Budva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Budva
(sr) Будва
Blason de Budva
Héraldique
Budva
Vue de Budva en 2008
Administration
Pays Drapeau du Monténégro Monténégro
Municipalité Budva
Maire Rajko Kuljača
Code postal 85310, 85311
Indicatif téléphonique international +(382)
Indicatif téléphonique local 381 86
Immatriculation BD
Démographie
Population 10 918 hab. (2005)
Densité 89 hab./km2
Population de l'agglomération 15 909 hab. (2005)
Géographie
Coordonnées 42° 17′ nord, 18° 51′ est
Altitude m
Superficie 12 200 ha = 122 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Monténégro
Voir sur la carte topographique du Monténégro
City locator 14.svg
Budva
Géolocalisation sur la carte : Monténégro
Voir sur la carte administrative du Monténégro
City locator 14.svg
Budva
Géolocalisation sur la carte : Europe
Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Budva
Liens
Site web www.budva.me

Budva (en serbe cyrillique : Будва ; en italien : Budua) est une ville et une municipalité du Monténégro. En 2003, la ville comptait 10 918 habitants et la municipalité 15 909. La ville et la municipalité sont habitées par une majorité relative de Monténégrins (48,17 %), avec une importante population serbe (38,50 %)[1].

La région côtière de Budva, appelée Budva Riviera, est le centre du tourisme au Monténégro, et est appréciée pour ses plages de sable, sa vie nocturne active. Elle comporte de beaux exemples de l'architecture méditerranéenne médiévale. Vieille de 2 500 ans, Budva est l'une des plus anciennes localités sur la côte de la mer Adriatique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux témoignages écrits datent des faits historiques s'étant déroulés à Budva avant le Ve siècle av. J.-C.. Une légende raconte que Budva a été fondée par Cadmos, un héros exilé de Thèbes qui cherchait un abri à cet endroit pour lui et sa femme, Harmonia.

Le nom de la ville antique, Bouthoè, viendrait selon Étienne de Byzance, du nom des bœufs trainant le char d'Hermione et Cadmos vers l'Illyrie. Une autre explication indique que cela viendrait du terme grec désignant l'origan (bouthos)[2]

Deux autres civilisations ont laissé de nombreuses traces : les Grecs et les Romains. À la chute de l'Empire romain et sa division d'est en ouest, la barrière défensive qui séparait les deux puissances se situait au niveau de Budva. Au Moyen Âge, la ville connut une succession de régences par les souverains de Dioclée et les aristocrates serbes et de l'État de Zeta.

Les Vénitiens dirigèrent la ville pendant plus de trois siècles, de 1442 à 1797. Budva, appelée Budua à cette époque, fit partie de l'Albanie vénitienne et fut fortifiée par de puissants murs vénitiens pour contrer les forces ottomanes. La plus grande partie de la population parlait le vénitien jusqu'au début du XIXe siècle selon l'historien Luigi Paulucci, auteur de Le Bocche di Cattaro nel 1810 (Les Bouches de Kotor en 1810). La « Sérénissime », avec ce qui restait de son domaine territorial, passe en 1797 par le traité de Campo-Formio sous la souveraineté des Habsbourg.

Dans les années suivantes, très agitées, Budva connut une succession de plusieurs de ses pays souverains : Autriche, France et Russie. Une union entre les bouches de Kotor et le Monténégro fut instaurée pendant une brève période (1813-1814), mais depuis le congrès de Vienne en 1815, Budva resta à l'intérieur du royaume de Dalmatie au sein de l'empire d'Autriche. Après la Première Guerre mondiale et la dissolution de l'Autriche-Hongrie, en 1918, Budva rejoint le royaume de Yougoslavie et fut, plus tard, annexée au royaume d'Italie, en 1941.

De nombreuses personnes furent enrôlées durant la Seconde Guerre mondiale dans la lutte contre les fascistes. Budva fut libérée du gouvernement nazi par les Partisans le , et après avoir été une nouvelle fois intégrée à la Yougoslavie, elle appartient aujourd'hui au Monténégro indépendant. Le , Budva fut secouée par un important tremblement de terre qui dévasta une grande partie de la vieille ville, dont il reste peu de séquelles ; presque tous les bâtiments ont été restaurés à leur forme d'origine.

Localités de la municipalité de Budva[modifier | modifier le code]

Budva est le centre administratif de la municipalité de Budva, qui inclut les villes voisines de Bečići et Petrovac na Moru. La municipalité de Budva compte en tout 33 localités :

Plages[modifier | modifier le code]

La région côtière de Budva, la Budva Riviera, contient certaines des plages les plus touristiques du sud de l'Adriatique.[3]

Proche de Budva se trouvent la petite plage de Ričardova Glava, juste à côté de la vieille ville de Budva, ainsi que la Slovenska Plaža, longue de 1,6 km. La plage de Mogren est aussi joignable à pied depuis la vieille ville, nichée sous les falaises de la colline de Spas, entre le cap Mogren et l'hôtel Avala. Cette plage n'est accessible que par un chemin étroit de 250 m de long le long des falaises, le même chemin où se trouve la sculpture de la ballerine, l'emblème de la ville[4].

La majorité des plages de la Budva Riviera se trouvent en dehors de la ville elle-même. La plage de Jaz est une longue et vaste plage de sable à l'ouest de Budva, son arrière-pays servant de lieu de concert et de festival populaire, ainsi que de terrain de camping.

Plus au sud, de nombreuses petites plages et villes, constituent la partie plus haut de gamme et exclusive de Budva Riviera. C'est particulièrement vrai pour la célèbre ville de Sveti Stefan, mais aussi pour d'autres petites localités Paštrovići de la région, qui étaient autrefois de modestes villages de pêcheurs.

L'île de Sveti Nikola est située en face de la vieille ville, à 1 kilomètre de l'autre côté de la baie de Budva. Reliée au continent par un bateau-bus, l'île et ses plages constituent un site d'excursion pour les touristes qui visitent Budva.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ville[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population dans la ville[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2003
6878121 3492 5504 6847 17810 918[1]

En 2008, la population de Budva était estimée à 12 702 habitants.

Pyramide des âges (2003)[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la ville de Budva
Pyramide des âges de la ville de Budva en 2003 (population totale : 10 918 - n.c. 71[5] :
HommesClasse d’âgeFemmes
104 
75 et plus
177 
129 
70-74
145 
183 
65-69
165 
191 
60-64
222 
231 
55-59
277 
386 
50-54
386 
457 
45-49
498 
360 
40-44
505 
331 
35-39
446 
379 
30-34
436 
387 
25-29
431 
458 
20-24
456 
408 
15-19
444 
407 
10-14
357 
392 
5-9
359 
396 
0-4
344 

Répartition de la population par nationalités dans la ville[modifier | modifier le code]

Répartition de la population par nationalités (2003)[6]
Nationalités Nombre %
Monténégrins 5 260 48,17
Serbes 4 177 38,25
Croates 134 1,22
Yougoslaves 69 0,63
Albanais 43 0,39
Roms 27 0,24
Bosniaques 24 0,21
Hongrois 19 0,17
Macédoniens 18 0,16
Russes 13 0,11
Slovènes 8 0,07
Allemands 7 0,06
Italiens 4 0,03
Inconnus/Autres 0 0,00

Politique[modifier | modifier le code]

Vieille ville[modifier | modifier le code]

Vieille ville de Budva

La vieille ville de Budva a beaucoup d'histoires différentes relatant son origine. Les érudits et les historiens pensent qu'elle était, à l'origine, une île avant de rejoindre le rivage par un isthme de sable. La vieille ville, le long de la ville de Budva, fut apparemment découverte par un marin grec du nom de Boutoua.

L'architecture de la vieille ville doit beaucoup aux influences vénitiennes. Les portes, les charnières, les fenêtres, les balcons et autres petites mais visibles infrastructures semblent être inspirées du style Romain de la République de Venise. Il y a également trois églises principales dans la vieille ville dont la première a été construite au VIIe siècle av. J.-C., la deuxième de 1840 et la troisième en 1804. Les murs vénitiens de la vieille ville sont une célèbre attraction touristique.

Économie[modifier | modifier le code]

Le tourisme y est très développé. Sur les 2,5 millions d’étrangers reçus en 2019 au Monténégro, près de 900 000 avaient séjourné dans la seule commune de Budva[7].

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

La ville de Budva a signé des accords de coopération avec[8] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sr) Књига 9, Становништво, упоредни преглед броја становника 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991, 2003, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, септембар 2005, COBISS-ID 8764176
  2. Les Diasporas grecques du détroit de Gibraltar à l'Indus, sous la direction de S. Bouffier, Éd. Cedes, 2012, p. 105.[réf. incomplète]
  3. (en) « Budva is a favourite tourist destination this summer with currently about 48,000 tourists », sur Montebooking, (consulté le )
  4. « Que faire à Budva en 2 jours ? », sur Prochain Arrêt, (consulté le )
  5. (sr) Књига 2, Становништво, пол и старост, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, октобар 2004, COBISS.CG-ID 8489488
  6. (sr) Књига 1, Становништво, национална или етничка припадност, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, септембар 2004, (ISBN 86-84433-00-9)
  7. Philippe Descamps et Ana Otašević, « Au Monténégro, sortir du tout-tourisme », sur Le Monde diplomatique,
  8. Gradovi pobratimi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]