicitaire ou une offre commerciale (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour aider à le transformer en article neutre et encyclopédique ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (juillet 2014).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (juillet 2014).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

GEMA
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat professionnel
But Représentation des principales mutuelles d’assurance auprès des pouvoirs publics, des élus, des partenaires économiques et sociaux.
Zone d’influence Drapeau de la France France, Drapeau de la Belgique Belgique
Fondation
Fondation 1964
Fondateur GMF, MAAF, MACIF, MAIF, MATMUT.
Origine GSACM
Identité
Siège Paris
Affiliation Association Française de l'Assurance (AFA)
Affiliation européenne AMICE
Méthode Groupes d'études

Créé en 1964, le Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (GEMA) est le syndicat professionnel des mutuelles d'assurances sans intermédiaires et de leurs filiales.

En juillet 2016, le GEMA rejoint la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA).

Histoire[modifier | modifier le code]

À sa création en 1964, le GEMA s'appelait le Groupement des Sociétés d’Assurance à Caractère Mutuel (GSACM). Il a été constitué par cinq mutuelles : GMF, MAAF, MAIF, Macif et Matmut. C'est en 1989 que le syndicat change de nom pour s'appeler le GEMA.

Le GEMA a pour vocation de représenter les principales mutuelles d'assurance auprès des pouvoirs publics, des élus, des partenaires économiques et sociaux. Il se mobilise pour apporter une vision mutualiste aux problèmes économiques, juridiques et sociaux du marché de l'assurance; mais aussi en matière d'économie sociale et solidaire (le GEMA est membre de l'Association des employeurs de l'économie sociale (AEES) et du Conseil des entreprises, employeurs et groupements de l'économie sociale (CEGES)).

Pascal Demurger en est le Président[1] et Arnaud Chneiweiss le Secrétaire général[2].

En juillet 2016, le GEMA se regroupe avec la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA)[3] sous la nouvelle appellation Fédération Française de l'Assurance (FFA). A cette issue, l'ancien GEMA Handicap s'est transformé le 8 juillet 2016 en Mission Handicap Assurance.

Médiation[modifier | modifier le code]

En 1988, le GEMA met en place son dispositif de médiation permettant aux sociétaires en litige avec leur société d'assurance adhérente au GEMA de faire appel à un médiateur indépendant et gratuit. En 2015, la FFSA et le GEMA (réunies au sein de l'Association française de l'assurance- AFA) créent la Médiation de l'assurance[4] : une médiation unique pour tout le secteur. Philippe Baillot en est le Médiateur depuis le 1er novembre 2015[5].

GEMA Handicap[modifier | modifier le code]

En 2008, un projet pilote initié par quatre mutuelles du GEMA a été lancé. L'objectif était d'accroître les chances des demandeurs d'emploi reconnus travailleurs handicapés (DETH) d'être recrutés par les mutuelles d'assurance en élevant leur niveau de qualification. Forte du succès de cette première expérience, l'association GEMA Handicap est créée en 2009. Elle a pour vocation de favoriser l'intégration des personnes reconnues handicapées et demandeuses d'emploi via un parcours qualifiant au sein des mutuelles adhérentes du GEMA.

GEMA Prévention[modifier | modifier le code]

Créée en 1995, l’association GEMA Prévention est à but non lucratif et vise à réduire la fréquence et la gravité de la sinistralité sur les routes et à la maison. Lieu de réflexion, de décisions et d’organisation d’actions communes, GEMA Prévention est également force de propositions auprès des pouvoirs publics.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

GEMA est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. Il déclare à ce titre un budget global de 7 millions d'euros et indique qu'en 2014, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 50 000 et 100 000 euros[6].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

GEMA est inscrit depuis 2010 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2014 pour cette activité 1 collaborateur à temps plein mais des dépenses d'un montant inférieur à 10 000 euros[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nomination : Pascal Demurger prend officiellement la présidence du Gema », sur www.newsassurancespro.com (consulté le 5 novembre 2015)
  2. « Arnaud Chneiweiss, Secrétaire général du GEMA: informations et profil professionnel », sur www.argusdelassurance.com (consulté le 5 novembre 2015)
  3. « Assureurs et mutuelles vont faire lobby commun », sur journal Le Monde économie,‎ (consulté le 8 juillet 2016)
  4. « Association française de l'assurance (assfass) - Médiateur de l'assurance », sur assfass.fr (consulté le 5 novembre 2015)
  5. « Philippe Baillot (La Médiation de l'assurance), Bruno Pertriaux (Groupe Casino) », sur Le Figaro (consulté le 5 novembre 2015)
  6. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 27 octobre 2016)
  7. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 27 octobre 2016)