Ali Akbar Velayati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ali-Akbar Velayati)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un médecin image illustrant un homme politique image illustrant iranien
Cet article est une ébauche concernant un médecin et un homme politique iranien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ali Akbar Velayati
Aliakbar Velayati by khamenei.ir 03.jpg

Ali Akbar Velayati en janvier 2015.

Fonctions
Ministre des Affaires étrangères de l'Iran
Député à l'Assemblée consultative islamique
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
TéhéranVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
signature d'Ali Akbar Velayati

signature

Ali-Akbar Velayati, né le à Shemiran (le district nord de Téhéran)[1],[2], est un homme politique iranien, ministre des Affaires étrangères de 1981 à 1997[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une licence en pédiatrie à l'Université de Téhéran, il étudie les maladies infectieuses à l'Université Johns-Hopkins aux États-Unis dans les années 1970[2]. Médecin de profession, il entre en politique après la Révolution iranienne de 1979 qui instaure une république islamique. Il est vice-ministre de la Santé de 1980 à 1981, puis ministre des Affaires étrangères de 1981 à 1997. C'est à ce titre qu'il négocie la fin de la Guerre Iran-Irak (1981-1988). Il devient ensuite proche conseiller du Guide suprême l'Ayatollah Ali Khamenei en matière de politique étrangère[3],[2].

Considéré particulièrement loyal au Guide suprême, il est autorisé par le Conseil des gardiens de la Constitution à se présenter à l'élection présidentielle de juin 2013[3]. Il est le candidat du Parti de la coalition islamique, ultra-conservateur[1].

Il a été accusé dans le procès de Mykonos, comme l'un des préparateur du terreur. En 1992 plusieurs politiciens d’opposition du gouvernement iranien ont été assassinés dans un restaurant grec à Berlin s’appelle Mykonos, parmi eux Sadegh Sharafkandi, le leader du Parti Démocratique du Kurdistan (Iran). Dans sa décision du 10 avril 1997, le tribunal a délivré un mandat d'arrêt international au ministre iranien des renseignements Hojjat al-Islam Ali Fallahian, Ali-Akbar Velayati ministre des Affaires étrangères, après avoir déclaré que l'assassinat avait été ordonné par Khamenei et Rafsanjani. Cela a conduit à une crise diplomatique entre les gouvernements de l'Iran et plusieurs pays européens, qui a duré jusqu'en novembre 1997[4],[5].

Références[modifier | modifier le code]