Base forte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une base forte est une base qui se dissocie totalement au cours de sa réaction avec l'eau.

Exemples[modifier | modifier le code]

Souvent, les bases fortes sont des oxydes métalliques et des hydroxydes métalliques et surtout des oxydes et hydroxydes des métaux alcalins et des métaux alcalino-terreux suivants[1] :

Un autre exemple de base forte : l'ion amidure (NH2).

Réactions[modifier | modifier le code]

Lorsqu'une base quelconque B est mise en présence d'eau, la réaction suivante a lieu :

.

Il y a transfert d'un proton d'une molécule sur l'espèce chimique . La réaction peut se scinder en :

.

Or, si la base B est forte – et c'est ce qui fait la spécificité de ce type de base –, cette réaction est totale : tous les réactifs sont consommés lors de la réaction, et celle-ci est donc quantitative. Lorsqu'une base forte B est mise en présence d'eau, une mole de base forte entraîne toujours la libération d'une mole d'ion hydroxyde.

Les oxydes métalliques contiennent les ions oxyde . L'ion oxyde est une base forte, il réagit totalement avec l'eau pour donner des ions hydroxyde [1],[2] :

.

Comme précédemment, la réaction peut se scinder en[2] :

.

Avec les hydroxydes métalliques (), la réaction suivante a lieu :

.

Une base forte est un composé chimique qui a une très forte affinité pour le proton H+. Dans un couple acide/base, une base forte est associée à un acide de force nulle. Une base forte, après avoir capté un proton H+, se transforme en un acide de force nulle. Un tel couple est caractérisé, en solution aqueuse, par un pKa supérieur à 14.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Peter Atkins et Loretta Jones (trad. André Pousse), Chimie : molécules, matière, métamorphoses [« Chemistry : molecules, matter and change »], Bruxelles Paris, De Boeck universite, , 1018 p. (ISBN 978-2-744-50028-2, OCLC 489879525), p. 92-94, traduction de la 3e éd. américaine.
  2. a et b Maurice Bernard (préf. Paul Arnaud), Cours de chimie minérale, Paris, Dunod, , 2e éd., 405 p. (ISBN 978-2-100-02067-6, notice BnF no FRBNF35717160), p. 75-76