Bentley Turbo R

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bentley Turbo R
Bentley Turbo R

Marque Bentley Motors
Années de production 1985 - 1997
Production 7230 exemplaires
Classe routière
Moteur et transmission
Moteur(s) V8 Rolls-Royce turbo
Cylindrée 6 750 cm3
Puissance maximale environ 360 ch (environ 275 kW)
Couple maximal 750 Nm
Transmission propulsion
Poids et performances
Poids à vide 2 390 kg
Vitesse maximale 235 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 6,6 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) berline
Suspensions AV : doubles triangles, ressorts hélicoïdaux ; AR : barres obliques, ressorts hélicoïdaux, jambes hydropneumatiques
Dimensions
Longueur R, 1985-1992 : 5 278 mm
R, 1993-94 : 5 268 mm
R, 1995-97 : 5 395 mm
Turbo RL, 1985-92 : 5 379 mm
Turbo R, 1993-94 : 5 369 mm
Largeur 1985-94 : 2 006 mm
1995-97 : 2 110 mm
Hauteur 1 485 mm
Empattement R, 1985-94 R : 3 061 mm
RL, 1985-94 RL & R, 1995-97 R : 3 161 mm
Chronologie des modèles
Précédent Bentley Mulsanne Bentley Turbo RT Suivant

La Bentley Turbo R était une berline de luxe à hautes performances construite à 7 230 exemplaires par Bentley Motors entre 1985 et 1997. Elle partageait le châssis de la Mulsanne et avait hérité du moteur turbo de la Mulsanne Turbo, agrémenté d'un système d'injection Bosch MK-Motronic pour un couple accru. La suspension avait également été améliorée, les pneus plus larges et elle était équipée de jantes en alliage d'aluminium, une première pour Bentley. Le magazine Motor Trend l'appela «la première Bentley à mériter ce nom depuis des décennies» lors de son essai de la voiture à son introduction aux États-Unis en 1989[1]. Bentley la considère comme la voiture qui a relancé la marque auparavant éclipsée par son propriétaire Rolls-Royce[2].

Histoire du design[modifier | modifier le code]

Les changements apportés à la suspensions, bien que subtils, transformèrent cette voiture très lourde en engin à hautes performances. Ainsi, l'importance des barres antiroulis fut augmentée de 60 % à l'avant et de 80 % à l'arrière, de nouveaux amortisseurs furent ajoutés, ainsi qu'une barre Panhard réduisant les mouvements de roulis.

La voiture était équipée d'une boîte de vitesses automatique General Motors Turbo-Hydramatic TH400 à trois rapports.

Rolls-Royce, alors propriétaire de Bentley, n'a jamais fourni d'informations officielles concernant le couple et la puissance, déclarant selon son habitude que cette dernière était «suffisante». Les estimations varient selon les sources, allant de 296[3] à 320[4] ou 360 chevaux à 4 200 tr/min[5], pour un couple de 660[3] à 750 Nm à 2 000 tr/min[5].

En 1995, Bentley mit en production une nouvelle génération de la Turbo R, dotée d'une injection Zytec et d'une boîte automatique à 4 rapports 4L80-E de General Motors.

La production fut répartie de la façon suivante :

  • Première génération : 5 864 ex.
    • Empattement court : 4 653 ex.
    • Empattement long : 1 211 ex.
  • Nouvelle génération: 1 366 ex.
    • Empattement court : 543 ex.
    • Empattement long : 823 ex.

Au niveau du prix, la Turbo R se situait au-dessus de la Mulsanne S et de la en:Rolls-Royce Silver Spirit, mais bien en dessous de la Rolls-Royce Silver Spur (en).

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Phillip Bingham, « Bentley Turbo R », Motor Trend, no Février,‎ 1989, p. 97–100
  2. « Bentley Motors - history 1980-89 »
  3. a et b D'après Motor Trend, cité dans l'article anglophone
  4. D'après l'article germanophone
  5. a et b Source : Encyclopédie des voitures d’exception, éditions Atlas, 1998