Concerto pour clarinette nº 1 de Weber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Concerto pour clarinette no 1
op.73 / J. 114
Genre Concerto
Nb. de mouvements 3
Musique Carl Maria von Weber
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative 21 minutes
Dates de composition Juillet 1811
Commanditaire Maximilien Ier de Bavière

Le Concerto pour clarinette no 1, op.73, est une œuvre de Carl Maria von Weber, commandée par le roi de Bavière Maximilien Ier en 1811, à l'intention du clarinettiste Heinrich Joseph Bärmann. La commande portant sur deux œuvres, le compositeur travaille en même temps au Concerto pour clarinette no 2, op.74. Le premier concerto porte la référence J.114 dans le catalogue de ses œuvres.

Composition[modifier | modifier le code]

Au début de 1811, Carl Maria von Weber se lie d'amitié avec le clarinettiste Heinrich Joseph Bärmann, qui assure la création de son Concertino pour clarinette, op.26[1]. La création de cette œuvre très brève, triomphale, entraîna une commande du roi de Bavière Maximilien Ier pour deux œuvres[1]. Le compositeur travaille donc en même temps au Concerto pour clarinette no 2, op.74.

Structure[modifier | modifier le code]

L'œuvre est en trois mouvements[2] :

  1. Allegro à Mesure à trois noires.png en fa mineur modulant en la bémol majeur dans sa section centrale,
  2. Adagio ma non troppo à Mesure à 4 noires.png en do majeur puis do mineur et mi bémol majeur, finissant en do majeur,
  3. RondoAllegretto à Mesure à 2 noires.png en fa majeur

Orchestration[modifier | modifier le code]

Orchestre du Concerto pour clarinette
Bois
1 clarinette en sibémol soliste
2 flûtes
2 hautbois
2 bassons
Cuivres
2 trompettes en Fa
3 cors en Fa et Mi bémol
Percussions
2 timbales
Cordes
Premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles et contrebasses

Postérité[modifier | modifier le code]

Au-delà de la forme classique du concerto, « le contenu dramatique dépasse et fait exploser les « règles » à tel point que, soudainement, Weber devient ce chaînon manquant entre Mozart et Berlioz, entre des œuvres comme le Concerto Jeunehomme et la Symphonie fantastique[1] ». Norman Heim considère que « les trois mouvements présentent des modèles de la meilleure écriture de Weber pour la clarinette[2] ».

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Norman M Heim, Clarinet Literature in Outline, Hyattsville, Norcat Music Press, , 86 p. (OCLC 11052170)
  • (fr + en + de) Eckhardt van den Hoogen, Staatskapelle de Dresde (dirigé par Herbert Blomstedt), « Sabine Meyer plays Weber », p. 8-11, EMI 2292-45792-2, 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Eckhardt van den Hoogen 2003, p. 9
  2. a et b Norman Heim 1984, p. 20

Liens externes[modifier | modifier le code]