Rose Mountbatten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Rose.

Le nom de couleur rose Mountbatten désigne une couleur de camouflage maritime utilisée pour les navires de la Royal Navy au cours de la Seconde Guerre mondiale. C'était un gris rosâtre, employé à l'instigation de l'amiral Louis Mountbatten.

Selon l'expertise réalisée ensuite, la couleur augmentait en fait la visibilité des navires. Elle fut abandonnée.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1940, en escortant un convoi, Lord Mountbatten avait remarqué qu'un des navires du groupe avait été perdu de vue beaucoup plus tôt que les autres. Le navire, un paquebot de l'Union-Castle, était peint en gris mauve lavande. Mountbatten, convaincu de l'efficacité de cette couleur comme camouflage à l'aube et au crépuscule, moments dangereux pour les navires, fit peindre tous les destroyers de sa flottille avec une peinture similaire, créée en mélangeant un gris moyen avec une petite quantité de rouge vénitien. Au début de 1941, plusieurs autres navires commencèrent à utiliser le même camouflage, bien qu'aucun essai formel n'ait été effectué pour déterminer dans quelle mesure cela avait fonctionné[1].

Un raffinement ultérieur du camouflage rose Mountbatten fut l'utilisation d'un ton légèrement plus clair de la même couleur pour les superstructures des navires. À la fin de 1942, cependant, tous les navires de la taille des destroyers et au-dessus avaient abandonné le rose Mountbatten, seuls des navires légers conservant cette couleur jusqu'en 1944. Le problème principal de cette couleur rose Mountbatten était que, dans la journée, quand le ciel cesse d'être lui-même rose, le gris traditionnel des vaisseaux de guerre s'avérait nettement moins visible[1].

La marine américaine avait également expérimenté une nuance de peinture similaire, et au moins un navire, l'USS Winslow, reçut ce type de peinture[2].

La Kriegsmarine a également expérimenté une nuance rose clair un peu différente[3].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Alan Raven, « The Development of Naval Camouflage 1914 – 1945: Part III: British Camouflage in World War II », Plastic Ship Modeler, vol. 13, no 1,‎
  2. (en) David Williams, Naval camouflage, 1914-1945: A complete visual reference, Annapolis, MD, Naval Institute Press, (ISBN 9781557504968, OCLC 48895030), p. 84
  3. (en) David Krakow, Schnellboot in Action (2nd edition), Squadron Signal, TX, (ISBN 9780897476607), p. 71

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]