Climat des Landes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le département français des Landes présente un climat de type océanique, l'océan Atlantique régule le climat de ce vaste département.

Présentation[modifier | modifier le code]

Saisons[modifier | modifier le code]

Les hivers pluvieux peuvent générer des crues. Parfois, de grosses chutes de neige surviennent à l'est du département (40 cm en janvier 2007 dans le Gabardan). Les printemps sont très pluvieux et frais ; les étés chauds et orageux alternent fortes chaleurs et violents orages, avec grandes chutes d'eau, de grêle, et baisses spectaculaires des températures ; les automnes sont souvent estivaux, parfois pluvieux ; froid possible dès novembre avec de très fortes gelées observées par temps clair (-23 °C à Mont-de-Marsan en janvier 1985). De manière récurrente, de fortes tempêtes hivernales venues de l'Atlantique provoquent d'importants dégâts dans la forêt des Landes :

  • novembre 1976, avec des vents de 144 km/h,
  • décembre 1999, avec des rafales de 160 km/h,
  • 24 janvier 2009 et la tempête Klaus avec des vents à 190 km/h et des millions d'arbres couchés, et une estimation de 60 % du massif forestier des Landes ravagé (soit 600 000 ha).

Températures[modifier | modifier le code]

La moyenne des températures mensuelles oscille, à l'intérieur des terres, autour de 6 °C en janvier et de 21 °C en juillet (amplitude annuelle modérée de 15 °C). Parmi les températures extrémales enregistrées dans le département, on trouve : -21,7 °C le 8 janvier 1985 (à Aire-sur-l'Adour), 39,8 °C sous abri, à l'ombre le 8 juillet 1982[réf. nécessaire], 42,5 °C à Mont-de-Marsan le [1] ou 43 °C à Léon le 30 juin 1968[2].

Précipitations[modifier | modifier le code]

Il tombe de 700 mm à l'est du département à près de 1 300 mm sur la côte sud-ouest des Landes. Les étés sont généralement chauds. Malgré un régime pluvieux, cinq hivers successifs sont restés secs de 1988-1989 à 1992-1993 (pratiquement pas de précipitations entre le 9 décembre 1992 et le 31 mars 1993) ; du 1er mai 2001 au 31 janvier 2002, il n'est tombé que 48 % de la normale[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « RECORDS DE CHALEUR », sur metweb.fr
  2. Stéphane Malphettes, « Les records de chaleur en France », L'internaute
  3. Topoclimats dans la région du Moyen Adour et la forêt landaise de Fernand Avila, bulletin de la Société de Borda du 4e trimestre 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]