Tabac (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tabac (homonymie).

Le nom de couleur tabac désigne une teinte de brun ou de jaune rabattu en usage principalement dans le domaine de l'habillement et de la mode et de la décoration, d'après la couleur de la poudre de tabac à priser[1].

Les dénominations Tabac, Tabac foncé, Tabac de pays, Tabac d'Hollande, Tabac d'Espagne, Tabac d'Hollande foncé et Tabac de Venise figurent parmi celles des teinturiers français en 1786[2].

L'expression « couleur de tabac rapé de France » est attestée en 1807. Cette couleur, définie comme brune, est différente de celle du tabac rapé d'Espagne, définie comme musc, grisâtre ; elles s'obtiennent par des procédés différents[3]. Le Dictionnaire des termes usités dans les sciences naturelles de 1834 cite « le brun couleur de tabac rapé » et le « jaune tabac d'Espagne » parmi les nuances de ces couleurs dans leurs articles respectifs[4].

Le Répertoire de couleur de la Société des chysanthémistes, de 1905, donne quatre tons de Brun Tabac, avec comme synonyme la couleur Terre de Cologne du marchand de couleurs Bourgeois. Brun tabac est classé entre Terre d'Ombrie et Brun Havane pour la teinte, et entre le violet noirâtre et le vert lierre pour la force des tons.

Nuanciers[modifier | modifier le code]

Dans les nuanciers modernes, les deux couleurs notées au XIXe siècle se retrouvent : en couleur de fil 435 tabac[5] ; en décoration, 38 tabac[6], tabac[7], Platane tabac[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Dauthenay, Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits : publié par la Société française des chrysanthémistes et René Oberthür ; avec la collaboration principale de Henri Dauthenay, et celle de MM. Julien Mouillefert, C. Harman Payne, Max Leichtlin, N. Severi et Miguel Cortès, vol. 2, Paris, Librairie horticole, (lire en ligne), p. 302

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire de couleurs, 1905
  2. « Planches coloriées représentant les échantillons de draps de laine, teints avec divers Lichens, qui sont joints au Mémoire de M. Hoffmann, avec leurs numeros respectifs, et les denominations des Teinturiers Francois », dans Pierre-Joseph Amoreux, Mémoires couronnés en l'année 1786, par l'Académie des sciences,... de Lyon, sur l'utilité des lichens dans la médecine et dans les arts, par MM. G.-F. Hoffmann,... Amoreux fils,... et Willemet,..., Lyon, (lire en ligne). Sur les lichens, voir Orseille (teinture).
  3. Homassel, Cours théorique et pratique sur l'art de la teinture en laine, Paris, (lire en ligne)
  4. Antoine-Jacques-Louis Jourdan, Dictionnaire raisonné, étymologique, synonymique et polyglotte des termes usités dans les sciences naturelles, t. 1, Paris, J.-B. Baillière, (lire en ligne), p. 191, 670.
  5. « Table de référence du fil DMC « Mouliné Art 117 » », sur club-point-de-croix.com (consulté le 6 novembre 2014).
  6. « Nuancier de couleurs », sur les-terres-cuites-du-luberon.com (consulté le 7 novembre 2014).
  7. « Nuancier tissu », sur semsoudage.com (consulté le 7 novembre 2014).
  8. « Nuancier », sur mmces.com (consulté le 7 novembre 2014).