Château de La Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de La Tour
Image illustrative de l’article Château de La Tour
Façade orientale du château
Type château
Destination actuelle Propriété privée
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1943)
Coordonnées 45° 41′ 37″ nord, 4° 47′ 34″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Métropole Métropole de Lyon
Commune Saint-Genis-Laval
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Château de La Tour
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de La Tour

Le château de La Tour est situé au sud de la commune de Saint-Genis-Laval, dans la Métropole de Lyon.

Description[modifier | modifier le code]

  • La construction quadrangulaire est flanquée d'une tour ronde à l'angle nord ouest et, aux trois autres angles, de pavillons carrés coiffés d'une toiture en terre cuite émaillée à quatre pans. On y accède par un perron monumental.
  • À l'intérieur, on découvre les salles d'audience et les prisons aménagées à la Révolution.

Le perron fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1943[2].

Le château est une propriété privée et ne se visite pas.

Historique[modifier | modifier le code]

Famille de Villars

Famille Vidaud

  • 1749: Jean Jacques (1737 - 1794), fils des précédents, est chevalier, comte de La Bâtie, baron d’Anthon, seigneur de Montbives, avocat général puis procureur général et premier président au parlement du Dauphiné ; il épouse en 1773 Marie Joséphine Louise Sophie de Cambis de Fargues ; il est guillotiné le à Orange.

Époque plus récente

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • Villars: d'azur, à trois molettes d'or au chef d'argent, chargé d'un lion passant de gueules.
  • Vidaud: d'azur, à une fasce d'or, accompagné de trois fleurs de lys en chef, et un lion passant de même, en pointe.
  • Bégule: de gueules à la folée d'or, accompagné en chef d'une étoile d'argent entre deux croissants d'or et en pointe d'une tête de lion attachée de même.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire historique et critique, Volume 2, par Pierre Bayle, Du Revest (Abbé. -) (1715)
  • Chronique religieuse de la ville de Vienne (Dauphiné), par Thomas Mermet (1856)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :