Charles Watson-Wentworth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles Watson-Wentworth
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de Grande-Bretagne
Monarque George III
Prédécesseur George Grenville
Successeur William Pitt l'Ancien
Monarque George III
Prédécesseur Frederick North
Successeur William Petty FitzMaurice
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance South Yorkshire
Date de décès (à 52 ans)
Lieu de décès Londres
Nationalité Drapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Parti politique Parti whig
Conjoint Mary Bright
Diplômé de St John's College

Charles Watson-Wentworth
Premiers ministres de Grande-Bretagne

Charles Watson-Wentworth (), 2e marquis de Rockingham, appelé L'Honorable Charles Watson-Wentworth avant 1733, vicomte Higham entre 1733 et 1746, comte de Malton (titre de courtoisie) entre 1746 et 1750 et comte Malton en 1750, est un homme d'État britannique du parti Whig, qui est deux fois Premier ministre de Grande-Bretagne. Il ne tient que deux mandats importants au cours de son existence, Premier ministre et Président de la Chambre des lords, mais son influence est considérable lors de son second mandat.

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Descendant du 1er comte de Strafford, Lord Rockingham grandit dans la maison familiale de Wentworth Woodhouse près de Rotherham dans le South Yorkshire. Il reçoit son éducation à la Westminster School et au St John's College. En 1746, il quitte Wentworth pour rejoindre à Carlisle le duc de Cumberland en guerre contre le « Jeune Prétendant » Quatre ans plus tard, il est créé comte Malton dans la Pairie d'Irlande, puis bien vite recueillit le marquisat de son père.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il siège à la Chambre des lords l'année suivante et est fait Chevalier de la Jarretière en 1761. En 1762, le roi George III nomme Lord Bute, son ami et son mentor, Premier ministre ; mais ce dernier se voit contraint de démissionner devant une opposition grandissante. Il est remplacé par George Grenville, qui lui non plus n'arrive pas à trouver assez de soutiens ; après sa démission en 1765, c'est Lord Rockingham qui est nommé Premier ministre.

Rockingham nomme secrétaires d'État ses alliés Henry Seymour Conway et le duc de Grafton. C'est également à cette époque qu'Edmund Burke, homme d'État irlandais et philosophe, devient son secrétaire privé ; jusqu'à la mort prématurée de Rockingham en 1782 il devait rester pour lui un ami, un allié politique et un conseiller. Pendant son ministère, il abroge le Stamp Act, réduisant ainsi le poids des impôts sur les colonies. Pourtant, la contestation à l'intérieur même du cabinet provoque sa démission et la nomination de William Pitt l'Ancien comme Premier ministre (le duc de Grafton est nommé Premier Lord au Trésor, une des rares occasions où les deux charges se virent séparées).

Indépendance des États-Unis[modifier | modifier le code]

Rockingham passe dans l'opposition les seize années suivantes. Il soutient intelligemment les droits constitutionnels pour les colons et appuie la revendication pour l'indépendance américaine. En 1782 il est nommé Premier ministre une deuxième fois (avec Charles James Fox et Lord Shelburne comme secrétaires d'État) et, dès son entrée en fonction, reconnait l'indépendance des États-Unis, mettant fin à l'intervention britannique dans la Guerre d'indépendance. Mais son ministère ne dure pas, car Lord Rockingham meurt 14 semaines plus tard.

Hommages[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les trois États du New Hampshire, Caroline du Nord et Virginie, donnèrent son nom à l'un de leurs comtés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]