Fauve (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fauve (homonymie).

La couleur fauve désigne, sans précision, un groupe de couleurs brunes, ocre orangé ou rougeâtres rabattues (Trésor de la langue française). Le terme fauve sert notamment pour les cuirs de leur couleur naturelle, non teints (bien qu'en reliure, on dise plutôt lavallière).

Un grand nombre de noms de couleur désignent des couleurs fauves, soit avec plus de précision comme les deux tabac ou terre de Sienne, soit avec d'autres associations, comme noisette ou vieil or appliqué à un tissu. Fauve figure cependant dans des collections.

Le nuancier RAL indique RAL 8007 brun fauve[1].

Dans les nuanciers commerciaux, on trouve diverses nuances : EE148 Fauve[2], 053 Fauve[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dérivant d'un mot latin signifiant jaune, (flavus, francisé en « flave »), falve, signifiant d'un jaune tirant sur le roux, se trouve dans la Chanson de Roland ; au XVIe siècle on distingue les « bêtes fauves » des autres, rousses ou noires, d'où dérive l'emploi pour les bêtes féroces[4]. À la fin du XVIIe siècle, Antoine Furetière le définit comme une « couleur qui tire sur le roux (…) Les Teinturiers font le fauve, la couleur de racine, ou de noisette, avec la racine, l'écorce & les feuilles de noyer, ou coques de noix. On en fait aussi avec de la suie de cheminée. Il ne se tire point de nuance de la couleur fauve. Du rouge & du fauve se compose la couleur de cannelle, couleur de chataîgne, couleur de musc et poil d'ours[5] ». La partie technique de cette définition rapproche le fauve des teinturiers du brou de noix et du bistre.

Castel considère le fauve comme une sorte d’aurore[6], contredit vigoureusement par Michel-Eugène Chevreul un siècle plus tard, faisant remarquer que l'aurore est un orange lavé de blanc, alors que le fauve, plus sombre, est un orange rabattu, mêlé de gris[7]. Pour l'Instruction sur la teinture des laines de 1671, fauve est « couleur de racine ou de noisette (ibid., p. 120) ».

Le Répertoire de couleurs de la Société des chrysanthémistes publié en 1905 donne quatre tons d'une couleur Fauve « rappelant les nuances le plus fréquemment observées sur la robe des grands fauves (lion, tigre, panthère, etc. », avec comme synonyme français roux[8].

Par un curieux cheminement, passant par synecdoque de la couleur du pelage à la bête féroce, le nom de ces couleurs grisâtres s'est appliqué à un courant de peinture artistique utilisant, avec férocité selon ses détracteurs, des couleurs vives. Le fauvisme n'emploie pas les couleurs fauves : elles sont bien trop ternes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « RAL classic Farben ».
  2. « État sauvage », sur tollens-editeurdecouleurs.com.
  3. « Encre Pébéo colorex », sur dalbe.fr.
  4. Trésor de la langue française.
  5. Antoine Furetière, Dictionnaire universel, (lire en ligne).
  6. Louis-Bertrand Castel, L'optique des couleurs : fondée sur les simples observations & tournée sur-tout à la pratique de la peinture, de la teinture & des autres arts coloristes, Paris, Briasson, (lire en ligne).
  7. Michel-Eugène Chevreul, « Moyen de nommer et de définir les couleurs », Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, t. 33,‎ , p. 67 (lire en ligne)
  8. Henri Dauthenay, Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits : publié par la Société française des chrysanthémistes et René Oberthür ; avec la collaboration principale de Henri Dauthenay, et celle de MM. Julien Mouillefert, C. Harman Payne, Max Leichtlin, N. Severi et Miguel Cortès, vol. 2, Paris, Librairie horticole, (lire en ligne), p. 308