La Mothe-Saint-Héray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Mothe-Saint-Héray
La Mothe-Saint-Héray
L'Orangerie pavillon et canal.
Blason de La Mothe-Saint-Héray
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Niort
Intercommunalité Communauté de communes Mellois en Poitou
Maire
Mandat
Philippe Blanchet
2020-2026
Code postal 79800
Code commune 79184
Démographie
Gentilé Mothais, Mothaises
Population
municipale
1 692 hab. (2017 en diminution de 4,62 % par rapport à 2012)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 21″ nord, 0° 06′ 32″ ouest
Altitude Min. 67 m
Max. 178 m
Superficie 14,92 km2
Élections
Départementales Canton de Celles-sur-Belle
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
La Mothe-Saint-Héray
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
La Mothe-Saint-Héray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Mothe-Saint-Héray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Mothe-Saint-Héray
Liens
Site web Ville de La Mothe Saint Héray

La Mothe-Saint-Héray (en poitevin La Moute-Sént-Érae) est une commune française, située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de La Mothe Saint Héray est située dans la partie Est des Deux-Sèvres. Elle traverse l'ancienne route nationale n° 737 qui reliait Nanteuil à Angoulême. Elle est également située à 11 km de l'autoroute A 10 (via Pamproux).

Les communes environnantes sont :

À l'ouest : Souvigné (8 km)

Au nord-ouest :

- Saint-Maixent-l'École (11 km)

- Sainte-Éanne (7 km)

Au nord :

- Pamproux (6 km)

- Salles (3 km)

- Soudan (8 km)

À l'est :

- Bougon (4 km)

- Exoudun (3 km)

- Chenay (9 km)

- Lezay (12 km)

Au sud :

- La Couarde (8 km)

- Beaussais (10 km)

- Melle (20 km)



Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg de La Mothe-Saint-Héray est né de la fusion des villages de La Mothe et de Saint-Héray au début du XVe siècle. Saint-Héray s'appelait auparavant Sensiac. Le cœur du village n'était pas l'actuelle église mais un autre édifice de la rue "de la vieille église". La Mothe est né après Sensiac, autour d'une motte médiévale érigée pour lutter contre les Normands.

- La seigneurie de La Mothe[1],[2] appartenait aux Lusignan, notamment à la branche des comtes d'Eu, sires d'Exoudun : Raoul Ier († 1219), père de Raoul II, père de Marie qui épouse Alphonse de Brienne († 1270), d'où Jean II († 1294), père de Marguerite de Brienne († 1310) qui maria Guy II, vicomte de Thouars († 1308). Puis vinrent leurs fils les vicomtes Hugues II et Jean de Thouars, ce dernier transmettant à son fils le vicomte Louis, père de Péronnelle de Thouars (vers 1330-1397) qui épousa sans postérité 1° Amaury IV de Craon (fils de Maurice VII et Marguerite de Mello ci-dessous) puis 2° Clément Tristan Rouault (grand-oncle du maréchal Joachim). Succéda alors son neveu Ingelger II d'Amboise († vers 1410 ; fils d'Ingelger Ier et d'Isabeau de Thouars, fille du vicomte Louis et sœur de Pernelle de Thouars), qui vendit le 19 novembre 1401 à Jean de Torsay († ap. 1426), sire de Lezay, maître des Arbalétriers, sénéchal du Poitou.

- La seigneurie de St-Héray relevait aussi des Lusignan : ainsi Geoffroi de Jarnac († avant mars 1274), fils d'Hugues X et de la comtesse-reine Isabelle, qui transmit à sa fille Eustachie de Lusignan († vers 1270/1271), femme vers 1255 de Dreux III ou V de Mello, seigneur de Saint-Bris et de Château-Chinon, et grand-mère de Marguerite de Mello qui épousa vers 1324 Maurice VII de Craon (d'où Amaury IV de Craon ci-dessus, Isabeau, et Jeanne/Aléonor de Craon femme de Renaud de Montbazon), avant de se remarier vers 1332 avec postérité à Jean II de Chalon d'Arlay. Isabeau de Craon apporta St-Héray à sa fille Marie de Sully et à ses gendres Guy VI de La Tremoïlle puis Charles Ier d'Albret, connétable de France, qui céda le fief à Jean de Torsay de Lezay le 9 août 1404 contre 4 000 écus d’or à la couronne : ainsi furent réunis La Mothe et St-Héray, formant la baronnie érigée par Charles VIII en janvier 1487.

- Par Jeanne de Torsay, fille héritière de Jean, et son 2° mari André de Beaumont-Bressuire, La Mothe-St-Héray passa aux Beaumont-Bressuire ; le fils d'André et Jeanne de Torsay, le sénéchal du Poitou et chambellan Jacques de Beaumont-Bressuire († 1492), transmit successivement à deux de ses filles : Louise dame de Bressuire († av. 1502 ; femme sans postérité d'André de Vivonne de La Châtaigneraie), puis Philippe de Beaumont (prénom alors épicène ; † 1525), aussi dame de Bressuire, Lezay et La Haye, épouse de Pierre de Laval-Loué († 1528). Les Laval-Lezay continuèrent avec leur fils aîné Gilles Ier, père de René de Bressuire et de Gilles II, ce dernier étant le père de Jean († 1578) et de René de Maillé.

Puis à l'époque des Guerres de religion, La Mothe-St-Héray fut échangée le 23 février 1576 avec Louis de St-Gelais de Lansac (1513-1589) et sa 2° femme Gabrielle, fille de François de Rochechouart-Mortemart. Parmi leurs enfants, Claude de St-Gelais dame de Préci, prit pour époux Charles de Luxe, et leur fille Charlotte de Luxe maria en 1593 Louis de Montmorency-Bouteville (1560-1615) ; mais un neveu de Gabrielle, Gaspard de Mortemart prince de Tonnay-Charente, contesta la succession, d'où un long procès réglé seulement en juin 1603.

Le 5 février 1604, La Mothe-St-Héray fut alors cédée à Jean de Baudéan-Parabère († âgé vers 1631 ; époux en 1591 de Louise Gillier de Salles, veuve en 1588 de François Ier de Ste-Maure de Montausier)[3], lieutenant-général du Poitou, gouverneur de Niort, qui abjura la religion réformée pour le catholicisme dans les années 1620 ; son fils aîné, Henri comte de Parabère (1593-† en janvier 1653), hérita à son décès, aussi seigneur de Pardaillan par sa femme Catherine de Pardaillan († 1660), gouverneur de Cognac puis du Poitou, lieutenant-général en Angoumois, Aunis et Saintonge, capitaine de St-Maixent, fait 1er marquis de La Mothe-St-Héray en juin 1633 par Louis XIII. Son fils aîné Jean, comte de Parabère et marquis de La Mothe-St-Héray (1615-1695 ; oncle paternel de César-Alexandre de Baudéan marquis de Parabère, le mari de la fameuse Madame de Parabère), lui succéda en 1653, aussi capitaine de St-Maixent et gouverneur du Haut-Poitou, Châtelleraudais et Loudunais.

Mais le 4 octobre 1683, Jean de Parabère dut vendre pour 550 000 livres le marquisat de La Mothe-St-Héray et les terres de Pardaillan en Armagnac et de Parabère en Bigorre, à la nièce maternelle de sa femme Henriette de Voisins (de Gramont) de Montault, Marie-Félice de Gourdon de Genouillac de Vaillac, et au mari de cette dernière, Gaspard Le Secq de Montaut, transcendé en 1er baron d'Armagnac et nouveau marquis de La Mothe-St-Héray[4]. Gaspard Le Secq vendit à son tour le 16 novembre 1719 à Jean-Baptiste d'Artaguiette d'Iron baron d'Aguerre, syndic général des Etats de Navarre, père de Bernard, de Pierre et de Jean-Baptiste-Martin († 1748), l'aîné et héritier, qui obtint en décembre 1723 la nouvelle érection de La Mothe-St-Héray en marquisat. Après Jean-Baptiste-Martin d'Artaguiette, on trouve ses deux filles co-héritières : Renée-Jeanne-Charlotte († 1763 ; x 1749 Charles-Louis de Carvoisin, † brûlé dans un accident domestique à Paris en mars 1783), et Marie-Jeanne-Victoire d'Artaguiette (x 1750 Louis-Nicolas de Pérusse des Cars, 1724-1795) ; à l'été 1752, la fille aînée et son mari le comte de Carvoisin furent reconnus seuls héritiers, et succédèrent alors en 1783 leur fils aîné Amédée-Charles-Victor de Carvoisin († peu après son père dès juin 1783, à 33 ans), puis son frère puîné Antoine-Charles-Vincent de Carvoisin († 1837 à Paris) ; le 15 décembre 1801, ce dernier vendit la terre de La Mothe-St-Héray à un général prometteur, Murat (les trois sœurs d'Amédée-Charles-Victor et d'Antoine-Charles-Vincent de Carvoisin étaient : Charlotte-Marie-Dominique, x 1773 Marie-Mesmin du Bouex de Villemort ; Adélaïde-Jeanne-Charlotte, x 1777 Antoine Lignaud de Lussac des Roches de La Boulaye ; et Angadresme de Carvoisin dame du Plessis-Sénéchal/Circé, x 1784 Armand-Louis-François Ysoré d'Hervault de Pleumartin, de la famille de l'évêque Mathieu ; cf. Noblesse française-articles connexes).

Le bourg s'est développé grâce aux activités artisanales de traitement des peaux animales le long de la Sèvre niortaise, et grâce aux moulins. Au début du XVIIe siècle, 17 moulins à eau étaient recensés : moulins à blé, moulins à tan ou moulins à foulonnage pour la finition des draps.

Le duc de Joyeuse fait massacrer 800 huguenots, le (dit massacre de Saint-Eloi).

La commune, comme certaines autres du département, a la particularité de posséder, en conformité avec les dispositions d'une loi impériale, deux cimetières, l'un catholique, l'autre protestant (jouxtant un nouveau cimetière "multicultes") en plus bien sûr des nombreux cimetières privés familiaux créés dans leurs propriétés, aux XVIIIe et surtout au XIXe siècle, par les descendants de huguenots, initialement écartés, au temps des persécutions religieuses et des "dragonnades" du temps de Louis XIV, des cimetières catholiques.

En 1582, Henri de Navarre et Catherine de Médicis conviennent d'une rencontre pour tenter de mettre aux fins aux conflits entres les communautés catholiques et huguenotes. Cette rencontre a lieu au château moyenâgeux de La Mothe.

Héraldique[modifier | modifier le code]

La commune a adopté les armes de la famille de Baudéan de Parabère, aujourd'hui éteinte. Henri de Baudéan de Parabère, gouverneur du Poitou, chevalier des ordres du roi, fut créé marquis de La Mothe-Saint-Héray en 1633[5].

Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1) et au 4) d’or à l’arbre de sinople (Baudéan), au 2) et 3) d’argent aux deux ours en pied de sable (Parabère).

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[6] Alain Delage PS  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « deux fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour La Mothe-Saint-Héray, cela correspond à 2005, 2010, 2015[8], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1802 5152 5222 4162 6732 7132 6532 6302 594
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6192 5282 5542 5502 4392 4702 3462 3432 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2682 2272 1971 9351 9561 9891 9772 0522 009
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 0392 0041 9391 8491 8571 8021 7921 8011 702
2017 - - - - - - - -
1 692--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine, tourisme et culture[modifier | modifier le code]

L'Orangerie[modifier | modifier le code]

Ce long bâtiment à deux niveaux en pierre et brique de style Louis XIII, ancienne dépendance de l'ancien château des Baudéan-Parabère - une dame de Parabère fut maîtresse de Philippe d'Orléans, régent de France - puis des Carvoisin, fut construite de 1632 à 1634 par Nicolas Tillon, maître-maçon de Richelieu (37).

Un jardin à la française avec grand canal au sud devant les deux pavillons y fut créé (cf. l'étude historique de Charlotte Pon-Willemsen publiée par la S.H.S.D.S.).

Après avoir alloué ce domaine au prince Murat (1767-1815) qui donna de grandes fêtes dans l'orangerie jusqu'à son départ avec son épouse Caroline Bonaparte pour aller régner à Naples, Napoléon Ier la donna au général Georges Mouton (1770-1838), qu'il fit comte de Lobau - avant d'être élevé par Louis-Philippe Ier successivement aux dignités de maréchal (1831) puis de pair de France (1833) - en instituant un majorat sur la terre de la Mothe ; celui-ci mort sans héritiers en 1838, le domaine fit retour à l’État, qui le mit en vente au détail.

S'ensuivit en 1842 la démolition quasi totale du château médiéval que les vues du XIXe siècle montrent cerné de douves en eau, dont subsistent quelques bâtiments, le plus important étant l'ancienne orangerie et ses deux pavillons symétriques qui, vendus à d'autres personnes, échappèrent à ce sort ; mais en 1925 l'orangerie fut partiellement démontée pour être transportée outre-Atlantique, chose qui fut interrompue par l’État.

Vestiges visibles du mobilier de la demeure, le tableau d'Abel Grimou Le Marquis d'Artaguiette en buveur (début XVIIIe siècle) ainsi qu'un ensemble de lambris peints du XVIIe siècle sont conservés au musée d'Agesci à Niort.

Restaurée à partir de 1997 et agrémentée d'un jardin à la française créé sur ce qui était devenu une cour, et d'un canal, l'ancienne orangerie est le théâtre de nombreuses manifestations culturelles et peut être aussi louée pour des évènements familiaux. L'exposition Nouvelles métamorphoses a présenté des œuvres de l'artiste contemporain Bernard Bourgeois en 2017[11].

Chemins et sentiers de randonnée[modifier | modifier le code]

"Dame de Chambrille", vallée de la Sèvre, forêt de l'Hermitain à découvrir à pied ou en VTT. Topos-circuits au syndicat d’initiative au Moulin du Pont l'Abbé. En particulier le sentier remarquable qui permet de parcourir à pied La Mothe-Saint-Héray, du Moulin du pont l'Abbé à l'Orangerie.

Le moulin du Pont l'Abbé[modifier | modifier le code]

Ce moulin dont on trouve trace dès le XIIe siècle, est un des nombreux moulins à eau qui étaient installés sur la haute Sèvre Niortaise. En 1809, lors des recensements des moulins, on comptait 13 moulins sur la commune de La Mothe-Saint-Héray, 7 sur la commune d'Exoudun. Au XVIIe siècle et XVIIIe siècle, ces moulins produisaient, à partir des blés de grande qualité cultivés à proximité, une farine renommée (les minots). La farine regroupée à Bagnault et mise en sacs était transportée à dos d'âne au port de Niort. De là, elle était acheminée par bateau à Marans et à La Rochelle. Jusqu'au XVIIIe siècle, le moulin l'Abbé réduisait en poudre des écorces de chênes ou de châtaigniers. Ce tan était utilisé pour le tannage des peaux. Il fut transformé en moulin à blé au début du XVIIIe siècle. Agrandi au XIXe siècle, il suivit les progrès techniques de la meunerie et fut rénové par le meunier Ludovic Gelin entre 1911 et 1936.

Le moulin du Pont l'Abbé, acquis par la commune, siège du syndicat d'initiative et musée, est remarquable. C'est une visite à recommander pour petits et grands. Ses installations, la grande roue hydraulique, les meules, les trieurs, les blutoirs, le rhéostat et le régulateur à boule, sont toujours en état de marche.

Vallée de Chambrille[modifier | modifier le code]

Légende de la Dame de Chambrille[modifier | modifier le code]

Il était une fois près de la source du ruisseau de Chambrille un château, le castel de Fonquerré. Y vivait le châtelain Amaury qui ayant perdu sa femme ne vivait plus que pour sa fille Berthe. Dans le voisinage le château de Trémont était habité par Guy. Les deux jeunes gens tombèrent éperdument amoureux l'un de l'autre et tout serait allé pour le mieux, si le père de Berthe, Amaury n'avait décidé de la marier à un baron âgé, Tutebert de Chambrille, qui était un de ses amis. Berthe en fille soumise à son père épousa donc Tutebert. Cependant l'amour veillait et Berthe et Guy continuèrent de se voir en cachette sous les grands arbres et se séparaient "Quand l'aube blanchissait l'horizon au premier chant du coq du Payré". Ayant quelques soupçons, Tutebert se leva un matin avant le chant du coq et surprit les amants près du ruisseau. Tirant son épée il les poignarda. Berthe, morte sur place, se transforma en rocher baptisé "Dame de Chambrille", tandis que Guy mortellement blessé s'enfuit au fond de la vallée en perdant son sang goutte à goutte. Chaque goutte, dès qu'elle touchait le sol, se transformait en grenat. Son corps repose sous une dalle de pierre visible le long du ruisseau.

Vue panoramique des vallées des Grenats et de Chambrille[modifier | modifier le code]

Chambrille panorama.jpg

Forêt de l'Hermitain[modifier | modifier le code]

Spécialités culinaires[modifier | modifier le code]

Le Mothais est un fromage de chèvre des environs de La Mothe-Saint-Héray. Sa fabrication est devenue confidentielle. Il est de forme ronde (10 à 12 cm de diamètre), peu épais (3 à 4 cm ) et généralement «sur feuille», c’est-à-dire enveloppé d’une feuille de châtaignier (ou de platane), ce qui contribue à lui donner plus d’onctuosité que le chabichou.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jacques Jallet, né à La Mothe-Saint-Héray en 1732, mort à Paris en 1791 ; étant le premier prêtre à rejoindre les rangs du tiers-état, fut à l'origine en 1789 de la réunion des trois Ordres en une seule Assemblée [réf. nécessaire]; à ce titre il figure au premier plan du célèbre Serment du Jeu de Paume de David.
  • Charles Benjamin Chameau, né à La Mothe-Saint-Héray le , avocat au Parlement de Paris, qui, à sa mort en 1816, institua pour légataire universel l'établissement perpétuel de bienfaisance à l'origine de la fête de la Rosière[12]. Ce dernier dote, chaque premier samedi de septembre, une ou plusieurs jeunes filles méritantes, dites "rosières" (ou de jeunes hommes - cf Le Rosier de Madame Husson de Maupassant). Il fit bâtir en l'honneur de cette tradition la "Maison des Rosières", au balcon de laquelle la ou les rosières apparaissent après les cérémonies de mariage.

Grâce à cette donation perpétuelle, cette tradition s'est maintenue à La Mothe-Saint-Héray et encore de nos jours, chaque premier week-end de septembre, a lieu la Fête de la Rosière, qui dure trois jours ; ce serait désormais la dernière en France à comprendre dans les festivités populaires un véritable mariage.

  • Dr Pierre Corneille, né à Coulonges-sur-l'Autize en 1862; en 1890, il épousa la fille d'un médecin mothais, Isabelle Prouhet, et vint s'installer à La Mothe-Saint-Héray. Il se consacra à la dramaturgie et créa une troupe pour jouer en plein air, le "Théâtre Populaire Poitevin".

Compléments[modifier | modifier le code]

La ville de la Mothe possède un club de foot appelé HVS94 (Haut Val de Sèvre) et un club de handball comprenant plus de 180 licenciés (Handball Mothais [HBM]). Le site de l'équipe est : http://handballmothais.clubeo.com. 13 équipes lors de la saison, 2016-2017[Quand ?] : Babyhand dès 3 ans, moins de 9 (3équipes), moins de 11 (2 équipes), moins de 13, moins de 15, moins de 17, une équipe loisir, une équipe seniors féminines et 3 équipes seniors masculines dont l'équipe fanion au niveau d'excellence Régionale.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les seigneurs de La Mothe et de St-Héray; p. 11-27, 28-29 sq., 54, 66, 87, table p. 139 », sur Les seigneurs, le château, la terre de La Mothe-St-Héray, par le Dr Alfred Prouhet (1843-1915), chez Honoré Champion à Paris, 1906, mis en ligne par BnF-Gallica
  2. « Les seigneurs de La Mothe et de St-Héray », sur La Mothe-Saint-Héray
  3. « Jean de Baudéan-Parabère », sur Geneanet, Généalogie de Guillaume de Wailly
  4. « Les Baudéan de Parabère », sur Archives nationales : Fonds Baudéan de Parabère, inventorié par S. de Saint-Exupéry
  5. Détail des armes peintes dans l'oratoire Saint-Martin à Saint-Martin-de-la-Coudre (commune de Bernay, Charente maritime) et dans le manuscrit Les noms surnoms qualitez, armes et blasons des chevaliers de l'ordre du Sainct Esprit de d'Hozier
  6. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  7. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2017.
  8. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 11 avril 2012)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. « Artistes sélectionnés (galeries et jardins) », sur Les nouvelles métamorphoses, (consulté le 10 mars 2018).
  12. « Un original du testament Chameau réapparaît », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  13. La fiche de Ferdinand Rougier sur le site de l'Assemblée Nationale