William Cavendish-Bentinck (3e duc de Portland)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

William Cavendish-Bentinck
Illustration.
Portrait du duc de Portland (1782).
Fonctions
Premier ministre du Royaume-Uni

(2 ans, 6 mois et 3 jours)
Monarque George III
Prédécesseur William Grenville
Successeur Spencer Perceval
Premier ministre de Grande-Bretagne

(8 mois et 17 jours)
Monarque George III
Prédécesseur William Petty FitzMaurice
Successeur William Pitt le Jeune
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Nottinghamshire (Grande-Bretagne)
Date de décès (à 71 ans)
Lieu de décès Buckinghamshire (Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti whig
Tory
Père William Bentinck
Mère Margaret Harley
Conjoint Dorothy Cavendish
Enfants William Cavendish-Bentinck
Charles Bentinck
Diplômé de Christ Church

Signature de William Cavendish-Bentinck

William Cavendish-Bentinck (3e duc de Portland)
Premiers ministres du Royaume-Uni

William Cavendish-Bentinck ()[1], 3e duc de Portland (en), est un homme d'État, Premier ministre de Grande-Bretagne en , et Premier ministre du Royaume-Uni de à [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de William Bentinck (1709-1762), 2e duc de Portland, courtisan et propriétaire terrien, et de Margaret Cavendish Harley. Sa mère est la seule fille et héritière d'Edward Harley (1689-1741), 2e comte d'Oxford et Mortimer, et de Henrietta Cavendish Holles (1694-1755)[1]. Cette dernière est seule fille et héritière de John Holles (1er duc de Newcastle) (1662-1711), duc de Newcastle-upon-Tyne, et de Margaret Cavendish (1661-1716), à qui son père, Henry Cavendish (1630-1691), 2e comte de Newcastle-upon-Tyne, transmet tout son patrimoine, ce qui permet à son mari d'obtenir le titre de comte de Newcastle, et explique pourquoi ses descendants par les femmes portent le patronyme de Cavendish. Il est aussi l'arrière-petit-fils de Hans Willem Bentinck.

William Cavendish-Bentinck est d'abord connu comme le marquis de Titchfield, du nom du titre de courtoisie qu'il porte[1]. À partir de 1755, il ajoute à son patronyme celui de Cavendish. Ce n'est qu'en 1801 qu'il obtient l'autorisation royale d'adopter officiellement ce nouveau nom[1]. Fin 1761, il est élu au Parlement de Grande-Bretagne comme député de la circonscription de Weobley (Herefordshire)[1].

À la mort de son père, le , il lui succède dans son titre de duc[1]. Il est d'abord dans l'opposition, puis il accepte diverses charges importantes, comme gouverneur de l'Irlande. En , il devient Premier Lord au Trésor et Premier ministre du gouvernement de la coalition Fox–North[1]. Il est renversé la même année et rentre dans l'opposition[1]. Il se rapproche du ministère en , reçoit alors les titres de chancelier de l'Université d'Oxford, de secrétaire d'État de l'Intérieur, et devient, en , Lord Président du Conseil[1], après la retraite de William Pitt le Jeune. Il donne sa démission en [1].

Quand les supporters de Pitt reviennent au pouvoir en , Portland est encore une figure de proue acceptable pour un groupe de ministres qui comprend George Canning, Lord Castlereagh et Lord Hawkesbury.

À la fin de , alors que la santé de Portland se dégrade, le ministère est frappé par le duel scandaleux entre Canning et Castlereagh. Portland démissionne et décède peu de temps après. Il est un de ceux auxquels on a fait l'honneur des Lettres de Junius.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k David Wilkinson, « Bentinck, William Henry Cavendish Cavendish-, third duke of Portland (1738–1809) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 ; édition en ligne, janvier 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.