Centrale nucléaire d'Hinkley Point

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale nucléaire de Hinkley Point
Image dans Infobox.
Hinkley Point A à gauche et Hinkley Point B à droite.
Administration
Pays
Nation
District
Ville
Coordonnées
Opérateur
Construction
1965
Mise en service
1976
Statut
en service
Réacteurs
Fournisseurs
Type
Réacteurs actifs
2
Puissance nominale
2x470 MWe
Production d’électricité
Production annuelle
7,8 TWh (2014)
Production totale
346 TWh (2014)[1]

Source froide
Site web
Localisation sur la carte du Royaume-Uni
voir sur la carte du Royaume-Uni
Red pog.svg

La centrale nucléaire d'Hinkley Point est installée près de Bridgwater sur la côte du Somerset, à environ 8 km de l'estuaire du fleuve Parrett, en Angleterre.

Le site est composé de trois centrales nucléaires, chacune composée de 2 réacteurs et qui sont à différents stades de leur vie. Hinkley Point A en fonctionnement de 1965 à 2000, est en cours de démantèlement, Hinkley Point B mise en service en 1976, doit être mise à l’arrêt définitif en 2022 et Hinkley Point C dont la construction a démarré en 2018, pourrait entrer en service au plus tôt, en 2027.

Hinkley Point A[modifier | modifier le code]

Hinkley Point A.

La construction de Hinkley Point A débute en 1957, et la centrale commence à produire de l'électricité en 1965. Cette unité de deux réacteurs, de 235 MWe chacun, est l'une des onze centrales nucléaires comprenant un réacteur de type Magnox, qui ont été installées au Royaume-Uni entre 1956 et 1971, puis arrêtées entre 1989 et 2015. Durant ses 35 ans de production, Hinkley Point A a produit près de 100 TWh d'électricité, avant de s'arrêter en l'an 2000[2].

Le processus de démantèlement en cours est géré par la Nuclear Decommissioning Authority une filiale de Magnox Ltd. Le déchargement du combustible et l'enlèvement de la plupart des bâtiments devraient se terminer dans les prochaines années alors que le démolition des bâtiments réacteurs et la fin du démantèlement devrait intervenir à la fin de ce siècle[3].

Hinkley Point B[modifier | modifier le code]

Hinkley Point B.

La construction de Hinkley Point B par le Central Electricity Generating Board (CEGB) démarre en 1967 et la production d'électricité en 1976. Cette entité comprend alors deux réacteurs avancés au gaz (AGR) d´une capacité de production nette unitaire de 625 MWe. À la suite de leur vieillissement, la tranche 1 ne peut plus fournir sur le réseau que 485 MWe[4] et la tranche 2 480 MWe[5].

En 1989, lors de la privatisation de l'industrie électrique du Royaume-Uni, la centrale est confiée à Nuclear Electric et n´est pas privatisée. En 1996, les centrales de type AGR et PWR de Nuclear Electric et Scottish Nuclear sont privatisées et cédées à la compagnie British Energy. Depuis la vente de British Energy en 2009, la centrale est détenue et exploitèe par EDF Energy une filiale d'EDF.

Il est prévu d'arrêter ces deux réacteurs en juillet 2022[6].

Hinkley Point C[modifier | modifier le code]

Lancement du projet (2012)[modifier | modifier le code]

Sarkozy et Cameron

Hinkley Point C est un projet d'extension de la centrale existante à Hinkley Point par l'ajout de 2 nouveaux réacteurs de type EPR. Ce projet a été lancé en 2012. Lors du sommet franco-britannique à Paris du 17 février 2012, Nicolas Sarkozy et David Cameron ont fait des annonces[7] concernant l'EPR en cours d'étude[8] sur ce site. EDF engagé dans ce projet[9] avec Areva et Rolls-Royce ont profité de cette occasion pour annoncer des signatures de protocoles d'accords[10].

Les opposants de l'association South West Against Nuclear (trad. le sud-ouest contre le nucléaire) se sont rassemblés dans une vieille ferme à proximité du site de Hinkley Point le dimanche 12 février 2012[11]

En mai 2012, EDF Energy (filiale à 100% d'EDF) a suspendu un contrat d'ingénierie civile de 1,2 milliard de livres sterling. Le nouveau réacteur pourrait n'être construit qu'en 2021 au plus tôt, soit quatre ans après la date prévue initialement[12], et le coût du projet a été revu à la hausse de 40 %[13].

Validation de l’accord commercial par la Commission européenne (2014)[modifier | modifier le code]

En mai 2013, le projet est réestimé à 14 milliards de livres (plus de 16 milliards d'euros), et le démarrage est reporté en 2022[14].

En octobre 2013, EDF signe un accord avec le gouvernement britannique dans lequel Areva et les entreprises chinoises China General Nuclear Power Corporation (CGN) et Compagnie nucléaire nationale chinoise (CNNC) deviennent partenaires minoritaires et Londres ouvre la voie à de futures participations majoritaires chinoises[15]. L'investissement est réévalué à 18 milliards de livres sterling. soit 20,5 milliards d’euros, partagés entre le groupe français (13,6 milliards) et son partenaire China General Nuclear Power Corporation (CGN, 6,8 milliards) le démarrage reporté en 2023[16]. L'étape suivante était la validation du montage financier du projet par la Commission européenne qui, s'il avait été refusé, aurait remis en cause la décision d'investissement initialement prévue en juillet 2014[17],[18]. L'association Stop Hinkley pensait que les chances que le projet soit approuvé par la Commission européenne, étaient presque nulles[19].

Le 8 octobre 2014, la Commission européenne valide l'accord commercial conclu entre EDF et le Gouvernement britannique[20].

Le 22 septembre 2020, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) valide le dispositif de soutien du Royaume-Uni pour la construction des EPR d'Hinkley Point, estimant qu'il ne constitue pas une aide d'État incompatible avec le marché intérieur. En juillet 2015, l'Autriche, soutenue par le Luxembourg, avait attaqué le dispositif devant la CJUE au motif que la construction d'une centrale nucléaire ne pouvait pas bénéficier d'une aide d'État approuvée par la Commission. En juillet 2018, le Tribunal de l'Union européenne avait déjà débouté les plaignants[21],[22].

Accord de financement entre EDF et CGNPC (2015)[modifier | modifier le code]

Le 2 avril 2015, EDF annonce la suspension des travaux, entraînant la suppression de 400 postes de travail, en attendant une décision définitive d'investissement[23]. EDF a déjà engagé des travaux et des commandes pour un montant estimé à 1,5 milliard d’euros, qui restent à sa charge si le projet est annulé[24].

En juin 2015, plusieurs hauts fonctionnaires britanniques remettent en question la viabilité du projet[25]. Compte tenu des difficultés financières d'Areva et de la reprise prévue par le gouvernement français d'Areva NP par EDF, le schéma de financement prévu pour le projet et dans lequel Areva devait être partie prenante à hauteur de 10%, ne convient plus à EDF qui veut limiter sa part à moins de 50% pour ne pas consolider cette filiale britannique dans ses comptes[26],[27].

Le 2 juillet 2015, dix collectivités locales et fournisseurs d'électricité autrichiens et allemands ont déposé un recours contre la décision européenne validant le mécanisme de subvention du projet Hinkley Point C[28].

En juillet 2015, l'ancien ministre britannique chargé du commerce et de l'énergie Lord Howell of Guildford (en) affirme devant le Parlement britannique : « Je suis très pro-nucléaire, pour sa faible production de gaz carbonique, mais Hinkley C est l'un des pires contrats jamais signés pour l'industrie et les foyers britanniques »[29].

Le 21 octobre 2015, EDF et le groupe chinois CGN ont signé un accord de financement pour la centrale nucléaire d'Hinkley Point C. Pour financer ce projet estimé à 24,5 milliards d'euros[30], la participation d'EDF sera de 65,5% et celle de CGN de 33,5%[31],[32].

Décision d'investissement d’EDF (2016)[modifier | modifier le code]

En février 2016, à EDF les six administrateurs salariés (CGT, FO, CFDT, CFE-CGC) ainsi que des membres du comité exécutif, de nombreux cadres, techniciens et ouvriers d'EDF refusent de décider trop rapidement la construction de deux EPR au Royaume-Uni[33]

Le 7 mars 2016, le directeur financier d'EDF Thomas Piquemal démissionne d'EDF car il craint que l'entreprise ne puisse pas financer à court terme la construction de deux EPR à Hinkley Point[34]. Ce type de démission est un événement rare dans une grande entreprise[35].

Le 10 mars 2016, la Commission européenne donne son aval sur le partenariat et l'accord de financement passé entre EDF et le groupe chinois CGN[36]. La même semaine, la Cour des comptes publie des doutes[37].

En mai 2016, l'ancien no 2 d'EDF Thomas Piquemal dénonce le projet Hinkley Point qu'il juge suicidaire devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale française[38]. Mais son PDG Jean-Bernard Lévy et Emmanuel Macron maintiennent le projet, forts de l'appui des électriciens chinois CGN et CNNC[39].

Le Référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne du 23 juin 2016 (51,9 % pour la sortie de l'Union européenne) implique des nouveaux risques pour le projet[40],[41].

Le 28 juillet 2016, le conseil d'administration d'EDF décide le lancement du projet, malgré l'opposition des six représentants du personnel[42] ; le jour même, le nouveau ministre du commerce et de l'énergie Greg Clark suspend à nouveau le projet, qu'il entend analyser avant de donner une nouvelle décision à l'automne 2016[43].

Accord du gouvernement britannique (2016)[modifier | modifier le code]

Le 9 août 2016, l'ambassadeur chinois à Londres encourage le Royaume-Uni à donner son feu vert au plus vite au projet Hinkley Point. Le gouvernement britannique a déclaré le 28 juillet qu'il allait « examiner avec soin » le projet et qu'il rendrait sa décision finale au début de l'automne 2016[44].

Le 15 septembre 2016, le gouvernement britannique signe le contrat de construction de la centrale nucléaire Hinkley Point (projet controversé de 18 milliards de livres soit 22 milliards d’euros) avec le français EDF (à hauteur de 66,5%), et la compagnie chinoise China General Nuclear Power Company (à hauteur de 33,5%). Dans un communiqué, Londres précise que son aval à ce projet est assorti de nouvelles conditions, qui lui permettent notamment d’intervenir dans une cession éventuelle de la participation de contrôle d’EDF dans le projet[45],[46],[47].

Controverses financière (2012-2017)[modifier | modifier le code]

Le contrat garantit à EDF un prix de 92,50 £/MWh de 2012 (105 €/MWh) sur trente-cinq ans[48], assurant initialement une rentabilité de 9,2 %. Ce prix est trois fois supérieur à celui du marché européen de l’électricité[16] ; il est cependant inférieur au coût de production de l'électricité produite par les éoliennes en mer au Royaume-Uni : 97 £ (112,8 ) par MWh en moyenne en 2015-2016[49], mais supérieur au prix garanti de l'électricité qui sera produite par les 11 projets d'éoliennes en mer lauréats du dernier appel d'offres de 2017 : 70 £ (80 ) par MWh en moyenne, pour mise en service en 2021-2023[50].

Le 11 janvier 2017, une filiale de Bouygues Construction, Bouygues Travaux Publics, annonce s'être vu confier par EDF, en regroupement avec Laing O'Rourke, la construction des bâtiments qui abriteront les deux réacteurs nucléaires de technologie EPR d'Hinkley Point C[51].

Le National Audit Office britannique, équivalent de la Cour des comptes française, estime, dans un rapport publié le 23 juin 2017, que l'accord signé en 2016 par le ministère de l'Économie avec EDF pour la construction des deux réacteurs EPR à Hinkley Point « a enfermé les consommateurs dans un projet risqué et coûteux avec des bénéfices stratégiques et économiques incertains »[52].

En juillet 2017, EDF annonce des surcoûts de 1,7 milliard d'euros, pour un coût global de 22,3 milliards d'euros, ainsi qu'un risque de retard sur le calendrier initial de 15 mois pour le premier réacteur et de neuf mois pour le deuxième ; ces retards entraineraient un surcoût supplémentaire de 700 millions de livres ; la première tranche serait mise en service en 2025[53],[54],[55].

En novembre 2017, un rapport de la commission aux comptes publics de la Chambre des communes britannique dénonce de « graves erreurs stratégiques » dans la conduite du projet, et reproche au gouvernement (et en particulier au ministère des Entreprises qui encadre le secteur du nucléaire civil) de n’avoir pas prévu de revoir les termes du contrat qui va coûter très cher aux consommateurs. Alors que certaines technologies alternatives à faible émission seraient désormais meilleur marché que le nucléaire, selon les auteurs du rapport, la commission propose de geler tout nouveau projet de centrale tant que le gouvernement n’aura pas réévalué et publié sa stratégie sur le nucléaire[56]. La nouvelle centrale qui devait coûter 19,6 milliards de livres (22 milliards d'euros) entrainera pour les consommateurs un surcout probable de 30 milliards de livres, en raison du prix élevé de l'électricité garanti par les autorités à EDF et à son partenaire chinois. Le rapport note aussi que les autres projets de réacteur EPR (France, Finlande et Chine) ont tous subi des surcoûts ou des retards[56]. La présidente de cette commission enjoint au gouvernement d'expliquer ce qu’il fera pour éviter de répéter de telles erreurs. Le rapport s'inquiète aussi d’un des effets du Brexit (annoncé pour la fin mars 2019) qui est que le Royaume-Uni quittera Euratom (le régulateur européen du secteur, qui notamment veille à l’approvisionnement « régulier et équitable en minerais et combustibles nucléaires » et contresigne les contrats d'achat et de vente d'uranium, de thorium et de plutonium des pays européens)[56].

Démarrage du chantier de construction (2018)[modifier | modifier le code]

Future centrale d’Hinkley Point C

Le début officiel de la construction de la 1ère tranche, c’est-à-dire le coulage des fondations du bâtiment réacteur a lieu le 11 décembre 2018[57],[58]. En juin 2019, un consortium rassemblant EDF et quatre entreprises britanniques est créé afin de faciliter la mise en place des montages électromécaniques[59]. Le 28 juin 2019, le ministre de l’industrie britannique inaugure la dalle de béton qui servira de socle au premier EPR : 20 000 mètres cubes de béton ont été coulés sur une superficie de 7 200 mètres carrés, dans une structure renforcée par 5 000 tonnes d’acier. Le planning initial est respecté[60].

La construction du deuxième réacteur a officiellement débuté le 12 décembre 2019[61]. EDF et son partenaire chinois CGN ont annoncé le 1er juin 2020 l'achèvement du radier (dalle de béton) sur lequel reposera le réacteur n°2 ; le calendrier fixé plus de quatre ans auparavant a été respecté[62].

En août 2021, le taux d'avancement du chantier est de 30 %. Il utilise, pour la première fois en Europe, des procédés de préfabrication lourde : des pièces géantes en béton ou en acier sont préfabriquées in situ ; cette innovation a été rendue possible par la plus grande grue au monde, « Big Carl », développée pour l'occasion par le spécialiste belge du levage Sarens. Haute de 250 mètres, assistée de 5 200 tonnes de contrepoids et de douze moteurs, « Big Carl » lève 5 000 tonnes à la verticale ou 2 000 tonnes dans un rayon de 100 mètres ; elle a pour mission de lever 700 éléments durant la vie du chantier, dont le plus lourd devrait peser 1 600 tonnes[63].

Retard de planning et augmentation du devis (depuis 2018)[modifier | modifier le code]

En septembre 2019, EDF annonce un risque de retard de quinze mois sur le premier réacteur et de neuf mois sur le second et un dérapage de plus de 10 % sur le coût du projet, qui devraient finalement atteindre 21,5 à 22,5 milliards de livres (24,3 à 25,5 milliards d'euros). Les causes sont multiples : travaux de terrassement plus importants que prévu, gains de productivité escomptés non réalisés, mesures imposées par le régulateur nucléaire britannique, qui a par exemple demandé un système de contrôle-commande complémentaire qui ne soit pas numérique. Le projet devait coûter initialement 16 milliards de livres, mais dès 2016 la facture a été portée à 18 milliards de livres, puis à 19,6 milliards de livres à l'été 2017[64].

En janvier 2021, un nouveau retard de six mois, lié directement à la crise du Covid-19, est annoncé : la production d'électricité du réacteur C1 est repoussée à juin 2026 ; ce décalage alourdit la facture globale du projet, désormais estimé entre 22 et 23 milliards de livres sterling. Le taux de rentabilité prévisionnel (TRI) pour EDF est désormais réestimé entre 7,1 % et 7,2 %, contre 9 % prévus au départ[65].

En mai 2022, un nouveau retard d'un an est annoncé, la production d'électricité du réacteur C1 est repoussée à juin 2027. Ce décalage alourdit la facture globale du projet, désormais estimé entre 25 et 26 milliards de livres sterling par EDF, qui explique ces dérives par « l'impact de la pandémie », les perturbations de la chaîne d'approvisionnement, un surcoût sur « le design et la construction des tunnels de refroidissement dans la mer » et « des recours juridiques déposés par des opposants gallois »[66],[67].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.iaea.org/pris
  2. Royaume-Uni - base de données PROS de l’AIEA - consultée le 06 mars 2019
  3. en:The 2010 UK Radioactive Waste Inventory: Main Report (page 21), nda (Nuclear Decommissioning Agency), février 2011
  4. Pris AIEA Hinkley Point B-1, AIEA, 8 avril 2022
  5. Pris AIEA Hinkley Point B-2, AIEA, 8 avril 2022
  6. (en) EDF Energy, « UK’s most productive nuclear power station to move into decommissioning by July 2022 – EDF Energy 19 November 2020 » [archive], Edfenergy.com,
  7. Sarkozy et Cameron vont parler coopération nucléaire et militaire
  8. Hinkley Point C New Nuclear Power Station sur The Infrastructure Planning Commission (IPC)
  9. EDF Energy Hinkley Point
  10. Areva et Rolls-Royce élargissent leur coopération sur Reuters
  11. Campaigners set-up nuclear construction demo camp
  12. Zone Bourse - 28/05/2012 : EDF Energy suspend l'attribution d'un contrat nucléaire de 1,2 md de livres
  13. La Tribune - 31/05/2012 : Secteur nucléaire : il y a de l'électricité dans l'air
  14. https://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202790664538-a-hinkley-point-edf-attend-le-reveil-du-nucleaire-britannique-570645.php
  15. Nucléaire : EDF signe un accord historique avec Londres - Les Echos, 18 octobre 2013
  16. a et b « L’EPR britannique d’EDF déjà sous haute pression », sur lemonde.fr/, (consulté le )
  17. EDF conclut un accord pour bâtir deux EPR en Grande-Bretagne "Sous réserve d'une décision finale d'investissement dans le projet de Hinkley Point prévue d'ici juillet 2014", l'Expansion - L'express - Reuters le 21 oct 2013
  18. Accord nucléaire EDF/Londres : Des réacteurs ultra-subventionnés… mais qui ne verront jamais le jour - Observatoire du nucléaire, 17 octobre 2013
  19. (en) Strike price – a stab in the dark - Stop Hinkley Press Release, 22 October 2013
  20. (en) « State aid: Commission concludes modified UK measures for Hinkley Point nuclear power plant are compatible with EU rules », sur Commission européenne,
  21. Nucléaire : la CJUE valide les aides du Royaume-Uni pour la construction des EPR d'Hinkley Point, actu-environnement, 23 septembre 2020.
  22. Une centrale nucléaire peut bénéficier d'une aide d'État dans l'UE, Le Figaro, 22 septembre 2020.
  23. « EDF suspend les travaux à Hinkley Point C (UK) », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le )
  24. « La débâcle d’Areva est-elle la première manifestation de la faillite générale de l’industrie nucléaire française ? », sur http://www.transition-energetique.org, (consulté le )
  25. « Le doute s’installe sur le projet nucléaire d’EDF au Royaume-Uni », sur https://www.lesechos.fr/, (consulté le )
  26. EDF : L'opération EDF/Areva aura un impact sur le projet Hinkley Point, Les Échos avec l'Agence Reuters, 30 juin 2015
  27. Hinkley Point: EDF n'avance plus de date pour la décision finale d'investissement, Romandie avec l'Agence France Presse, 30 juin 2015
  28. « Hinkley Point : dépôt officiel de la plainte contre le mécanisme de soutien financier », sur http://www.actu-environnement.com, (consulté le )
  29. « Le ciel s'assombrit pour EDF et ses actionnaires », sur https://www.lopinion.fr, (consulté le )
  30. Nucléaire: EDF s'associe au chinois CGN pour les EPR de Hinkley Point, RFI, le 22 octobre 2015, consulté le 26 octobre 2015
  31. EDF: a signé l'accord pour la centrale Hinkley Point C, CercleFinance.com, le 21 octobre 2015, consulté le 26 octobre 2015
  32. Nucléaire : les très chers amis chinois d'EDF, marianne.net, 9 mai 2016
  33. « EDF : Le coût de l’EPR britannique d’Hinkley Point inquiète », sur https://www.lemonde.fr/, 17/20/2016 (consulté le )
  34. Gil Bousquet, « EDF : l'Ariégeois Piquemal démissionne », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  35. « Le directeur financier, un lanceur d'alerte… », sur http://business.lesechos.fr, (consulté le ).
  36. Hinkley Point: Bruxelles valide le partenariat franco-chinois EDF-CGN Challenges, 10 mars 2016
  37. TheGuardian.com 11. März 2016: Hinkley Point branded potentially risky for EDF by French auditor
  38. Hinkley Point : l'ancien n° 2 d'EDF dénonce un projet suicidaire, lepoint.fr, 4 mai 2016
  39. « Nucléaire : les très chers amis chinois d'EDF », sur https://www.marianne.net, (consulté le ).
  40. FAZ.net 30. Juni 2016: In der britischen Industrie macht sich Angst breit
  41. FAZ.net 30. Juni 2016: Brexit gefährdet britische Atomkraft-Pläne
  42. EDF décide de lancer Hinkley Point, Londres tergiverse, Le Monde, 28 juillet 2016.
  43. Philippe Bernard (Londres, correspondant) et Denis Cosnard, « EDF décide de lancer Hinkley Point, Londres tergiverse », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  44. « Nucléaire: pourquoi la Chine exhorte le Royaume-Uni à soutenir Hinkley Point » (consulté le )
  45. [1]
  46. Londres avalise le projet de la centrale d’Hinkley Point, Le Monde, 16 septembre 2016.
  47. Londres et EDF saluent une «nouvelle ère» pour le nucléaire, Les Échos, 15 septembre 2016.
  48. Le projet d'Hinkley Point est-il toujours rentable pour EDF ? Sharon Wajsbrot, Les Échos, 25 septembre 2019
  49. Les énergies vertes de plus en plus compétitives, Les Échos, 25 janvier 2017.
  50. Résultats des appels d'offres, Energie et développement, 13 septembre 2017.
  51. Zone Bourse, « EDF : contrat avec Bouygues pour Hinkley Point C. | Zone bourse », Zone Bourse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Les inquiétudes montent autour des EPR anglais, Les Échos, 24 juin 2017.
  53. Jean-Michel Bezat, « L’EPR britannique d’EDF déjà sous haute pression », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  54. « Nucléaire : EDF revoit à la hausse le coût du projet EPR à Hinkley Point, au Royaume-Uni », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  55. Véronique Le Billon, Anne Feitz et Vincent Collen, « Nucléaire : premier revers pour l’EPR anglais d’EDF », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  56. a b et c AFP & Connaissance des énergies Hinkley Point C: les députés s'alarment du coût pour les consommateurs, parue le 22 novembre 2017.
  57. - #Hinkley Point C progress continues with the last major milestone of 2018 completed. In a job that took over 30 hours, teams poured concrete on the first part of reactor one's 4,500 tonne base, which provides the soild platform for reactor buildings. - Communiqué d’EDF Energy sur twitter - 11 décembre 2018
  58. AIEA - base de données PRIS - mise à jour du 07 janvier 2019
  59. « L’EPR britannique d’EDF est dans les temps », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  60. L’EPR britannique d’EDF est dans les temps, Le Figaro, 27 juin 2019.
  61. HINKLEY POINT C-2Under Construction Base de données de l’AIEA, consulté le 17 mars 2020
  62. EDF a finalisé la dalle de béton du second réacteur nucléaire anglais d'Hinkley Point C, L'Usine Nouvelle, 1er juin 2020.
  63. La plus grande grue au monde déployée sur le chantier de l'EPR anglais d'Hinkley Point, Les Échos, 18 août 2021.
  64. Nucléaire : nouveau revers pour EDF sur le chantier d'Hinkley Point, Les Échos, 25 septembre 2019.
  65. Nucléaire : nouveau revers pour le chantier d'EDF à Hinkley Point, Les Échos, 27 janvier 2021.
  66. Nucléaire : pourquoi les déboires d'Hinkley Point fragilisent EDF au pire moment, Les Échos, 23 mai 2022.
  67. Les déboires s'accumulent pour EDF dans le nucléaire : le chantier des EPR d’Hinkley Point dérape encore, la facture s’envole, La Tribune, 20 mai 2022.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]