Bechara Boutros Rahi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bechara Boutros Rahi
Image illustrative de l’article Bechara Boutros Rahi
Biographie
Naissance (78 ans)
à Hemlaya (Liban)
Ordination sacerdotale
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par Benoît XVI
Titre cardinalice Cardinal-patriarche d'Antioche des maronites
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
le cardinal Nasrallah Boutros Sfeir
Dernier titre ou fonction Patriarche maronite d'Antioche
Patriarche maronite d'Antioche
Depuis le
Évêque de Byblos
Évêque titulaire de Césarée de Philippe
Évêque auxiliaire d'Antioche

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
Blason à dessiner.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Bechara Boutros Rahi (arabe : بشارة بطرس الراعي), également orthographié al Rahi ou Raï, né à Hemlaya au Liban le , est un religieux, ecclésiastique maronite et cardinal libanais. Il est depuis mars 2011, le 77e patriarche maronite d'Antioche et de tout l'Orient.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bechara Boutros Raï est né à Hemlaya, dans le district du Matn, au Liban le . Il entra dans l'Ordre mariamite maronite le 31 juillet 1962, fut ordonné prêtre le , consacré comme évêque titulaire de Césarée de Philippe et évêque auxiliaire d’Antioche le , par le patriarche Nasrallah Boutros Sfeir. Le , il fut nommé évêque de Byblos.

À soixante et onze ans, il a été élu patriarche des Maronites le [1], après avoir obtenu plus des deux tiers des voix des trente-neuf évêques. Il est consacré comme le nouveau patriarche maronite le 25 mars 2011, à Bkerké, siège du patriarcat maronite.

En 2010, il participe au synode des évêques pour le Moyen-Orient où il a évoqué des questions cruciales qui concerne l'avenir des Chrétiens d'Orient[2]. Après la guerre civile syrienne, il ne cesse d'exprimer son inquiétude de l’exode des chrétiens, dont il considère l’influence décisive pour l’avenir de la région[3].

En septembre 2011, d’après le quotidien Ad-Diyar, lors d'une entrevue, le Patriarche s'est opposé à Nicolas Sarkozy qui lui exposait violemment[4] les points suivants[5]:

  • Dans le contexte du choc des civilisations, il n’y a plus de place pour les chrétiens dans le Machrek, et qu'il serait préférable que les 1,3 million de chrétiens du Liban et 1,5 million de Syrie émigrent vers l’Europe.
  • Qu'afin de régler la question du Proche-Orient, la paix avec Israël serait signée avec les Frères Musulmans au pouvoir en Syrie, suivis par le Liban.
  • Que les Réfugiés palestiniens au Liban et ailleurs resteront là où ils sont.

Le 24 octobre 2012, à l'issue de l'audience générale, Benoît XVI annonce qu'il le créera cardinal, avec cinq autres prélats, lors d'un consistoire qui se tiendra le 24 novembre suivant[6],[7].

Le 24 novembre 2012, Benoît XVI préside son cinquième consistoire ordinaire public et élève Bechara Boutros Rahi au collège des cardinaux[8]. À ce titre, il participe au conclave de 2013 qui élit François.

Le il est nommé par le pape François père synodal pour la troisième assemblée générale extraordinaire du synode des évêques sur la famille qui se déroule du 5 au 19 octobre suivant en qualité de primat de l'Église maronite[9].

Depuis le 18 mars 2015, il est le seul cardinal de l'ordre des cardinaux-évêques à pouvoir voter. En cas de conclave, ce serait donc à lui d'assurer les fonctions de doyen et de le présider.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (ar) L'éducation chrétienne (التنشئة المسيحية), 5 vol, Zouk Mosbeh, éd. Université Notre-Dame-de-Louaizé, 2005-2009.
  • (ar) Le mariage : enseignement et jurisprudence (الزواج، تعليم واجتهاد قضائي), Zouk Mosbeh, éd. Université Notre-Dame-de-Louaizé, 2010.
  • (ar) La procédure juridique devant les tribunaux ecclésiastiques : le rôle de l'agent et de l'avocat (الأصول العلمية لسير الدعوى أمام المحاكم الكنسية، دور الوكيل والمحامي), Beyrouth, éd. Université la Sagesse, 2010.
  • (ar) Sermons (الرسائل الرعوية), 14 vol, Beyrouth, éd. Église maronite, 1990-2008.
  • Au cœur du chaos : la résistance d'un chrétien en Orient (Entretiens avec Isabelle Dillmann), Paris, Albin Michel, 2016[10].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]