Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg
Description de cette image, également commentée ci-après
La « reine » Adélaïde en 1885.

Titre

Épouse du prétendant au trône de Portugal


(15 ans, 1 mois et 21 jours)

Prédécesseur Marie II de Portugal
Successeur Élisabeth von Thurn und Taxis
Biographie
Titulature « Reine de Portugal »
Princesse de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg
Dynastie Maison de Löwenstein-Wertheim
Naissance
Kleinheubach (Bavière)
Décès (à 78 ans)
Ryde, Île de Wight (Royaume-Uni)
Père Constantin de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg
Mère Agnès de Hohenlohe-Langenbourg
Conjoint Michel Ier de Portugal
Enfants Marie des Neiges de Bragance
Miguel de Bragance
Marie-Thérèse de Bragance
Marie-Josèphe de Bragance
Adelgonde de Jésus de Bragance
Marie-Anne de Bragance
Antónia de Bragance

Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg (en allemand : Adelheid von Löwenstein-Wertheim-Rosenberg et en portugais : Adelaide de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg), princesse de Löwenstein puis portant, par son mariage, le titre de courtoisie de « reine consort de Portugal », est née le à Kleinheubach, dans le Royaume de Bavière, et décédée le à Ryde, au Royaume-Uni. Épouse du roi déchu Michel Ier de Portugal, elle est reconnue « reine » par les miguelistes.

Famille[modifier | modifier le code]

Issue d'une branche morganatique de la Maison de Wittelsbach dont les états furent médiatisés sous l'influence du premier consul Français Napoléon Bonaparte lors du Recès d'Empire de 1803, la princesse Adélaïde est la fille du prince héréditaire Constantin de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg (1802–1838) et de son épouse la princesse Agnès de Hohenlohe-Langenbourg (1804-1833).

La princesse a un frère cadet, le prince Charles de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, héritier du titre, qui, veuf en 1861 et père d'une nombreuse famille, entrera en 1907 dans l'Ordre dominicain et s'étendra au couvent de Venlo aux Pays-Bas.

Orpheline de bonne heure, la princesse Adélaïde et son frère grandissent auprès de son grand-père paternel, le prince Charles-Thomas de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg (1783–1849). La princesse contracte une union prestigieuse en épousant le jour de ses 20 ans l'ex-roi Michel Ier de Portugal, fils du roi Jean VI de Portugal (1767-1826) et de son épouse l'infante Charlotte Joachime d'Espagne (1775-1830).

Cependant, le souverain déchu a 29 ans de plus que son épouse et il est une figure controversée du gotha européen : fervent absolutiste, il a en effet cherché à renverser son père en 1824 (Abrilada) puis sa propre nièce, la reine Marie II, à qui il était fiancé au moment de la Guerre civile portugaise.

De cette union naissent sept enfants :

Biographie[modifier | modifier le code]

Veuve en 1866, Adélaïde passe plusieurs années à chercher de bons partis pour ses enfants. Elle parvient ainsi à marier plusieurs d'entre eux à des parents proches de l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche.

En 1895, deux ans après le mariage de la dernière de ses filles, Adélaïde se retire à l'abbaye Sainte-Cécile de Solesmes, en France. Avec la montée de l'anticléricalisme républicain, la communauté quitte l'hexagone pour s'installer à Cowes puis à Ryde, au Royaume-Uni. C'est dans cette ville que la princesse s'éteint, le , à l'âge de 76 ans.

En 1967, les dépouilles mortelles de la princesse et de son époux sont transférées au Panthéon royal des Bragance du monastère de Saint-Vincent de Fora de Lisbonne.

Comme tant de ses semblables (qui sont parfois ses parentes), la princesse Adélaïde peut être considérée comme une des grand-mères de l'Europe dynastique.

La princesse est l'ancêtre du roi Philippe de Belgique, du grand-duc Henri de Luxembourg, du prince Jean Adam II de Liechtenstein et de différents chefs de Maisons anciennement régnantes : l'archiduc Charles d'Autriche, l'infant Edouard de Portugal, duc de Bragance, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, la princesse Margareta de Roumanie, le duc François de Bavière, le duc Charles de Bourbon-Parme.

Si, seule sa fille Marie-Anne, qui fut régente lors de la maladie du grand-duc Guillaume IV de Luxembourg, exerça des fonctions politiques, toute ses filles eurent une influence morale non négligeable sur leur entourage. Nombre de ses petites-filles embrassèrent l'état religieux et le procès en béatification de l'impératrice d'Autriche Zita de Bourbon-Parme est en cours. C'est peut-être aussi à cette ancêtre d'humble origine que les membres de ses familles princières doivent leur longévité.

Articles connexes[modifier | modifier le code]