Berthillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Raymond Berthillon
illustration de Berthillon
Enseigne du magasin Berthillon

Création 1954
Fondateurs Raymond BerthillonVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique SASU Société par actions simplifiée unipersonnelle
Slogan « La qualité est notre passion »
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Marie Chauvin
Activité Commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie en magasin spécialisé (APE 4724Z)
Produits Glace (sorbet et crème glacée)
Société mère Berthillon Management 823 949 904
Effectif 20 à 49 salariés[1]
Site web [1]

Chiffre d'affaires 761 000 € au 30 septembre 2015 - comptes récents non disponibles[2]

Berthillon est une entreprise de l'agroalimentaire spécialisée dans la fabrication de glace. Cette société est installée 31 rue Saint-Louis-en-l'Île dans l'île Saint-Louis à Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise est fondée par Raymond Berthillon. Né le à Fleury-la-Vallée (Yonne) et mort le [3], ce fils de boulangers commence par exercer le métier de ses parents de 1940 à 1946 à Nitry, de 1946 à 1949 à Courbevoie, et enfin de 1949 à 1954[4] dans le 14e arrondissement de Paris[5]. C'est alors qu'il abandonne ce métier, lorsque sa belle-mère lui demande de venir l'aider au café « La Bourgogne » que la famille tient depuis 1928[6]. Il en fait par la suite un glacier[7].

L'entreprise est citée en 1961 par les journalistes Gault et Millau, qui mentionnent le glacier dans leur « Guide de Paris »[8] ; ils titrent dans Paris-Presse : « L'étonnant glacier qui se cache dans un bistrot de l'île Saint-Louis »[6].

Berthillon reste aujourd’hui une entreprise familiale. Les crèmes glacées, les sorbets, la nougatine, le caramel sont fabriqués dans une unité de transformation située derrière la boutique[9]. En revanche, elle dispose aujourd'hui d'un réseau d'une centaine de revendeurs en Île-de-France. Ils distribuent les produits de l'entreprise, notamment lors des fermetures annuelles, consacrées à la fabrication des glaces[9], en particulier de fin juillet à fin août[8]. La société a également ouvert un salon de thé, contigu à la boutique principale[10].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Spécialités et renommée[modifier | modifier le code]

Sur les quatre-vingt-dix parfums, trente à quarante sont au menu chaque jour, pour lesquels la fabrication se limite intentionnellement à mille litres[6].

Selon le guide The Ten Best of Everything, The Ultimate Guide for Travelers de Nathaniel Lande (en), Berthillon « fait partie des dix meilleurs glaciers au monde »[11]. La boutique attire de nombreux touristes ainsi que des célébrités résidentes de l'île Saint-Louis.

Cette entreprise achète et transforme des produits agricoles ou de cueillette, en excluant les conservateurs, sirop de glucose[réf. nécessaire], édulcorants ou acidifiants autres que les fruits acides comme le citron.

La composition des sorbets se résume ainsi : fruit (de 30 à 70 % de fruits) sirop (eau, saccharose). Les crèmes glacées sont à base de lait, de crème, d'œufs, de sucre, de fruits.

Depuis un demi-siècle, les spécialités de ce glacier sont le sorbet aux fraises des bois[8] et la crème glacée aux marrons glacés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Raymond Berthillon », sur Societe.com.
  2. « Bilan 30-09-2015 de la société RAYMOND BERTHILLON », sur Societe.com.
  3. Giulietta Gamberini, « Raymond Berthillon, le glacier perfectionniste », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  4. Who's Who in France : 2003-2004, Levallois-Perret, Jacques Lafitte, , 35e éd., 2175 p. (ISBN 2-85784-042-X), p. 251.
  5. Pascal Payen-Appenzeller, Promenons-nous dans Paris, vol. 1 : Île Saint-Louis, rive droite, Paris, Princesse, , 304 p. (ISBN 2-85961-069-3), p. 32.
  6. a b et c Le Figaro, 14 juillet 2010, p. 15.
  7. (en) Lisa Nesselson, « The Coolest Stuff in Paris », Islands Magazine, vol. 20, no 3,‎ , p. 164–171 (lire en ligne).
  8. a b et c Christine Akoka, « Berthillon, tout feu, tout glace », Les Échos, no 55 série limitée,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  9. a et b Sandrine Weil, « Mais qui se cache derrière Berthillon ? », Centre-Ville, le journal municipal du 4e arrondissement de Paris, no 20,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  10. François-Régis Gaudry, « Dans les coulisses de Berthillon », L'Express,‎ (lire en ligne).
  11. (en) Maureen Costello, « Ice cream to melt the world's heart », The Boston Globe,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]