Chambre à air

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Deux chambres à air de bicyclette (Vélo tout terrain et vélo de course).

La chambre à air est un boyau en caoutchouc rempli d'air.

Pour les motocyclettes et les automobiles, la chambre à air est devenue rare, remplacée par le pneu sans chambre, dit « tubeless ».

Matériau[modifier | modifier le code]

Autrefois constituées de latex naturel et de noir de carbone (stabilisateur), elles sont aujourd'hui constituées de caoutchouc synthétique rendu plus résistant par adjonction d'Acrylonitrile[1] qui rend aussi ce caoutchouc non ou très peu biodégradable.

Fonction[modifier | modifier le code]

Sa position la situe entre le pneu et la jante. Elle est munie d'une valve (Shrader, Presta, etc.) permettant de la gonfler.

Gonflage[modifier | modifier le code]

La pression de l'air à l'intérieur dépend du type de véhicule, de la dimension des pneus et du type d'activité pratiquée.

Réparation[modifier | modifier le code]

Réparation de chambres à air au Burkina Faso.

Les chambres à air peuvent se réparer avec une rustine et une colle vulcanisante

Historique[modifier | modifier le code]

En 1887, l'Écossais John Boyd Dunlop a l’idée d'entourer les roues en bois de la bicyclette de son fils avec des tubes en caoutchouc remplis d'air afin d’en améliorer le confort, le bruit, la vitesse et l'adhérence sur route. Son pneumatique a un succès immédiat dans le monde du vélo, les grands champions de l’époque l’utilisent avec succès. John Boyd Dunlop dépose le brevet du pneu à air avec valve le [2].

En 1891, Édouard et André Michelin (Michelin) perfectionnent le produit à la suite d'une demande de réparation à Clermont-Ferrand d'un cycliste anglais équipé des simples boudins en caoutchouc inventés par « Dunlop ». Ils inventent le premier pneumatique démontable avec une chambre à air indépendante du pneumatique. L'usine Michelin commence à produire ces pneus démontables en . Son directeur Édouard Michelin dépose les brevets sur ce concept de pneu démontable du au [3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. HPA, Dossier Acrylonitrile / General information, PDF, 5p, consulté 2013-05-08
  2. Pierre-Antoine Donnet, La saga Michelin, Seuil, , p. 31
  3. Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis, L'aventure des entrepreneurs, Studyrama, , p. 27

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]