Bourg (Haute-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourg.
Bourg
L'église de Bourg.
L'église de Bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Villegusien-le-Lac
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Langres
Maire
Mandat
Dominique Thiébaud
2014-2020
Code postal 52200
Code commune 52062
Démographie
Gentilé Bourgeois, Bourgeoises
Population
municipale
151 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 42″ nord, 5° 18′ 43″ est
Altitude Min. 317 m – Max. 463 m
Superficie 7,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Bourg

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Bourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg

Bourg est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Bourgeois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, le village est situé près de Langres où sont concentrés les écoles de l'armée américaine.

Au début de novembre 1917, Le Lieutenant Colonel George S. Patton accepte de devenir le directeur de l'école de char léger de l'AEF.

La première tâche de Patton en tant que directeur est de trouver un endroit approprié pour établir l'école. Fin décembre, lors d’une reconnaissance avec son assistant le lieutenant Braine, Patton trouve à Bourg ce qu'il pense être l'endroit parfait.

Le site choisi se trouve donc à Bourg sur la route de Dijon, à moins de 10 kilomètres du sud de Langres. C'est un bout de terrain en pente situé dans le Bois d'Amour ; il est proche de deux routes en bon état et d’une ligne de chemin de fer. Le cantonnement pourrait se faire dans le village et dans les villages voisins de Saint-Geosmes et de Brennes, et si nécessaire à Langres.

Le dimanche 17 février 1918, 200 hommes des unités d'artillerie de la 42e Division américaine, arrivent sur Bourg et constituent le cœur de la brigade de char léger de Patton.

L’entrainement va devenir beaucoup plus sérieux quand le 23 mars, dix chars FT Renault, depuis longtemps promis par les Français, arrivent par le train à Bourg. Patton s’est arrangé avec la compagnie de chemin de fer pour amener le train en face du Bois d'Amour, où il avait déjà commandé les plates-formes de déchargement. Il a aidé personnellement à l'opération avec neuf de ses pilotes les plus expérimentés. Patton a rappelé plus tard avec fierté que les Français avaient déclaré qu'il faudrait 15 heures pour les décharger et qu'ils ont été très impressionnés quand nous l'avons fait seulement en trois[2].

Fin mars 1918 à Bourg, Patton a déjà un personnel considérable mais avec les perspectives envisagées en terme d'effectif, il est forcé de chercher de l’espace supplémentaire pour les logements et la formation. Cet espace, il le trouve du côté de Brennes, un petit village voisin située à vingt minutes de marche et à proximité d’une voie ferrée dans le Bois Saint-Georges-le-Gros.

Un autre chargement de 15 tanks Renault est livré fin mai 1918. Le camp de l'école est baptisé "Camp Chamberlain".

Le baptême du feu de l’US tank corps n’interviendra pas avant la bataille de Saint-Mihiel en septembre 1918.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Dominique Thiébaud    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 151 habitants, en augmentation de 3,42 % par rapport à 2009 (Haute-Marne : -2,51 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
317 318 330 331 294 300 278 286 306
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
284 281 267 225 230 224 224 219 184
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
173 156 150 238 139 126 116 105 105
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
114 115 112 139 165 151 148 153 151
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_bourg_52062.html
  2. (en) Captain Dale E. Wilson, The American Expeditionary Forces Tank Corps in World War I : From creation to combat.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .