Casino de Pornichet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Casino de Pornichet
La plage des Libraires et le boulevard des Océanides à Pornichet.jpg
La plage des Libraires et le boulevard des Océanides. On aperçoit, à droite, une partie de l'extension de 1925 du bâtiment du casino de Pornichet.
Présentation
Type
Établissement de jeux
Propriétaire
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées

Le casino de Pornichet est un casino situé au 93, boulevard des Océanides — artère longeant la plage des Libraires sur le bord de la baie du Pouliguen — à Pornichet, en Loire-Atlantique. Il appartient aujourd'hui au groupe Partouche et est doté d'un restaurant de cinquante couverts maximum, ainsi que d'un bar.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier casino à Pornichet[modifier | modifier le code]

En 1882, un premier casino est ouvert à « Pornichet-les-Pins » (qui est alors une partie du territoire communal d'Escoublac, la commune de Pornichet sera créée en 1900) au sein du « Grand Hôtel de l'Océan, du Casino & du golf », nouvel établissement de 150 chambres donnant directement sur la plage des Libraires[1], doté également d’une salle de spectacle[2]. En 1887, l'établissement est vendu à Paul Collet et rouvre ses portes sans l'activité de casino, jugée alors peu rentable. Pornichet se trouve donc alors dépourvu d'établissement de jeux[3]. Le vaste bâtiment de l'hôtel — qui a connu diverses vicissitudes avant d'être vendu en 1952, puis divisé en appartements appartenant à des co-propriétaires — existe toujours actuellement.

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir.

Le casino actuel[modifier | modifier le code]

Carte postale montrant la plage des Libraires, à une date inconnue, entre 1911 et 1925. Le bâtiment surmonté d'un drapeau, à droite, est le casino).

C'est en , que Charles Varé, un investisseur originaire de l'Aisne, déjà propriétaire de nombreux terrains sur la commune, obtient de la municipalité l'autorisation de construire sur une parcelle qui lui appartient, un nouveau casino. Le bâtiment inauguré le , est appelé dès son origine, Kursaal, nom allemand signifiant « salle des curistes », car ce type d'établissements a fait son apparition dans les stations thermales en Allemagne, où il était dédié aux curistes qui, après leurs soins, s'y retrouvaient pour discuter, écrire, lire ou jouer aux cartes. Varé recrute Maxime Ledru, propriétaire du Café Maxime, situé avenue de Mazy à Pornichet, pour le diriger[3]. Le bâtiment est souvent attribué à l'architecte nantais Georges Lafont, à moins qu'il ne s'agisse l'œuvre de ces deux élèves Ferdinand Ménard et Émile Le Bot, adeptes de l'Art nouveau [4].

Devenu « théâtre aux Armées » durant la Première Guerre mondiale, il perd son nom germanique et après le conflit est dénommé « Casino »[3]. En 1923, Maxime Ledru craignant que son établissement soit concurrencé par le casino de La Baule-Escoublac dirigé par François André, décide de le mettre au goût du jour et fait appel à l'architecte Georges Vachon (ancien chef d'agence de Ménard) pour moderniser l'édifice. Le projet démarre en 1925 et consiste dans la construction d'une extension devant le bâtiment d'origine permettant d'accueillir une salle de cinéma (qui n'est plus utilisée de nos jours à cet usage) et un dancing[3],[4]. D'abord ouvert entre Pâques à l'automne, le Casino ouvre par la suite à l'année[3]. Le bâtiment est plusieurs fois modernisé depuis son inauguration et — il y a quelques années — agrandi par l'arrière (côté avenue Collet, qui est parallèle au boulevard des Océanides).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aujourd'hui, au 130, boulevard des Océanides, artère crée ultérieurement à la construction du bâtiment, entre celui-ci et la plage.
  2. Manuella Le Bohec, « L'Océan, bâtiment emblématique de Pornichet », sur pornichet-patrimoine.com, (consulté le 20 juin 2016).
  3. a b c d et e Manuella Le Bohec, « Le Casino a 100 ans », sur pornichet-patrimoine.com, (consulté le 20 juin 2016).
  4. a et b Charles Alain, « Casino dit Kursaal puis Casino », sur patrimoine.paysdelaloire.fr, (consulté le 20 juin 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel