Bitume (pigment)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bitume de Judée)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bitume (homonymie).
Morceaux de bitume provenant d'un gisement naturel en bordure de la mer Morte

Le bitume (NBk6) est un pigment organique d'origine fossile (un hydrocarbure de la famille du pétrole). Les bitumes se différencient des asphaltes par l'absence de substance minérales et la solubilité dans le sulfure de carbone (PRV1).

Employé comme pigment, les bitumes donnent des teintes brunes très foncées.

Origine[modifier | modifier le code]

On trouve du bitume un peu partout dans le monde, notamment aux Moyen et Proche-Orient où il est exploité depuis quatre millénaires ; il était utilisé par exemple pour calfater les bateaux en Mésopotamie, en Inde, en Égypte, en Phénicie.

Pline l'Ancien mentionne plusieurs gisements : « Le bitume approche du soufre ; c'est tantôt un limon, tantôt une terre. Un limon, sortant d'un lac de Judée. Une terre, en Syrie, autour de la ville maritime de Sidon. Dans ces deux états, il s'épaissit et se condense. Il y a aussi un bitume liquide, témoin celui de Zacynthe et celui qu'on apporte de Babylone ; ce dernier bitume est blanc. Le bitume d'Apollonie est liquide aussi. Tous portent en grec le nom de pissasphalte, comme qui dirait mélange de poix et de bitume »[1]. C'est l'origine les noms de spalt et d'asphalte.

Peinture[modifier | modifier le code]

Le portrait de Cherubini par Ingres craquelé sans remède par le bitume employé en épaisseur sur le repeint (la divinité).

Le bitume, souvent désigné sous le nom de « bitume de Judée », est utilisé à partir du Moyen Âge. Il est employé en glacis à la Renaissance italienne. On en trouve ainsi des traces dans le tableau de Léonard de Vinci la Vierge aux rochers[2].

Dans la première moitié du XIXe siècle les peintres français vont en faire un emploi très fréquent. La texture laquée et la tonalité d'un roux très sombre intéressent des peintres comme Prud'hon qui l'utilise dans son tableau La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, et il sert avec excès jusqu'à Gustave Courbet. Les artistes l'utilisent abondamment soit en glacis pour les ombres, soit en couche épaisse pour les aplats des fonds. L'usage d'une couleur chaude pour les ombres et les fonds apparaît alors comme une nouveauté remettant en question la doctrine courante qui voulait que les ombres et les lointains soient bleuâtres (froids).

On s'aperçoit au bout de quelques années que le bitume, employé en quantité, peut dégrader les peintures. Composé d'un mélange d'hydrocarbures qui sont tous des solvants les uns des autres, il migre dans les couches voisines s'il n'est pas isolé par un vernis à la gomme-laque (PRV1, p. 258). Son emploi en épaisseur détériora irrémédiablement un nombre important de tableaux de cette période, en faisant gercer les couches picturales, et en produisant des craquelures[3].

Au XXe siècle on a attribué au bitume, l'assombrissement général de tableaux[2] comme Un enterrement à Ornans de Courbet, dont des détails et finesses d'exécutions ont disparu[4], Le Radeau de La Méduse de Géricault ou La Barque de Dante de Delacroix[5].

Il semble en fait que l'altération de certaines peintures de cette période soit due à une erreur de formulation, avec une huile rendue trop siccative par un ajout copieux d'oxyde de plomb et de cire[6]. Petit, Roire et Valot ont analysé Le Radeau de La Méduse, sans trouver trace de bitume, mais le vernis comportait des cristaux de galène issus de la réaction du plomb de la céruse avec l'acide sulfhydrique atmosphérique. Le bitume peut être à l'origine de l'assombrissement de certains tableaux, mais pas de ceux analysés par eux (PRV1, p. 262).

On n'utilise plus guère le bitume dans la peinture ; les tubes de « laque bitume » pour artistes contiennent en général une imitation, obtenue sans la moindre trace de bitume, par un mélange de noir de fumée et d'oxyde de fer[7].

Autres usages artistiques du bitume[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Xavier de Langlais, La Technique de la peinture à l'huile : histoire du procédé... éléments, recettes et manipulations, pratique du métier, Paris, Flammarion, .
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 1, Puteaux, EREC, , p. 256-263 « Asphaltes »
  • Philippe Walter et François Cardinali, L'art-chimie : enquête dans le laboratoire des artistes, Paris, Michel de Maule, , p. 139-140 « Du bitume dans la peinture ».
  • Michel Laclotte (dir.), Jean-Pierre Cuzin (dir.) et Arnauld Pierre, Dictionnaire de la peinture, Paris, Larousse, (lire en ligne), p. 76 « Bitume »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, T.2, L.35.
  2. a et b de Langlais 1959, p. 70.
  3. Walter et Cardinali 2013 ; Laclotte, Cuzin et Pierre 2003; de Langlais 1959, p. 70 ; Hnery Revers, « Nos chef-d'œuvre sont-ils en péril? », La revue des Beaux-arts,‎ (lire en ligne).
  4. André Le Vot, Gustave Courbet : au-delà de la pastorale, Paris, L'Harmattan, , p. 35.
  5. Armand Dayot (dir.), « La barque du Dante », Le musée du Louvre,‎ , p. 129 (lire en ligne)
  6. Walter et Cardinali 2013
  7. (PRV1, p. 262) ; voir aussi par exemple Nuancier pigments Sennelier et Nuancier aquarelle Sennelier.