André Ostier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Ostier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

André Ostier (Paris, - ) est un photographe français, réputé pour ses portraits d'artistes et ses photo-reportages sur la vie parisienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de la grande bourgeoisie parisienne, il débute par une carrière de libraire (" À La Page") puis de journaliste avant de devenir photographe, enchaînant très tôt portraits d’artistes et photos de mode publiés par la presse illustrée d’avant-guerre. Se déplaçant beaucoup, il prend des clichés au cours de ses voyages et mène une vie mondaine très intense dans le monde de l’art et de la culture.

Au début de la guerre, après une première exposition en 1940, il travaille dans le sud de la France et photographie acteurs (Micheline Presles, Pierre Jourdan…) et artistes-peintres (Henri Matisse, Aristide Maillol, Pierre Bonnard…) À Paris, il photographie la ville occupée ainsi que le Château de Versailles aux sculptures entourées de sacs de sable, images qui inspireront Paul Eluard lors de leur publication dans Vogue français en 1945.

Arrêté pour faits de résistance en 1944 le photographe est incarcéré à la prison de la Santé.  Après avoir craint le pire (Ostier est d’origine juive) il est libéré grâce à l’entrée des troupes du Général Leclerc dans Paris. Il suit alors et photographie les troupes de la campagne d’Alsace, réalisant notamment plusieurs portraits d’André Malraux.

Après la guerre, André Ostier dont la réputation est déjà bien établie se lie avec Christian Dior et Jacques Fath dont il photographie les créations new-look. Il photographiera plus tard avec la même chaleureuse empathie Yves Saint-Laurent, Pierre Cardin, Coco Chanel ou Marcel Rochas.

Les voyages s’enchaînent : Inde, Chine, Thaïlande, Afrique du Nord, Europe…

André Ostier meurt en janvier 1994, laissant une œuvre rassemblant de nombreux témoignages photographiques, précieux pour la compréhension des grandes périodes sociologiques, intellectuelles et artistiques qui ont forgé la modernité du XXe siècle.

Portraits[modifier | modifier le code]

Mondain, raffiné et amateur d’art, il lie des relations de connivence avec nombre d’artistes, écrivains, acteurs, danseurs, couturiers, créateurs.

Il captura l'énergie créative et l'environnement de peintres tels que Émile Bernard, dès 1938, alors qu'il débute dans la photographie, Pierre Bonnard en 1941, Henri Matisse, Juan Miro, Pablo Picasso, Fernand Léger, Marc Chagall, Francis Bacon, David Hockney, et d'autres ; d'écrivains tels que Simone de Beauvoir, Jean Cocteau, Truman Capote, Jean Genet, Paul Valéry et Tennessee Williams ; et des créateurs de mode Coco Chanel, Christian Dior et Yves Saint Laurent[1],[2]. Commandés par des revues françaises et étrangères, les clichés s’enchaînent.

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, il tient une rubrique dans le Vogue français[3].

Réceptions mondaines - Café Society[modifier | modifier le code]

Il immortalisa également les fastueuses réceptions des années 1950 et 1960, où les masques et les costumes ajoutaient fréquemment à l'atmosphère festive. Devant son objectif, on retrouvait le duc et la duchesse de Windsor, Marie-Laure de Noailles, Charles de Beistegui, Jacqueline de Ribes, Leonor Fini, Barbara Hutton[4]. Avec Robert Doisneau et Cecil Beaton, il fut l'un des trois photographes du « Bal du siècle » donné à Venise par Charles de Beistegui.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 13 juin - 1er septembre 2019 : André Ostier, Portraits d'artistes, Musée Matisse de la Ville de Nice[5].
  • 18 mai - 28 juillet 2006 : André Ostier, Photographies, Musée Yves Saint-Laurent Paris[6].
  • 1989 : Masques et Bergamasques, Galveston Arts Center à Houston.
  • 1988 : Masques et Bergamasques, FIAF French Institute/Alliance Française de New York.
  • 17 août - 23 septembre 1993 : André Ostier Photographies - Le temps de Colette, Association Arcade Colette à Paris.
  • 4 novembre 1982 - 9 janvier 1983 : André Ostier. Photographies de peintres et de sculpteurs 1941-1982 [Mois de la photo], Musée Bourdelle à Paris[7].
  • 30 juillet - 11 août 1988 : Photographies André Ostier, Centre Culturel Français de Tanger.
  • 16 mai - 30 mai 1957 : Images du Mont-Athos, Connaissance du Monde à Paris.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 27 janvier - 28 mars 1993 : TANGER - Regars Choisis, Institut du Monde Arabe.
  • 5 - 26 juin 1991 : Hommage à Bettina - Photographie de mode 1945-1955, Institut International de la mode à Marseille.
  • 12 octobre - 2 décembre 1989 : Jean Cocteau The Mirror and the Mask : A Photo-Biography, Lieberman and Saul Gallery à New-York.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Ostier : Photographies de peintres et de sculpteurs. 1941-1982 : Musée Bourdelle. Musées de la ville, Paris, 1983
  2. André Ostier : Masques et Bergamasques : French Institute Alliance Française, New York, 1988
  3. (en) Sonia Rachline, Paris Vogue covers 1920-2009, New York, Thames & Hudson, , 207 p. (ISBN 978-0-500-51513-6, présentation en ligne), « Paris », p. 132
  4. Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent Exposition à la Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent, 2006
  5. Zelda Zein, « André OSTIER : Portraits d'artistes », sur Musée Matisse de Nice (consulté le )
  6. (en) « André Ostier, Photographies », sur Musée Yves Saint Laurent Paris (consulté le )
  7. « Liste des expositions de 2003 à 1950 | Musée Bourdelle », sur www.bourdelle.paris.fr (consulté le )