Classe Nassau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Classe Nassau
Image illustrative de l'article Classe Nassau
Diagramme
Caractéristiques techniques
Type cuirassé
Longueur 146,30 m
Maître-bau 28,50 m
Tirant d'eau 8,90 m
Déplacement 18 569 tjb port en lourd =
Propulsion 3 machines à vapeur à triple expansion (8 chaudières)
Puissance 22 000 cv
Vitesse 19 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 80-300 mm
batterie = 170 mm
tourelle = 90-280 mm
passerelle = 360 mm
pont = 55-80 mm
Armement Principal :
6 × 2 canons de 280 mm (en tourelle)
12 canons de 150 mm (en casemate)
Secondaire :
16 canons de 88 mm
6 TLT (450 mm)
Aéronefs non
Rayon d’action 8 300 miles à 12 nœuds(2 700 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 1008
Histoire
Commanditaire Kaiserliche Marine - Flag of German Empire (jack 1903).svg
Période de service 1909-1919
Navires construits 4
Navires prévus 4
Navires démolis 4

La classe Nassau est une classe de quatre cuirassés de type dreadnoughts construite pour la Marine impériale allemande entre 1907 et 1910. Elle est la réponse allemande à l'arrivée en 1906 du premier cuirassé de type monocalibre, le HMS Dreadnought britannique[1]. La classe est composée du Nassau, du Rheinland, du Posen et du Westfalen. Les quatre bâtiments sont mis sur cale au milieu de l'année 1907, et achevés entre mai et .

Comparés à leurs homologues britanniques, ils sont plus légers et disposent d'un maître-bau plus large. Ils sont cependant deux nœuds plus lents, en raison de leur propulsion par les traditionnelles machines à vapeur à triple expansion, là où les cuirassés britanniques de nouvelle génération sont propulsés par des turbines à vapeur. Enfin, l'artillerie principale allemande est moins puissante, puisqu'elle est composée de canons de 11 pouces (280 mm) contre des canons de 12 pouces (305 mm) pour leurs concurrents anglais[2].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Propulsion[modifier | modifier le code]

La marine allemande a mis du temps à adopter les turbines à vapeur utilisées par les dreadnoughts britanniques en lieu et place de leurs machines à vapeur à triple expansion, principalement en raison des réticences combinées de l'amiral Alfred von Tirpitz que de celles du département de la construction navale[3]. En 1905, celui-ci déclarait que « l'utilisation de turbines à vapeur dans les navires de guerre lourds n'est pas recommandé »[4]. Par voie de conséquence, les cuirassés de la classe Nassau ont été équipés des traditionnelles et obsolètes machines à vapeur à triple expansion d'une puissance théorique de 22 000 ch[1]. Chacune des machines entraînant une hélice à trois pales d'un diamètre de 5 mètres, elles permettent d'atteindre une vitesse maximale théorique de 19,5 nœuds[1]. En essai, les navires atteignaient des vitesses 20 à 20,2 nœuds pour des puissances de 26 224 à 28 117 ch[1]. En termes de comparaison, les turbines à vapeur permettaient au dreadnought britannique d'atteindre les 21 nœuds[5].

Les machines sont alimentées en vapeur par 12 chaudières Schulz-Thornycroft[1] à double foyer.

Les unités de la classe Nassau[modifier | modifier le code]

Classe Nassau
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Mise en service Fin Photo
SMS Nassau Arsenal
Wilhelmshaven

SMS Nassau.jpg
SMS Posen Arsenal Germania
Kiel

SMS Posen-usna1.jpg
SMS Rheinland AG Vulcan
Stettin

Rheinland.jpg
SMS Westfalen AG Weser
Brême

SMS Westfalen LOC 25466u.jpg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d et e (Gardiner et Gray, p. 145)
  2. (Gardiner et Gray, p. 144–145)
  3. (Herwig, p. 59–60)
  4. (Gröner, p. 23)
  5. (Gardiner et Gray, p. 21)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships : 1906–1921, Annapolis, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-907-3)
  • (en) Erich Gröner, German Warships : 1815–1945, Annapolis, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-790-9)
  • (en) Holger Herwig, « Luxury » Fleet : The Imperial German Navy 1888-1918, Amherst, New York, Humanity Books, , 316 p. (ISBN 978-1-57392-286-9)