Col Pordoi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Col Pordoi
Image illustrative de l’article Col Pordoi
Vue plongeante sur le col Pordoi depuis le Sass Pordoi avec la Marmolada en arrière plan.
Altitude 2 239 m[1]
Massif Dolomites (Alpes)
Coordonnées 46° 29′ 15″ nord, 11° 48′ 44″ est[1]
PaysDrapeau de l'Italie Italie
ValléeVal di Fassa
(ouest)
Vallée du Cordevole
(est)
Ascension depuisCanazei Arabba (Livinallongo del Col di Lana)
Déclivité moy.6 % 6,8 %
Déclivité max.7,7 % 9,7 %
Kilométrage13 km 9,4 km
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Col Pordoi
Géolocalisation sur la carte : Vénétie
(Voir situation sur carte : Vénétie)
Col Pordoi
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
(Voir situation sur carte : Trentin-Haut-Adige)
Col Pordoi

Le col Pordoi (Passo Pordoi en italien, Pordoijoch en allemand, Jouf de Pordoi en ladin) est situé dans les Dolomites, massif montagneux des Alpes italiennes. Situé entre le groupe du Sella au nord et le groupe de la Marmolada au sud, il relie le val di Fassa à la vallée du Cordevole. En outre, la frontière entre les régions italiennes du Trentin-Haut-Adige (province autonome de Trente) et de Vénétie (province de Belluno) passe par le col, s'élevant à 2 239 mètres d'altitude.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le panneau du col.

Le col Pordoi relie Arabba, un hameau de la municipalité de Livinallongo del Col di Lana, dans la vallée de Cordevole (province de Belluno, Vénétie), à Canazei, une municipalité du val di Fassa dans la province de Trente. Le long de la descente vers Canazei, il est possible de rejoindre le col Sella en tournant à droite après 6,5 km et en montant sur 5,5 km.

L'Alta via no 2, qui part de Bressanone et atteint Feltre, traverse le col de Pordoi.

Le col constitue l'accès le plus rapide au groupe du Sella (dont la plus haute élévation est le Piz Boè, 3 152 m) au moyen du téléphérique produit par la société Hölzl et qui, d'une seule traite, atteint les 2 950 m d'altitude du Sass Pordoi, l'éperon le plus au sud du groupe du Sella. La station supérieure du téléphérique se situe sur la terrazza delle Dolomiti, littéralement la « terrasse des Dolomites », nommée ainsi pour le large panorama que l'endroit offre[2]. Le refuge Forcella Pordoi se trouve à proximité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Panneau du col en 1935.

L'histoire du col Pordoi commence avec la construction de la route nationale 48 — dite route des Dolomites —, qui a commencé en 1901 et s'est achevée en 1909[3],[4]. L'hôtel Savoia et l'hôtel Pordoi, où certaines des fresques du mouvement Art Nouveau sont conservées, ont été les premiers hôtels du col. Auparavant, il y avait déjà une cabane d'hébergement du Club alpin germano-autrichien de Mérano, construite et gérée par Maria Dezulian, une sœur de l'alpiniste Tita Piaz[5].

Cette première phase du développement du tourisme, rappelée par une pierre commémorative comportant les données techniques de la route des Dolomites, a été interrompue par la Première Guerre mondiale lorsque la zone à l'est du col de Pordoi est immédiatement devenue une zone de combats.

La région a connu un nouvel essor économique dans les années 1950 après la Seconde Guerre mondiale qui, contrairement à la Grande Guerre, n'a pas causé de dégâts majeurs au col Pordoi. En 1961, Maria Dezulian, appelée mare del Pordoi en ladin, a construit, avec son fils Francesco, le téléphérique de Sass Pordoi, l'un des premiers dans les Dolomites[5]. Cet événement a été suivi par l'installation de nouveaux ascenseurs, sentiers de randonnée et via ferrata au col Sella. Les hôtels, occupés par les troupes de communication aérienne de la Wehrmacht allemande et les équipes de sécurité italiennes pendant la guerre, ont été rouverts, et de nouveaux logements, restaurants et boutiques de souvenirs ont vu le jour. En été, les concessionnaires de la région ont également installé leurs stands sur les parkings le long de la route du col. Le col Pordoi est le plus haut de la route des Dolomites et, surtout, offre un panorama pittoresque sur les Dolomites, notamment à l'est.

Activités[modifier | modifier le code]

Ski alpin[modifier | modifier le code]

La région autour du col abrite de nombreuses stations de ski et des pistes faisant partie du domaine skiable de Dolomiti Superski.

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Le Sass Pordoi, situé juste au nord du col, est célèbre dans la région pour ses voies d'escalade historiques, comme la Via Maria, ouverte par le guide Tita Piaz dans les années 1930[6].

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Les cyclistes montent le Pordoi du côté d'Arabba lors de l'édition 2008 du Marathon des Dolomites.

Bien qu'ayant des pentes de difficulté modérée (pente moyenne comprise entre 6 et 7 % des deux versants), il est réputé comme étant l'une des étapes incluses dans la Sellaronda et dans la course cycliste de Granfondo, le marathon des Dolomites.

Depuis 2006, il est également le théâtre du contre-la-montre amateur de l'AmaTour[7].

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Mémorial du quintuple vainqueur du Giro Fausto Coppi (1919-1960).

Le Tour d'Italie intègre régulièrement le col dans son parcours avec les cols Sella, de Campolongo et Gardena, également situés dans le groupe du Sella.

Il est également entré dans la légende du Tour d'Italie puisque, depuis 1965, année de création de la Cima Coppi, il a été à 13 reprises le plus haut col du Giro, la dernière fois en 2002. Au col, se trouve un monument à la mémoire de Fausto Coppi. Le Tour d'Italie est passé 40 fois au col Pordoi :

Année Étape Premier au col Ascension depuis
1940 17e : Pieve di Cadore > Ortisei Drapeau de l'Italie Gino Bartali Arabba
1947 17e : Pieve di Cadore > Trente Drapeau de l'Italie Fausto Coppi Arabba
1948 17e : Cortina d'Ampezzo > Trente Drapeau de l'Italie Fausto Coppi Arabba
1949 11e : Bassano del Grappa > Bolzano Drapeau de l'Italie Fausto Coppi Canazei
1950 9e : Vicence > Bolzano Drapeau de la France Jean Robic Canazei
1952 11e : Venise > Bolzano Drapeau de l'Italie Fausto Coppi Arabba
1953 19e : Auronzo di Cadore > Bolzano Drapeau de la Suisse Hugo Koblet Arabba
1954 20e : San Martino di Castrozza > Bolzano Drapeau de l'Italie Fausto Coppi Canazei
1955 19e : Cortina d'Ampezzo > Trente Drapeau de l'Espagne José Serra Gil Arabba
1958 17e : Levico Terme > Bolzano Drapeau de la Belgique Jean Brankart Canazei
1961 19e : Vittorio Veneto > Trente Drapeau de l'Italie Vito Taccone Arabba
1966 20e : Moena > Belluno Drapeau de l'Italie Franco Bitossi Canazei
1967 20e : Cortina d'Ampezzo > Trente Drapeau de l'Espagne Aurelio González Arabba
1970 20e : Dobbiaco > Bolzano Drapeau de l'Italie Luciano Armani Arabba
1971 20e : Lienz > Falcade Drapeau de l'Italie Marino Basso Arabba
1975 20e : Pordenone > Alleghe Drapeau de l'Espagne Francisco Galdós Canazei
1977 17e : Conegliano > Cortina d'Ampezzo (Col Drusciè) Drapeau de la Suisse Ueli Sutter Canazei
1979 17e : Pieve di Cadore > Trente Drapeau de l'Italie Leonardo Natale Arabba
1983 20e : Selva di Val Gardena > Arabba Drapeau de l'Espagne Marino Lejarreta Arabba
1984 20e : Selva di Val Gardena > Arabba Drapeau de la France Laurent Fignon Arabba
1986 21e : Bassano del Grappa > Bolzano Drapeau de l'Espagne Pedro Muñoz Canazei
1987 16e : Sappada > Canazei Drapeau de la France Jean-Claude Bagot Col Sella
1989 14e : Misurina > Corvara in Badia Drapeau de l'Italie Roberto Conti Canazei
1990 16e : Dobbiaco > Col Pordoi Drapeau de l'Italie Maurizio Vandelli (1er passage)

Drapeau de la France Charly Mottet (arrivée)

Col Sella (1er passage)

Canazei (arrivée)

1991 17e : Selva di Val Gardena > Col Pordoi Drapeau de l'Italie Franco Vona (1er passage)

Drapeau de l'Italie Franco Chioccioli (arrivée)

Canazei (2 fois)
1992 14e : Corvara in Badia > Monte Bondone Drapeau de l'Italie Claudio Chiappucci Arabba
1993 14e : Corvara in Badia > Corvara in Badia Drapeau de l'Espagne Miguel Indurain (1er passage)

Drapeau de l'Italie Franco Vona (2e passage)

Canazei (2 fois)
1996 20e : Marostica > Col Pordoi Drapeau de l'Italie Mariano Piccoli (1er passage)

Drapeau de l'Italie Enrico Zaina (arrivée)

Canazei (2 fois)
1997 19e : Predazzo > Falzes Drapeau de la Colombie José Jaime González Col Sella
2001 13e : Montebelluna > Col Pordoi Drapeau de la Colombie Freddy González (1er passage)

Drapeau du Mexique Julio Alberto Pérez Cuapio (arrivée)

Canazei (2 fois)
2002 16e : Conegliano > Corvara in Badia Drapeau du Mexique Julio Alberto Pérez Cuapio Canazei
2006 19e : Pordenone > Col de San Pellegrino Drapeau de l'Italie Fortunato Baliani Canazei
2008 15e : Arabba > Passo Fedaia Drapeau de l'Italie Emanuele Sella Arabba
2016 14e : Farra d'Alpago > Corvara in Badia Drapeau de l'Italie Damiano Cunego Arabba
2017 20e : Moena > Ortisei Drapeau de l'Italie Diego Rosa Canazei
2022 20e : Belluno > Marmolada Drapeau de l'Italie Alessandro Covi Canazei
  • Cima Coppi

Cimetière militaire[modifier | modifier le code]

Le cimetière militaire du col Pordoi.

Le cimetière militaire allemand du col Pordoi est situé à environ 1,5 km à l'est du col et a été inauguré le .

Dans le cimetière, se trouvent 8 582 cadavres d'Allemands et d'Autrichiens — plus précisément 454 de l'armée allemande et 8 128 de l'armée austro-hongroise — tombés pendant la Première Guerre mondiale et 847 cadavres de la Seconde Guerre mondiale[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Visualisation sur le géoportail italien.
  2. (it) « La terrazza delle Dolomiti », sur www.canazei.com (consulté le )
  3. (en) « Guide Dolomiti. Arrampicata, via ferrata, rock climbing, hikes, Dolomites. », sur Guide Dolomiti (consulté le )
  4. (it) « La grande strada delle Dolomiti », sur www.canazei.com (consulté le )
  5. a et b (it) « Maria Piaz », sur www.canazei.com (consulté le )
  6. « Camptocamp.org », sur www.camptocamp.org (consulté le )
  7. « amatour.it », sur www.amatour.it (consulté le )
  8. « Sacrario Germanico del Passo Pordoi », sur www.itinerarigrandeguerra.it (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO, , 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 158-161