Camille Bernier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernier.
Camille Bernier
Bust of Camille Bernier-Jules Franceschi-IMG 9168-black.jpg
Jules Franceschi, Buste de Camille Bernier en costume traditionnel de Bannalec (vers 1880),
Quimper, musée départemental breton.
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Paris 7e
Nationalité
Activité
Maître
Lieu de travail
Influencé par
Distinctions
Médailles aux Salons de 1867, 1868, 1869. grand prix à l'Exposition universelle de Paris de 1889.
Œuvres principales
Janvier (Bretagne), Chemin près de Bannalec, La Lande de Sainte-Anne

Camille Bernier né à Colmar le et mort à Paris le [1] est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Camille Bernier naît à Colmar. Son père, Antoine Pascal Bernier, est receveur général des finances du département. Sa mère, Marie Nanine, est la fille de Denis Lefevre, secrétaire général des finances sous la Révolution, le Consulat, l'Empire et le règne de Louis XVIII[2].

Après des études en Suisse où il est pensionnaire à Lenzbourg, il entre à l'École centrale dont il ne sera jamais diplômé. Il s'oriente vers la peinture en suivant l'enseignement de Léon Fleury et en effectuant le traditionnel Grand Tour en Italie.

Son tableau Village d'Arberg présenté à l'Exposition universelle de 1855, marque le début de sa carrière officielle. Il exposera ensuite, pratiquement chaque année, une ou plusieurs toiles au Salon jusqu'en 1892. Elles recevront un accueil satisfait de la critique qui y retrouve ce qu'elle attend d'un peintre paysager : « sincérité » dans l'approche de la nature et souci du détail.

Camille Bernier épouse, à Brest, le , Lucie Emelie Gautier-Mougin. Le couple s'installe dans la région, où cette dernière possède plusieurs propriétés. En 1857, ils y reçoivent Jean-Baptiste Corot à qui Lucie Bernier offre un cahier de dessin[réf. nécessaire]. En 1859, ils s'installent vers la Côte d'Azur pour que leur nouveau-né, malade, profite du climat. Il ne survivra pas et sa mère mourra elle aussi, en 1860, à Hyères.

À partir de 1866, Camille Bernier prend l'habitude de passer la belle saison chez ses amis le peintre Vincent Vidal et son épouse Reine. Ces derniers ont acheté en 1851 le manoir de Kerlagadic et les fermes qui l'entourent à Bannalec dans le Finistère. À la mort de Reine, en 1891, Camille Bernier héritera de ses biens et continuera de vivre une partie de l'année à Kerlagadic Il passe l'hiver à Paris, rue Jean-Nicot, où il possède un grand hôtel particulier. Il y finit les toiles qu'il a commencées sur le motif en Bretagne.

Son intérêt se focalise sur des scènes qu'il choisit le plus souvent à quelques minutes à pied de sa maison : les bords de l'Isole, les bois et les étangs du château de Quimerc'h, les fermes, les landes, les chemins et les pâturages environnants. Ses œuvres envoyées au Salon connaissent un grand succès. Elles sont régulièrement achetées par l’État qui les envoie dans les musées régionaux et font l'objet d'eaux-fortes, parfois gravées par l'artiste lui-même.

Camille Bernier se remarie en 1895 avec Oliva Barbara Hoechle, ancienne gouvernante suisse de sa nièce Édith.

Il est réputé pour sa générosité envers ses amis peintres qui trouvent gîte, couvert et parfois secours, tant à Paris qu'en Bretagne. Là aussi, il multiplie les dons et fonde en 1880 une école de jeunes filles à Saint-Méen dirigée par la congrégation des filles du Saint-Esprit, en souvenir de son épouse Lucie qui y possédait des terres.

Œuvres référencées[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous est partiellement tirée du Dictionnaire des dictionnaires. Lettres, sciences, arts, encyclopédie universelle[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Pour moi le Bernier, Les champs en hiver au Luxembourg[8] est un idéal. » Vincent van Gogh, Lettre à son frère Théo, , no 291.
  • « M. Camille Bernier s'est mis par La lande de Kerlagadic et par sa Fontaine en Bretagne au premier rang des paysagistes. », Théophile Gautier, L'Illustration, .
  • « En parcourant ce coin de pays où il a vécu, à chaque pas le souvenir d'une de ses œuvres se présente à l'esprit; on est frappé de la justesse et de la poésie des interprétations qu'il en a données et dont l'ensemble forme une sorte de poème en l'honneur de sa chère Bretagne. », Émile Michel, Les maîtres du paysage, 1906.

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs villes de Bretagne ont donné son nom à une rue, notamment Bannalec, Brest, Guipavas, Lesneven, Quimper et Saint-Méen[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, acte n°817 dressé le 14/05/1902, vue 22 / 31.
  2. Dictionnaire des girouettes, ou Nos contemporains peints d'après eux-mêmes, Paris, Alexis Eymery, 1815 (en ligne sur Google Books).
  3. Paul Guérin, Dictionnaire des dictionnaires. Lettres, sciences, arts, encyclopédie universelle, tome 1, vers 1875 (en ligne).
  4. http://www.mbaq.fr/musee-collections/peinture-bretonne/oeuvre/o/chemin-du-bourg-finistere/
  5. Base Joconde.
  6. A inspiré le Douanier Rousseau pour son tableau Vue de Bretagne, l'été (1906)[réf. nécessaire].
  7. Tableau préparatoire à Janvier (Bretagne). Seul tableau de Camille Bernier du musée départemental breton qui y soit exposé. La plupart des autres décorent la préfecture du Finistère à Quimper. Le musée conserve par ailleurs un buste en marbre du peintre en costume breton par Jules Franceschi.
  8. Il s'agit de Janvier (Bretagne), exposé alors à Paris au musée du Luxembourg.
  9. Les noms qui ont fait l'histoire de Bretagne..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]