Adolphe-Félix Cals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adolphe-Félix Cals
Cals 29 portrait of the artist.jpg

Adolphe-Félix Cals, Autoportrait (1851),
Paris, musée d'Orsay.

Naissance
Décès
(à 69 ans)
Honfleur (Calvados)
Nationalité
Activités
Mouvement
Influencé par
Œuvres réputées

Adolphe-Félix Cals est un peintre français, né à Paris le 17 octobre 1810 et mort à Honfleur (Calvados) le 3 octobre 1880.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'un milieu modeste, il trouve la sérénité dans la peinture. De santé fragile ses parents le mettent en formation chez le graveur Anselin, et au décès de celui-ci, il entre chez Ponce, puis enfin chez Bosq qui lui enseigne la gravure au burin. Il se dirige vers la peinture dans l'atelier de Leon Cogniet en 1828. Ce dernier, peintre néo-classique, apprécie peu ceux qu'on appellera les impressionnistes. Cals reste peu de temps dans ces relations tendues et quitte l'atelier. Il expose régulièrement au Salon à partir de 1835, des portraits et des paysages. En 1860, le marchand de tableaux de la rue Laffitte, Pierre–Firmin Martin, dit « le père Martin » apprécie sa peinture, Cals réalise d'ailleurs des portraits de Martin et de sa femme (Honfleur, musée Eugène-Boudin). Alors commence une autre période de sa carrière. Il lui fait vendre quelques tableaux et lui présente le comte Armand Doria. Ce dernier l'invite dans son château d'Orrouy. De 1869 à 1870 il peint des paysages du Valois, des intérieurs, des études de femmes, des portraits acquis par les amis du comte.

C'est à Cals, que les amis de Jongkind confient l'argent qu'ils ont récupéré pour faire venir ce peintre hollandais à Paris, alors qu'il est sans le sou et plongé dans un alcoolisme profond. De 1868 à 1870 il expose au Salon.

En 1863, il expose au Salon des refusés au côté des Monet, Degas, Pissarro. Influencé par Jean-Baptiste Camille Corot et Johan Barthold Jongkind, il travaille dans des tonalités plus grisées, moins fauves, se rapprochant davantage des impressionnistes sans toutefois adopter leur technique, ni ce « mauve-violet dont certains peintres inondent leurs tableaux » fait remarquer Victor Jannesson dans un ouvrage sur Cals daté de 1913.

Partagé entre Paris et Honfleur depuis 1871, il se décide enfin à s'installer, en 1873, dans ce port normand où séjournent de nombreux peintres. Ami de Jongking, il fréquente les peintres pensionnaires de la ferme Saint-Siméon et peint même la ferme sur le motif.

Soleil couchant à Honfleur (1875), Paris, musée d'Orsay.

Installé avec sa fille à Honfleur pendant les dix dernières années de sa vie, Cals peint alors le port, la mer et les métiers de la mer, une peinture grave, forte et très humaine. L'âme des modèles transparaît dans ses portraits d'une sensibilité extrême.

À l'invitation de Monet, il participe à la première exposition des impressionnistes en 1874 puis 1876, jusqu'en 1881.

Il est le plus âgé de cette nouvelle génération de peintres, et certains[Qui ?] le considèrent depuis quelques décennies comme un des précurseurs de l'impressionnisme parce qu'il restitue la lumière à l'aide de petites touches.

Il a beaucoup peint à Montmartre où il eut sûrement[réf. nécessaire] un atelier entre 1845 et 1859. Au Salon de 1853, il était domicilié au no 6 bis rue Saint-Jean. Tout en habitant à Honfleur, il avait gardé son appartement du boulevard de Rochechouart à Paris.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, éd. André Roussard, Roissy-en-Brie, 1999, pp.115-116/640.p.
  • Arsène Alexandre, A. - F. Cals ou le bonheur de peindre, éd. Georges Petit, Paris, 1900
  • Georges Pillement, catalogue de l'exposition A.- F. Cals, galerie François Delestre, Paris, novembre-décembre 1975.
  • A.-M. Bergeret-Gourbin, catalogue de l'exposition Adolphe-Félix Cals, Honfleur, musée Eugène Boudin, Lisieux, musée du Vieux-Lisieux, Senlis, musée d'Art et d'Archéologie, 1990-1991.
  • Michel Laclotte et Jean-Pierre Cuzin (dir.), avec la collaboration d’Arnauld Pierre, Dictionnaire de la peinture

Liens externes[modifier | modifier le code]